MALADIES À VECTEURS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Stratégies de lutte contre les maladies à vecteurs

Chacune de ces maladies est soignée pour elle-même. Des traitements antibiotiques ont été mis au point pour presque toutes les maladies bactériennes à vecteurs, ainsi que des vaccins pour certaines maladies virales (encéphalite japonaise et fièvre jaune). Il n'existe que peu ou pas de traitements contre les autres maladies virales. Quant aux maladies parasitaires, à côté de la quinine classique, d'autres molécules extraites de plantes comme l'artémisinine sont efficaces contre différentes formes de paludisme. Le traitement de la maladie du sommeil repose sur des molécules efficaces mais non dépourvues d'effets secondaires. Le traitement de la maladie de Chagas est décourageant. Cependant, un espoir est apparu en 2016 dans la lutte contre les deux précédentes maladies et contre les leismanioses : une molécule appelée GNF6702 produite par les laboratoires Wellcome semble active contre elles trois. De plus, le traitement de l'onchocercose et des filarioses par l'ivermectine donne de bons résultats et a amené à la quasi-éradication de la cécité des rivières dès 2002. Cependant, cet arsenal pharmacologique contre des agents de maladies à vecteurs est souvent utilisable surtout en milieu hospitalier.

Cette courte liste cache cependant mal la faible efficacité au niveau des populations et le coût des approches purement médicales. Les mesures de prévention conservent donc toute leur importance. L'éradication n'est pas à l'ordre du jour, mais la diminution significative de la fréquence de ces maladies par interruption de la chaîne de transmission est un objectif. Les mesures mises en œuvre concernent :

– la protection physique des humains, selon des moyens adaptés à chaque vecteur (vêtements, moustiquaires, grillages aux portes et fenêtres, répulsifs...), et le traitement des personnes infectées lorsque cela est possible ;

– les interventions locales sur des populations ciblées de vecteurs (décontamination des lieux infectés et des points d'eau, utilisation de pièges spécifiques, etc.) et les interventions massives sur de grandes surfaces (aspersion d'insecticides plus ou moins adaptés à l'insecte vecteur) ;

– les actions locales ou générales modifiant l'écosystème de l'insecte considéré (débroussaillage des rives de rivière, drainage et grands travaux hydrauliques, élimination systématique des lieux de ponte, etc.).

Toutes les mesures proposées supposent la connaissance précise de la distribution géographique du vecteur, son niveau de contamination par le pathogène et une connaissance approfondie de sa biologie au sein de son écosystème. Ces mesures possèdent leurs limites et un résultat significatif n'est en général obtenu que par la combinaison de plusieurs méthodes. Encore l'adaptabilité du vecteur et du pathogène ainsi que l’attitude des populations déjouent-elles bien des stratégies

Deux exemples permettent de percevoir la complexité des problèmes posés par le contrôle des maladies à vecteurs. Dans le cas de la maladie de Chagas (ou trypanosomiase sud-américaine), le pathogène est Trypanosoma cruzi, le vecteur est une punaise de genre Triatoma ou Rhodnius. Le réservoir naturel de trypanosomes est la faune sauvage, notamment le tatou et plusieurs autres espèces animales. La punaise s'infecte lors d'un repas de sang pris sur le tatou, puis infecte à son tour l'homme lors d'un repas de sang nocturne au cours duquel elle défèque le plus souvent sur le visage exposé. Les fèces contiennent les trypanosomes infectants qui pénètrent dans l'organisme par les muqueuses oculaire ou buccale. Dans l'habitat humain, les punaises gîtent dans les anfractuosités et fissures des murs en pisé, et ne sortent que de nuit. Il est hors de question d'éliminer le réservoir naturel ainsi que « toutes » les punaises. La prévention porte donc sur l'habitat : colmatage des fissures, usage d'enduits et pulvérisations répétées d'un insecticide spécifique de contact sur les lieux de vie de l'insecte. Cette pratique a abouti à un effondrement des cas nouveaux dans les zones endémiques d'Amérique du Sud. Mais, dans le même temps, le parasite a changé d'hôte et d'écosystème. Il infeste, depuis le milieu des années 2000, un triatome arboricole abondant dans les palmiers à açaï exploités en Amazonie, d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Insectes transmettant des maladies à vecteurs

Insectes transmettant des maladies à vecteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Insectes transmettant des maladies à vecteurs

Insectes transmettant des maladies à vecteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Distribution pays par pays du moustique tigre Aedes albopictus

Distribution pays par pays du moustique tigre Aedes albopictus
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Maladies à vecteurs

Maladies à vecteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Autres références

«  MALADIES À VECTEURS  » est également traité dans :

