MÉDIÉVAL LYRISME

MOYEN ÂGE - La poésie lyrique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 5 698 mots

À la fois parole, musique et jeu, le lyrisme médiéval, tel que le transmettent les manuscrits, reste difficile à lire et à interpréter. Vestiges pour ainsi dire archéologiques, les écrits, même lorsqu'ils comportent une notation musicale, ne livrent plus le secret de leur vie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-poesie-lyrique/#i_2804

ADAM DE LA HALLE (1235 env.-env. 1285)

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 1 080 mots

Dans le chapitre « L'œuvre poétique et musicale »  : […] Son œuvre se caractérise par sa diversité. Les inspirations qu'elle manifeste sont principalement polarisées par des éléments tirés de la tradition lyrique des trouvères. Pourtant, Adam se situe aux confins de cette esthétique et d'un ars nova dont il est l'un des premiers créateurs, d'où une certaine dualité, et parfois l'ambiguïté de sa poésie. On y peut distinguer un type […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-de-la-halle/#i_2804

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 638 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'art du XIIIe siècle »  : […] Si l'allégorie devient le mode d'expression privilégié au xiii e  siècle, c'est parce qu'elle répond à un mode de représentation en accord avec les tendances intellectualistes de l'époque. L'art symbolique de l'âge roman cède en effet la place à une esthétique plus systématique, plus lumineuse. On passe de l'ambiguïté des signes symboliques à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie/#i_2804

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'épanouissement de l'idéal courtois au XIIIe siècle »  : […] Les années 1170-1270 marquent un premier sommet de la littérature allemande. Cet épanouissement suivant de peu le développement historique (réussite politique des Hohenstaufen et fin des hésitations dynastiques pour un siècle) est dû à des influences venues de France. Les caractéristiques de ce temps sont le recul des œuvres religieuses, la vogue de l'épopée et de la poésie lyrique, l'importance d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_2804

ALPHONSE X LE SAGE (1221-1284) roi de Castille et de León (1252-1284)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 639 mots

Roi de Castille, Alphonse X, dit le Sage ou le Savant, a laissé de lui l'image d'un souverain trop affairé à contempler les étoiles pour prêter attention aux choses de ce bas monde ; on l'a ainsi comparé à cet astrologue qui figure dans un exemplum médiéval et qui, trop occupé à tirer les horoscopes des autres, ne voit guère le puits où sa distraction le fera tomber. Victime […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphonse-x-le-sage/#i_2804

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 290 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance d'une lyrique andalouse »  : […] On ne sait rien des premières compositions poétiques auxquelles ne manqua certainement pas de s'adonner la minorité de guerriers arabes engagés dans les opérations militaires, mais on peut supposer que ceux d'entre eux qui possédaient quelque talent ne se privèrent pas de chanter en vers leurs prouesses, de glorifier leur tribu, de se plaindre de l'éloignement du pays natal et de pleurer leurs mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_2804

ARNAUD ou ARNAUT DANIEL (actif de 1180 à 1200)

  • Écrit par 
  • Joël SHAPIRO
  •  • 603 mots

Ezra Pound nous met en garde : « Aucune étude de la poésie européenne ne saurait prétendre au sérieux si elle ne commence tout d'abord par une étude de cet art en Provence », écrit-il. Arnaud Daniel fut certainement, parmi les troubadours, l'un des plus habiles artisans de l'ancien provençal. Dante lui-même en fait un vif éloge dans le « Purgatoire », où il le surnomme « le meilleur forgeron de sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnaud-arnaut-daniel/#i_2804

ARS ANTIQUA

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 1 899 mots
  •  • 2 médias

L'expression ars antiqua (forgée par les historiens de la musique – par opposition au nom du traité Ars nova , rédigé par Philippe de Vitry, s'appliquant à l'époque de Guillaume de Machaut en France et Francesco Landini en Italie, au xiv e  siècle) désigne l'école musicale parisienne des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ars-antiqua/#i_2804

AUBE CHANSON D'

  • Écrit par 
  • Jean FRAPPIER
  •  • 1 153 mots

Deux amants, dont la nuit a favorisé la rencontre, déplorent l'approche du jour, venu trop tôt à leur gré : tel est le thème de la « chanson d'aube », genre lyrique des xii e et xiii e  siècles, ou simplement « aube », d'après la transposition française du mot alba qui dési […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-d-aube/#i_2804

