LYSSENKO (AFFAIRE)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La nécessité d'une génétique prolétarienne

Il existe un parallélisme étroit entre les énoncés de Lyssenko et les infléchissements des stratégies de Staline. La présentation de la technique de vernalisation au congrès d'agronomie de 1929 à Leningrad, fort mal reçue par les agronomes et les universitaires, est le point de départ du soutien de Staline, lequel trouve dans le discours de Lyssenko – qui contient une formidable attaque contre l'agronomie dite bourgeoise – une solution acceptable pour expliquer l'échec de sa politique agricole et de la dékoulakisation, et pour promouvoir une « agronomie scientifique prolétarienne ». Elle est imposée en 1935 comme stratégie d'État. Qu'elle soit progressivement abandonnée importe peu face aux enjeux politiques de l'agriculture. De même, lors de la mise au concours en 1936 d'un programme d'amélioration des semences de céréales, Lyssenko affirme pouvoir l'obtenir en quatre ans par les méthodes dites mitchouriniennes-prolétariennes, alors que son adversaire universitaire Nicolaï Vavilov – spécialiste bourgeois –, estime que par les méthodes classiques de croisements et de sélection, il faudrait au moins douze ans. Le praticien-prolétarien Lyssenko l'emporte ; la guerre se chargera de faire oublier sa promesse. Avec les grands procès, qui déciment des catégories entières de Soviétiques, la question de l'efficacité se double dès 1934 d'une prétention philosophico-politique. Lyssenko se coule dans les habits de Mitchourine, référence prolétarienne obligée en agronomie, et s'associe à l'académicien I. I. Prezent, idéologue du marxisme tel que revisité par Staline. La violence des attaques contre les généticiens classiques (Prezent 1936 : les généticiens sont des « saboteurs trotskystes rampant à genoux devant les derniers propos réactionnaires des savants étrangers ») est telle que le congrès international de génétique, prévu à Moscou en 1937, est repoussé puis annulé. En 1938, les principaux généticiens sont sous les verrous. Vavilov, déclaré ennemi de classe, mourra de faim en 1943 à la pris [...]

Portrait de Staline

Portrait de Staline

Photographie

Pour Staline, Lyssenko, qu'il a soutenu jusqu'à sa mort, a été surtout un instrument pour, d'une part, rejeter la responsabilité de l'échec de l'agriculture soviétique sur les «agronomes bourgeois», et d'autre part, à un moindre degré, être le reflet dans le domaine des sciences de la... 

Crédits : Library of Congress, Washington, D.C.

Afficher

Portrait de Nicolaï Vavilov

Portrait de Nicolaï Vavilov

Photographie

Généticien, botaniste et agronome de renommée internationale, Nicolaï
Vavilov fut dès 1930 la cible privilégiée des attaques de Lyssenko. Il fut finalement démis de ses fonctions au début de la Seconde Guerre mondiale pour trahison et arrêté. Il mourut de dystrophie en prison en 1943. 

Crédits : Library of Congress, Washington, D.C.

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Portrait de Trophim Lyssenko

Portrait de Trophim Lyssenko
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Portrait de Staline

Portrait de Staline
Crédits : Library of Congress, Washington, D.C.

photographie

Portrait de Nicolaï Vavilov

Portrait de Nicolaï Vavilov
Crédits : Library of Congress, Washington, D.C.

photographie

Portrait d’Andreï Jdanov

Portrait d’Andreï Jdanov
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article





Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « LYSSENKO (AFFAIRE) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyssenko-affaire/