M. KEYNES ET LES " CLASSIQUES ": PROPOSITION D'UNE INTERPRÉTATION, John R. HicksFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers la synthèse néo-classique

Le modèle IS-LM est en nette rupture avec certains aspects de la Théorie générale. À la différence du projet originel de Keynes, la théorie classique ne s'interprète plus comme un cas particulier de plein-emploi. C'est au contraire l'équilibre keynésien de sous-emploi qui devient un cas particulier de la théorie classique : « la théorie générale de l'emploi est l'économie de la dépression ».

Cette présentation de Keynes et de l'économie classique laisse de côté la question du fonctionnement des économies de marché et de la formation des anticipations des agents, au profit d'une approche d'équilibre général, qui oriente l'analyse vers des questions de politique économique. Hicks aboutit finalement à des conclusions de court terme qui défient l'intuition. La politique monétaire est efficace dans le cas classique, alors qu'elle ne l'est plus dans le cas keynésien de trappe à liquidité. Ces conclusions vont totalement à l'encontre de l'esprit des théories : la théorie classique reposant sur l'hypothèse d'une dichotomie entre les sphères réelle et monétaire, intuitivement, on s'attend donc à ce qu'une politique monétaire soit sans effet sur l'emploi ; quant à la théorie de Keynes, elle revendique, au contraire, de les intégrer étroitement et la politique monétaire devrait donc agir sur le niveau de l'emploi, même si Keynes ne la considère jamais en elle-même et seulement à titre d'accompagnement.

Il n'en reste pas moins que le renversement de perspective et surtout l'intégration de la vision classique et keynésienne dans un même modèle expliquent largement le succès du modèle IS-LM. Repris et développé notamment par Alvin Hansen et Franco Modigliani, il donnera lieu à la synthèse néo-classique de Paul Samuelson et inondera les manuels de sciences économiques.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

  • : maître de conférences en sciences économiques à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  M. KEYNES ET LES " CLASSIQUES ": PROPOSITION D'UNE INTERPRÉTATION, John R. Hicks  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « Principes de fonctionnement des relances monétaires et budgétaires »  : […] " : PROPOSITION D'UNE INTERPRETATION, John R. Hicks" > L'analyse et la mise en œuvre des politiques de relance keynésienne se situent, le plus couramment, dans le cadre du schéma d'interprétation de la Théorie générale qui fut proposé par John Hicks en 1937 dans son article « Mr. Keynes and the Classics ». Dans cette interprétation, connue sous le nom de « modèle IS/LM/DG/OG », la situation macr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Sébastien LENFANT, « M. KEYNES ET LES " CLASSIQUES ": PROPOSITION D'UNE INTERPRÉTATION, John R. Hicks - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/m-keynes-et-les-classiques-proposition-d-une-interpretation/