MAÎTRES À L'ŒILLET (fin XVe-déb. XVIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On désigne sous le nom de Maîtres à l'œillet un certain nombre de peintres suisses de la fin du xve et des premières années du xvie siècle, dont les œuvres portent soit un œillet blanc et un œillet rouge, soit un œillet croisé avec un brin de lavande, soit un œillet seul. Plusieurs explications ont été proposées concernant la signification (marque d'atelier, de confrérie) et les raisons du choix de cette marque (valeur symbolique de la fleur, couleurs de la Confédération), mais aucune ne s'appuie sur des arguments solides. On établit en général une distinction, parmi les œuvres signées ainsi, entre la production de peintres de l'Oberland bernois et celle de peintres zurichois. L'œuvre la plus importante du premier groupe est le retable qui orne le maître-autel de l'église des Cordeliers à Fribourg, peint en 1479-1480, et auquel plusieurs peintres ont collaboré sans que les documents nous permettent de définir avec certitude la part prise par chacun dans l'exécution de l'œuvre. Le style reflète l'influence, prédominante alors en Suisse comme en Allemagne et dans toute l'Europe centrale, de la peinture flamande. Les panneaux dispersés d'un Retable de saint Jean-Baptiste, jadis dans l'église des dominicains de Berne (musées de Berne, Budapest, Zurich), sont d'un art plus grossier. Un Maître à l'œillet de Zurich a été identifié avec Hans Leu l'Ancien. Le Retable de la Sainte Parenté de Karlsruhe (Kunsthalle) est attribué tantôt à ce dernier maître, tantôt à un membre de la famille Zeiner, famille de peintres qui travaillèrent à Zurich autour de 1500. Quel que soit le mérite, d'ailleurs inégal, des différents Maîtres à l'œillet, leurs œuvres ne dépassent pas en qualité la moyenne de la production picturale dans les pays germaniques à cette époque.

—  Pierre VAISSE

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification


Autres références

«  MAÎTRES À L'OEILLET (fin XV e -déb. XVI e s.)  » est également traité dans :

LEU HANS, L'ANCIEN (actif entre 1488 et 1507) & LE JEUNE (actif entre 1507 et 1531)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 233 mots

Peintres suisses de la fin du xv e et du début du xvi e  siècle. Hans Leu l'Ancien a travaillé à Zurich entre 1488 et 1507, date probable de sa mort. On a de sa main cinq fragments d'un retable des saints patrons de Zurich, représentant des vues de la ville (Musée national suisse, Zurich). Certaines analogies stylistiques lui ont fait attribuer les œuvres groupées sous le nom du Maître à l'œillet […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre VAISSE, « MAÎTRES À L'ŒILLET (fin XVe-déb. XVIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maitres-a-l-oeillet/