MAGNÉTOCHIMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Bromure d'éthyle : spectre R.M.N.

Bromure d'éthyle : spectre R.M.N.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Déplacements chimiques des protons appartenant à différents groupes fonctionnels

Déplacements chimiques des protons appartenant à différents groupes fonctionnels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Porphyrindine

Porphyrindine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ions : exemples de représentation schématique

Ions : exemples de représentation schématique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Structure des molécules diamagnétiques

Application de la loi d'additivité de Pascal

L'établissement et l'utilisation de la loi d'additivité des susceptibilités diamagnétiques par Paul Pascal font de lui un des créateurs de la magnétochimie moderne.

D'après cette loi, la susceptibilité magnétique d'une molécule χM est égale à la somme des susceptibilités χA des atomes qui la constituent, corrigée éventuellement d'incréments λ caractérisant certaines particularités moléculaires :

Elle est généralement bien satisfaite (à 1 ou 2 p. 100 près) et a pu être utilisée pour la détermination de structures moléculaires.

Un cas favorable est celui où l'on hésite entre deux formules correspondant à des susceptibilités calculées suffisamment différentes. Cela se produit, en particulier, lorsque l'une des structures présente un caractère aromatique ; en effet, dans le cas du benzène par exemple, la susceptibilité molaire mesurée χM est égale à − 55,1 . 10-6 u.é.m., alors que la susceptibilité calculée pour un modèle moléculaire hypothétique supposé sans conjugaison est :

La différence :

caractéristique de l'aromaticité, représente 27,5 p. 100 de la susceptibilité.

Un calcul analogue effectué pour la molécule de cyclooctatétraène conduit à :

valeur proche de la susceptibilité molaire χM = − 51,9 . 10-6 et qui montre l'absence de conjugaison dans cette molécule pour laquelle on aurait pu s'attendre à une structure analogue à celle du benzène. Une étude du cristal aux rayons X a, d'autre part, confirmé que le cyclooctatétraène n'était pas plan et que, par conséquent, la conjugaison devait y être réduite.

De façon analogue, on pouvait hésiter sur la formule 1 a ou 1 b à attribuer à l'acide cyanurique. La mesure de la susceptibilité magnétique de l'acide cyanurique permet de montrer que seule la formule 1 a est compatible avec le diamagnétisme élevé de cette molécule. Quand les différences entre les susceptibilités calculées sont plus faibles, l'interprétation des résult [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Bordeaux-I, responsable de l'équipe de recherche de physicochimie théorique associée au C.N.R.S., laboratoire de chimie-physique de l'université de Bordeaux-I

Classification


Autres références

«  MAGNÉTOCHIMIE  » est également traité dans :

KAHN OLIVIER (1942-1999)

  • Écrit par 
  • François MATHEY
  •  • 776 mots

Chimiste français. Olivier Kahn naît à Paris en septembre 1942 dans une famille d'une grande richesse intellectuelle. Son père, Jean, était professeur et philosophe ; son frère aîné, Jean-François, est un journaliste célèbre et son frère cadet, Axel, un généticien renommé, membre correspondant de l'Académie des sciences. Olivier, quant à lui, se tourne rapidement vers la chimie et sort major de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-kahn/#i_27612

RÉSONANCE MAGNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques COURTIEU, 
  • Maurice GOLDMAN
  •  • 7 306 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Applications de la résonance magnétique à la chimie »  : […] La R.P.E. connaît quelques applications en chimie, notamment par l'étude de centres paramagnétiques appelés radicaux libres produits transitoirement au cours de certaines réactions chimiques, qui permet d'en élucider le mécanisme. L' utilisation la plus importante de la résonance magnétique, par le nombre de travaux et le nombre de chercheurs qui s'y consacrent, est cependant la R.M.N. de haute r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/resonance-magnetique/#i_27612

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean HOARAU, « MAGNÉTOCHIMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetochimie/