MAIMONIDE (M.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la logique à la « Mishneh Tōrāh »

Maimonide, né à Cordoue, en Espagne, étudia la Bible et le Talmud avec son père, Rabbi Maimon, qui était versé dans l'exégèse rabbinique ; en même temps, il s'adonna aux études scientifiques. Après la conquête de Cordoue en 1148 par la peu tolérante dynastie des Almohades, la famille Maimon dut quitter la ville et pérégrina à travers l'Espagne, l'Afrique du Nord – vivant quelque temps à Fez –, la Terre d'Israël, pour s'installer finalement en Égypte à Fostat (le vieux Caire), en 1165. C'est là que Maimonide écrivit ses magna opera et se fit connaître à travers le monde juif comme un maître spirituel et une autorité dans le domaine de la Loi. Il fut aussi médecin à la cour de Saladin. Mort en Égypte, il fut inhumé en Terre d'Israël, à Tibériade.

Maimonide

Maimonide

photographie

Maimonide (1135-1204), savant et philosophe juif, également connu sous le nom de Ramban. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le premier livre de Maimonide est un court Traité de logique, qu'il écrivit en arabe (Ṣinā‘at al-Manṭiq), alors qu'il était encore adolescent. Cet ouvrage a été, dans sa version hébraïque (Millōt ha-Higgāyōn), le texte classique d'introduction à la logique aristotélienne pour les jeunes philosophes juifs jusqu'au début de la période moderne. Moïse Mendelssohn lui a consacré un important commentaire en hébreu. En 1158, Maimonide commença à rédiger son premier opus magnum, un commentaire arabe de la Mishnah (Kitāb al-Sirāj ; en hébreu : Séfer ha-Mā'ōr), qu'il acheva en 1168. Outre ses élucidations et ses interprétations de la loi rabbinique, cet ouvrage contient trois monographies sur des sujets philosophiques et théologiques : en premier lieu, l'introduction générale du commentaire examine les questions majeures concernant le fondement de l'autorité de la loi rabbinique, ainsi que la méthodologie de la transmission et de l'interprétation de celle-ci ; elle comprend aussi un développement sur le phénomène de la prophétie et sur sa relation avec la Loi. En deuxième lieu, l'introduction au chapitre x du traité de la Mishnah intitulé

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur en philosophie, professeur au département de pensée juive de l'université de Jérusalem

Classification


Autres références

«  MAIMONIDE MOÏSE (1135-1204)  » est également traité dans :

MAIMONIDE

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 214 mots
  •  • 1 média

Né à Cordoue, mort à Fostat (Vieux Caire), Moïse ben Maïmon, dit Maimonide, incarne trois aspects majeurs du judaïsme médiéval. Formé par son père au Talmud et aux philosophes arabes en Espagne, puis au Maroc durant les persécutions des Almohades – persécutions et conversions forcées qui anéantissent le judaïsme d'al-Andalus et d'Afrique du Nord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maimonide/

GUIDE DES ÉGARÉS, Moïse Maïmonide - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 837 mots
  •  • 1 média

Natif de Cordoue, Maimonide (Rabbi Moïse ben Maimon, 1135 ou 1138-1204) dut fuir en Afrique encore enfant, après la conquête de l'émirat par les Almohades. Son œuvre, écrite pour l'essentiel au Caire (il fut médecin à la cour de Saladin), fait de lui à la fois l'une des grandes autorités rabbiniques et le plus radical sans doute des philosophes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guide-des-egares/#i_3928

ABULAFIA ABRAHAM BEN SAMUEL (1240-apr. 1291)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 340 mots

Kabbaliste né à Saragosse, Abulafia voyage dès sa première jeunesse en Palestine, où la guerre des chrétiens contre les musulmans l'arrête à Acre et le force à revenir en Europe. Il se marie en Grèce, puis séjourne quelque temps en Italie, à Capoue, où il étudie sous la direction de Hillel ben Samuel de Vérone et de Baruch Togarmi, auteur d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-ben-samuel-abulafia/#i_3928

