MALSCIENCE. DE LA FRAUDE DANS LES LABOS (N. Chevassus-au-Louis)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La course à la publication

S’il est difficile d’estimer l’ampleur réelle du phénomène (selon l’auteur, la fourchette se situerait entre 123 millions et 12,3 milliards de dollars gaspillés pour financer des recherches ayant abouti à des articles rétractés par la suite), il n’en reste pas moins qu’aux États-Unis, de 2000 à 2010, 6 573 patients ont reçu des traitements expérimentaux au cours d’essais cliniques dont le protocole a par la suite été invalidé.

L’une des variables cruciales (qu’il faut parfois corréler aux abus de pouvoir et – ou – au sexisme) en la matière semble être la taille des équipes : plus les chercheurs travaillent de façon isolée, plus il est aisé pour eux de trafiquer les résultats expérimentaux. On comprend que ce critère peut recouvrir une inégalité disciplinaire face à la fraude : un chercheur en psychologie expérimentale esseulé est plus facilement soumis à la tentation qu’un groupe d’une centaine de chercheurs et d’opérateurs du CERN réalisant une expérience de physique des particules. Les disciplines les plus touchées par la fraude seraient la biologie, la chimie, mais aussi les sciences humaines.

La réflexion de Chevassus-au-Louis ne s’arrête pas aux seuls contextes académiques. Elle pose d’intéressantes questions épistémologiques, dans la lignée de travaux pionniers d’histoire et de sociologie des sciences, comme ceux de Harry Collins ou d’Otto Sibum. Car l’expérience cruciale est un mythe colporté par l’ensemble de la littérature scientifique, qui laisse croire qu’un chercheur aurait effectué une expérience et une seule, et qu’il en aurait tiré des données objectives. En réalité, la construction d’un dispositif expérimental et la récolte statistique des données constituent une entreprise complexe, souvent de longue haleine, visant à mettre en évidence un phénomène difficile à isoler, ce qui demande une réelle habileté théorique et pratique. Plus globalement, Chevassus-au-Louis relie cette explosion de «  [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Guillaume CARNINO, « MALSCIENCE. DE LA FRAUDE DANS LES LABOS (N. Chevassus-au-Louis) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/malscience-de-la-fraude-dans-les-labos/