LYSOGÉNIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lysogénie

Lysogénie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Lysogénisation

Lysogénisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Transduction

Transduction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama


Fréquence et rôle de la lysogénie

La fréquence de la lysogénie est très variable. Certaines espèces, surtout parmi les Entérobactériacées, sont très souvent lysogènes : tous les lysotypes de Salmonella paratyphi B (P. Nicolle et Y. Hamon), tous les lysotypes de Yersinia enterocolitica (P. Nicolle, H. Mollaret et J. Brault), de nombreuses souches du sérotype O111 : B4 d'Escherichia coli appartenant au lysotype Sèvres, etc. En revanche, malgré de nombreux essais, il n'a pas été possible de déceler la moindre production spontanée de phage parmi les souches de Yersinia pestis et Yersinia pseudotuberculosis. Cependant, ces deux espèces sont sensibles à de nombreux phages. En outre Yersinia pestis, contaminée par un phage, forme avec lui une association très étroite qui, par certains côtés, rappelle la lysogénie. Faute d'avoir pu en connaître la nature exacte, on s'est vu contraint à l'appeler provisoirement une pseudolysogénie (G. Girard), bien que ce terme ait été proscrit par Lwoff.

La lysogénie a un rôle dans la détermination des lysotypes de certaines espèces bactériennes. J. Craigie avait montré que, dans la lysotypie de Salmonella typhi qui porte son nom, le lysotype A est sensible à toutes les préparations adaptées du phage Vi II, tandis que le lysotype D1 n'est sensible qu'aux phages du groupe D. La résistance du lysotype D1 aux autres phages est causée par la présence du prophage d1 dont le phage correspondant n'est nullement apparenté au phage D1. Il s'agit donc là d'une prémunition non spécifique.

P. Nicolle et Y. Hamon, en 1951, ont généralisé cette notion en l'appliquant à Salmonella paratyphi B : la lysogénie, dans sa variété, est en effet la cause principale de la diversification de cette espèce bactérienne en ses lysotypes tels qu'on les met en évidence par la méthode de Felix et Callow.

A. Felix et E. S. Anderson, puis Anderson seul, ont peu après obtenu des résultats semblables dans leur étude de la lysogénie de Salmonella typhi. Il en est de même pour de nombreuses autres lysotypies, en particulier celles de Stap [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : docteur en pharmacie et en médecine, chef de service honoraire à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  LYSOGÉNIE  » est également traité dans :

BACTÉRIOPHAGES ou PHAGES

  • Écrit par 
  • Jean-François VIEU
  •  • 3 527 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Relations virus-bactéries »  : […] Le domaine de la bactériophagie s'étend aux espèces bactériennes les plus diverses : Gram + , Gram - , acido-résistantes, sporulées ou non sporulées, aérobies ou non aérobies, saprophytes ou pathogènes. Les bactériophages les plus anciennement connus sont ceux des staphylocoques et des bacilles dysentériques ; les plus récemment découverts agissent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriophages-phages/#i_7759

JACOB FRANÇOIS (1920-2013)

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 1 838 mots
  •  • 1 média

François Jacob fut une figure majeure de la génétique et de la biologie moléculaire, un des penseurs parmi les plus pénétrants de l'histoire et de la philosophie des sciences du vivant. N'acceptant pas la capitulation de 1940, il intègre les Forces françaises libres, participe aux campagnes d'Afrique et de France. Il fut grièvement blessé, et la carrière de chirurgien à laquelle il s'était destin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-jacob/#i_7759

LYSOTYPIE

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 399 mots

Si l'on fait agir un bactériophage convenablement choisi et dilué sur diverses cultures d'une même espèce bactérienne ou d'un même sérotype, on constate souvent, surtout si ces cultures ont été isolées en des endroits géographiquement éloignés les uns des autres ou à partir d'espèces animales différentes, que certaines de ces cultures sont très sensibles à ce phage tandis que d'autres sont plus ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lysotypie/#i_7759

VIROLOGIE

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • Michel BARME, 
  • François DENIS, 
  • Léon HIRTH
  •  • 10 443 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Relations entre génome viral et génome cellulaire »  : […] Dans tous les cas précédemment exposés, le génome du virus se répliquait pour son propre compte et plus ou moins indépendamment du génome cellulaire. Dans d'autres cas, génome cellulaire et génome viral ne forment qu'une seule entité par intégration du génome viral dans le génome cellulaire, et le génome viral se réplique exactement comme ce dernier, se transmettant de générations cellulaires e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virologie/#i_7759

VIRUS

  • Écrit par 
  • Vincent BARGOIN
  •  • 8 306 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le cycle lysogénique »  : […] Étant le cycle par lequel un virus perdure en se reproduisant, le cycle réplicatif est le cycle viral « normal », si la normalité biologique est dans la succession des générations. Certains virus, toutefois, ne se répliquent pas, ou pas continuellement, dans les cellules infectées. C'est le phénomène de latence virale, qui se traduit cliniquement par l'extinction des symptômes de la primo-infecti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virus/#i_7759

WOLLMAN ÉLIE (1917-2008)

  • Écrit par 
  • Maxime SCHWARTZ
  •  • 1 228 mots

Le Français Élie Wollman, qui a mené toute sa carrière à l'Institut Pasteur, peut être considéré comme l'un des pionniers de la génétique microbienne moderne et, par voie de conséquence, de la biologie moléculaire puis des biotechnologies. Il était aussi devenu la référence pour tout ce qui concernait l'histoire de l'Institut Pasteur. Élie Wollman est né le 4 juillet 1917 à Paris dans une famille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elie-wollman/#i_7759

Pour citer l’article

Pierre NICOLLE, « LYSOGÉNIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lysogenie/