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 546 mots

Dans le chapitre « La littérature apologétique juive »  : […] le kalam et sur le néo-platonisme. Dans le Guide des égarés (1195) Moïse Maimonide prouva que la foi d'Israël et la sagesse grecque, bien que différentes dans leur origine, sont identiques dans leur essence et doivent se rejoindre pour les croyants. La spéculation rationnelle put être considérée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apologetique/#i_3928

CRESCAS ḤASDAÏ BEN ABRAHAM (1340-1410)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 520 mots

Haute figure de la pensée juive d'Espagne à la fin du Moyen Âge, Ḥasdaï Crescas fut à la fois lié à la cour du roi d'Aragon et établi dans les fonctions de grand rabbin de la communauté de Saragosse. À l'orée de ce siècle qui allait être celui de l'expulsion des juifs de la péninsule Ibérique, il composa une chronique des massacres dont furent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hasdai-ben-abraham-crescas/#i_3928

HÉBRAÏQUES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY, 
  • René Samuel SIRAT
  •  • 8 502 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La littérature hébraïque à l'époque médiévale »  : […] imprégnée de culture arabe et, à travers elle, de culture grecque. Le plus grand philosophe fut sans conteste Maimonide, né en 1134, mort en 1205. Ses ouvrages, rédigés en arabe, furent traduits en hébreu par Samuel Ibn Tibbon (de la grande famille provençale des Tibbonides qui traduisirent les ouvrages de philosophie juive les plus importants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-hebraiques/#i_3928

HYGIÈNE

  • Écrit par 
  • Philippe HARTEMANN, 
  • Maurice MAISONNET
  •  • 9 489 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Islam médiéval »  : […] Bien d'autres médecins de l'Islam se penchèrent sur l'hygiène ; peut-être faudrait-il aussi signaler le nom de Mosheh ben Maymon (Moïse Maimonide), médecin de la cour de Saladin au xiie siècle, qui composa un traité d'hygiène appelé Tractatus de regimine sanitatis : ce traité renferme de très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hygiene/#i_3928

JUDAÏSME - La religion juive

  • Écrit par 
  • Georges VAJDA
  •  • 6 502 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théologie du judaïsme médiéval »  : […] Moïse Maimonide (1135-1204) représente le sommet de la théologie spéculative du judaïsme. Après lui, celle-ci demeura productive en langue hébraïque. En effet, on traduisit rapidement en hébreu les œuvres théologiques écrites en arabe entre le x […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-la-religion-juive/#i_3928

KROCHMAL NA'HMAN (1785-1840)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 292 mots

passe les dix années suivantes à dévorer les écrits d'auteurs tels Moïse Maimonide, grand penseur juif du Moyen Âge dont le Mōreh ha-Nebūkhim (« Guide des égarés ») lui inspirera plus tard son propre traité philosophique, la littérature hébraïque, les philosophes allemands – tout particulièrement Hegel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/na-hman-krochmal/#i_3928

SOHRAWARDĪ ou SUHRAWARDĪ SHIHĀBODDĪN YAHYĀ (1155-1191)

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET
  •  • 5 030 mots

Dans le chapitre « La sagesse orientale »  : […] ont démontré qu'au xive siècle Rabbi David Maīmonide, chef de la communauté juive d'Égypte, s'inspira très largement du plan et de la doctrine de Sohrawardī. C'est dire l'ampleur que celle-ci sut donner à son influence, dans l'ensemble des communautés du Livre en Orient, mais aussi, semble-t-il, dans l'Occident musulman. Il n'en est que plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sohrawardi-suhrawardi/#i_3928

TŌRAH

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 2 861 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La pensée juive médiévale et la Tōrah »  : […] et la révélation et qui, à la suite des Mu‘tazilites musulmans, distingue, parmi les commandements de la Tōrah, entre les commandements de raison et les commandements d'obéissance. Chez Maimonide (1135-1204), la plus grande figure de l'intellectualisme juif médiéval, on découvre d'abord, dans sa Répétition de la Loi (Mišneh Tōrah, 1180), une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/torah/#i_3928

Voir aussi

Pour citer l’article

Warren Zev HARVEY, « MAIMONIDE (M.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maimonide-m/