MANIÉRISME, peinture

AACHEN HANS VON (1552-1615)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 198 mots
  •  • 1 média

Formé chez un Flamand établi à Cologne, sa ville natale, mais surtout par un long séjour en Italie (1574-1588), où il fut marqué à la fois par les grands maîtres italiens (Michel-Ange, Tintoret, Véronèse, Parmesan, Corrège) et aussi par les Flamands italianisés (Speckaert, Brill, Spranger, Paolo Fiammingo...), Hans von Aachen y acquit vite la célébrité ( Nativité , église du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-von-aachen/#i_11763

AERTSEN PIETER (1508-1575)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 355 mots

Surnommé Lange Pier (Pierre le Long), né à Amsterdam et franc-maître à Anvers, en 1535, dont il devient citoyen en 1542 et où il séjournera jusqu'en 1556 environ, après avoir logé dans ses débuts anversois chez le peintre Jan Mandyn, un suiveur habile de Jérôme Bosch, Pieter Aertsen est l'un des peintres qui assurent le mieux le lien entre l'école néerlandaise et l'école flamande et qui font éclat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-aertsen/#i_11763

ARPIN GIUSEPPE CESARI dit LE CAVALIER D' (1568-1640)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 307 mots

Issu du maniérisme romain (certains dessins de jeunesse montrent notamment l'influence des Zuccari), le Cavalier d'Arpin en prolonge d'abord la tradition avec une certaine force. À Naples, où il séjourne de 1589 à 1591, les œuvres qu'il laisse à la chartreuse de San Martino ( Scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament ) orienteront pour un temps les peintres locaux, avant qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arpin/#i_11763

BALDUNG GRIEN HANS (1484 env.-1545)

  • Écrit par 
  • Thomas Wolfgang GAEHTGENS
  •  • 1 310 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Baldung et le maniérisme »  : […] En 1517, de retour à Strasbourg qu'il ne quitte plus jusqu'à sa mort, les recherches artistiques de Baldung prennent une nouvelle orientation. Déjà, Le Déluge (Bamberg) de 1516 montre la dualité de son tempérament qui s'exprime dans une composition très animée, avec des couleurs dissonantes. Baldung peint de plus en plus des thèmes allégoriques et mythologiques où son imagina […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-baldung-grien/#i_11763

BAROCCI FEDERICO, dit BAROCCIO ou LE BAROCHE (1535 env.-1612)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 240 mots
  •  • 1 média

Après un bref apprentissage à Urbin, près de Battista Franco et de Bartolomeo Genga, son oncle, Barocci part pour Rome, et c'est là qu'il découvre les œuvres de son grand compatriote, Raphaël. Il travaille près des Zuccaro, notamment aux fresques du Belvédère ( Histoire de Moïse , 1563). Mais ses œuvres suivantes (la Madone du peuple , peinte en 1574 pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/federico-barocci/#i_11763

BASSANO LES

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 399 mots

Fils d'un modeste peintre de l'arrière-pays vicentin, Jacopo da Ponte, dit Bassano, fut le fondateur d'une dynastie de peintres dont la production devait avoir un écho dans toute l'Europe. Jacopo (1510-1592) s'était formé parmi les émules de Titien : Bonifacio de' Pitati, Pordenone, Paris Bordone ( La Fuite en Égypte , env. 1534, musée de Bassano, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-bassano/#i_11763

BECCAFUMI DOMENICO (1486 env.-1551)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 282 mots

Peintre et sculpteur italien né vers 1486 à Montaperti, mort en mai 1551 à Sienne. De son vrai nom Domenico di Pace, Beccafumi est le fils de Giacomo di Pace, paysan installé près de Sienne. Il prend le nom de son protecteur Lorenzo Beccafumi, propriétaire des terres où vit sa famille. Vers 1510, il se rend à Rome pour étudier l'œuvre de Raphaël et de Michel-Ange. De retour à Sienne en 1512, Becca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domenico-beccafumi/#i_11763

BLANCHET THOMAS (1614?-1689)

  • Écrit par 
  • Lucie GALACTEROS-DE BOISSIER
  •  • 839 mots

Peintre, architecte et sculpteur ayant joué à Lyon un rôle semblable à celui de Le Brun à Paris, Blanchet fut vite oublié car son œuvre avait été rapidement mutilé et la critique fut longtemps déroutée par un style paradoxal. Depuis les années 1980, dessins et modelli ont permis de restituer des décors disparus, tandis que d'anciens textes expliquaient leurs sujets incompris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-blanchet/#i_11763

BLONDEEL LANCELOT (1498-1561)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 440 mots

Comme Coecke à Anvers et Lambert Lombard à Liège ou Van Orley à Bruxelles, Blondeel est le principal représentant de la première Renaissance dans la peinture brugeoise du xvi e  siècle. Franc-maître à Bruges en 1519, il travaille à la décoration de la ville dès l'année suivante, à l'occasion de la « Joyeuse Entrée » de Charles Quint. De fait, la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lancelot-blondeel/#i_11763

BRIL ou BRILL PAUL (1554-1626)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 462 mots
  •  • 1 média

Figure importante de la peinture de paysage des premières années du xvii e siècle, Paul Bril est l'un des initiateurs de la vedute composée. Nordique transplanté en Italie, il exerce là une immense influence par son rôle capital d'artiste de transition entre le paysage maniériste fantastique et le paysage composé classicisa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bril-brill/#i_11763

BRONZINO ANGELO DI COSIMO DI MARIANO dit (1503-1572)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 818 mots
  •  • 2 médias

Le style de Bronzino diffère assez vite de Pontormo, dont il fréquente l'atelier dès 1518-1519. Ce dernier s'étant réfugié à la chartreuse de Galuzzo pendant la peste, Angelo l'accompagne pour l'aider et s'initie (gauchement) à l'art de la fresque. Ce n'est pourtant qu'après avoir participé de près à l'ensemble célèbre de la chapelle Capponi, à Santa Felicità (Florence, 1526-1528) — on lui attribu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bronzino-angelo-di-cosimo-di-mariano-dit/#i_11763

BRUEGEL JAN, dit BRUEGEL DE VELOURS (1568-1625)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 846 mots

Frère cadet de Pieter II, Jan reçut comme lui un sobriquet, dû à son goût raffiné pour les habits de velours ou à l'extrême finesse veloutée de sa peinture. Plus doué et plus original que son frère, Jan se forma dans un cadre plus large en se rendant, vers 1589, en Italie où il resta jusqu'en 1596 non sans se lier durablement avec le cardinal Federico Borromeo à Milan (d'où la merveilleuse suite d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-bruegel/#i_11763

CALVAERT DENYS (1540 env.-1619)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 213 mots

