SAVOIE MAISON DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une terre romaine

La préhistoire n'est certes pas absente des Alpes du Nord. Les pierres à cupules de Maurienne, de Tarentaise ou de l'avant-pays, les vestiges funéraires, les témoins fournis par des cités lacustres, le type humain même donnent à entendre que l'occupation du sol y a été fort ancienne, la présence allobroge (gauloise) respectant largement les communautés de montagne. L'influence romaine (ier s. av. J.-C.) s'est manifestée de quatre manières : mise en valeur agricole des parties basses ; établissement de routes véritables avec deux grands axes : Cularo (Grenoble) à Genabum (Genève) et Vienna (Vienne) à Mediolanum (Milan) ; naissance de villes, modestes mais bien agencées, centres administratifs comme Axima (Aime), de plaisance comme Aquae (Aix), ou de commerce comme Boutae (Annecy) ; enfin introduction de la civilisation et de la langue latines et du christianisme.

La partie la plus active est alors le long de la route de Romanieu sur le Guiers au Petit-Saint-Bernard, avec les relais de Lemencum (Lémenc à Chambéry) et du poste de douane dénommé à tort Ad Publicanos, peut-être situé à Conflans. D'Axima, le procurateur administre le pays des Ceutrons (Tarentaise) et le Valais. La Maurienne reste relativement à l'écart et le Mont-Cenis (le petit, et non l'actuel) est encore peu fréquenté.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SAVOIE MAISON DE  » est également traité dans :

AMÉDÉE V LE GRAND (1249-1323) comte de Savoie (1285-1323)

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 257 mots

Second fils de Thomas II, Amédée doit, à la mort de son père (1259), laisser gouverner ses oncles. Arrivé au pouvoir en 1285, il cède ses domaines piémontais en apanage à son neveu Philippe d'Achaïe, fils de son frère aîné Thomas III, mort en 1282. En 1272, sa femme, Sibylle de Bage, lui avait apporté la Bresse en dot. Continuant la politique prudente de ses aïeux, il cherche, comme eux, à agrandi […] Lire la suite

AMÉDÉE VI, dit LE COMTE VERT (1334-1383) comte de Savoie (1343-1383)

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 451 mots

Fils du comte Aimon, Amédée VI succède à son père à l'âge de neuf ans. Pendant la régence, les Visconti menacent le Piémont, tandis que la France absorbe le Dauphiné. À partir de 1350, Amédée VI gouverne personnellement, et l'expansion reprend. À l'ouest, il renforce l'alliance avec la France de Jean le Bon. Vainqueur des Dauphinois aux Abrets (1354), il règle la question des frontières au traité […] Lire la suite

AMÉDÉE VIII (1383-1451) comte (1391-1416) puis duc de Savoie (1416-1440)

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 430 mots

Fils aîné d'Amédée VII, Amédée VIII comte de Savoie succède à son père en 1391. Durant sa minorité, le comté tombe sous la tutelle du duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, à la faveur des querelles de factions nobiliaires. À partir de 1400, la première tâche d'Amédée VIII est donc de se libérer progressivement de cette sujétion, sans s'aliéner ce puissant voisin. La même politique prudente est appl […] Lire la suite

EMMANUEL-PHILIBERT (1528-1580) duc de Savoie (1553-1580)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 697 mots

Fils de Charles III (1504-1553), le malchanceux, et de Béatrix de Portugal, Emmanuel-Philibert de Savoie est à peine âgé de huit ans quand les troupes françaises et suisses occupent, pour une durée de vingt-trois ans, la quasi-totalité de l'État savoyard à l'exception de Nice, de Vercelli et de la vallée d'Aoste. Occupation qui est, en réalité, une annexion pure et simple. Aussi le jeune homme est […] Lire la suite

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La politique italienne »  : […] C'est encore la politique des nationalités que Napoléon III voudrait faire triompher en Italie. Mais, conduite jusqu'au bout, elle aboutirait à la création d'une grande puissance aux portes de la France. Il se contentera donc pour les Italiens de l'indépendance dans le cadre d'une confédération analogue à la Confédération germanique, projet conforme aux idées de l'époque, car la plupart des Itali […] Lire la suite

GENÈVE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Patrick PIGEON
  • , Universalis
  •  • 4 562 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La cité épiscopale (1032-1533) »  : […] Un conflit de souveraineté naît entre les comtes de Genevois, qui possèdent le diocèse, étendu sur la plus grande partie de la Savoie septentrionale et sur les marches du Bugey et du Valromey, et l'évêque, chef spirituel, mais aussi souverain temporel et prince d'Empire. Par l'accord de Seyssel (1124), le prélat se fait reconnaître une prépondérance qui lui est bientôt contestée par la communauté […] Lire la suite

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « La victoire espagnole »  : […] Les guerres d'Italie rebondissent avec l'élection impériale de 1519, où Charles de Habsbourg triomphe de François I er . Charles I er , devenu Charles Quint, qui a joint aux possessions espagnoles les terres des Habsbourg d'Autriche, encercle dangereusement la France et attaque le Milanais. François I er est battu à Pavie (24 févr. 1525) et emmené en captivité. Il doit souscrire en 1526 au traité […] Lire la suite

MANDRIN LOUIS (1724-1755)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 325 mots

Fils d'un maréchal-ferrant qui le laisse, à sa mort en 1742, chef d'une famille de neuf enfants, Louis Mandrin est compromis dans une rixe en 1753 et condamné à être roué vif ; un de ses frères est pendu comme faux-monnayeur. Louis se réfugie dans l'illégalité, s'enrôle dans une bande dont il devient bientôt le chef en 1754. La contrebande connaît alors son maximum d'extension. Mandrin groupe jusq […] Lire la suite

RISORGIMENTO

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 4 791 mots
  •  • 5 médias

Après avoir connu la gloire de l'Empire romain, puis la primauté de l'Italie pontificale du Moyen Âge, l'élite de la péninsule aspire, au xix e  siècle, à la réalisation de la « troisième Italie ». Le Risorgimento (de risorgere  : resurgir) répond, dans le domaine national, au Rinascimento , la Renaissance culturelle du xvi e  siècle. Popularisé à la fin du xviii e  siècle par le dramaturge Alfie […] Lire la suite

SAINT-BERNARD COL DU GRAND-

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 808 mots
  •  • 1 média

Entre le Valais et le val d'Aoste, le Grand-Saint-Bernard est l'un des plus anciens passages de l'arc alpin. Il s'ouvre, à 2 472 mètres, entre les massifs du Mont-Blanc et du Grand-Combin, unissant les vallées du Buthier, tributaire de la Doire Baltée et du Pô, et d'Entremont, affluent du Rhône. L'impératif de franchissement a dû triompher de conditions physiques difficiles. De Bourg-Saint-Pierre, […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Démission du ministre de l'Économie et des Finances Hervé Gaymard. 16-25 février 2005

e arrondissement, qu'ils louent. Le 25, Libération annonce qu'Hervé Gaymard, qui a affirmé dans un entretien paru la veille dans Paris-Match n'avoir « pas de fric », est également propriétaire d'une maison dans le Finistère et d'une […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LOVIE, « SAVOIE MAISON DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maison-de-savoie/