MACÉDOINE ANTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire

Des origines à l'avènement de Philippe

La longue histoire de la Macédoine avant l'avènement de Philippe commence à être un peu mieux connue grâce à la prospection archéologique. Le pays semble avoir atteint un niveau de civilisation relativement avancé au Néolithique (céramique à peinture rouge sur couverture blanche), suivi d'une période de recul dans les derniers siècles du IIIe millénaire, cependant qu'apparaît un habitat fortifié qui témoigne d'une certaine insécurité. Au début du IIe millénaire se répand l'usage du cuivre, puis celui du bronze. La civilisation macédonienne présente à cette époque de nombreuses similitudes avec la civilisation du nord de l'Asie Mineure, alors que les contacts semblent très médiocres avec les régions helléniques. Ils s'intensifient cependant à partir du milieu du xve siècle, et l'on a retrouvé en Macédoine des vases mycéniens ainsi que des imitations locales de ces vases. Mais, comme dans l'ensemble du monde balkanique, les débuts du xiie siècle s'accompagnent d'un recul de la civilisation en même temps que s'établissent dans le pays de nouveaux occupants qui se fondent dans la population. Leur arrivée coïncide approximativement avec les débuts de l'âge du fer. Pendant les années obscures qui suivirent, l'unité du pays se constitua autour de la dynastie des Argéades.

Un royaume barbare (VIIe-Ve siècle av. J.-C.)

Le premier souverain de la dynastie dont le nom nous soit connu est Perdiccas Ier, qui a dû régner au viie siècle. Il donna à la Macédoine les limites qu'elle garda jusqu'à l'avènement de Philippe. Parmi ses successeurs, le plus important fut Amyntas Ier, contemporain de Pisistrate avec lequel il entretint de bons rapports : c'est avec son assentiment que le tyran, chassé d'Athènes, aurait pu s'installer à Raikhelos. Il offrit à Hippias, fils de Pisistrate, la ville d'Anthemonte en Macédoine. Devenu vassal du roi perse, le roi de Macédoine fut probablement astreint au versement d'un lourd tribut. Lorsque débutent les guerres médiques, la Macédoine constitue pour les souverains perses une base d'opération particulièrement importante, et le fils d'Amyntas Ier, Alexandre Ier, prit part à la grande expédition de Xerxès à la tête d'un contingent macédonien. Selon le récit d'Hérodote, il aurait cependant témoigné aux Grecs quelque bienveillance, les mettant en garde contre le danger de se maintenir sur la ligne du Tempé où ils risquaient d'être pris à revers par Xerxès. Après Salamine, il se rendit à Athènes, porteur des propositions du Perse Mardonios. Celles-ci furent repoussées mais, toujours selon Hérodote, à la veille de Platées il avertissait les Grecs du danger qui les menaçait et contribuait ainsi au succès de leur coalition. D'où le surnom de Philhellène qui lui aurait alors été donné. Cette « trahison » valut au roi de Macédoine la libération de son royaume de la domination perse. De cette époque date le développement de la puissance royale en Macédoine, en particulier grâce à la frappe des monnaies.

Le massacre de Drabescos compromit les bonnes relations que le roi de Macédoine entretenait avec Athènes. Dix mille colons athéniens installés là quelques années plus tôt furent massacrés par les Thraces (465 av. J.-C.). Cimon, qui dirigeait alors la politique athénienne, fut accusé par ses concitoyens d'avoir été soudoyé par Alexandre, inquiet de la présence des Athéniens dans cette région, et de n'avoir pas secouru à temps les colons. Néanmoins, cela n'aboutit pas à une réelle rupture et le règne d'Alexandre Ier s'acheva vers 450 sans que le roi ait perdu son épithète de Philhellène.

Rupture avec Athènes

Les rapports entre la Macédoine et le monde grec sous le règne de Perdiccas II, successeur d'Alexandre, sont mieux connus, car on dispose pour cette période d'une source d'information extrêmement importante, le récit de Thucydide. La Macédoine se trouva en effet étroitement mêlée à l'histoire du monde grec, et singulièrement à la guerre du Péloponnèse et aux conflits qui la précédèrent immédiatement.

