MAHĀBHĀRATA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les problèmes historiques et littéraires

À la fin du deuxième millénaire précédant l'ère chrétienne, pense-t-on généralement, le chef de l'une des tribus āryennes qui s'installèrent dans l'Inde du Nord-Ouest s'appelait Bharata. Suivant un procédé de dérivation habituel à la langue sanskrite, ses descendants, et plus généralement les membres de son clan, portaient le nom de Bhārata (« issus ou dépendants de Bharata »). Par ailleurs, l'ouvrage entier du Mahābhārata révèle l'existence de luttes tribales qui ont dû se produire vers le xe siècle avant notre ère et que les chantres épiques des siècles suivants ont magnifiées à la manière dont les Grecs ont célébré dans L'Iliade les rivalités entre les peuplades du bassin oriental de la Méditerranée.

La tradition indienne parle de deux grandes lignées mythiques : la lignée solaire, illustrée par la deuxième épopée, le Rāmāyaṇa, et la lignée lunaire à laquelle les héros du Mahābhārata appartiennent en tant que descendants de Bharata, lignée qui eut pour capitale Hastināpura, située au bord d'un ancien lit du Gange, au nord-est de l'actuelle Delhi ; la tradition locale en a, jusqu'à nos jours, conservé le nom, dérivé de celui de son fondateur Hastin, que la légende donne pour fils à Bharata. On rapporte que la ville fut détruite par une crue du fleuve.

La composition du poème

La tradition indienne inscrit cet immense ensemble épique au compte d'un seul auteur, Vyāsa, à qui l'on impute, au surplus, beaucoup d'autres ouvrages. Ce Vyāsa serait à la fois le conteur et l'un des personnages centraux du poème. En fait, vyāsa est un substantif que l'on peut traduire par « compilateur », quoique, littéralement, le terme désigne moins celui qui recueille que celui qui diffuse.

Le récit n'a rien de linéaire ; il se présente, au contraire, comme un foisonnement de thèmes dont on imagine difficilement la complexité. Composés en vers pour la majeure partie, la plupart des chapitres utilisent le śloka, le grand vers épique ; pourtant, çà et là, s'intercalent des mètres très divers. On y trouve aussi des fragments en prose, peu nombreux mais parfois assez longs. Cette composition si lâche s'explique lorsqu'on sait qu'elle s'étend au moins sur six ou sept siècles – trois cents ou quatre cents ans avant notre ère et à peu près autant après – sans qu'il soit possible de déterminer à quelle période précise remonte tel ou tel passage. En gros, le thème central (la lutte entre les deux clans rivaux, l'origine et la préparation du combat) doit, sauf interpolations assez fréquentes, figurer parmi les portions les plus anciennes. Les passages en prose, par contre, sont tenus pour plus récents.

Au récit proprement dit s'entremêlent des légendes n'ayant souvent qu'un rapport lointain avec l'action principale : à propos d'un personnage épisodique jaillit une suite de vers traitant de lui, de sa famille, de ses exploits. En un tel enchevêtrement, on sent un procédé de conteur désireux de satisfaire la curiosité de son auditoire ou de lui rapporter des histoires connues qu'il souhaite entendre à nouveau. Enfin, l'ouvrage comporte des exposés théoriques, moraux ou religieux ; ces parties spéculatives s'écartent fréquemment du récit en cours ; le Mahābhārata se présente comme un gigantesque fourre-tout, où l'on a entassé un échantillonnage des connaissances de l'époque, entre autres de doctrines philosophiques variées, souvent imprégnées des idées du sāṃkhya-yoga.

La transmission

La genèse du poème se comprend mieux compte tenu des conditions dans lesquelles il a été conservé : la transmission était alors purement orale ; les récitants de l'Épopée connaissaient par cœur des milliers de vers ; ils en donnaient des auditions publiques à l'occasion de certaines fêtes religieuses ou profanes. Suivant le temps, le lieu ou les préférences des conteurs, ceux-ci devaient introduire des digressions en rapport avec les légendes et les traditions locales. D'où les divergences entre les manuscrits qu'on a rédigés par la suite dans différentes régions de l'Inde. Il est probable que les récitations se faisaient souvent à plusieurs voix, offrant ainsi l'embryon de ce qui deviendra le drame indien : le terme de bhārata s'était, par contamination, attaché aux récitants de l'Épopée ; plus tardivement, il a fini par désigner n'importe quelle sorte d'acteur, ce qui semble bien confirmer l'usage des récitations alternées. Comme le sanskrit ignore l'emploi du discours indirect, les parties des récitants – dont le nom apparaît hors texte [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études honoraire à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification

Autres références

«  MAHABHARATA  » est également traité dans :

MAHĀBHĀRATA (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 830 mots
  •  • 1 média

Le Mahābhārata, ou la « Grande (Guerre) des Bhāratas », est la plus vaste œuvre connue de la littérature hindoue : ses dix-neuf livres ne comptent pas moins de cent vingt mille versets. Immense compilation de récits oraux à l'origine, cette œuvre collective qu'on attribue au mystique Vyāsa aurait pris forme entre le ive siècle avan […] Lire la suite

