LYSOGÉNIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lysogénie

Lysogénie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Lysogénisation

Lysogénisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Transduction

Transduction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama


Histoire de la notion de lysogénie Proposition de F. W. Twort

En 1915, Frederick William Twort décrit la transformation vitreuse de certaines cultures bactériennes. Cette véritable maladie des bactéries est transmissible d'une culture atteinte à une culture saine de la même espèce et son agent est comparable aux virus ultramicroscopiques des maladies de l'homme, des animaux et des végétaux supérieurs.

Il s'interroge alors sur la nature de ces virus. Entre diverses hypothèses proposées, il envisage celle d'un matériel autodestructeur dont les effets seraient comparables au processus cancéreux, évoquant implicitement la présence d'un virus à l'état latent dans les cellules destinées à subir éventuellement à plus ou moins longue échéance le développement anarchique caractéristique de cette maladie.

Proposition de Félix d'Hérelle

Pour Félix d'Hérelle, qui redécouvre en 1917 la lyse bactérienne transmissible, à laquelle il donne le nom de bactériophagie, les cultures secondaires à cette analyse entretiennent indéfiniment le bactériophage en formant avec lui une association symbiotique, dont on verra plus loin qu'elle comprend deux états bien différents.

La théorie de Jules Bordet

La conception virale du bactériophage admise dès le début par Twort et par d'Hérelle est alors contestée par plusieurs auteurs parmi lesquels T. Kabeshima et Jules Bordet. Selon ce dernier, le bactériophage n'existerait pas. La lyse transmissible serait due à une viciation nutritive provoquée dans la bactérie par des causes extérieures. Ainsi, à la suite d'injections intrapéritonéales répétées de Bacterium coli à des cobayes, l'exsudat formé est riche en leucocytes et provoquerait une anomalie de B. coli qui ne serait que l'exagération, devenue héréditaire, du processus physiologique, et non héréditaire, d'autolyse. Cette propriété nouvelle serait donc inscrite désormais dans l'hérédité de la bactérie, d'où son double caractère : transmissible, de bactérie mère à bact [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : docteur en pharmacie et en médecine, chef de service honoraire à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  LYSOGÉNIE  » est également traité dans :

BACTÉRIOPHAGES ou PHAGES

  • Écrit par 
  • Jean-François VIEU
  •  • 3 527 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Relations virus-bactéries »  : […] Le domaine de la bactériophagie s'étend aux espèces bactériennes les plus diverses : Gram + , Gram - , acido-résistantes, sporulées ou non sporulées, aérobies ou non aérobies, saprophytes ou pathogènes. Les bactériophages les plus anciennement connus sont ceux des staphylocoques et des bacilles dysentériques ; les plus récemment découverts agissent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriophages-phages/#i_7759

JACOB FRANÇOIS (1920-2013)

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 1 838 mots
  •  • 1 média

François Jacob fut une figure majeure de la génétique et de la biologie moléculaire, un des penseurs parmi les plus pénétrants de l'histoire et de la philosophie des sciences du vivant. N'acceptant pas la capitulation de 1940, il intègre les Forces françaises libres, participe aux campagnes d'Afrique et de France. Il fut grièvement blessé, et la carrière de chirurgien à laquelle il s'était destin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-jacob/#i_7759

LYSOTYPIE

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 399 mots

Si l'on fait agir un bactériophage convenablement choisi et dilué sur diverses cultures d'une même espèce bactérienne ou d'un même sérotype, on constate souvent, surtout si ces cultures ont été isolées en des endroits géographiquement éloignés les uns des autres ou à partir d'espèces animales différentes, que certaines de ces cultures sont très sensibles à ce phage tandis que d'autres sont plus ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lysotypie/#i_7759

VIROLOGIE

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • Michel BARME, 
  • François DENIS, 
  • Léon HIRTH
  •  • 10 443 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Relations entre génome viral et génome cellulaire »  : […] Dans tous les cas précédemment exposés, le génome du virus se répliquait pour son propre compte et plus ou moins indépendamment du génome cellulaire. Dans d'autres cas, génome cellulaire et génome viral ne forment qu'une seule entité par intégration du génome viral dans le génome cellulaire, et le génome viral se réplique exactement comme ce dernier, se transmettant de générations cellulaires e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virologie/#i_7759

VIRUS

  • Écrit par 
  • Vincent BARGOIN
  •  • 8 306 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le cycle lysogénique »  : […] Étant le cycle par lequel un virus perdure en se reproduisant, le cycle réplicatif est le cycle viral « normal », si la normalité biologique est dans la succession des générations. Certains virus, toutefois, ne se répliquent pas, ou pas continuellement, dans les cellules infectées. C'est le phénomène de latence virale, qui se traduit cliniquement par l'extinction des symptômes de la primo-infecti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virus/#i_7759

WOLLMAN ÉLIE (1917-2008)

  • Écrit par 
  • Maxime SCHWARTZ
  •  • 1 228 mots

Le Français Élie Wollman, qui a mené toute sa carrière à l'Institut Pasteur, peut être considéré comme l'un des pionniers de la génétique microbienne moderne et, par voie de conséquence, de la biologie moléculaire puis des biotechnologies. Il était aussi devenu la référence pour tout ce qui concernait l'histoire de l'Institut Pasteur. Élie Wollman est né le 4 juillet 1917 à Paris dans une famille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elie-wollman/#i_7759

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre NICOLLE, « LYSOGÉNIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lysogenie/