e siècle"/ >

MADRIGAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'âge d'or du madrigal : le XVIe siècle

La forme musicale qui, apparue pour la première fois sous le nom de madrigale en 1510, devait si brillamment illustrer le xvie siècle musical dont elle reste l'une des caractéristiques, n'a d'autre lien avec celle de l'Ars nova que le nom et un certain esprit unissant poésie et musique. Son évolution fut infléchie par le phénomène social et humain constitué par le mouvement de la Renaissance. La primauté de l'individu sur l'universel entraîna une découverte de la diversité des sentiments humains et, par conséquent, de la psychologie. Du même coup, s'évadant de l'emprise religieuse, l'expression profane s'affirma pour aboutir à une conception du rôle de la musique en rapport avec son nouveau public. C'est ainsi que, déjà rompus à la pratique du motet d'église a cappella, les madrigalistes allaient, sous l'influence de cet esprit neuf, donner à l'Italie la « musique de chambre » dont la vogue immédiate qu'elle connut est la meilleure preuve qu'elle répondait à un véritable besoin.

Né de la mutation subtile d'une composition à trois ou quatre voix de caractère populaire, la frottola, combinée avec une harmonie plus rigoureuse héritée de la polyphonie flamande, le madrigal est une pièce de forme absolument libre, sur des sujets profanes – pastoral, sentimental, voire érotique. La composition musicale continue épouse le poème, sans structure ou versification préétablie au niveau des mots aussi bien que du sens général. Le chromatisme à but expressif succède au diatonisme, permettant plus de subtilité. Le contrepoint alliant jusqu'à huit voix différenciées, d'égale importance, combinées avec une science accomplie, assure l'équilibre de l'ensemble. On assiste en somme à l'épanouissement d'une forme d'art supérieure que le compositeur applique à des textes de haute qualité. C'est l'une des raisons pour lesquelles la langue italienne joua un rôle essentiel et tint une place de premier plan dans la culture européenne.

Il a suffi d'un siècle – trois gén [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MADRIGAL  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Musique

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  • , Universalis
  •  • 6 928 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La période élisabéthaine et jacobéenne »  : […] Lorsque Élisabeth monte sur le trône en 1558, la relève des Taverner, Tye et Tallis n'est pas encore amorcée : de ceux qui leur succéderont, seul Byrd, encore adolescent, a déjà conscience de sa vocation. Deux facteurs importants, d'ordre sociologique et culturel, vont marquer la vie et la production musicales de cette ère : d'une part, l'apparition d'une classe nouvelle de citadins et de bourgeoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-musique/#i_4795

ARCADELT JACQUES (1505 env.-1568)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 438 mots

Musicien franco-flamand, un des premiers grands madrigalistes, avec C. Festa et P. Verdelot. Il fut peut-être l'élève de Josquin Des Prés et certainement celui de Verdelot qu'il fréquenta notamment vers 1530 à la cour des Médicis et avec lequel il fit le voyage de Lyon, en compagnie d'un autre musicien français, Jean Conseil (1498-1535). Il retourna à Florence en 1532, mais il quitta cette ville a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-arcadelt/#i_4795

ARS NOVA

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 6 409 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'ars nova en Italie »  : […] On sait peu de chose du développement de l'art polyphonique en Italie au xiii e  siècle, il semble cependant, à l'examen des premières œuvres polyphoniques conservées (datant environ de 1330), que les Italiens y avaient acquis une certaine maîtrise. Ces premières œuvres en effet mettent en évidence une originalité, une habileté d'écriture qui ne sauraient être le fait d'auteurs encore novices. L'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ars-nova/#i_4795

BANCHIERI ADRIANO (1568-1634)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 438 mots

Compositeur et théoricien de la musique italien né le 3 septembre 1568 à Bologne, dans les États pontificaux, mort en 1634 à Bologne, Adriano Banchieri est, après Orazio Vecchi, le deuxième plus grand compositeur de comédies madrigalesques, suites de madrigaux sans intrigue véritable qui suggèrent plus qu'ils ne narrent une action dont les détails sont laissés à l'interprétation des chanteurs et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adriano-banchieri/#i_4795

