MAGNITUDE, sismologie

ÉROSION ET SÉISMES

  • Écrit par 
  • Philippe STEER
  •  • 918 mots

Les séismes, ou tremblements de terre, constituent une des manifestations les plus catastrophiques de la dynamique de la Terre. Les séismes et leurs dégâts secondaires, comme les glissements de terrain et les tsunamis, sont responsables d’un coût humain et matériel très important. Ainsi les séismes de Tōhoku (Japon en 2011, magnitude 9) et du Sichuan (Chine en 2008, magnitude 7,9), avec des coûts […] Lire la suite

MEXIQUE SÉISMES DU (2017)

  • Écrit par 
  • Robin LACASSIN
  •  • 1 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Trois forts séismes en cascade »  : […] Cette crise sismique de 2017 débute le 8 septembre (en temps universel ; dans la soirée du 7 septembre en heure locale). Un premier séisme, de forte magnitude (Mw 8,2 ; Mw faisant référence à l’échelle de magnitude de moment, qui quantifie précisément l’énergie émise par le séisme), se produit au sud du Mexique. Son épicentre est situé en mer, à une centaine de kilomètres de la côte pacifique, au […] Lire la suite

PALÉOSISMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Yann KLINGER
  •  • 2 323 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Comment mettre à jour l'histoire sismologique ancienne ? »  : […] L'idée à la base de la paléosismologie est que les séismes de forte magnitude (c'est-à-dire supérieure à environ 6,5) provoquent des déformations du sol suffisamment importantes pour que celles-ci soit préservées, au moins partiellement, au cours du temps, et qu'elles nous renseignent aujourd'hui sur les séismes d'hier. Ainsi, au cours des vingt dernières années deux méthodes principales ont émer […] Lire la suite

ÉQUATEUR SÉISME EN (2016)

  • Écrit par 
  • Robin LACASSIN
  •  • 1 263 mots
  •  • 2 médias

Le tremblement de terre du 16 avril 2016, dont la magnitude de moment (Mw) – représentation de l’énergie mise en jeu par le séisme, où celle-ci est multipliée par 30 à chaque incrément, et seule mesure fiable de l’intensité des grands séismes – fut de 7,8, est survenu en Équateur à 18h58 (heure locale, soit 23h58 UTC), faisant au moins 660 morts, plus de 25 000 blessés, et de très nombreux dégâts […] Lire la suite

SÉISMES ET EXPLOITATION PÉTROLIÈRE

  • Écrit par 
  • Robin LACASSIN
  •  • 1 494 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Prévoir et anticiper les séismes induits ? »  : […] Afin d’anticiper l’occurrence d’un séisme, il suffirait donc de surveiller les failles situées à proximité des puits d’injection. Cependant, en Oklahoma, la méconnaissance du réseau de failles pose une difficulté majeure, car il devient très hasardeux de prédire la magnitude maximale des séismes induits. En effet, celle-ci dépend avant tout de la longueur des failles disponibles pour produire des […] Lire la suite

SÉISMES ET SISMOLOGIE - Ondes sismiques

  • Écrit par 
  • Michel CARA
  •  • 5 197 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La sismicité »  : […] La carte mondiale de la répartition des séismes de plus forte magnitude depuis 1900 fait clairement apparaître les frontières des plaques tectoniques. Dans les régions habitées, les séismes de magnitude 4 sont largement ressentis mais ils ne provoquent généralement aucun dégât. Les bandes étroites de sismicité qui apparaissent dans les océans correspondent à des ruptures de faille peu profondes p […] Lire la suite

SÉISMES ET SISMOLOGIE - Sismicité et tectonique des plaques

  • Écrit par 
  • Roland GAULON, 
  • Jean-Pierre ROTHÉ
  •  • 5 553 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Magnitude »  : […] Pour étudier de façon aussi quantitative que possible la sismicité du globe ou d'une région particulière et pour classer les séismes entre eux, on a cherché à définir une quantité, appelée magnitude, liée à l'énergie développée au foyer du séisme. L'échelle de magnitude (ou échelle de Richter, encore trop souvent confondue avec l'échelle des intensités) permet de comparer entre elles les énergies […] Lire la suite

SÉISMES ET SISMOLOGIE - Le génie parasismique

  • Écrit par 
  • Philippe GUÉGUEN
  •  • 8 872 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Estimation du mouvement du sol »  : […] Puisque l'amplitude des ondes sismiques s'atténue avec la distance, par répartition de l'énergie sismique sur un front d'onde plus grand au fur et à mesure que ce dernier s'éloigne de la source (atténuation produite par expansion géométrique du front d'onde), et par friction lors du passage des ondes dans la terre (atténuation intrinsèque liée aux propriétés de la roche), le mouvement du sol doit […] Lire la suite

SÉISMES ET SISMOLOGIE - Prédiction des séismes

  • Écrit par 
  • Pascal BERNARD
  •  • 4 669 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les transitoires de déformations : une approche mécanique et probabiliste »  : […] Pour arriver à intégrer l'information apportée par ces anomalies potentiellement corrélées à un séisme à venir, il faut prendre une approche différente, et considérer ces anomalies (essaims sismiques, glissements lents, circulation d'eau, trémors tectoniques...) comme des marques d'instabilité de la croûte terrestre (zones d'instabilité), qui peuvent perturber mécaniquement ou hydrauliquement la z […] Lire la suite

SISMICITÉ EN FRANCE

  • Écrit par 
  • Frédéric MASSON
  •  • 7 358 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Magnitude »  : […] La magnitude est une valeur qui traduit la quantité d’énergie libérée lors d’un séisme sous forme d’onde sismique. Elle est calculée soit à partir de l'amplitude ou de la durée du signal lue sur un sismogramme, soit à partir de l'analyse mathématique d'une partie du signal. La magnitude est une fonction continue qui peut être négative ou positive et qui, en principe, n'a pas de limite. Un sismomè […] Lire la suite

TSUNAMIS ET SÉISMES DE SUBDUCTION

  • Écrit par 
  • Robin LACASSIN
  •  • 1 897 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vers une vision plus globale du risque »  : […] Les trois exemples récents démontrent la forte variabilité des ruptures sismiques géantes de subduction. Alors que les séismes courants sont de magnitude 7,5 à 8,5 et cassent des segments de faille de l'ordre de la centaine de kilomètres, les séismes géants se superposent et traversent cette segmentation. Au sein même de ces événements on voit une variabilité dans l'espace, avec un glissement se […] Lire la suite

<!-- <script language="javascript" type="text/javascript"> if (isMobile.any() === null) { document.write('<ins class="adsbygoogle" id="adsense_text3" style="display:block" data-ad-format="fluid" data-ad-layout-key="-g8+17+6z-bd+5p" data-ad-client="ca-pub-6024595326767178" data-ad-slot="5515571784"></ins>'); (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); } </script> -->

Affichage 

Sismicité mondiale

Sismicité mondiale

photographie

Cette carte montre la répartition des séismes de magnitude au moins égale à 4 s'étant produits de 1900 à 1997 et dont l'épicentre se trouve dans des carrés de 100 × 100 en latitude et en longitude L'échelle de couleur donne la valeur de la magnitude maximale de ces tremblements de Terre... 

Crédits : Nature, 2012

Afficher

Sismicité mondiale

Sismicité mondiale
Crédits : Nature, 2012

photographie