ĀŚRAM ou ASHRAM

  • Écrit par 
  • Guy DELEURY
  •  • 1 739 mots

Dans le chapitre « Le temps de l'effort »  : […] Les hindous aiment à décrire leur religion comme celle du catur-varna-āśrama-dharma , c'est-à-dire la loi (cosmique) des quatre classes d'homme et des quatre âges de la vie. Quand on sait l'importance que l' Inde accorde aux varna , c'est-à-dire aux classes ou castes, on devine la place qu'elle doit donner aux āśrama ou aux âges, ces deux notions étant intimement liées. De même que l'humanité est […] Lire la suite

BHAGAVAD GĪTĀ

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 2 183 mots

La Bhagavad Gītā , « Chant du Bienheureux Seigneur », est un des longs passages spéculatifs insérés dans le Mahābhārata , la grande Épopée indienne, mais sa composition et son inspiration en font un tout autonome. Elle expose l'enseignement métaphysique et mystique donné par Viṣṇu, sous la forme de Kṛṣṇạ, à l'un des princes, héros de la guerre qui va mettre aux prises deux clans rivaux et apparen […] Lire la suite

BHĀRATA NĀṬYA-ŚĀSTRA DE

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 213 mots

Héros éponyme de l'Inde, fils du roi Dushyanta (ou Dushmanta), de la dynastie « lunaire » des Pauravas, et de la belle Shakuntala, fille de l'ermite Vishvamitra, Bhārata aurait été suivant la tradition le premier souverain universel de l'Inde. Ses trois « fils », ou descendants par Shantanu roi d'Hastināpura, sont : Dhritarāshtra, dit Kuru, né aveugle, Pāndu, le « pâle », et le sage Vidura. Des de […] Lire la suite

BRAHMANISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Les divinités »  : […] Le brahmanisme et l'hindouisme qui en est issu se caractérisent par la facilité avec laquelle ils assimilent les divinités et les croyances qu'ils rencontrent. Ainsi le brahmanisme, héritier du védisme, va conserver la plupart de ses divinités, en même temps qu'il adoptera, les assimilant à ses dieux, celles auxquelles rendaient un culte des groupes sinon autochtones, du moins installés antérieu […] Lire la suite

BROOK PETER (1925- )

  • Écrit par 
  • Georges BANU
  •  • 2 298 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un nouveau départ : le Centre international des recherches théâtrales et les Bouffes du Nord »  : […] Installé à Paris, Peter Brook, libéré des exigences de la production théâtrale habituelle, se lance d'abord dans une recherche radicale qui porte sur la voix et les sons « premiers ». Il fait travailler les membres de son équipe sur des langues anciennes dans les espaces mythiques de Persépolis. Les recherches aboutiront à une version du mythe de Prométhée placée sous le signe de la quête des ori […] Lire la suite

CARRIÈRE JEAN-CLAUDE (1931-2021)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 1 094 mots

Fils de viticulteurs, Jean-Claude Carrière naît le 19 septembre 1931 à Colombières-sur-Orb (Hérault), où il passe son enfance. Alors qu’il a treize ans, ses parents prennent la gérance d’un café à Montreuil-sous-Bois. Dès le lycée, il est attiré par le cinéma et la littérature, pense devenir professeur, mais écrit déjà dans des revues littéraires pendant ses études au lycée Lakanal puis à l’École […] Lire la suite

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 800 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'idée de tradition épique en Inde »  : […] Les plus anciens monuments littéraires indiens qui nous sont parvenus sont les Veda, recueils d'hymnes et textes religieux qui ne sont pas dénués de matière épique. Il faut attendre les environs de l'ère chrétienne pour avoir de véritables récits suivis et pouvant recevoir la dénomination d'épopée : le Mahābhārata et le Rāmāyaṇa sanskrits, le Cilappatikāram tamoul, etc. La conscience de la narr […] Lire la suite

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 182 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des œuvres épiques aux collections de textes »  : […] Dès la fin des upaniṣad classiques, donc un peu avant l'ère chrétienne, les croyances formant le fond de l'hindouisme ont pris corps, attestant la vitalité d'un mouvement sans doute encore plus ancien et parallèle au brahmanisme védisant. Ainsi la Śvetāśvatara prône le culte de Rudra-Śiva, Personne Suprême, matrice universelle ; le terme même de bhakti s'y trouve au dernier chapitre. Le tout sem […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 834 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Philosophies des religions »  : […] Les grandes épopées, Mahābhārata et Rāmāyaṇa , montrent dans une affabulation épique la merveille des incarnations divines. Dans le Mahābhārata , ce sont des incarnations des dieux védiques dont les héros sont des fils et aussi l'incarnation directe en Kṛṣṇa de l'Être suprême, Viṣṇu. Dans le Rāmāyaṇa , c'est l'incarnation de Viṣṇu encore en Rāma. Ces textes contiennent des enseignements philosoph […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne-Marie ESNOUL, « MAHĀBHĀRATA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mahabharata/