BENNET JOHN (actif de 1599 à 1614)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 252 mots

Compositeur anglais, né vers 1575, actif de 1599 à 1614, John Bennet est avant tout connu pour ses madrigaux, tantôt légers et festifs, tantôt graves, voire solennels. On ignore pratiquement tout de la vie de John Bennet, mais la dédicace qu'il inscrit dans son recueil de madrigaux à quatre voix publié en 1599 suggère qu'il est originaire du nord-ouest de l'Angleterre. Dans ses madrigaux, Bennet a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-bennet/#i_4795

CROCE GIOVANNI (1557 env.-1609)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 315 mots

Né vers 1557 à Chioggia, près de Venise, mort le 15 mai 1609 à Venise, le compositeur et chanteur italien Giovanni Croce (surnommé Chiozzotto) est, avec Andrea et Giovanni Gabrieli, l'un des musiciens les plus marquants de l'école vénitienne de son temps. Il manifeste notamment une parfaite maîtrise de la canzonetta et de la comédie madrigalesque. Élève de Gioseffe Zarlino, qui le fait entrer e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-croce/#i_4795

EAST MICHAEL (1580 env.-1648)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 289 mots

Compositeur et organiste anglais, né vers 1580, mort en 1648 à Lichfield, dans le Staffordshire, Michael East est surtout connu pour ses madrigaux ; sa musique instrumentale est cependant loin d'être négligeable. Longtemps considéré, à tort, comme un fils de l'imprimeur et éditeur musical Thomas East, Michael East (parfois orthographié Easte, Est ou encore Este) n'en serait qu'un parent éloigné. I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-east/#i_4795

FIGURALISME

  • Écrit par 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 1 329 mots

Dans le chapitre « Figuration des passions aux XVIIe et XVIIIe siècles »  : […] Parallèlement à la figuration des mots, des images, des situations et des symboles se développe celle des passions, au début du xvii e  siècle. Puisant aux sources de la pensée antique, Claudio Monteverdi (1567-1643) s'était fait l'ambassadeur de ce mouvement en rappelant, dans la Préface de son Huitième Livre de madrigaux ( Madrigali guerrieri et amorosi , « Madrigaux guerriers et amoureux », 16 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/figuralisme/#i_4795

FROTTOLA, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 336 mots

Le terme apparaît dans un madrigal de Francesco Landino (env. 1335-1397). C'est une courte chanson profane italienne, qui fut en honneur surtout à partir de la fin du xv e siècle et jusque vers 1550. Elle est de style populaire, puis lyrique, d'une écriture homophone, harmonisée à trois, quatre ou cinq parties, comprenant de rares imitations. Au début, elle apparaît en réaction contre l'art savan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frottola-musique/#i_4795

GABRIELI ANDREA (1533 env.-1586) & GIOVANNI (1555 env.-1612)

  • Écrit par 
  • France-Yvonne BRIL
  •  • 2 396 mots

Dans le chapitre « Une œuvre novatrice »  : […] On ne peut séparer les Gabrieli dans leur rôle de créateurs d'un style neuf et original fondé sur les traditions et les habitudes existantes ; leur génie est d'avoir été le trait d'union entre la polyphonie et la musique moderne. Leurs arts se complètent : Andrea s'est exprimé davantage par la polyphonie vocale, Giovanni a su, par la polyphonie instrumentale, donner naissance à une véritable musi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabrieli-andrea-et-giovanni/#i_4795

GESUALDO CARLO

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 828 mots

Le prince de Venosa appartient à l'une des plus anciennes et des plus nobles familles du royaume des Deux-Siciles, remontant au roi normand Roger II. Sa vie tourmentée — qui a inspiré à Anatole France l'une des nouvelles du Puits de Saint-Claire est celle d'un grand seigneur de la Renaissance italienne, passionné d'art et de poésie, violent, ombrageux. Marié en 1586 à la belle et ardente Maria d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlo-gesualdo/#i_4795