Né à Anvers, Denys Calvaert est, en 1556, inscrit chez Cerstian van Queckborne, peintre dont on sait uniquement qu'il était paysagiste. Vers 1562, il se rend en Italie et se fixe à Bologne où se déroulera toute sa carrière, si l'on excepte un court voyage à Rome en 1572. Il y devient l'élève puis le collaborateur de Prospero Fontana et de Lorenzo Sabatini. On peut suivre sa carrière à travers des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denys-calvaert/#i_11763

CAMPAÑA PIETER DE KEMPENEER dit PEDRO DE (1503-1580)

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 257 mots

Peintre, architecte, sculpteur, mathématicien, Pedro de Campaña est le type même de l'artiste de la Renaissance qui a suivi une carrière internationale. De son vrai nom Pieter de Kempeneer, originaire de Bruxelles, il travaille plusieurs années en Italie : à Bologne pour Charles Quint, à Venise pour le cardinal Grimani et à Rome pour l'Arétin, avant de se fixer pendant vingt-cinq ans en Espagne. E […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/campana-pieter-de-kempeneer-dit-pedro-de/#i_11763

CANDIDO PIETER DE WITTE dit PIETRO (av. 1548-1628)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 946 mots

Comme Stradanus, Jean de Bologne, Paolo Fiammingo ou Pozzoserrato, Candido est un de ces artistes flamands du xvi e siècle parfaitement italianisés au point d'être encore aujourd'hui plus connus sous leur nom italien que sous leur premier patronyme nordique (Candido est la transcription italienne de wit , blanc). Sa date de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/candido-pieter-de-witte-dit-pietro/#i_11763

CARAVAGE (vers 1571-1610)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE, 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 799 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les tableaux de Saint-Louis-des-Français »  : […] La faveur que certains mécènes témoignent à Caravage lui permet de peindre pour des églises (San Agostino, Saint-Louis-des-Français, Sainte-Marie-du-Peuple) ou pour des particuliers de grands tableaux religieux. La nouvelle dimension conférée à sa peinture, son aspect monumental dérivent d'Annibal Carrache qui était présent à Rome depuis 1595. Pour la chapelle Contarelli de Saint-Louis-des-França […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caravage/#i_11763

CARRACHE LES

  • Écrit par 
  • Antoine SCHNAPPER
  •  • 1 840 mots
  •  • 7 médias

Comme celui de leur contemporain Caravage, le rôle des Carrache dans l'évolution de la peinture européenne à la fin du xvi e et au début du xvii e  siècle est à la fois révolutionnaire et capital. À la tradition artificielle et raffinée d'un maniérisme qui s'épuise, ils opposent le retour à l'ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-carrache/#i_11763

CERANO GIOVAN BATTISTA CRESPI dit LE (1567 ou 1568-1632)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 333 mots

Peintre italien né en 1575 ou 1576 à Cerano, près de Novara (duché de Milan), mort le 23 octobre 1632 à Milan. Giovan Battista Crespi, dit le Cerano, est l'un des grands peintres lombards du xvii e  siècle initiateur du réalisme lombard. Cerano se rend à Rome en 1586. Il se lie d'amitié avec le cardinal Frédéric Borromée, qui devient son protecte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerano-le/#i_11763

COECKE VAN AALST PIETER (1502-1550)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 216 mots

Né à Alost, petite ville de Flandre, où son père était échevin, mort à Bruxelles, Pieter Coecke est, avec les Flamands Lambert Lombard, Michel Coxie, Lancelot Blondeel et le Hollandais Jan van Scorel, un des hérauts de la pré-Renaissance aux Pays-Bas ; comme ces derniers, Coecke est un artiste universel, peintre, architecte, décorateur et théoricien, bref, un artiste tel qu'on l'entendait au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-coecke-van-aalst/#i_11763

CORRÈGE (1489 env.-1534)

  • Écrit par 
  • Andréi NAKOV
  •  • 1 439 mots
  •  • 2 médias

Hautement apprécié de son vivant, l'Émilien Corrège mérite les éloges de l'historiographe toscan Giorgio Vasari, qui le place dans la succession immédiate de Léonard et de Giorgione. L'évolution fulgurante de son œuvre servit de modèle aux maniéristes émiliens ; ses figures « sans pesanteur » seront reprises par Primatice. Tous les grands coloristes des xvii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/correge/#i_11763

COUSIN JEAN, LE PÈRE (1490 env.-env. 1560) & LE FILS (1522 env.-env. 1594)

  • Écrit par 
  • Michèle GRANDIN
  •  • 448 mots

Après avoir travaillé comme géomètre en 1526 dans sa ville natale de Sens, où il séjourne jusqu'en 1540, et après avoir réalisé des cartons pour les vitraux de la cathédrale de Sens et un retable pour l'abbaye de Vauluisant en 1530, Jean Cousin le Père s'installe vers 1540 à Paris où il exécute des œuvres importantes. En 1541, on lui commande les cartons pour les tapisseries de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-cousin/#i_11763

COXIE ou COXCIE MICHIEL (1499-1592)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 417 mots
  •  • 1 média

Le « Raphaël flamand » ne bénéficie pas de l'indulgence de la critique actuelle qui juge son œuvre terne et son italianisme appliqué. Michel Coxie est né à Malines ; Vasari le rencontre à Rome en 1532 et considère qu'il a « la manière italienne ». S'il reste difficile de prouver qu'il fut effectivement l'élève de Raphaël, on peut noter qu'il s'inspire autant de sa manière que du style de Fra Barto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coxie-coxcie/#i_11763

CRANACH L'ANCIEN LUCAS (1472-1553)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 1 897 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le peintre des princes-électeurs de Saxe »  : […] Appelé en 1504 par Frédéric le Sage, grand mécène allemand, qui avait déjà commandé un certain nombre d'œuvres à Dürer, Cranach s'installe à Wittenberg en 1505. Il conservera les mêmes fonctions jusqu'à sa mort sous les successeurs de Frédéric le Sage († 1525), Jean le Constant († 1532) et Frédéric le Magnanime. En 1508, le prince lui confère des armes, un serpent ailé, qui accompagne ou remplace […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucas-cranach-l-ancien/#i_11763

CUYP LES

  • Écrit par 
  • J. BOUTON
  •  • 834 mots
  •  • 1 média

Installée à Dordrecht, la famille des Cuyp donna à la Hollande du xvii e  siècle plusieurs grands peintres, dont le plus célèbre est Albert Cuyp. Jacob Gerritz Cuyp, né en 1594 à Dordrecht, y meurt en 1652. Élève de Blomaert à Utrecht, il travailla toujours par la suite à Dordrecht où il s'inscrit à la gilde dès 1617, à l'exception d'un court voya […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-cuyp/#i_11763

