MACKENZIE, fleuve

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le delta

Le delta du Mackenzie commence à Point Separation. Le débit annuel moyen du Mackenzie dans le delta, mesuré à la confluence de la rivière Arctic Red, est de 9 600 mètres cubes par seconde, et atteint en moyenne 15 000 mètres cubes par seconde l'été. La rivière Peel, venue du sud et longue de 680 kilomètres, est le dernier grand affluent du Mackenzie, bien qu'elle se jette en réalité dans le delta du Mackenzie à l'ouest de Point Separation. Le delta, d'une superficie d'environ 12 800 kilomètres carrés, forme un dédale de bras ramifiés et entrecroisés, de multiples lacs de bras morts et de mares circulaires. Ces lacs constituent un excellent habitat pour le rat musqué, et le piégeage de cet animal fut la première source de revenus des Amérindiens et des Inuit vivant dans le delta dans les années 1920-1960.

Une couche de permafrost apparaît à quelques dizaines de centimètres au-dessous de la surface des îles du delta et, sans discontinuer, sous toute la plaine du Mackenzie au nord du grand lac des Esclaves. Selon le type de couvert végétal, de quelques centimètres à plusieurs dizaines de centimètres de la surface de la couche de permafrost fondent en été. La construction des terrains d'aviation, des routes et des oléoducs doit être adaptée au permafrost. Les maisons et autres bâtiments sont en général montés sur des pilotis de bois enfoncés dans le permafrost pour une meilleure stabilité. Depuis le début du xxie siècle, la fonte du permafrost, due au réchauffement climatique, pose de sérieux problèmes quant au maintien stable de toutes ces infrastructures. La ville d'Inuvik présente la particularité de posséder un réseau de distribution aérien sous coffrage, sorte de conduit métallique posé au-dessus du sol pour protéger du gel les canalisations (égout, eau, chauffage) qu'il renferme. L'axe de transport fluvial que constitue le Mackenzie se termine à Tuktoyaktuk, sur la côte arctique dans le nord-est du delta. Les marchandises sont alors transbordées sur des navires à fort tirant d'eau, qui desservent les petits villages, les stations radar et les plates-forme [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  MACKENZIE, fleuve  » est également traité dans :

CANADA - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Henri ROUGIER
  •  • 5 731 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Primauté du Nord dans la géographie canadienne »  : […] S'il est une question qu'il faut bien se garder de poser, c'est de savoir où commence le Nord au Canada... Au poète québécois Pierre Morency, qui écrit à propos de sa province : « Le Nord n'est pas dans la boussole, il est ici », répond en écho le géographe Louis-Edmond Hamelin, qui pense que « le Nord est un état mental ». En fait, qu'elle soit idéalisée ou trop pessimiste, la vision que l'on a d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-cadre-naturel/#i_8576

Voir aussi

Pour citer l’article

J. Lewis ROBINSON, « MACKENZIE, fleuve », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mackenzie-fleuve/