Athènes avait trop d'intérêts dans le nord de l'Égée pour se désintéresser de ce qui se passait en Thrace et en Macédoine, régions situées aux frontières du monde hellénique. À plusieurs reprises, les Athéniens n'hésitent pas à in [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Statère en or de Philippe de Macédoine

Statère en or de Philippe de Macédoine
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Macédoine antique

Macédoine antique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Limites de la Macédoine à la fin du Ve siècle

Limites de la Macédoine à la fin du Ve siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Coffret en or, Verghina

Coffret en or, Verghina
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre
  • : professeur au Centre universitaire de Vincennes

Classification

Autres références

«  MACÉDOINE ANTIQUE  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le passage d'Alexandre »  : […] Alexandre de Macédoine (356-323 av. J.-C.) envahit l'Afghanistan. Après avoir détruit les armées de Darius III, dernier des Achéménides, il entra en Afghanistan par Aria, à la poursuite de Bessus, satrape de Bactriane, qui s'était proclamé empereur et successeur légal de Darius. Le conquérant macédonien était un grand bâtisseur de villes. Cela tenait autant à sa culture hellénique qu'à la nécessi […] Lire la suite

ALEXANDRE LE GRAND (356-323 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 6 443 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Comment nous est connue l'histoire d'Alexandre »  : […] Rappelons les données du problème historiographique. Le récit le plus ancien est celui du Sicilien Diodore, contemporain de César et d'Auguste. Plus appréciée des Modernes, l' Anabase d'Alexandre, œuvre d'Arrien de Nicomédie, qui exerçait de hautes fonctions sous Hadrien, n'en est pas moins postérieure d'un demi-millénaire aux événements qu'elle relate. Qu'il se réfère à ces auteurs, ou encore a […] Lire la suite

ANTIGONOS MONOPHTALMOS (env. 382-301 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean DELORME
  •  • 520 mots

Monarque hellénistique, né en Macédoine d'une famille princière, Antigonos Monophthalmos (Antigone le Cyclope, ou le Borgne) participe aux campagnes de Philippe II. Au début de la conquête d'Alexandre, il est nommé satrape de Phrygie (~ 333). Au partage de Babylone (~ 323), on y ajoute la Lycie. Mais il entre en conflit avec le régent Perdiccas pour s'être dispensé d'aider Eumène de Cardia à se re […] Lire la suite

ANTIPATROS ou ANTIPATER (400-319 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 854 mots

Type du « vieux serviteur fidèle », Antipatros fut sans doute celui sans qui la Macédoine n'aurait jamais accédé au rang de grande puissance, puis d'empire. Né vers 400 avant J.-C., il fut en effet l'alter ego de Philippe II qui appréciait en lui peut-être moins le chef militaire que l'homme d'État. Ami d'Aristote, auteur d'une histoire, perdue, des guerres d'Illyrie et d'une vaste correspondance, […] Lire la suite

ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 16 987 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Athènes hellénistique et romaine »  : […] Depuis Chéronée, Athènes est en fait soumise au Macédonien. La mort d'Alexandre y fait naître un immense espoir de liberté. Elle se révolte contre Antipatros, lieutenant que le roi avait désigné pour l'Europe : c'est la guerre lamiaque qui finit par l'écrasement d'Athènes (322). Elle perd ses dernières clérouquies (κληρουχίαι, colonies militaires) et doit accepter une garnison. Démosthène s'emp […] Lire la suite

CHÉRONÉE BATAILLE DE (338 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 230 mots

La victoire décisive que remporte Philippe II de Macédoine à Chéronée (Béotie) contre Athènes et ses alliés marque l'échec final de la politique de résistance à la Macédoine qu'a animée passionnément depuis — 354 l'orateur athénien Démosthène ( Olynthiennes , Philippiques ) en s'efforçant de galvaniser les cités grecques, très affaiblies par leurs luttes incessantes. Le pacificateur appelé de leur […] Lire la suite