DELL'ABATE ou DELL'ABBATE NICCOLÒ (1509-1571)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 292 mots
  •  • 1 média

Italien originaire de Modène, Nicolò Dell'Abate, formé par le sculpteur Antonio Begarelli, puis élève et collaborateur d'Alberto Fontana (boucheries et Palais public de Modène), s'impose vite en Émilie par ses décorations dans la région de Modène (Rocca di Scandiano) puis à Bologne (palais Torfanini et Poggi). Ses premières œuvres témoignent d'une intelligente assimilation des exemples vénitiens o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dell-abate-dell-abbate/#i_11763

DÉRUET ou DES RUETS CLAUDE (1588-1660)

  • Écrit par 
  • Claude LAURIOL
  •  • 361 mots
  •  • 1 média

Né probablement à Nancy, où il passa la plus grande partie de sa vie, avec de longs séjours à Paris, ordonnateur de fêtes pour l'une et l'autre cour, Déruet illustre bien une tendance archaïque, à la fois provinciale et liée au monde de la préciosité, dans la peinture française du xvii e siècle. À son maître Jacques Bellange il emprunte la fluidi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deruet-des-ruets/#i_11763

ELLE LES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 395 mots

Famille de peintres d'origine flamande. Ferdinand Elle l'Ancien (1585-1637) est né à Malines. Peintre et graveur, il travaille à Paris comme peintre de portraits à la cour de Louis XIII. Parmi les rares œuvres qui lui sont attribuées figure le Portrait de Henri de Lorraine , daté de 1631 (musée de Reims), œuvre pleine de concentration psychologique, qui dégage une impression […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-elle/#i_11763

ELSHEIMER ADAM (1578-1610)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 335 mots
  •  • 1 média

Le plus célèbre des peintres allemands du xvii e  siècle. Adam Elsheimer est, à vrai dire, un artiste dont le retentissement exceptionnel eut des dimensions supranationales. Par son langage du clair-obscur et la perfection de ses petits tableaux, il a avec Caravage (carrière fulgurante analogue arrêtée par une mort précoce, en 1610, pour l'un comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-elsheimer/#i_11763

ÉMILIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 411 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Parme et Bologne »  : […] Parme, le fief des Farnèse, ville moderne qui a moins d'unité que Bologne, n'est pas cette cité imaginaire au nom « compact, lisse, mauve et doux » que Proust colorait de douceur stendhalienne et du reflet des violettes. Pourtant c'est un peu dans le monde du rêve que nous transporte Corrège. L'admiration suscitée par Antonio Allegri, dit Corrège, a été presque un lieu commun depuis l'émotion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilie/#i_11763

ENCADREMENT DES ŒUVRES, histoire de l'art occidental

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 364 mots

Dans le chapitre « Origines et significations premières de l'encadrement des œuvres d'art »  : […] En 1435, Leon Battista Alberti définit, dans le traité Della Pittura , la peinture comme une fenêtre dont il est nécessaire de tracer d'abord le cadre. La bordure fonctionne dès l'origine, dans cette première théorisation du genre pictural, comme un signal qui indique au spectateur qu'il se trouve non pas face au réel, mais devant une œuvre née de la mimésis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encadrement-des-oeuvres-histoire-de-l-art-occidental/#i_11763

FONTAINEBLEAU ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 3 781 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un art raffiné et savant »  : […] Ses créateurs étant tous des maniéristes, l'école de Fontainebleau se rattache nettement au maniérisme international. Elle se rattache à Michel-Ange (qui domine chez le Rosso), à Raphaël et à ses disciples, Jules Romain, Perino del Vaga (par l'intermédiaire du Primatice), au Corrège et au Parmesan (grâce au Primatice et à Nicolò Dell'Abate) ; enfin à Léonard de Vinci, dont les chefs-d'œuvre, actu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-fontainebleau/#i_11763

FONTANA LAVINIA (1552-1614)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 411 mots

Liée à l'école maniériste, Lavinia Fontana fut l'une des plus importantes portraitistes de Bologne à la fin du xvi e  siècle. Elle fut aussi l'une des premières femmes à exécuter de grandes commandes publiques. Née à Bologne en 1552, Lavinia Fontana étudie la peinture maniériste auprès de son père, Prospero Fontana (1512 env.-1597), représentant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lavinia-fontana/#i_11763

FRANCKEN LES

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 937 mots

Importante dynastie de peintres anversois des xvi e et xvii e  siècles. Frans I (1542-1616) et Ambrosius I le Vieux (1544-1618) appartiennent à l'école de Frans Floris et représentent à Anvers à la fin du xvi e  siècle le même courant conservateu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-francken/#i_11763

FRÉMINET MARTIN (1567-1619)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 314 mots

Né à Paris, Martin Fréminet est formé par son père, Médéric Fréminet, médiocre peintre, dans un milieu artistique pénétré d'influences bellifontaines. Vers 1587-1588, Fréminet se rend à Rome, où il se lie avec le cavalier d'Arpin. Il est vite célèbre, mais on ne connaît rien de son œuvre de cette époque si ce n'est par des gravures de son ami Philippe Thomassin (décoration d'une façade de palais ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-freminet/#i_11763

GOSSAERT JAN ou GOSSART JEAN, dit MABUSE (entre 1478 et 1488-1532)

  • Écrit par 
  • J. BOUTON
  •  • 659 mots
  •  • 2 médias

Peintre, dessinateur et graveur flamand, Jan Gossaert, dit Mabuse, est né à Maubeuge et mort à Breda. Il a probablement quitté fort jeune sa ville natale pour se rendre à Bruges, puis à Anvers où il s'inscrit à la gilde ; c'est là qu'il rencontre des maniéristes dont le goût pour l'ornement devait le marquer profondément. Ensuite Gossaert, bon artiste de cour, fréquente les deux principaux pôles d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gossaert-gossart/#i_11763

GRECO (1541-1614)

  • Écrit par 
  • Véronique GERARD-POWELL
  •  • 2 518 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le mécénat tolédan »  : […] Même si elle n'était plus « cité impériale », Tolède, peuplée de près de soixante mille habitants, était encore très vivante à la fin du xvi e siècle : son économie reposait sur l'industrie textile de luxe et les armes. Son intense activité culturelle et spirituelle, centrée autour de la petite université Santa Catalina et surtout de la cathédral […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greco/#i_11763

HALS FRANS (1581 ou 1585-1666)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 2 215 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Évolution artistique »  : […] L'œuvre de Hals comprend essentiellement des portraits et quelques scènes de genre, d'ailleurs le plus souvent sous la forme de portraits (le Joyeux Buveur d'Amsterdam, les Jeunes Pêcheurs d'Anvers ou de Brooklyn, la Bohémienne du Louvre), mais on a retrouvé deux tableaux religieux exceptionnels (musée d'Odessa) appartenant à une s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frans-hals/#i_11763