GESUALDO CARLO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 610 mots

Vers 1561 Naissance de Carlo Gesualdo, prince de Venosa, comte de Conza, probablement dans les environs de Naples ; il est le deuxième fils de Fabrizio Gesualdo et de Girolama Borromeo, nièce du pape Pie IV. 1585 Le motet Ne reminiscaris, Domine , première œuvre publiée de Gesualdo, témoigne de sa maîtrise du contrepoint. 1586 Gesualdo épouse sa cousine Maria d'Avalos, qui va entretenir une lia […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gesualdo-reperes-chronologiques/#i_4795

INDIA SIGISMONDO D' (1582 env.-env.1629)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 851 mots

Considéré dans l'art du madrigal comme le seul compositeur à soutenir la comparaison avec Claudio Monteverdi, Sigismondo d'India, nourri de la tradition polyphonique du stile antico du Cinquecento, saura dans sa maturité manier le nouveau style ( stile moderno ) du récitatif chanté ( recitar cantando ), alliant de manière incomparable les styles de Carlo Gesualdo, de Luca Marenzio et de Giaches d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sigismondo-d-india/#i_4795

JACOPO DA BOLOGNA (actif mil. XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 363 mots

Musicien et théoricien italien, compositeur le plus célèbre des débuts de l'ars nova dans la Péninsule, avant Landini. Son influence sur la musique florentine fut importante et durable. À en croire les nombreuses copies qui nous sont parvenues, ses œuvres furent fort prisées de son temps. Jacopo da Bologna est l'un des tout premiers polyphonistes italiens. De sa vie, on sait par Filippo Villani ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacopo-da-bologna/#i_4795

JONES ROBERT (actif de 1597 à 1615)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 211 mots

La vie du luthiste et compositeur anglais Robert Jones, actif de 1597 à 1615, demeure en grande partie inconnue. On sait qu'il reçoit un diplôme de musique ( bachelor of music ) à l'université d'Oxford en 1597 et qu'il obtient en 1610, par lettre patente, avec Philip Rosseter, Philip Kingham et Ralph Reeve, l'autorisation et les fonds permettant de créer à Londres une école de musique pour enfants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-jones/#i_4795

LANDINO ou LANDINI FRANCESCO (1330 env.-1397)

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 506 mots

Célèbre musicien et poète de l'ars nova florentine (Trecento), Francesco Landino, surnommé Magister Franciscus Caecus, Francesco Cieco ou Cecco (l'« Aveugle »), ou encore il Cieco degli organi, est né à Fiesole. Sa date de naissance se situerait entre 1325 et 1335 environ. Son père, Jacopo del Casentino, était peintre, et le jeune Francesco, avant d'être atteint de cécité à la suite de la variole, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/landino-landini/#i_4795

LASSUS ROLAND DE (1532 env.-1594)

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 3 679 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Madrigaux et villanelles »  : […] Ayant vécu sa jeunesse en Italie, pétri de culture italienne, Lassus a toute sa vie écrit des madrigaux et toute son œuvre a été influencée par le style madrigalesque. Lassus n'a pas fait évoluer le madrigal, qu'il avait hérité de ses maîtres et amis italiens, mais il l'a pratiqué à la perfection et avec une sorte de prédilection. Il n'hésita pas à s'engager dans la voie des expériences chromatiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roland-de-lassus/#i_4795

MARENZIO LUCA (1553-1599)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 541 mots

Un des plus éminents madrigalistes italiens, avec Gesualdo et Monteverdi. Marenzio fut surnommé par ses contemporains il più dolce cigno et divino compositore . Giovanni Contino, maître de chapelle de la cathédrale de Brescia (1565-1567), l'eut peut-être pour élève. Marenzio passa plusieurs années à Rome, auprès du cardinal de Trente, Cristoforo Madruzzo (mort en 1578), puis auprès du cardinal Lu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luca-marenzio/#i_4795