ACARIENS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CONNAT, 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 6 635 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Acariens et maladies »  : […] Les acariens sont à l'origine de nombreuses maladies ou nuisances chez l'homme, les animaux et les plantes. Chez l'homme, les deux maladies les plus connues sont la maladie de Lyme et la gale. La première, rencontrée essentiellement dans les zones tempérées, est une infection bactérienne dont les atteintes chroniques peuvent être redoutables. Elle est propagée par les tiques qui transmettent, lor […] Lire la suite

ANOPLOURES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 1 024 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Transmission de maladies »  : […] Les poux sont les vecteurs du typhus exanthématique dont les épidémies sont toujours survenues lorsque la famine, les guerres ou l'emprisonnement contraignaient certains groupes humains à perdre leurs habitudes de propreté. L'agent infectieux est Rickettsia prowazeki , et il est bien établi que les poux en sont les principaux vecteurs. Par ailleurs, bien que le typhus puisse être inoculé à divers […] Lire la suite

ARBOVIRUS

  • Écrit par 
  • Claude HANNOUN, 
  • Jean-François SALUZZO
  •  • 1 865 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pouvoir pathogène »  : […] Les maladies provoquées chez l'homme par les arbovirus sont assez variées. En fait, elles ont toutes en commun, après la contamination par piqûre et la période d'incubation, une phase initiale de « virémie » au cours de laquelle le virus est présent dans le sang, ce qui permet à de nouveaux Arthropodes piqueurs de s'infecter. Cette phase peut se manifester par une fébrile affection transitoire. D […] Lire la suite

BURGDORFER WILLY (1925-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 447 mots

Wilhelm (Willy) Burgdorfer est un chercheur américain né à Bâle, en Suisse, le 27 juin 1925. Il est surtout connu pour avoir découvert en 1981 la bactérie responsable de la maladie de Lyme, une infection propagée par les tiques, un spirochète plus tard baptisé Borrelia burgdorferi en son honneur. Wilhelm Burgdorfer obtient des doctorats de zoologie, parasitologie et bactériologie à l’universi […] Lire la suite

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET SANTÉ

  • Écrit par 
  • Virginie CAVIER
  •  • 2 489 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les maladies à vecteurs »  : […] Les maladies à vecteurs sont concernées au premier chef par les changements qui interviennent dans les écosystèmes. Pour se transmettre, les agents responsables ont besoin d’un vecteur – souvent un moustique – et d’un hôte. Les changements climatiques peuvent modifier les aires de répartition des vecteurs et donc de ces maladies. Elles disparaîtraient des zones de sécheresse, car la plupart des ve […] Lire la suite

CHIKUNGUNYA

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 200 mots
  •  • 2 médias

Le chikungunya (abrégé en chik ) est une maladie provoquée par un virus, le virus chikungunya (noté CHIKV), transmise par un insecte vecteur du genre Aedes , tout particulièrement Aedes albopictus ou « moustique tigre », espèce proche de celles qui transmettent la dengue et la fièvre jaune, deux autres arboviroses (maladies transmises par les insectes). La maladie a été décrite pour la premièr […] Lire la suite

COCCIDIES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les Hémosporidies »  : […] Les Hémosporidies sont des Eimeridés hétéroxènes. Leur importance est grande car ils parasitent les Vertébrés (Reptiles, Oiseaux, Mammifères), chez lesquels se produit la schizogonie ; cette dernière a toujours lieu dans les globules rouges. Les phases de gamogonie et la sporogonie se déroulent le plus souvent chez un insecte piqueur. Les espèces les plus importantes en parasitologie humaine ap […] Lire la suite

CORONAVIRUS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 294 mots
  •  • 1 média

Les coronavirus (abrégés en CoV) constituent un groupe de virus dont le nom (issu du latin corona signifiant « couronne ») provient de leur aspect caractéristique observé au microscope électronique : ce sont de petites sphères d’environ 130 nanomètres de diamètre, hérissées de spicules en forme de massue qui leur donnent l’apparence d’une couronne. Décrits pour la première fois au début des année […] Lire la suite

COVID-19

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 4 072 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Origine et description de la Covid-19 »  : […] La Covid-19 est une zoonose,  maladie transmise à l’homme par des animaux, dont l’espèce n’est pas ici clairement établie – le pangolin, le blaireau-furet ou le vison chinois ne constituant que des hypothèses parmi d’autres. En revanche, l’animal-réservoir du virus est certainement une chauve-souris, chez qui plusieurs coronavirus de la famille des Sarbecovirus , très semblables, ont été retrouvé […] Lire la suite

DENGUE

  • Écrit par 
  • Philippe DESPRÈS
  •  • 2 874 mots
  •  • 4 médias

Anciennement connue dans les régions tropicales, la dengue est aujourd'hui considérée comme la principale virose d'importance médicale transmise par des arthropodes ( arboviroses). Une première description possible de cette maladie est relatée dans une encyclopédie chinoise datant du iv e  siècle. Les mêmes symptômes sont décrits à partir du xvii e  siècle sous les noms de « maladie casseuse des […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « MALADIES À VECTEURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-a-vecteurs/