MALCOLM X MALCOLM LITTLE dit (1925-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jeunesse et conversion

Né le 19 mai 1925 à Omaha (Nebraska), Malcolm Little n'est encore qu'un nourrisson lorsque sa famille déménage à Lansing (Michigan). Il avait quatre ans quand il vit sa maison incendiée par des membres du Ku Klux Klan, partisans de la suprématie blanche, et entendit son père, ministre du culte baptiste, prêcher l'évangile du retour en Afrique de l'un des premiers chefs du nationalisme noir, Marcus Garvey. Deux ans plus tard, son père meurt après avoir été renversé par un tramway, « accident » qui aurait été en fait un assassinat prémédité par des Blancs. La mère de Malcolm, Louise Little, est tellement pauvre qu'elle nourrit ses enfants de feuilles de pissenlit. Elle est internée dans un asile d'aliénés en 1939. Malcolm et ses frères et sœurs vont vivre en famille d'accueil ou chez de proches parents.

Le jeune Malcolm suit sa scolarité à Lansing, mais quitte l'école à quatorze ans quand l'un de ses enseignants lui dit qu'il ferait mieux de devenir menuisier plutôt qu'avocat, désir que l'enfant vient d'exprimer. Jeune adolescent rebelle, Malcolm fait un séjour dans une maison de redressement à Mason (Michigan), avant de s'installer chez une demi-sœur plus âgée, née du premier mariage de son père, qui vit dans le quartier de Roxbury, à Boston. Il plonge alors dans la délinquance, rabattant des clients pour des maisons closes, vendant de la drogue et montant un gang de voleurs à Roxbury et à Harlem (New York).

Emprisonné pour vol de 1946 à 1952, Malcolm Little embrasse la foi de la Nation de l'islam, organisation religieuse nationaliste et séparatiste, plus connue sous le nom de Black Muslims, dirigée par Elijah Muhammad. Sa décision de rejoindre le mouvement est également influencée par les conversations qu'il a avec son frère Reginald, alors membre de la section de Detroit et lui aussi incarcéré. Malcolm arrête de fumer, de jouer et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

  • : professeur de religion et d'études africaines au Vassar College, Poughkeepsie, New York

Classification


Autres références

«  MALCOLM X MALCOLM LITTLE dit (1925-1965)  » est également traité dans :

BLACK POWER

  • Écrit par 
  • Martine MEUSY
  •  • 784 mots
  •  • 3 médias

C'est en 1966 que Stokely Carmichael, président du SNCC (Student Non-Violent Coordinating Committee), diffuse l'expression de Black Power ou pouvoir noir. Il n'est plus possible en effet d'attendre qu'on applique les lois, ni de se contenter de la promotion de quelques Noirs au sein de la société blanche américaine . Toute la communauté noire est alors incitée à lutter pour sa propre promotion, l […] Lire la suite

LEE HELTON JACKSON dit SPIKE (1957- )

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 3 291 mots

Dans le chapitre « Du communautarisme à l'ouverture sociopolitique »  : […] On peut affirmer que Malcolm X (1992) est un film d'approfondissement thématique et non de rupture : les divers éléments présents dans les premiers travaux du cinéaste s'y retrouvent dialectisés. Dès la fin des années 1960, Hollywood veut adapter à l'écran l'autobiographie de Malcolm X, parue en 1966. Spike Lee bataille des années afin d'hériter du projet. Dès l'ouverture de cette superproducti […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

16 octobre 1995 • États-Unis • « Marche d'un million d'hommes » à l'initiative du leader noir Louis Farrakhan.

, l'organisation musulmane noire radicale fondée par Malcolm X. Louis Farrakhan est controversé, jusqu'au sein des élites noires, en raison de son discours antisémite, sexiste, sectaire, antihomosexuel et anticatholique. Au cours de cette « journée nationale de rédemption et de réconciliation », il dénonce [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Lawrence MAMIYA, « MALCOLM X MALCOLM LITTLE dit (1925-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/malcolm-x/