MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Virus VIH et lymphocyte T4

Virus VIH et lymphocyte T4
Crédits : SPL/ AKG-images

photographie

Relations de parenté entre virus humains VIH et virus simiens VIS

Relations de parenté entre virus humains VIH et virus simiens VIS
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tique en train de se nourrir

Tique en train de se nourrir
Crédits : SPL/ AKG-images

photographie

Véhicules de l’ONU près d’une rizière pendant la guerre de Corée

Véhicules de l’ONU près d’une rizière pendant la guerre de Corée
Crédits : AKG-images

photographie

Tous les médias


Le rôle du franchissement de la barrière d’espèces dans l’émergence de maladies infectieuses

Le sida est, on l’a dit, le cas exemplaire d’une maladie émergente. Vers la fin des années 1970, on note aux États-Unis (en Californie et dans l’État de New York) que des hommes homosexuels souffrent d’asthénie, de perte de poids, d’un cancer cutané rare (sarcome de Kaposi) et finalement d’infections opportunistes comme les pneumocystoses (pneumonies provoquées par le champignon Pneumocystis carinii). C’est d’ailleurs l’usage brutalement accru de médicaments spécifiques de la lutte contre ce champignon qui alerte en juillet 1981 les centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC pour Centers for Disease Control and Prevention). On montre rapidement que tous les symptômes présentés par ces sujets proviennent de l’effondrement de leurs défenses immunitaires, dû à la diminution dramatique des lymphocytes T4. On nomme cette maladie jamais encore décrite acquired immunodeficiency syndrome (AIDS, « sida » en français). En 1983, on démontre que l’agent causal principal est un rétrovirus humain dénommé HIV-1 (pour human immunodeficiency virus 1 ; VIH-1 pour « virus de l’immunodéficience humaine 1 » en français) et qu’il en existe un second moins fréquent, le VIH-2. Ces virus n’avaient jamais été observés chez l’homme auparavant. Ils ne sont cependant pas des « aliens » : on identifie rapidement des virus très voisins chez des singes africains, chez qui ils provoquent une maladie moins grave, mais voisine. Le VIH-1 dérive très probablement du VIS-1 (S pour « simienne ») du chimpanzé, et le VIH-2 du VIS-2 du singe mangabey. Ces virus simiens n’infectent normalement pas l’homme. Un ensemble de données suggère très fortement que le franchissement de la barrière d’espèces permettant le passage du singe à l’homme est survenu en Afrique équatoriale vers 1920, et que la maladie aurait ensuite progressé à bas bruit, ne commençant son expansion qu’aux environs de 1960, la date la plus ancienne [...]

Relations de parenté entre virus humains VIH et virus simiens VIS

Relations de parenté entre virus humains VIH et virus simiens VIS

Dessin

Le matériel génétique de nombreux virus d'immunodéficience humaine (VIH) et simienne (VIS) a été déterminé. Les noms des différents isolats étudiés sont des abréviations signant leur origine (VIS L'HOEST correspond, par exemple, à un virus du cercopithèque ; Ptt est pour le chimpanzé... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages




Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-infectieuses-emergentes/