HEINTZ JOSEF (1546-1609)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 792 mots

Fils d'un architecte prénommé Daniel qui travailla à l'hôtel de ville (Rathaus) de Bâle et à la cathédrale de Berne, Joseph Heintz dit l'Ancien (pour le distinguer de son fils) s'initia probablement à la peinture chez le bâlois Hans Bock l'Ancien et subit d'abord l'influence d'Holbein (dessins d'après Holbein exécutés vers 1581-1583 et conservés à Bâle, Dessau et Berlin). Il s'arrache à son milieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-heintz/#i_11763

HERRERA LE VIEUX FRANCISCO (1576 env.-1656)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 224 mots

Artiste espagnol, Francisco Herrera fut surnommé el Viejo (le Vieux), pour le distinguer de son fils, el Mozo , qui porte le même prénom et fut peintre comme lui. Sa vie, encombrée d'épisodes divers et généralement incontrôlables, se déroule d'abord à Séville où il tient un atelier et accueille des élèves, dont le jeune Velázquez. Il fournit de nombreux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francisco-herrera-le-vieux/#i_11763

HOLBEIN LES

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 2 606 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les composantes d'un style »  : […] Hans Holbein le Jeune a certainement reçu sa formation initiale auprès de son père. L'abondance des éléments d'architecture italienne dans ses premières œuvres a fait supposer un voyage à Côme ou à Milan, mais il aurait pu se familiariser avec ces motifs à Augsbourg, un voyage en Italie plus tardif restant toutefois probable. Par le rôle qu'il leur assigne, par exemple dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-holbein/#i_11763

HUBER WOLF (entre 1485 et 1490-1553)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 842 mots
  •  • 1 média

Peintre et dessinateur allemand, Wolf Huber est, avec Albrecht Altdorfer, le plus grand représentant de ce que l'on appelle l'école du Danube. Probablement né à Feldkirch dans le Vorarlberg, il s'établit (au plus tard en 1515) à Passau, au service de l'évêque de la ville, fonction qu'il conserve jusqu'à sa mort et qui le dispense d'entrer dans la corporation des peintres de la ville. On ignore tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolf-huber/#i_11763

JANSSENS ABRAHAM (1575/76-1632)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 765 mots
  •  • 1 média

Au début du xvii e siècle, Abraham Janssens est un des plus intéressants peintres d'histoire du milieu anversois, ne serait-ce que par sa complexité stylistique qui le place en marge de Rubens. Il est, un moment, son seul vrai rival, comme le rapporte Sandrart, à la jonction du vieux romanisme flamand, du maniérisme tardif et du récent caravagism […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-janssens/#i_11763

JORDAENS JACOB (1593-1678)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 3 009 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les premières influences »  : […] La période de jeunesse de Jordaens reste mal connue : le plus ancien tableau daté est de 1616 seulement ( Sainte Famille , Metropolitan Museum de New York) et montre un remarquable emploi du clair-obscur caravagesque qui ne procède pas de l'art d'un débutant. Quant à l'influence de son maître Adam Van Noordt, elle est assez peu perceptible, ce qui ne laisse pas de surprendre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-jordaens/#i_11763

LA TOUR GEORGES DE (1593-1652)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 279 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Entre maniérisme et caravagisme »  : […] L'absence de documents sur les années de formation de Georges de La Tour (entre 1605 et 1615) réduit aux hypothèses l'étude des sources de son art. Les œuvres diurnes que l'on s'accorde à situer dans la première partie de la carrière de l'artiste – tels les A p ô tres (six originaux conservés dont deux à Albi, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-de-la-tour/#i_11763

LIGURIE

  • Écrit par 
  • Michel ROUX, 
  • Giovanna TERMINIELLO ROTONDI
  •  • 2 787 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une renaissance tardive »  : […] La Ligurie du Quattrocento est demeurée étrangère à la révolution artistique issue de la renaissance toscane ; le style gothique y persiste durablement, comme le démontre notamment le prospetto de la chapelle du Baptiste à San Lorenzo de Gênes, exécuté par les Lombards Domenico et Elia Gagini, avec un souci décoratif inspiré du gothique fleuri. La peinture fait également sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ligurie/#i_11763

LOMAZZO GIOVANNI PAOLO (1538-1600)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 363 mots

Peintre milanais, qui fut aussi poète et théoricien de l'art. Le nom de Lomazzo reste attaché à un vaste traité didactique sur la peinture, Trattato dell'arte della pittura (1584), divisé en sept livres correspondant chacun à une « partie » de cet art : proportion, expression, couleur, lumière, perspective, pratique et formes (en fait, iconographie) ; ainsi qu'à un ouvrage, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-paolo-lomazzo/#i_11763

MACHUCA PEDRO (mort en 1550)

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 214 mots

Peintre et architecte espagnol, né à Tolède à la fin du xv e siècle et mort à Grenade en 1550, Pedro Machuca est le meilleur représentant du maniérisme en Andalousie. On sait qu'il étudie en Italie où il se trouve en 1517 lorsqu'il signe La Vierge et les âmes du purgatoire (Prado), œuvre très marquée par les Sibylles de Mic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedro-machuca/#i_11763

MAÎTRE DE FLORE (actif 2e moitié XVIe s.)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 153 mots

Nom donné à l'auteur inconnu d'une Flore (autrefois dans la collection d'Albenas, Montpellier) dont on rapproche un certain nombre de peintures, en particulier Le Triomphe de Flore (collection privée), La Naissance de l'amour (Metropolitan Museum, New York) et quelques dessins, Céphale et Procris (coll. G.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maitre-de-flore/#i_11763

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Sources d'inspiration »  : […] D'autres essais d'explication ont été cherchés du côté des sources artistiques : en 1969, on a rappelé l'influence du gothique et de Dürer, également parlé du rôle de Donatello et, avant lui, de l'influence antique particulièrement transmise par l'intermédiaire des sarcophages, par exemple pour telles ou telles poses caractéristiques des membres (C. H. Smyth), ou pour certains aspects de la techni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_11763

MANUEL DEUTSCH NIKLAUS (1484-1530)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 484 mots

Peintre et dessinateur suisse, de son vrai nom Niklaus Aleman (Manuel était le prénom de son père, Deutsch la forme germanique d'Aleman). Marié en 1509 à la fille d'un capitaine bernois, membre du petit conseil de la ville, il entre lui-même au grand conseil l'année suivante et exerce tour à tour différentes fonctions militaires et diplomatiques, avant d'être élu membre du petit conseil en 1528. E […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niklaus-manuel-deutsch/#i_11763