CONQUÊTE DE LA GRÈCE PAR ROME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 464 mots

— 229-— 228 Première guerre d'Illyrie : première intervention de Rome en Grèce. Arguant de l'existence de la piraterie illyrienne dans l'Adriatique, Rome, après quelques opérations militaires, intègre cette région à sa zone d'influence. — 219 Deuxième guerre d'Illyrie : Rome réduit les velléités d'indépendance de Démétrios de Pharos, qui se réfugie en Macédoine. — 215-— 205 Première guerre de M […] Lire la suite

CRATÈRE (env. 370-321 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre BRIANT
  •  • 382 mots

Noble macédonien qui tient une place importante près d'Alexandre lors de la conquête de l'Asie. Dans la bataille du Granique (mai ~ 334), Cratère commande, à titre de taxiarque, un régiment de fantassins macédoniens ; à Issos (~ 333) et à Gaugamèles (~ 331), il dirige l'infanterie de l'aile gauche. En dehors des grandes batailles, il est chargé à plusieurs reprises de missions de confiance ; en ~ […] Lire la suite

DARIUS III CODOMAN, roi des Perses (336-330 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 384 mots

Dernier roi (336-330 av. J.-C.) de la dynastie des Achéménides, mort en 330 av. J.-C. en Bactriane. Darius III Codoman, membre d'une branche secondaire de la famille royale, est placé sur le trône par l'eunuque Bagoas, qui a empoisonné les deux rois précédents : Artaxerxès III en 338 avant J.-C. et Oarsès en 336. Quand Darius III revendique son indépendance, Bagoas tente de l'assassiner mais le […] Lire la suite

DIADOQUES

  • Écrit par 
  • Jean DELORME
  •  • 130 mots

Du mot grec diadochos signifiant héritier, successeur. On désigne ainsi les compagnons d'Alexandre qui, après sa mort en ~ 323, se sont partagé ses conquêtes, et plus particulièrement ceux qui sont parvenus à créer de grands États qui n'ont pas tous survécu à leurs fondateurs. La plupart sont des nobles macédoniens, quelques-uns d'origine grecque. Ils appartiennent à deux générations différentes  […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12 juin 2018 Grèce – Macédoine. Accord sur le nom de la Macédoine.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras annonce la conclusion d’un accord avec son homologue macédonien Zoran Zaev sur le nom de l’ancienne république yougoslave de Macédoine qui doit être rebaptisée « République de Macédoine du Nord ». Les deux pays sont en conflit à ce sujet depuis l’indépendance de l’ancienne république yougoslave en septembre 1991, en raison de la référence défendue à la fois par Athènes et Skopje à l’héritage culturel de la Macédoine antique. […] Lire la suite

13 septembre 1995 Grèce – Macédoine. Normalisation des rapports

Athènes avait subordonné cette reconnaissance à l'abandon, par son voisin, du nom de Macédoine – considéré comme élément inaliénable de l'héritage hellénique –, de son drapeau frappé du « soleil de Vergina » – autre symbole antique –, ainsi que de certaines clauses de sa Constitution jugées « irrédentistes ». L'accord de New York prévoit la levée de l'embargo commercial grec sur la Macédoine, instauré en février 1994, dans un délai d'un mois, en échange de l'abandon par Skopje du drapeau contesté et de la suppression des clauses controversées de la Constitution macédonienne. […] Lire la suite

8-13 avril 1993 Macédoine. L'« ex-république yougoslave de Macédoine » admise à l'O.N.U.

Les Grecs estiment que le nom de Macédoine est la propriété exclusive de leur patrimoine national, et contestent le drapeau macédonien frappé du « soleil de Vergina », symbole de la dynastie macédonienne antique. Selon les termes d'un compromis, le nouvel État continuera à être désigné sous son ancienne appellation et son drapeau ne sera pas hissé devant le siège de l'O. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, Claude MOSSÉ, « MACÉDOINE ANTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/macedoine-antique/