MAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les mythes

On doit à Freud l'idée selon laquelle ce que le rêve est au dormeur singulier les mythes pourraient l'être à l'humanité globalement considérée, c'est-à-dire l'expression travestie d'une inquiétude qu'il est impossible de démasquer si l'on néglige, au profit exclusif de leurs structures, le contenu concret du mythe comme du rêve. Découvrir la finalité de cette inquiétude, ce serait comprendre le sens des mythes. Or, de même que le rêve, interprété par Freud, est un exorcisme joué qui conjure, en lui inventant une satisfaction imaginaire et symbolique, une frustration d'origine sexuelle, de même l'angoisse devant le mal, refoulée parce que censurée, et travaillant à se donner un apaisement irréel par l'invention d'images belles et équivoques, pourrait bien rendre raison de l'origine et du contenu des récits mythologiques. L'angoisse est la peur de l'esprit devant le non-sens, et elle est plus ancienne et plus profonde que tout savoir organisé, philosophique ou scientifique ; le mal, pour la sensibilité qu'il blesse d'une blessure qui est aussi d'esprit – d'où la vanité de la distinction scolaire entre les diverses sortes de mal : physique, moral, métaphysique –, c'est le malheur irréparable ou le crime inexpiable qui amènent à se demander si, du mal dans l'existence, on ne devrait pas conclure au mal de l'existence ; celle-ci serait alors totalement absurde et injustifiable ; cette angoisse insupportable dans la lucidité du jour, le rêve éveillé des mythes la trompe et la rend tolérable par l'aveu et le désaveu mêlés que fait de sa cruauté l'idéalité bien composée de la fable surnaturelle. Et parce que l'esprit réagit partout à sa propre angoisse en usant des mêmes subterfuges à la fois complaisants et répressifs, on ne s'étonnera pas que, dans les cultures les plus différentes dans l'espace et dans le temps, il y ait, en dépit d'un foisonnement en apparence gratuit, de si nombreuses et saisissantes analogies entre les mythes.

La faute originelle

Le mythe pose, en un premier moment, un monde en dehors du monde et un temps avant le temps dans lequel se déroulent des existences bienheureuses à l'abri de la douleur, de la faute et de la mort, c'est-à-dire de toutes les formes du mal. Tout se passe comme si le refoulement du mal avait fait surgir un imaginaire espace divin ; puis, en un deuxième moment, se produit l'inévitable retour du refoulé ; le mal envahit cette sphère supérieure et antérieure de l'existence qu'avait suscitée le refus du mal ; les dieux se font la guerre ; quelques anges se changent en démons et les êtres surnaturels se mêlent des passions et des affaires des hommes, donnant au mal des profondeurs d'abîme. Ces deux temps qui composent en antithèse le récit mythologique se retrouvent notamment dans les mythes du paradis perdu.

Il suffit de rappeler les premiers chapitres de la Bible, qui font se succéder le récit d'une Création dans laquelle toutes choses s'ordonnent, sans le moindre défaut, selon l'ordre et la clarté de la puissance divine, et un deuxième récit des origines, d'une lourdeur naturaliste très appuyée, dans lequel Dieu, plus fabricateur que créateur, fait figure de Dieu manqué, jaloux de sa créature, où le Paradis, gâté d'interdictions provocatrices, contaminé par la présence d'une bête infernale, est, avant même la faute et le châtiment, un paradis perdu, cependant que l'homme et la femme, désaccordés, exilés de l'unité humaine avant d'être chassés de l'Éden, ne sont capables de désobéir, d'être séduits, de se séduire l'un l'autre que parce que le mal est déjà là, énigmatiquement antérieur à son propre commencement, irréparablement mêlé aux choses telles qu'elles sont, au point que l'humanité ne peut acquérir la connaissance, travailler, se multiplier, c'est-à-dire devenir ce qu'elle est appelée à être, qu'après avoir rompu avec l'innocence et l'inconscience et commis une faute, qui parle d'autant plus violemment à l'imagination qu'elle est, en elle-même, irreprésentable, inconceptualisable, et qu'elle cumule les contradictions : libre et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MAL  » est également traité dans :