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge et Renaissance : réalité et symboles »  : […] Disparue pendant près d'un millénaire – l'art byzantin ne lui accorde pratiquement aucune place –, la nature morte réapparaît en Italie, au début du Trecento. Le sens spatial d'un Giotto et le goût siennois du détail réaliste réhabilitent en effet les objets à l'intérieur des compositions à figures, pour donner à celles-ci davantage de vérité et de vie. Ambrogio Lorenzetti dans l'église inférieur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_11763

NAVARRETE JUAN FERNÁNDEZ DE (1526-1579)

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 319 mots
  •  • 1 média

Peintre espagnol. Sourd-muet depuis l'âge de trois ans ( El Mudo ) et d'une santé très précaire, Juan Fernández de Navarrete ne put réaliser pleinement ses dons de décorateur et de coloriste. Son talent est reconnu très tôt par les hiéronymites du monastère de La Estrella (Navarre) qui l'accueillent et qui l'aident à entreprendre un voyage en Italie. Il visite Rome, Florence, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-fernandez-de-navarrete/#i_11763

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Une période de transition »  : […] Au tournant du siècle, un art nouveau naît en Europe : Caravage, Carrache, Elsheimer, Rubens... Dès que l'art du xvii e  siècle prend vie, il se libère complètement du passé. Ce passé peut être résumé en un seul mot : maniérisme. Certes, l'art « officiel » des peintres d'histoire, inspiré par les Italiens, mérite ce nom. Juste avant la fin du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_11763

OLIVER ISAAC (1556 env.-1617)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 206 mots
  •  • 1 média

Probablement d'origine française, ayant quitté Rouen en 1568 pour l'Angleterre, Isaac Oliver se forme auprès de Nicholas Hilliard, qui lui apprend l'art de la miniature . Il voyage sans doute dans les Pays-Bas en 1588, puis en Italie ; il est certainement à Venise en 1596 comme le prouve une inscription au revers du Portrait de sir Arundell Talbot (Victoria and Albert Museum […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-oliver/#i_11763

PALMA LE JEUNE JACOPO DI ANTONIO NEGRETTI dit (1544-1628)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 573 mots
  •  • 1 média

Fils du peintre Antonio Negretti, lui-même neveu de Palma le Vieux, Palma le Jeune se forme d'abord près de son père à Venise et étudie les œuvres de Titien avant de partir pour Urbin où il découvre Raphaël. Puis le duc d'Urbin l'envoie à Rome ; il y passe huit ans, copie Michel-Ange, Polydore de Caravage et, d'après C. Ridolfi, « toutes les statues célèbres de Rome ». Palma fréquente le milieu de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palma-le-jeune/#i_11763

PALMA LE VIEUX JACOPO NEGRETTI dit (1480 env.-1528)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 753 mots

Les documents sur Palma le Vieux sont rares : il est cité à Venise en 1510 seulement, la première commande dont on garde la trace est de 1520 et elle concerne une œuvre perdue, Le Mariage de la Vierge , peinte pour Sant'Antonio di Castello. Pourtant, malgré les divergences de la critique sur le nom de ses premiers maîtres ou sur la paternité de plusieurs œuvres importantes (a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palma-le-vieux/#i_11763

PANTOJA DE LA CRUZ JUAN (1553 env.-1608)

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 228 mots

Peintre castillan, disciple et successeur de Sánchez Coello comme portraitiste de la cour, Juan Pantoja de la Cruz continue si fidèlement la manière de son maître que l'attribution de ses œuvres de jeunesse prête souvent à discussion. Sa galerie de portraits royaux qui s'étend de la fin du règne de Philippe II aux premières années de Philippe III est un peu monotone. Les personnages se ressemblent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-pantoja-de-la-cruz/#i_11763

PAYSAGE, peinture

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI
  •  • 6 547 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'Europe »  : […] L'Europe et le Proche-Orient ont eu une littérature érémitique et un culte des beautés naturelles comparables à ceux de l'Extrême-Orient. Cela est vrai si l'on en juge par la situation des plus anciens ermitages qui dominent de haut des groupes de montagnes et de vallées, des gorges et des forêts sauvages, des étendues d'eau. Toutefois, pendant tout le Moyen Âge européen, les éléments de paysage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paysage-peinture/#i_11763

PENCZ GEORG (1500 env.-1550)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 307 mots
  •  • 1 média

Peintre et graveur allemand, Georg Pencz devait se trouver depuis plusieurs années dans la ville de Nuremberg (où il n'est probablement pas né) lorsqu'il en devint bourgeois. Il aurait collaboré en 1521 avec Dürer à un projet de décoration peinte dans l'hôtel de ville. Banni en janvier 1525 avec Barthel et Sebald Beham en raison de ses convictions religieuses, il reçoit, comme eux, en novembre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-pencz/#i_11763

PONTORMO JACOPO CARUCCI dit (1495-1557)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 1 252 mots
  •  • 2 médias

La redécouverte de Pontormo a montré que l'histoire de l'art, plus que tout autre discipline, dépend des conditions historiques dans lesquelles elle s'élabore et de l'évolution du goût. Dès Vasari, en effet, Pontormo est incompris : sa farouche volonté de solitude, son désintéressement sont considérés comme folie. Ridiculisant le grand œuvre de Pontormo, aujourd'hui disparu (les fresques de San Lo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pontormo/#i_11763

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Renaissance et baroque »  : […] La peinture de thèmes religieux continua par la suite à subir l'influence flamande, et nombreux furent les achats de panneaux faits en Flandres où le comptoir portugais, transféré de Bruges à Anvers en 1499, connaissait le développement le plus grand grâce à l'afflux des marchandises venant de l'Orient. Frère Carlos et Francisco Henriques sont deux peintres flamands venus s'installer au Portugal, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_11763

POURBUS LES

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 416 mots
  •  • 1 média

Dynastie de peintres flamands. Pieter Pourbus (1524-1584) est originaire de Gouda ; il reçoit probablement sa formation à Bruges, où il est nommé à la corporation des peintres en 1543, et dont il sera juré et doyen, ce qui atteste sa notoriété. Il fut aussi géomètre et cartographe. Ses portraits sont diversement appréciés. Ceux de Jan van Eyewerve et de son épouse Jacquemyne Buuck (musée communal, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-pourbus/#i_11763

PRIMATICE FRANCESCO PRIMATICCIO dit (1504-1570)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 1 045 mots

À l'époque où Primatice commence son apprentissage à Bologne, sa ville natale, il ne s'y trouve pas de grand maître : les peintres locaux travaillent dans le sillage de l'école romaine, et c'est auprès d'un élève de Raphaël, Bagnacavallo, que Primatice reçoit sa première formation. Ce que Bologne ne peut lui offrir, il va le chercher à Mantoue, près d'un plus éminent disciple de Raphaël, Jules Rom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primatice/#i_11763