MONTE PHILIPPE DE (1521-1603)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 325 mots

Compositeur flamand, né en 1521 à Mechlin, aux Pays-Bas (auj. Mechelen – Malines –, en Belgique), mort le 4 juillet 1603 à Prague, Philippe de Monte (Filippo di Monte), réputé pour ses pièces sacrées et ses madrigaux, est l'un des plus illustres membres de l'école dite franco-flamande, qui domina la musique de la Renaissance. On ne sait pratiquement rien de sa vie avant 1542, date à laquelle i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-de-monte/#i_4795

MONTEVERDI CLAUDIO

  • Écrit par 
  • Denis MORRIER, 
  • Edith WEBER
  •  • 3 984 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Madrigaux et Scherzi musicali »  : […] En Italie, le madrigal est issu de la fusion du motet franco-flamand et de la frottola homorythmique et syllabique. Ces pages vocales, allant de trois à six voix au début, reposent sur un texte profane, galant, lyrique, érotique, correspondant au goût mondain. D'abord proche du motet de Johannes Ockeghem, de Jacques Arcadelt, de Giovanni Gabrieli, avec Monteverdi la forme s'éloigne progressivemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claudio-monteverdi/#i_4795

MONTEVERDI CLAUDIO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 431 mots
  •  • 6 médias

15 mai 1567 Claudio Monteverdi est baptisé à Crémone. 1587 Son Premier Livre de madrigaux à cinq voix est publié à Venise ; il illustre, comme les trois livres suivants (1590, 1592, 1603), la prima prattica , qui exploite les ressources du style polyphonique traditionnel. 1590 Monteverdi entre au service de Vincenzo Gonzague, duc de Mantoue. 1605 Son Cinquième Livre de madrigaux est publié à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monteverdi-reperes-chronologiques/#i_4795

MORLEY THOMAS (1557/1558-1602)

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  •  • 1 087 mots

La vie de ce compositeur coïncide à peu près exactement avec le règne d'Élisabeth I re dont il est l'un des musiciens les plus brillants et les plus représentatifs. Né à Norwich, Thomas Morley est associé à divers titres à la cathédrale de sa ville, très tôt d'abord comme petit chanteur, puis, vers 1583, comme organiste et maître de chœur. Bachelier ès musique d'Oxford en 1588, il est, la même an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-morley/#i_4795

NANINO GIOVANNI MARIA (1543 ou 1544-1607)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 336 mots

Chanteur, pédagogue, maître de chapelle et compositeur italien, né en 1543 ou 1544 à Tivoli, dans les États pontificaux, mort le 11 mars 1607 à Rome, Giovanni Maria Nanino (parfois orthographié Nanini) est l'une des plus importantes figures de la musique européenne de la fin du xvi e  siècle. Après avoir étudié le chant et la composition – il fut peut-être élève de Giovanni Pierluigi da Palestrina […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-maria-nanino/#i_4795

PALESTRINA GIOVANNI PIERLUIGI DA

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 2 750 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les madrigaux »  : […] En ce domaine, Palestrina apparaît très conservateur. On lui doit cent trente-trois madrigaux (quarante-deux madrigaux spirituels, quatre-vingt-onze madrigaux profanes), mais la plupart d'entre eux ne marquent aucun progrès sur les maîtres de la première époque (Philippe Verdelot ; Jacques Arcadelt). « Une prudence tout ecclésiastique, écrit Pirro, gouverne ici le style, et les pièces amoureuses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-pierluigi-da-palestrina/#i_4795

PHILIPS PETER (1560 ou 1561-1628)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 414 mots