ANTÉCHRIST

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 1 188 mots
  •  • 1 média

C'est dans un texte du Nouveau Testament — la première Épître de Jean (fin i er /déb. ii e s.) — qu'apparaît pour la première fois le mot grec antichristos , dont le français « antéchrist » est le calque imparfait. Cependant, on voit se former l'idée d'un antimessie — c'est ce que signifie proprement antichristos — bien avant l'apparition du christianisme. En effet, les espérances eschatologique […] Lire la suite

CATHARES

  • Écrit par 
  • Christine THOUZELLIER
  •  • 6 769 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le dualisme et les Églises »  : […] Pour les cathares, le problème crucial est celui du mal, qu'on trouve dans l'univers rempli de créatures vaines et corruptibles, et qu'ils ne peuvent imputer à Dieu. Leur foi repose sur la conviction commune que ce monde visible et tout ce qu'il renferme est l'œuvre du diable. Selon le traité de Bartholomé de Carcassonne, « il y a un autre monde formé de créatures incorruptibles et éternelles ». […] Lire la suite

DEVOIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 242 mots

Dans le chapitre « « Une voix intérieure » »  : […] Les stoïciens ont porté à sa perfection la conception antique du devoir, que l’on trouve exprimée en un adage : « Le sage est heureux même dans le taureau de Phalaris. » Phalaris, tyran d’Agrigente, avait demandé qu’on fabrique un taureau en airain creux dans lequel les suppliciés étaient enfermés avant qu’on allume un brasier sous la statue de métal. Premiers philosophes à avoir mis l’accent sur […] Lire la suite

ÉRA ou ERRA POÈME D'

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 676 mots

Poème babylonien qui doit son titre au nom de son protagoniste, le dieu de la Peste et de la Guerre. Le poème d'Éra raconte, en quelque sept cent cinquante vers, la destruction et la restauration de la Babylonie : les Sept, divinités guerrières, excitent leur maître Éra, qui y est déjà enclin, à attaquer les hommes, coupables d'être trop bruyants, et même les animaux. Son compagnon, Ishum, qui jou […] Lire la suite

ÉTHIQUE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 5 715 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « pôle-tu » de l'éthique »  : […] La position par soi-même de la liberté a pu être appelée le point de départ de l'éthique, mais elle ne constitue pas encore l'éthique elle-même. Ce qui manque, c'est la position dialogique de la liberté en seconde personne. Nous n'avons donc fait que la moitié, et même le tiers, du chemin dans une analyse purement solipsiste de l'exigence d'effectuation de la liberté. On entre véritablement en ét […] Lire la suite

FRAZER JAMES GEORGE (1854-1941)

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 3 467 mots

Dans le chapitre « Le « Rameau d'or » »  : […] L'essentiel de la gloire dont a joui Frazer provient de son grand ouvrage Le Rameau d'or ( The Golden Bough ), qui révéla à un public nombreux une discipline encore jeune, l'anthropologie sociale, mais aussi et surtout l'univers étrange et fascinant des croyances, des coutumes, des rituels et des mythes des peuples primitifs. La genèse de l'œuvre s'étend sur presque toute la période productive de […] Lire la suite

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « Signification philosophique et psychologique »  : […] Le gnosticisme correspond à une certaine expérience intérieure qui s'exprime avec une remarquable constance dans les différentes sectes. La phénoménologie de la conscience gnostique a été décrite de manière excellente par H.-C. Puech. Le sentiment fondamental du gnostique consiste à se sentir « étranger » au monde. Il éprouve sa situation d'être-au-monde comme anormale, comme violente : le corps, […] Lire la suite

JEAN LIVRE SECRET DE

  • Écrit par 
  • Michel PEZIN
  •  • 326 mots

L'importance de l'écrit gnostique qu'est l' Apokryphon (ou Livre secret ) de Jean se mesure au nombre des versions antiques qu'on en a retrouvées : trois dans la bibliothèque de Nag Hammadi ( Codex II , III et IV ) et celle du papyrus copte de Berlin n o 8502. Ce texte, qui était connu par des citations et des allusions d'Irénée ( Adv. haereses , I, xxix et xxx ), se présente comme une révéla […] Lire la suite

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 383 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La religion rationnelle »  : […] Une connexion aussi nécessaire qu'irréversible est ainsi établie entre la question proprement morale : que dois-je faire ? et celle qu'elle se subordonne comme proprement religieuse : que puis-je espérer ? Convaincu d'exprimer comme vérité philosophique l'essence même de l'esprit du christianisme, Kant pouvait ainsi faire entrer La Religion dans les limites de la simple raison (1793), en exposant […] Lire la suite

LOKI

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 1 235 mots

Dans la mythologie du Nord, Loki est le dieu du Mal. Mais cette définition est peu éclairante, car la conception que l'on peut se faire du « mal » varie infiniment avec les lieux, les époques, les hommes, les cultures ; et, comme le Nord présente un phénomène caractérisé de brassage (de peuples et d'influences surtout), il est presque décourageant de tenter de préciser les contours de la figure, é […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mai 2022 Ukraine – Russie. Évacuation des derniers combattants de Marioupol.

Le 8, dans son message vidéo quotidien, Volodymyr Zelensky affirme, à l’occasion de la célébration de la victoire du 8 mai 1945, que « le Mal est revenu », tout en promettant aux Ukrainiens la « victoire » et la « paix ». Le 8 également, les forces ukrainiennes achèvent une série d’attaques contre l’île aux Serpents occupée par les Russes, en mer Noire. […] Lire la suite

26 avril 2022 Tunisie. Création d'un Front de salut national.

Ahmed Nejib Chebbi, figure de l’opposition au régime de l’ancien président Zine el-Abidine Ben Ali, annonce la création d’un Front de salut national qui entend œuvrer à la restauration du processus démocratique et constitutionnel mis à mal par le « coup d’État » du président Kaïs Saïed, ainsi qu’au redressement de l’économie. Ce Front regroupe cinq partis d’opposition – Ennahda, Qalb Tounes, coalition Al Karama, Hizb el-Harak et Al Amal – et cinq associations de citoyens. […] Lire la suite

15-17 janvier 2022 Chine. Annulation des ventes de billets en vue des jeux Olympiques d'hiver.

La multiplication des foyers de contamination à travers le pays met à mal la politique gouvernementale de tolérance zéro face au virus. […] Lire la suite

19 septembre - 1er octobre 2021 États-Unis – Haïti. Polémique au sujet du traitement des migrants à la frontière mexicaine.

Le 24, le président Joe Biden, que ses détracteurs accusent d’avoir assoupli les conditions d’immigration, déclare, au sujet des agissements des gardes-frontières : « C’est mal. Cela envoie le mauvais message au monde. Le mauvais message chez nous. » Le 1er octobre, une délégation américaine en visite à Port-au-Prince présente des excuses au peuple haïtien pour le traitement infligé aux migrants à la frontière. […] Lire la suite

15-22 septembre 2021 France – Australie – États-Unis – Royaume-Uni. Changement d'alliance dans la zone indo-pacifique.

Le 16, Pékin dénonce un accord « irresponsable » qui « met sérieusement à mal la paix et la stabilité régionale et intensifie la course aux armements ». Le 17, Paris annonce le rappel de ses ambassadeurs à Washington et Canberra. Le lendemain, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian justifiera cette mesure sans précédent en déclarant : « Il y a eu mensonge, il y a eu duplicité, il y a eu une rupture majeure de confiance, il y a eu mépris […]. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Étienne BORNE, « MAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mal/