PROCACCINI LES

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 595 mots

Peintres lombards d'origine bolonaise. Ercole Procaccini (1520-1591) a été l'élève de Prospero Fontana, émule bolonais de Vasari. Il a également subi l'ascendant de Corrège, sans s'éloigner pourtant d'un académisme sage et assez froid ( Conversion de saint Paul à San Giacomo Maggiore, 1573). Il part pour Milan en 1585, ouvre une école de peinture, exécute quelques tableaux p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-procaccini/#i_11763

ROMAIN JULES, ital. GIULIO PIPPI dit GIULIO ROMANO (1492 ou 1499-1546)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 326 mots
  •  • 3 médias

Né à Rome où il se forme au contact même de la ville antique que l'on redécouvrait alors avec passion, Jules Romain est le principal collaborateur de Raphaël entre 1515 et 1520 : il l'aide à la salle de l'Incendie (1512), peint, selon Vasari, plusieurs commandes importantes de Raphaël ( La Sainte Famille pour François I er , Louvre), travaille aux ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romain-jules-ital-giulio-pippi-dit-giulio-romano/#i_11763

ROSSO GIOVANNI BATTISTA DI IACOPO, dit ROSSO FIORENTINO (1494-1540)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 367 mots
  •  • 2 médias

Florentin, formé dans l'ambiance maniériste d'Andrea del Sarto, Rosso se veut sans maître ; il admire et copie Michel-Ange. Inscrit dans la corporation des peintres florentins en 1516, il se fait remarquer par l' Assomption de la Vierge (1517) au cloître de l'Annunziata. Son inspiration étrange, son dessin aigu (sous l'influence de Dürer et de Bandinelli), ses couleurs aigres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosso/#i_11763

SALVIATI FRANCESCO DE' ROSSI dit (1510-1563)

  • Écrit par 
  • Catherine MONBEIG GOGUEL
  •  • 1 404 mots
  •  • 1 média

Salviati est le prototype de ce que le maniérisme italien a produit de plus personnel, inventif, raffiné. Son art polyvalent couvre tous les domaines, de la fresque au portrait, des modèles de scénographies princières aux projets pour l'orfèvrerie, la tapisserie et la gravure. Salviati est une des grandes figures du xvi e  siècle européen. Florent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salviati/#i_11763

SAVERY ROELANDT (1576-1639)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 762 mots
  •  • 1 média

Séduisant représentant par ses paysages de fantaisie du grand maniérisme international que l'on voit fleurir sous Rodolphe II à Prague, et tenant aussi d'un réalisme scrutateur et curieux qui débouche sur une exploration nouvelle des pouvoirs de la peinture, Savery ressemble par ces traits à plusieurs peintres contemporains, tels les paysagistes Gillis van Coninxloo, Hans Bol, David Vinckboons, av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roelandt-savery/#i_11763

SEBASTIANO DEL PIOMBO SEBASTIANO LUCIANI dit (1485 env.-1547)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 272 mots
  •  • 1 média

Travaillant près de Bellini puis de Giorgione, Sebastiano Luciani était déjà célèbre à Venise lorsqu'il partit pour Rome en 1511 : les grandes figures de Saint Louis de Toulouse et de Saint Sinibald à San Bartolomeo (1508) ont une monumentalité qui dérive des fresques de Giorgione au Fondaco dei Tedeschi. À Rome, il se lie d'abord avec Raphaël, mais sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sebastiano-del-piombo/#i_11763

SPRANGER BARTHOLOMAEUS (1546-1611)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 299 mots

Né à Anvers, élève dans cette ville où vécurent aussi Jan Mandijn, Frans Mostaert et Cornelis van Dalem, Spranger part pour l'Italie en 1565 mais s'arrête à Paris où il admire l'école de Fontainebleau. Cette influence et celle des grands maîtres italiens (Corrège et Parmesan surtout) seront capitales pour son évolution, confirmée, à Rome, par des contacts avec des maniéristes flamands italianisés, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bartholomaeus-spranger/#i_11763

SUSTRIS LAMBERT (1515 env.-apr. 1568)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 260 mots

Appelé Lambert d'Amsterdam par Vasari, qui eut son fils Friedrich (1540 env.-1599) comme élève. La vie de Lambert Sustris demeure encore mal documentée. Autrefois confondu avec Lambert Lombard et Lambert Suavius, son œuvre se départage difficilement de celle de son fils, proche de Tintoret. Venu tôt en Italie, probablement à Rome puis à Venise vers 1545, cet artiste hollandais entre dans l'atelier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lambert-sustris/#i_11763

TIBALDI PELLEGRINO (1527-1596)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 306 mots

Né à Puria in Valsolda, formé à Bologne, Pellegrino Tibaldi, artiste très précoce, travaille à Rome, dès 1545-1546, avec Perino del Vaga au château Saint-Ange (décoration de la salle du Conseil, qu'il achèvera entre 1547 et 1549 dans un style nettement michelangelesque). Ce style est celui de ses autres œuvres romaines (Belvédère ; Sant'Andrea), peut-être sous l'influence de Daniel da Volterra, av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pellegrino-tibaldi/#i_11763

TINTORET (1519-1594)

  • Écrit par 
  • Anna PALLUCCHINI
  •  • 3 176 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un peintre maniériste »  : […] Le caractère essentiellement vénitien du peintre (« le séquestré de Venise », comme l'appela Sartre) n'empêche cependant pas Tintoret de suivre les développements de la peinture italienne : celle-ci, à partir des centres de Florence et de Rome, exporte la nouvelle culture maniériste, aux manifestations multiformes, mais qui est marquée par une problématique spirituelle commune et par des modes fig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tintoret/#i_11763

TITIEN (1488 env.-1576)

  • Écrit par 
  • Anna PALLUCCHINI
  •  • 3 109 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'expérience maniériste »  : […] Le changement dans le goût du peintre correspond certainement à d'intimes exigences spirituelles, mais aussi à des sollicitations extérieures. En 1527 s'établissent à Venise Pietro Aretino et Francesco Sansovino, avec lesquels Titien contracte des liens d'amitié qui l'aident sans doute à suivre l'évolution du goût de l'Italie centrale, c'est-à-dire les développements du maniérisme. Le carton de R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/titien/#i_11763

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 553 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Comment la patrie de Michel-Ange devint le « salon de l'Europe » »  : […] Michel-Ange, qui débuta peut-être comme apprenti lors de la décoration par Ghirlandaio du chœur de Sainte-Marie-Nouvelle, comme Léonard, formé, avec Lorenzo di Credi (vers 1460-1537 ?), dans l'atelier de Verrochio, sont issus de la grande tradition renaissante. Ils lui apportent, aux alentours de 1500, un renouvellement complet. Florence sert symboliquement de champ clos à leur lutte. Dans la sal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toscane/#i_11763

