CHARBON MALADIE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La bactérie et son cycle

Bacillus anthracis est l'agent responsable du charbon. Il s'agit d'une bactérie Gram positif, sporulante. Les spores, qui sont la forme infectante, sont retrouvées dans le sol où elles peuvent persister pendant des dizaines d'années. La persistance est d'ailleurs une caractéristique de cet agent infectieux et elle est la cause de ce qu'on appelle communément les champs maudits. Ceux-ci correspondent à des lieux où, de façon récurrente, apparaissent des foyers de charbon. Cette maladie animale existe encore en France, où des cas isolés sont régulièrement détectés. La persistance des spores provient de propriétés communes à toutes les spores bactériennes, qui sont résistantes à de nombreux agents physiques (ultraviolets, température élevée...) et chimiques (alcools, solvants, désinfectants...). Ces différentes propriétés font que la décontamination est plus difficile à réaliser que pour d'autres agents biologiques ; elles facilitent également le stockage et le transport, d'où l'utilisation potentielle de B. anthracis comme arme biologique. La structure même de la spore est responsable de ces propriétés. Il s'agit d'une forme de survie de la bactérie ayant, lors de sa maturation, subi une dessiccation interne et dans laquelle le matériel génétique est extrêmement condensé. De plus, la spore possède à sa surface de nombreuses enveloppes (cortex et tunique), constituées de lipides, protéines et polysaccharides. Dans le groupe Bacillus cereus, dont B. anthracis fait partie, il existe une couche externe protéique structurée supplémentaire, l'exosporium. Les spores sont produites lorsque les conditions de croissance du bacille deviennent défavorables, par exemple lors de carence nutritionnelle ; elles sont métaboliquement inertes. Elles permettent à la bactérie d'attendre que les conditions environnementales redeviennent favorables. En réponse à des signaux extérieurs, les spores sont alors activées et sortent de l'état de dormance ; elles germent. Cela se caractérise par un afflux aqueux, les spores gonflent, la tunique se rompt, donnant naissance à la forme végétative, ou bacille. Toutes ces étapes peuvent être induites et étudiées au laboratoire.

Le cycle naturel de B. anthracis est le suivant. Les animaux, principalement les herbivores, inhalent ou ingèrent les spores. Peu après la contamination, les spores germent et les bacilles, bâtonnets à bouts carrés, apparaissent. Ceux-ci synthétisent les différents facteurs de virulence. La protection exercée par la capsule qui les revêt favorise une multiplication massive des bacilles. Ceux-ci sont producteurs de toxines, d'où la toxi-infection qui conduit à la mort de l'hôte. Les bacilles sont alors évacués avec les fluides corporels et se retrouvent à l'air libre. La sporulation, qui requiert la présence d'oxygène, peut ainsi se réaliser et les spores sont de nouveau dans le sol. L'efficacité de ce processus est influencée par différents facteurs environnementaux actuellement peu définis et la proportion de spores dormantes obtenues est variable.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHARBON MALADIE DU  » est également traité dans :

ARAL MER D'

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  • , Universalis
  •  • 2 362 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la mer au désert »  : […] En 1989, la mer d'Aral avait rétréci au point de former deux étendues séparées : une grande mer d'Aral au sud, comprenant la partie la plus profonde (40 m), et une petite au nord, dont la salinité a presque triplé depuis les années 1950 et qui pourrait avoir disparu en 2025. En 1992, la superficie couverte par les deux parties de la mer d'Aral était tombée à près de 33 800 kilomètres carrés, et le […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-30 novembre 2001 Afghanistan – États-Unis. Poursuite de l'offensive militaire en Afghanistan et victoire de l'Alliance du Nord

Le 21, une cinquième personne meurt de la maladie du charbon aux États-Unis. La veille, les autorités avaient évoqué l'hypothèse d'une origine interne pour ces actes terroristes. Le 22, les autorités pakistanaises décident la fermeture de l'ambassade des talibans à Islamabad. Le 25, après deux semaines de négociations émaillées de nombreuses désertions dans les rangs talibans, les troupes du chef tadjik Mohammed Daoud, appuyées par celles du chef ouzbek Abdul Rachid Dostom, entrent dans Kunduz. […] Lire la suite

1er-31 octobre 2001 Afghanistan – États-Unis. Intervention militaire en Afghanistan et contamination par la maladie du charbon aux États-Unis

Le 21 et le 22, deux postiers de Washington meurent de la maladie du charbon. Le 23, des traces de la bactérie seront découvertes à la Maison-Blanche. Le 31, la maladie du charbon fera une quatrième victime, à New York. Le 23, le Pentagone reconnaît plusieurs erreurs de tir, les jours précédents, qui ont abouti au bombardement de bâtiments et de quartiers civils en Afghanistan, sans pouvoir estimer les pertes ainsi occasionnées. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Agnès FOUET, Michèle MOCK, « CHARBON MALADIE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-du-charbon/