M.O.X. (Mixed Oxide), industrie nucléaire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Utilisation du MOX

En 2011, le MOX était utilisé dans vingt et un des cinquante-huit réacteurs français équipant les dix-neuf centrales nucléaires d'E.D.F. Tous ces réacteurs appartiennent à la filière R.E.P. Ces vingt et un réacteurs « moxés » utilisent environ un tiers de leur chargement en combustible MOX (ce qui représente environ 120 tonnes de MOX par an sur les 140 tonnes produites par l'usine Melox). Mais ils peuvent tout à fait s'en passer. Il est également prévu que le MOX soit utilisé dans le réacteur E.P.R. (European Pressurized Reactor) de Flamanville, actuellement en construction, mais ce n'est pas non plus une nécessité. Seuls quarante et un réacteurs (à eau et uranium enrichi) dans le monde sur quatre cent cinquante utilisent le MOX : vingt et un en France, dix en Allemagne, quatre au Japon, trois en Suisse, deux en Belgique – le plutonium des combustibles de tous ces pays étant produit dans le cadre de leurs contrats de retraitement avec l'usine de La Hague ou celle de Sellafield en Grande-Bretagne –, et un aux États-Unis. Dans la situation d'arrêt de la plupart des réacteurs japonais (seuls six sur cinquante-quatre étaient en fonctionnement au début de l'année 2012) depuis l'accident de Fukushima en mars 2011, on ne sait pas combien redémarreront et s'ils poursuivront l'utilisation du MOX. Les États-Unis, qui ont le plus grand parc nucléaire au monde (avec cent quatre réacteurs), n'y recourent pas. Ils ont cependant un réacteur « moxé » dans le cadre expérimental du recyclage du plutonium récupéré des armes nucléaires déclassées.

Après la fermeture de l'Atelier de technologie du plutonium (ATPu) du site de Cadarache (Bouches-du-Rhône) en 2004 et l'usine de Dessel (Belgique) en 2006, Melox reste la seule usine de MOX du groupe Areva. La seule autre usine commerciale en fonctionnement dans le monde est l'usine MOX de Sellafield qui n'a jamais réussi à produire efficacement et dont la fermeture a été annoncée en 2011 par les autorités britanniques. En 2010, Areva considérait avoir occupé 95 p. 100 du marché mondial des combustibles uranium-plutonium (M [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  M.O.X. (Mixed Oxide), industrie nucléaire  » est également traité dans :

NUCLÉAIRE - Réacteurs nucléaires

  • Écrit par 
  • Jean BUSSAC, 
  • Frank CARRÉ, 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Jules HOROWITZ, 
  • Jean TEILLAC
  •  • 12 397 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le combustible nucléaire »  : […] La matière fissile est contenue dans le combustible nucléaire dont la conception et la technologie doivent garantir sa tenue mécanique et son refroidissement en toutes circonstances, même accidentelles, et doivent permettre sa manutention avant, pendant et après son passage en réacteur. Peuvent être utilisés l' uranium métallique ou un composé céramique du type oxyde, carbure ou nitrure fonction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-reacteurs-nucleaires/#i_18190

NUCLÉAIRE - Cycle du combustible

  • Écrit par 
  • Bernard BOULLIS, 
  • Noël CAMARCAT
  •  • 7 074 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les objectifs du traitement »  : […] Séparer les divers radionucléides présents dans les combustibles nucléaires usés relève pour l'essentiel d'un double objectif : il s'agit, d'une part, de récupérer, pour les recycler, les éléments valorisables – qui peuvent constituer une proportion essentielle de la matière présente et présenter un potentiel d'énergie significatif – et, d'autre part, de dégager, pour ce que l'on considérera comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-cycle-du-combustible/#i_18190

NUCLÉAIRE - Déchets

  • Écrit par 
  • Pierre BEREST, 
  • Jean-Paul SCHAPIRA
  •  • 10 946 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le recyclage des actinides et la destruction du plutonium »  : […] Le plutonium est le plus important des actinides à considérer pour la transmutation, en raison de sa radiotoxicité et des quantités produites dans les réacteurs . Se pose également le problème de l'élimination au plan mondial du plutonium des armes nucléaires (environ 230 tonnes en 1994, selon l'Agence internationale de l'énergie atomique [A.I.E.A.]). Aujourd'hui, une partie du plutonium, séparé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-dechets/#i_18190

NUCLÉAIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 103 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L’électronucléaire »  : […] Le principe de la fission de l’uranium est connu depuis 1939 : l’absorption d’un neutron de faible énergie (neutron dit thermique) par un noyau d’uranium provoque la fission de ce dernier en deux noyaux plus légers. Cette réaction libère une grande quantité d’énergie et deux ou trois neutrons énergétiques. Si ces neutrons sont ralentis dans un matériau « modérateur », la réaction peut continuer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire/#i_18190

RÉACTEUR NUCLÉAIRE E.P.R. (European Pressurized Reactor)

  • Écrit par 
  • Bernard LAPONCHE
  •  • 1 539 mots

Dans le chapitre « Rappel sur les réactions nucléaires à eau pressurisée »  : […] En France, la production d'électricité d'origine nucléaire est assurée par cinquante-huit réacteurs nucléaires qui sont répartis dans dix-neuf centrales. Tous ces réacteurs appartiennent à la filière des réacteurs à eau pressurisée (R.E.P., en anglais P.W.R. pour Pressurized Water Reactor). Le combustible est de l'oxyde d'uranium (UO 2 ) enrichi à 3,5 p. 100 d'uranium 235 (contre 0,7 p. 100 dans l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/european-pressurized-reactor/#i_18190

URANIUM

  • Écrit par 
  • Bernard BOUDOURESQUES, 
  • Jean CARALP, 
  • Jeanne LEHMANN, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Fabrication du combustible nucléaire »  : […] Après enrichissement, UF 6 est transformé en oxyde UO 2 . Deux procédés sont utilisés : la voie humide et la voie sèche. Ce dernier procédé développé, en France et au Royaume-Uni, a aujourd'hui la faveur des exploitants. Il consiste en un traitement par la vapeur d'eau (pyrohydrolyse) entre 250-300  0 C donnant du dioxydifluorure d'uranium UO 2 F 2 suivi par une réductio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uranium/#i_18190

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard LAPONCHE, « M.O.X. (Mixed Oxide), industrie nucléaire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/m-o-x-mixed-oxide-industrie-nucleaire/