MADRIGAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'âge d'or du madrigal : le XVIe siècle

La forme musicale qui, apparue pour la première fois sous le nom de madrigale en 1510, devait si brillamment illustrer le xvie siècle musical dont elle reste l'une des caractéristiques, n'a d'autre lien avec celle de l'Ars nova que le nom et un certain esprit unissant poésie et musique. Son évolution fut infléchie par le phénomène social et humain constitué par le mouvement de la Renaissance. La primauté de l'individu sur l'universel entraîna une découverte de la diversité des sentiments humains et, par conséquent, de la psychologie. Du même coup, s'évadant de l'emprise religieuse, l'expression profane s'affirma pour aboutir à une conception du rôle de la musique en rapport avec son nouveau public. C'est ainsi que, déjà rompus à la pratique du motet d'église a cappella, les madrigalistes allaient, sous l'influence de cet esprit neuf, donner à l'Italie la « musique de chambre » dont la vogue immédiate qu'elle connut est la meilleure preuve qu'elle répondait à un véritable besoin.

Né de la mutation subtile d'une composition à trois ou quatre voix de caractère populaire, la frottola, combinée avec une harmonie plus rigoureuse héritée de la polyphonie flamande, le madrigal est une pièce de forme absolument libre, sur des sujets profanes – pastoral, sentimental, voire érotique. La composition musicale continue épouse le poème, sans structure ou versification préétablie au niveau des mots aussi bien que du sens général. Le chromatisme à but expressif succède au diatonisme, permettant plus de subtilité. Le contrepoint alliant jusqu'à huit voix différenciées, d'égale importance, combinées avec une science accomplie, assure l'équilibre de l'ensemble. On assiste en somme à l'épanouissement d'une forme d'art supérieure que le compositeur applique à des textes de haute qualité. C'est l'une des raisons pour lesquelles la langue italienne joua un rôle essentiel et tint une place de premier plan dans la culture européenne.

Il a suffi d'un siècle – trois gén [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MADRIGAL  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Musique

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  • , Universalis
  •  • 6 928 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La période élisabéthaine et jacobéenne »  : […] Lorsque Élisabeth monte sur le trône en 1558, la relève des Taverner, Tye et Tallis n'est pas encore amorcée : de ceux qui leur succéderont, seul Byrd, encore adolescent, a déjà conscience de sa vocation. Deux facteurs importants, d'ordre sociologique et culturel, vont marquer la vie et la production musicales de cette ère : d'une part, l'apparition d'une classe nouvelle de citadins et de bourgeoi […] Lire la suite

ARCADELT JACQUES (1505 env.-1568)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 438 mots

Musicien franco-flamand, un des premiers grands madrigalistes, avec C. Festa et P. Verdelot. Il fut peut-être l'élève de Josquin Des Prés et certainement celui de Verdelot qu'il fréquenta notamment vers 1530 à la cour des Médicis et avec lequel il fit le voyage de Lyon, en compagnie d'un autre musicien français, Jean Conseil (1498-1535). Il retourna à Florence en 1532, mais il quitta cette ville a […] Lire la suite

ARS NOVA

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 6 409 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'ars nova en Italie »  : […] On sait peu de chose du développement de l'art polyphonique en Italie au xiii e  siècle, il semble cependant, à l'examen des premières œuvres polyphoniques conservées (datant environ de 1330), que les Italiens y avaient acquis une certaine maîtrise. Ces premières œuvres en effet mettent en évidence une originalité, une habileté d'écriture qui ne sauraient être le fait d'auteurs encore novices. L'i […] Lire la suite

BANCHIERI ADRIANO (1568-1634)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 438 mots

Compositeur et théoricien de la musique italien né le 3 septembre 1568 à Bologne, dans les États pontificaux, mort en 1634 à Bologne, Adriano Banchieri est, après Orazio Vecchi, le deuxième plus grand compositeur de comédies madrigalesques, suites de madrigaux sans intrigue véritable qui suggèrent plus qu'ils ne narrent une action dont les détails sont laissés à l'interprétation des chanteurs et […] Lire la suite

BENNET JOHN (actif de 1599 à 1614)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 252 mots

Compositeur anglais, né vers 1575, actif de 1599 à 1614, John Bennet est avant tout connu pour ses madrigaux, tantôt légers et festifs, tantôt graves, voire solennels. On ignore pratiquement tout de la vie de John Bennet, mais la dédicace qu'il inscrit dans son recueil de madrigaux à quatre voix publié en 1599 suggère qu'il est originaire du nord-ouest de l'Angleterre. Dans ses madrigaux, Bennet a […] Lire la suite

CACCINI FRANCESCA (1587-env. 1641)

  • Écrit par 
  • Rebecca CYPESS, 
  • Universalis
  •  • 914 mots

La compositrice et chanteuse florentine Francesca Caccini, également appelée Francesca Signorini, Francesca Signorini-Malaspina ou Francesca Raffaelli, surnommée la Cecchina, fit partie de la poignée de femmes dans l’Europe du xvii e  siècle dont les compositions furent publiées. Elle produisit ses œuvres majeures alors qu’elle vivait à la cour des Médicis, à Florence. Francesca Caccini naît le 18 […] Lire la suite

CROCE GIOVANNI (1557 env.-1609)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 315 mots

Né vers 1557 à Chioggia, près de Venise, mort le 15 mai 1609 à Venise, le compositeur et chanteur italien Giovanni Croce (surnommé Chiozzotto) est, avec Andrea et Giovanni Gabrieli, l'un des musiciens les plus marquants de l'école vénitienne de son temps. Il manifeste notamment une parfaite maîtrise de la canzonetta et de la comédie madrigalesque. Élève de Gioseffe Zarlino, qui le fait entrer e […] Lire la suite

EAST MICHAEL (1580 env.-1648)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 289 mots

Compositeur et organiste anglais, né vers 1580, mort en 1648 à Lichfield, dans le Staffordshire, Michael East est surtout connu pour ses madrigaux ; sa musique instrumentale est cependant loin d'être négligeable. Longtemps considéré, à tort, comme un fils de l'imprimeur et éditeur musical Thomas East, Michael East (parfois orthographié Easte, Est ou encore Este) n'en serait qu'un parent éloigné. I […] Lire la suite

FIGURALISME

  • Écrit par 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 1 329 mots

Dans le chapitre « Figuration des passions aux XVIIe et XVIIIe siècles »  : […] Parallèlement à la figuration des mots, des images, des situations et des symboles se développe celle des passions, au début du xvii e  siècle. Puisant aux sources de la pensée antique, Claudio Monteverdi (1567-1643) s'était fait l'ambassadeur de ce mouvement en rappelant, dans la Préface de son Huitième Livre de madrigaux ( Madrigali guerrieri et amorosi , « Madrigaux guerriers et amoureux », 16 […] Lire la suite

FROTTOLA, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 336 mots

Le terme apparaît dans un madrigal de Francesco Landino (env. 1335-1397). C'est une courte chanson profane italienne, qui fut en honneur surtout à partir de la fin du xv e siècle et jusque vers 1550. Elle est de style populaire, puis lyrique, d'une écriture homophone, harmonisée à trois, quatre ou cinq parties, comprenant de rares imitations. Au début, elle apparaît en réaction contre l'art savan […] Lire la suite

Pour citer l’article

France-Yvonne BRIL, « MADRIGAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/madrigal/