LYSOTYPIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si l'on fait agir un bactériophage convenablement choisi et dilué sur diverses cultures d'une même espèce bactérienne ou d'un même sérotype, on constate souvent, surtout si ces cultures ont été isolées en des endroits géographiquement éloignés les uns des autres ou à partir d'espèces animales différentes, que certaines de ces cultures sont très sensibles à ce phage tandis que d'autres sont plus ou moins réfractaires.

En utilisant non plus un seul bactériophage, mais plusieurs, chacun d'eux possédant un spectre d'activité particulier, les variétés bactériennes ainsi mises en évidence pourront être nombreuses.

Une telle subdivision d'une espèce bactérienne ou d'un sérotype par un jeu de bactériophages s'appelle une lysotypie, mot proposé dès 1950 par P. Nicolle et ses collaborateurs pour traduire la locution anglaise phage typing.

Grâce à la lysotypie systématique, les épidémiologistes peuvent suivre à la trace la filiation des cas, remonter à la source même de la contamination ou aux différentes sources, soupçonner la responsabilité d'un porteur de germes dans l'éclosion d'un foyer si les bacilles sont tous du même lysotype que le sien, ou au contraire démontrer sa non-responsabilité s'ils sont d'un lysotype différent. Ils peuvent ainsi prendre en toute connaissance de cause les mesures les mieux appropriées au foyer ou à l'épidémie qu'ils étudient pour en arrêter l'extension et parfois même parvenir à son éradication totale dans une région donnée.

En dehors de leur application à l'épidémiologie, les méthodes de lysotypie présentent bien d'autres intérêts. En taxonomie, elles aident au diagnostic des bactéries et à leur classification. Elles permettent de plus d'effectuer avec une extraordinaire précision des recherches d'ordre fondamental sur les sujets les plus variés touchant aussi bien aux bactéries qu'aux bactériophages.

Des exemples frappants de telles recherches peuvent être trouvés dans les études consacrées aux principales causes de la diversification du bacille typhique en lysotypes cosmopolites et en lysotypes exotiques : mutations et lysogénisations des bacilles (P. Nicolle et J. Prunet), modifications phénotypiques des bactériophages (E. S. Anderson).

—  Pierre NICOLLE

Écrit par :

  • : docteur en pharmacie et en médecine, chef de service honoraire à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  LYSOTYPIE  » est également traité dans :

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'identification »  : […] Dans de nombreux cas, un diagnostic de présomption peut être porté dès le stade de collection du produit infecté à analyser ; l'examen microscopique extemporané des préparations non fixées (bactéries immobiles ou présentant une mobilité particulière, portant éventuellement une capsule identifiable par sa réfringence, présence de spores, etc.), puis l'examen après fixation et colorations standards […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriologie/#i_16005

BACTÉRIOPHAGES ou PHAGES

  • Écrit par 
  • Jean-François VIEU
  •  • 3 527 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Applications »  : […] Si le développement continu des recherches sur les bactériophages a eu d'aussi importantes conséquences en biologie moléculaire et en génétique, les applications proprement dites des phages ont été nombreuses et deux d'entre elles doivent être mentionnées. L'introduction des antibiotiques d'origine fongique dans la thérapeutique des infections microbiennes de l'homme et des animaux a relégué au se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriophages-phages/#i_16005

LYSOGÉNIE

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 3 859 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fréquence et rôle de la lysogénie »  : […] La fréquence de la lysogénie est très variable. Certaines espèces, surtout parmi les Entérobactériacées, sont très souvent lysogènes : tous les lysotypes de Salmonella paratyphi B (P. Nicolle et Y. Hamon), tous les lysotypes de Yersinia enterocolitica (P. Nicolle, H. Mollaret et J. Brault), de nombreuses souches du sérotype O111 : B4 d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lysogenie/#i_16005

Pour citer l’article

Pierre NICOLLE, « LYSOTYPIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lysotypie/