Compositeur et organiste anglais, né en 1560 ou 1561, peut-être à Londres, mort en 1628 à Bruxelles, Peter Philips fut réputé à son époque pour ses madrigaux, ses motets et ses pièces pour clavier. Issu d'une famille catholique romaine, Peter Philips (ou Phillipps, ou Phillips) doit fuir l'Angleterre anglicane en août 1582 ; il s'installe à Rome, où il devient organiste du Collegio Inglese et bén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-philips/#i_4795

PILKINGTON FRANCIS (1570 env.-1638)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 309 mots

Compositeur et luthiste anglais, né vers 1570, mort en 1638 à Chester, dans le Cheshire, Francis Pilkington a connu la renommée grâce à ses pièces pour luth et à ses madrigaux. Bachelor of music du Lincoln College de l'université d'Oxford en 1595, Francis Pilkington devient chantre à la cathédrale de Chester en 1602, puis chanoine mineur en 1612 ; il en devient le maître de chapelle ( precentor ) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-pilkington/#i_4795

RITOURNELLE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 62 mots

Refrain qui, dans certains madrigaux des xiv e et xv e siècles, reprend la même mélodie et les mêmes paroles. Au xvii e siècle, courte composition instrumentale, synonyme de prélude quand elle introduit une mélodie ou une aria, d' interlude si elle relie deux passages vocaux, de postlude quand elle conclut le morceau. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ritournelle/#i_4795

RORE CYPRIEN DE (1516-1565)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 375 mots

Ce musicien flamand, né à Anvers ou à Malines et venu très tôt se fixer à Venise, est l'un des madrigalistes les plus fameux de sa génération (surnommé « Cypriano il Divino »). Alors que le genre madrigal n'était apparu que depuis vingt ans à peine, Rore, sous l'influence de Nicola Vicentiho le porta à un sommet que peu de ses contemporains purent atteindre. Son influence fut grande sur Lassus et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyprien-de-rore/#i_4795

SCHEIN JOHANN HERMANN (1586-1630)

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 1 699 mots

Dans le chapitre « Typologie de l'œuvre »  : […] Les œuvres profanes et religieuses, publiées à Leipzig (ou dans des recueils collectifs), illustrent la fusion entre l'héritage allemand et l'esthétique italienne ; elles sont marquées à la fois par la Réforme luthérienne et par le nouveau style. Le Venus-Kräntzlein (œuvres vocales et instrumentales) de 1609, publié à Wittenberg et contenant des pages vocales et instrumentales, le recueil Cymbal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-hermann-schein/#i_4795

SCHÜTZ HEINRICH

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 1 376 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une œuvre considérable »  : […] Au cours de sa longue existence, Heinrich Schütz n'a cessé de composer, comme il ressort de la chronologie sommaire de ses œuvres . En 1989, 494 numéros d'opus nous étaient parvenus (la dernière restitution remonte à 1985, année du quatrième centenaire de sa naissance). Il a abordé de nombreux genres ; la musique profane est représentée par ses madrigaux italiens et l'opéra Dafne (seul le livret […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-schutz/#i_4795

SECONDA PRATTICA

  • Écrit par 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 1 271 mots

Dans la préface de son Cinquième Livre de madrigaux , publié en 1605, Monteverdi explique que sa méthode de composition constitue une seconda prattica (« seconde pratique »), qui remplace la prima prattica (« première pratique »), dont Gioseffo Zarlino (1517-1590) avait fixé les règles en matière de consonances et de dissonances, dans Le Istitutioni harmoniche (« Les Institutions harmoniques  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seconda-prattica/#i_4795

VECCHI ORAZIO (1550 env.-1605)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 699 mots

Musicien italien, prosateur et poète, né et mort à Modène, Orazio Vecchi est surtout célèbre pour son chef-d'œuvre, le grand madrigal dramatique L'Amfiparnasso . Il fut le protégé du mécène Baldassare Rangoni (1577). En 1582 et en 1584, il occupa les fonctions de maître de chapelle à la cathédrale de Salò et les deux années suivantes à celle de Modène. Après avoir été chanoine de la collégiale de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orazio-vecchi/#i_4795

Ve ET VIe LIVRES DE MAGRIGAUX (C. Gesualdo)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 282 mots
  •  • 1 média

Prince et assassin, Carlo Gesualdo publie en 1611 ses V e et VI e  Livres de madrigaux , à cinq voix, qui renferment les plus tragiques, les plus violentes et les plus fascinantes de ses compositions. Le madrigal italien, illustré notamment par Luca Marenzio et Claudio Monteverdi, atteint chez Gesualdo à un expressionnisme jusqu'alors inconnu. L'originalité musicale de ces pièces tient cependant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ve-et-vie-livres-de-magrigaux/#i_4795

VERDELOT PHILIPPE (1470?-? 1551)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 325 mots

Compositeur français né à Caderousse, près d'Orange, surtout célèbre comme madrigaliste dans un genre dont il fut l'un des créateurs. On sait peu de chose de sa vie ; il vécut à Florence (maître de chapelle à San Giovanni, 1523-1525), à Rome (sans doute de 1529 à 1533), puis certainement à Venise (1533-1542), dates approximatives extrêmes de composition de la plupart de ses madrigaux. Il semble av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-verdelot/#i_4795

VILLANELLA, musique

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 344 mots

Chanson polyphonique en vogue dans l'Italie du xvi e  siècle, la villanella ne possédait pas, en dehors de la présence d'un refrain, une forme véritablement établie. Généralement écrite pour trois voix a cappella (à la différence de la frottola , à quatre voix), elle reposait le plus souvent sur une série d'accords et de rythmes simples. Certains auteurs dérogeaient parfois aux règles traditionne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/villanella-musique/#i_4795

WARD JOHN (1571 env.-env. 1638)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 189 mots

Le compositeur anglais John Ward, auteur de pièces instrumentales et d'œuvres vocales sacrées, demeure surtout connu pour ses madrigaux. Son premier recueil de madrigaux, The First Set of English Madrigals... apt both for Viols and Voyces , pour trois à six voix, est publié à Londres en 1613. D'autres œuvres de Ward figurent dans le recueil Teares or Lamentacions of a Sorrowfull Soule édité sous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-ward/#i_4795

WEELKES THOMAS (1576 env.-1623)

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 311 mots

Organiste et compositeur anglais, élève d'Oxford, Thomas Weelkes est l'un des plus grands madrigalistes de l'école anglaise. Son premier livre de madrigaux à trois, quatre, cinq et six voix fut publié en 1597. Deux autres livres de madrigaux, l'un à cinq et l'autre à six parties, parurent en 1600. Il participe, avec un madrigal à six parties, As Vesta Was from Latmos Hill Descending , l'un des plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-weelkes/#i_4795

WILBYE JOHN (1574-1638)

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  •  • 425 mots

Aux yeux d'E. H. Fellowes, John Wilbye est « le plus grand des madrigalistes anglais » et, même si l'on juge un peu trop élogieuse une telle appréciation, on peut affirmer sans risque d'erreur qu'il est l'un des plus grands d'entre eux. Sans doute est-ce bien là, d'ailleurs, que réside sa gloire, car le peu qu'il a pu écrire de musique instrumentale reste négligeable, tandis que, de sa production […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-wilbye/#i_4795

WILLAERT ADRIAN (1490 env.-1562)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 486 mots

Musicien flamand, à l'origine de la prestigieuse école vénitienne. Willaert a réuni en une heureuse synthèse les apports esthétiques néerlandais, français et italiens. À Paris, il fut l'élève de Jean Mouton ; il aurait, selon certains, fréquenté Josquin. Son titre de cantor regis Hungariae , attribué par son contemporain J. de Meyere ( Res flandricae , 1531), signifie, semble-t-il, qu'il fit parti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrian-willaert/#i_4795

Pour citer l’article

France-Yvonne BRIL, « MADRIGAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/madrigal/