UTRECHT ÉCOLE D', peinture

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 498 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De nouvelles orientations »  : […] Dès leur retour à Utrecht, les caravagesques ont entraîné dans leur sillage, pour un temps plus ou moins bref, des artistes, Utrechtois ou non, qui n'étaient pas allés en Italie : à Utrecht, Bronckhorst et Johan Moreelse , le Leydois Jacob III de Gheyn et Cesar van Everdingen d'Amsterdam ; à Delft, Vermeer... Honthorst, le plus populaire, car le plus facile à imiter, finira même par influencer le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-d-utrecht-peinture/#i_11763

VAN MANDER CAREL ou KAREL (1548-1606)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 638 mots

De nombreux Flamands se réfugièrent dans les Pays-Bas du Nord à cause de leur sympathie pour les réformés lors des troubles politico-religieux des années 1580, et parmi eux des artistes dont Carel van Mander, Coninxloo, Savery. Après s'être formé un temps chez Lucas de Heere à Gand puis chez Pieter Vlerick à Courtrai et à Tournai, Van Mander se rend en 1573 en Italie, où il demeure — surtout à Rom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/van-mander-carel-ou-karel/#i_11763

VAN VEEN OTTO dit VENIUS (1556-1629)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 734 mots

Travaillant d'abord chez le Leydois Isaac Claesz van Swanenburgh, puis à Liège, en 1574, chez Dominicus Lampsonius, Otto van Veen visita ensuite longuement l'Italie (de 1577 à 1582) pour rester à jamais un « romaniste » et un humaniste aussi fervent que cultivé, admirateur de Corrège à Parme, et directement marqué par les Zuccari à Rome. Après un court arrêt à Munich, il revient dans les Pays-Bas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-van-veen/#i_11763

VASARI GIORGIO (1511-1574)

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 3 248 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un artiste officiel »  : […] Né à Arezzo, fils d'artisan et petit-fils d'un potier (d'où son nom), Lazzaro Vasari – auquel il consacrera une intéressante biographie –, Giorgio Vasari fut élève de Rosso et de Bandinelli ; il reçut aussi des leçons du maître verrier français Guillaume de Marcillat. Mais son désir de faire carrière le pousse à copier les œuvres des maîtres à Florence puis à Rome, où il se rend dès 1531. Il rech […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giorgio-vasari/#i_11763

VENISE

  • Écrit par 
  • Anna PALLUCCHINI, 
  • Michel ROUX, 
  • Freddy THIRIET
  • , Universalis
  •  • 8 049 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Dans la première moitié du xv e  siècle, le style gothique anime encore le vocabulaire formel des Vénitiens, et le passage de Paolo Uccello et d'Andrea del Castagno, qui travaille à Venise en 1442, n'a pas laissé de traces. Padoue, en revanche, où la vie culturelle bouillonne autour de l'université fréquentée par des étudiants originaires de diver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venise/#i_11763

VÉRONÈSE (1528-1588)

  • Écrit par 
  • Terisio PIGNATTI
  •  • 2 158 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La formation »  : […] Fils d'un spezapreda (tailleur de pierre-sculpteur) de Vérone, Paolo Caliari, dit Véronèse, est placé, dès l'âge de dix ans, pour y apprendre la peinture, chez Antonio Badile, mais il se plaît également, suivant l'exemple paternel, à faire des modèles en terre. Avide de connaître toutes les tendances qui vont de la tradition héritée de Mantegna à la génération véronaise du dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/veronese/#i_11763

VIGNON CLAUDE (1593-1670)

  • Écrit par 
  • Claude LAURIOL
  •  • 747 mots
  •  • 1 média

Certaines audaces de la touche et de l'éclairage donnent à Claude Vignon l'apparence d'un peintre très moderne, et même d'un précurseur de Rembrandt. Or il est plutôt un artiste éclectique qui, dans ses meilleurs moments, a su combiner, tantôt sous la magie des scintillements, tantôt avec une vigueur populaire, les suggestions du Nord et celles du Midi. Son évolution, sans ligne directrice évident […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-vignon/#i_11763

ZUCCARO FEDERICO (1540 env.-1609)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 248 mots

Né à Sant'Angelo in Vado (Marches), formé par son frère Taddeo, Federico Zuccaro travaille en collaboration étroite avec lui jusqu'en 1566 et termine les ensembles inachevés à la mort de celui-ci. La distinction de leurs œuvres datant de cette époque demeure très délicate. Par la suite, Federico affirme une personnalité fort différente de celle de son frère : c'est un artiste doué, au talent facil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/federico-zuccaro/#i_11763

ZUCCARO TADDEO (1524-1566)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 277 mots
  •  • 1 média

Né à Sant'Angelo in Vado (Marches), Taddeo Zuccaro reçoit une première formation de son père Ottavio et de Pompeo da Fano ; il la complète à Rome, dès 1540, en copiant surtout les antiques et les chefs-d'œuvre de Raphaël et de Michel-Ange. La décoration de la façade du palais Mattei (1548) révèle à tous son talent et, en 1551, Guidobaldo II, duc d'Urbin, l'appelle pour compléter le décor du chœur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taddeo-zuccaro/#i_11763


Affichage 

Alchimie

photographie

Jan van der Straet (dit Stradanus ou Stradano, 1523-1605), Le Laboratoire d'alchimie, 1571 Palazzo Vecchio, Florence 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Allégorie de la Paix, de l'Art et de l'Abondance, H. Aachen

photographie

Hans AACHEN, Allégorie de la Paix, de l'Art et de l'Abondance, huile sur toile Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg, Russie 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Allégorie de l'Eau, G. Arcimboldo

photographie

Giuseppe Arcimboldo (1527 env-1593) : Allégorie de l'Eau, huile sur toile Kunsthistorisches Museum, Vienne 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Allégorie de l'Été, G. Arcimboldo

photographie

Giuseppe Arcimboldo (1527 env-1593) , Allégorie de l'Été1573 Musée du Louvre Paris 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Calvaire, A. Janssens

photographie

Abraham JANSSENS, Calvaire, huile sur toile Musée des Beaux-Arts, Valenciennes, France 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Charles Quint et Alexandre Farnèse à Worms, T. Zuccaro

photographie

Taddeo ZUCCARO, Charles Quint et Alexandre Farnèse à Worms, fresque de la Salle des fastes farnésiens Villa Farnèse, Caprarole, Italie 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

David décapitant Goliath, M. Coxie

photographie

Michiel COXIE, David décapitant Goliath, huile sur bois L'Escurial, Espagne 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Hercule et Diane, Mabuse

photographie

Jan GOSSAERT dit MABUSE, Hercule et Diane, 1517, huile sur bois The Barber Institute of Fine Arts, University of Birmingham, Royaume-Uni 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Isabelle de Médicis, Bronzino

photographie

Angelo di COSIMO di MARIANO dit BRONZINO, Isabelle de Médicis Détrempe sur bois, 48 cm × 63 cm Galleria degli Uffizi, Florence, Italie 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La Chute des anges, D. Beccafumi

photographie

Domenico Beccafumi, «La Chute des anges», vers 1525-1535 Détail Huile sur bois, 348 cm × 228 cm Pinacoteca Nazionale, Sienne 

Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

Afficher

La Circoncision, F. Barocci

photographie

Federico BAROCCI, La Circoncision, 1590 Huile sur toile, 356 cm × 251 cm Musée du Louvre, Paris 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

La Déposition de Croix, J. Pontormo

photographie

Jacopo Pontormo, La Déposition de Croix, 1526-1528 Huile sur bois, 313 cm × 192 cm Santa Felicità, Florence, Italie 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La Déposition de croix, J. Carruci, dit Pontormo

photographie

Jacopo Carucci, dit Pontormo, «La Déposition de croix», vers 1526-1528 Détail du retable de la chapelle Capponi Huile sur bois, 313 cm × 192 cm Église Santa Felicità, Florence 

Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

Afficher

La Déposition de Croix, Rosso Fiorentino

photographie

Rosso Fiorentino, La Déposition de Croix 1521 Huile sur bois, 375 cm × 196 cm Pinacothèque de Volterra, Italie 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La Présentation de Jésus au Temple, Tintoret

photographie

Tintoret, «La Présentation de Jésus au Temple», 1554 Huile sur toile, 239 cm × 298 cm Galleria dell'Accademia, Venise 

Crédits : Cameraphoto/ AKG

Afficher

La Prise de Constantinople, Tintoret

photographie

Tintoret (1518-1594), La Prise de Constantinople, huile sur toile Palais ducal de Venise, Italie 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La Sainte Famille, Parmesan

photographie

Parmesan (1503-1540), La Sainte Famille Musée du Prado, Madrid 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

L'Adoration des bergers, Greco

photographie

Domenikos Theotokopoulos, dit Greco (1541-1614), L'Adoration des bergers, partie supérieure d'un retable du monastère de Santo Domingo el Antiguo, à Tolède Musée du Prado, Madrid 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

L'Automne, G. Arcimboldo

photographie

Giuseppe Arcimboldo (1527 env-1593) : L'Automne, une des allégories des saisons peintes pour l'empereur germanique Maximilien II Musée du Louvre, Paris 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Le Baptême du Christ, J. F. de Navarrete

photographie

Juan Fernandez de NAVARRETE, Le Baptême du Christ Musée du Prado, Madrid, Espagne 

Crédits : Index/ Bridgeman Images

Afficher

Le Christ chassant les marchands du temple, Greco

photographie

Le Christ chassant les marchands du temple, huile sur toile du peintre Domenikos Theotokopoulos, dit Greco (1541-1614) National Gallery, Londres 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Le Martyre de saint Pierre Thomas, L. Carrache

photographie

Ludovic Carrache, «Le Martyre de saint Pierre Thomas», 1598-1599 Huile sur toile, 153 cm × 117,5 cm Pinacothèque nationale, Bologne 

Crédits : Electa/ AKG

Afficher

Le Miracle de saint Marc libérant l'esclave, Tintoret

photographie

Tintoret (1518-1594), Le Miracle de saint Marc libérant l'esclave, huile sur toile Galleria dell' Accademia, Venise, Italie 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

L'Enterrement du comte d'Orgaz, Greco

photographie

Domenikos Theotokopoulos, dit Greco (1541-1614), L'Enterrement du comte d'Orgaz,1586-1588 Église Santo Tomé, Tolède, Espagne 

Crédits : Index/ Bridgeman Images

Afficher

Les Noces de Cana, Tintoret

photographie

Tintoret, «Les Noces de Cana», 1561 Huile sur toile, 435 cm × 545 cm Sacristie de Sainte-Marie-du-Salut, Venise 

Crédits : Cameraphoto/ AKG

Afficher

Miniatures, A. Oliver

photographie

Isaac OLIVER, Miniatures Victoria and Albert Museum, Londres 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Moïse sauvé des eaux, N. dell'Abbate

photographie

Nicolò dell'Abbate, «Moïse sauvé des eaux», 1560 Huile sur toile, 82,5 cm × 83 cm Musée du Louvre, Paris 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Portrait de Paul III avec ses neveux, Titien

photographie

TITIEN, Portrait de Paul III avec ses neveux, huile sur toile Museo di Capodimonte, Naples 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Saint Nicolas de Bari, Tintoret

photographie

Tintoret, «Saint Nicolas de Bari», 1555 Huile sur toile, 114 cm × 56 cm Kunsthistorisches Museum, Vienne 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Alchimie
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Allégorie de la Paix, de l'Art et de l'Abondance, H. Aachen
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Allégorie de l'Eau, G. Arcimboldo
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Allégorie de l'Été, G. Arcimboldo
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Calvaire, A. Janssens
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Charles Quint et Alexandre Farnèse à Worms, T. Zuccaro
Crédits : Bridgeman Images

photographie

David décapitant Goliath, M. Coxie
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Hercule et Diane, Mabuse
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Isabelle de Médicis, Bronzino
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Chute des anges, D. Beccafumi
Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

photographie

La Circoncision, F. Barocci
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

La Déposition de Croix, J. Pontormo
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Déposition de croix, J. Carruci, dit Pontormo
Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

photographie

La Déposition de Croix, Rosso Fiorentino
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Présentation de Jésus au Temple, Tintoret
Crédits : Cameraphoto/ AKG

photographie

La Prise de Constantinople, Tintoret
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Sainte Famille, Parmesan
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Adoration des bergers, Greco
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Automne, G. Arcimboldo
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Le Baptême du Christ, J. F. de Navarrete
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Le Christ chassant les marchands du temple, Greco
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Martyre de saint Pierre Thomas, L. Carrache
Crédits : Electa/ AKG

photographie

Le Miracle de saint Marc libérant l'esclave, Tintoret
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Enterrement du comte d'Orgaz, Greco
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Les Noces de Cana, Tintoret
Crédits : Cameraphoto/ AKG

photographie

Miniatures, A. Oliver
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Moïse sauvé des eaux, N. dell'Abbate
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Portrait de Paul III avec ses neveux, Titien
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Saint Nicolas de Bari, Tintoret
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie