MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Virus VIH et lymphocyte T4

Virus VIH et lymphocyte T4
Crédits : SPL/ AKG-images

photographie

Relations de parenté entre virus humains VIH et virus simiens VIS

Relations de parenté entre virus humains VIH et virus simiens VIS
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tique en train de se nourrir

Tique en train de se nourrir
Crédits : SPL/ AKG-images

photographie

Véhicules de l’ONU près d’une rizière pendant la guerre de Corée

Véhicules de l’ONU près d’une rizière pendant la guerre de Corée
Crédits : AKG-images

photographie

Tous les médias


La part de l’homme

Chaque émergence d’une maladie nouvelle ou chaque réémergence possède ainsi ses causes et caractéristiques locales. On peut cependant les regrouper en fonction du rôle joué par l’homme, certain ou simplement possible, dans leur survenue.

– Émergence due au contact de l’homme avec des écosystèmes spécifiques : dans certains cas, la répétition d’émergence de virus (Asie du Sud-Est, zones équatoriales d’Afrique et d’Amérique) permet une surveillance précise de la faune et des hommes habitant ces régions.

– Contact accidentel accru avec la faune sauvage, surtout du fait de la déforestation et du remplacement des écosystèmes anciens par des cultures nouvelles, responsable de l’apparition ou de l’amplification de nombreuses maladies telles que la plupart des fièvres hémorragiques, la maladie de Lyme et autres maladies à tiques, mais aussi la plupart des virus émergents d’Afrique et d’Amazonie ; on peut également citer l’émergence brutale (et tragique du fait des mutilations que la maladie provoque) de maladies comme l’ulcère de Buruli (découvert en 1897, mais qui connaît une expansion fulgurante depuis 1980) et les leishmanioses forestières au Brésil en 1908-1910.

– Chute de la biodiversité, qui permet l’occupation d’écosystèmes par des organismes d’une autre origine géographique éventuellement vecteurs de maladies.

– Élevage de masse, en particulier de volailles, et commerce de poussins, qui amplifient un accident infectieux et disséminent l’agent pathogène (grippe aviaire).

– Pauvreté, famine, guerre et désorganisation des systèmes sanitaires (facteurs prépondérants de réémergence ou d’aggravation brutale d’une maladie, prenant parfois des aspects aigus comme dans le cas du typhus et du paludisme en Europe en 1919, du paludisme actuellement en Afrique centrale, etc.).

– Absence de continuité dans les techniques préventives des populations face à la nécessité de suivi dans le temps de mesures préventives.

– Rassemblements en masse d’humains, qui favorisent des poussées épidémiques brutales, ce qui permet dans ce [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages




Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-infectieuses-emergentes/