BALLADE

  • Écrit par 
  • Claude THIRY
  •  • 562 mots

Par son étymologie (ancien provençal ballada ), la ballade est, comme le rondeau, une des formes lyriques associées à la danse. La structure la plus typique, qui l'a fait ranger parmi les formes fixes, comporte trois strophes sur les mêmes rimes terminées par un refrain, et un envoi comptant la moitié des vers de la strophe et reprenant les rimes finales et le refrain. L'idéa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballade/#i_2804

BALLADE, musique

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 959 mots
  •  • 2 médias

La ballade (en italien ballata , de ballare  : danser) est un genre littéraire et musical d'essence lyrique et de structure répétitive. Cette forme, monodique et polyphonique, est en usage de la fin du xiii e siècle jusqu'au xvi e siècle. Elle est chan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballade-musique/#i_2804

BÜRGER GOTTFRIED AUGUST (1747-1794)

  • Écrit par 
  • Lore de CHAMBURE
  •  • 738 mots

Né près de Halberstadt dans le Harz, fils de pasteur, Gottfried August Bürger étudie d'abord la théologie avant de se tourner vers le droit. À Göttingen, il fréquente les membres du Göttinger Hain, cercle d'écrivains auquel appartient Voss, traducteur célèbre de L'Iliade et de L'Odyssée . Bürger s'essaye, lui aussi, dans cette voie. Il diffuse en Allema […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gottfried-august-burger/#i_2804

CANCIONEROS

  • Écrit par 
  • Madeleine PARDO
  •  • 1 984 mots

La poésie lyrique espagnole de la fin du Moyen Âge nous a été conservée dans de nombreux chansonniers, véritables collections ou anthologies de poèmes. On y a vu à la fois une source précieuse d'information sur de nombreux poètes, un témoignage important sur toute une civilisation, le champ où s'affrontent et s'harmonisent des influences étrangères (françaises et italiennes) et la tradition pénin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cancioneros/#i_2804

CANTILÈNE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 306 mots

Littéralement, « complainte lyrique ». Cette forme élémentaire de chant profane monodique, sorte d'hymne en langue romane, à caractère lyrique ou épique, en se développant jusqu'au x e siècle aurait donné naissance à la chanson de geste (théorie de Gaston Paris, rejetée par Joseph Bédier, mais reprise récemment avec modifications par Jacques Chai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cantilene/#i_2804

CÉLÉBRATION, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 857 mots

Acte rhétorique par lequel on établit la supériorité de quelqu'un ou de quelque chose. Réelle ou imaginaire, cette supériorité est exprimée dans des termes propres à propager le sentiment d'élévation. Parmi les trois genres du discours répertoriés par Aristote, la célébration (avec le blâme) appartient au genre épidictique (ou démonstratif), codifié déjà par Gorgias de Leont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celebration-genre-litteraire/#i_2804

CHANSON

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET, 
  • Guy ERISMANN, 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 7 139 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Poésie lyrique »  : […] À partir de l'interprétation des chants dus aux bardes gaulois (chants bachiques et satiriques) et des chants d'Église, les uns et les autres en latin, devait naître un art populaire. Les traits essentiels de notre civilisation se sont affirmés dans cet art en même temps que du latin se dégageait une langue romane qui, progressivement, devait donner naissance à la langue française. Longtemps, l'h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson/#i_2804

CHANSON À BOIRE

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 572 mots

Les manuscrits du xiii e  siècle contiennent, parmi toutes les pièces lyriques qui ne relèvent pas des grands genres courtois, un certain nombre de chansons à boire. Celles-ci sont dans une large mesure la transposition en langue vulgaire des chansons goliardiques. Elles développent cependant quelques aspects propres au lyrisme roman. Plus souvent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-a-boire/#i_2804

CHANSON DE FEMMES

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 512 mots

Les plus anciens poèmes lyriques en langue romane intégralement conservés sont les premières chansons courtoises des troubadours (début du xii e s.). Mais la poésie courtoise, expression d'une nouvelle doctrine de l'amour, subtile, agressivement aristocratique, n'a rien de populaire et n'est pas l'héritière directe de la poésie orale antérieure, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-de-femmes/#i_2804

CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Hélène HAZERA
  •  • 5 009 mots
  •  • 8 médias

Dans toutes les cultures, la parole chantée est le plus ancien mode d'expression poétique. La musique, expression en soi, constitue aussi un système mnémotechnique qui permet de mieux retenir les paroles, comme la versification ou la rime. La chanson française n'échappe pas à ces règles. Il ne nous reste rien de la culture poétique gauloise. Mais, dès l'époque des serments de Strasbourg (842), un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-francaise/#i_2804

CHANSONS, Arnaut Daniel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 1 000 mots

Dans le chapitre « Chanter la joie d'amour »  : […] Comme l'a très justement rappelé Martin de Riquer, plus qu'un poète hermétique, un adepte du trobar clus , Arnaut Daniel est un poète obsédé par les recherches formelles. Il a moins cherché à renouveler les thèmes du trobar qu'à créer un nouveau langage poétique, à donner une résonance inouïe à des mots et à des motifs déjà bien banalisés lorsqu'il comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chansons/#i_2804

CHARLES D'ORLÉANS (1394-1465)

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 550 mots

Le rapport entre la vie et les poèmes de Charles, duc d'Orléans (fils de Louis d'Orléans, qui fut tué par Jean sans Peur en 1407, et père de Louis XII), est plus compliqué que ne le ferait croire, par exemple, un rapprochement entre les ballades où il nous parle de son exil et l'histoire qui nous apprend ses vingt-cinq ans de captivité en Angleterre, après Azincourt (1415). L'espace, de mer et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-d-orleans/#i_2804

CHRÉTIEN DE TROYES (1135 env.-env. 1183)

  • Écrit par 
  • Yasmina FOEHR-JANSSENS
  •  • 1 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La rencontre du monde antique et du monde chrétien »  : […] À une époque où la littérature en langue vulgaire semble vouée à l'anonymat, la notoriété de Chrétien fait exception. Certains textes se réclament d'ailleurs de lui, mais ces attributions n'ont pu être établies avec certitude. Le nom « Crestien » apparaît dans le Guillaume d'Angleterre , dont le ton et le décor diffèrent pourtant de celui des autres romans. Chrétien construi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chretien-de-troyes/#i_2804

CONGÉ, genre musical

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 94 mots

Poésie lyrique personnelle que composèrent certains trouvères du xiii e siècle pour célébrer l'adieu, courtois ou satirique, du poète à ses amis, à sa ville ou à son pays natal. Trois congés sont connus : celui de Jehan Bodel (1202), celui d'Adam de La Halle (vers 1269), celui de Baude Fastoul (entre 1256 et 1269). Le premier et le troisième chan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conge-genre-musical/#i_2804

COURTOISIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  • , Universalis
  •  • 5 087 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un fait collectif d'expression »  : […] La courtoisie, et spécialement la fin'amor , ne nous sont guère connues que par leurs reflets dans la poésie du xii e  siècle, de sorte que la question de leurs origines peut difficilement être dissociée des nombreux problèmes techniques relatifs à la constitution des formes poétiques correspondantes. La courtoisie revêt ains […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/courtoisie/#i_2804

DANSE MACABRE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 623 mots
  •  • 1 média

À la fin du Moyen Âge occidental, l'obsession de la mort hante les esprits. On voit alors apparaître dans le théâtre, la poésie, la musique et les arts plastiques le thème allégorique du pouvoir égalisateur de la mort. Il s'agit de l'évocation littéraire ou de la représentation picturale d'une danse où des personnages vivants placés hiérarchiquement, du pape et de l'empereur à l'enfant, au clerc e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/danse-macabre/#i_2804

DÉBAT, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 350 mots

Le terme générique « débat » correspond à une série de genres poétiques dialogués que les trouvères et les troubadours cultivaient depuis le début du xii e siècle : d'abord en latin, sous le nom de disputatio , puis en langue vulgaire ; il est appelé tenson ou jocpartit en langue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debat-genre-litteraire/#i_2804

DIT, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 351 mots

Le dit est-il un genre littéraire au Moyen Âge ? Le mot intervient dans le titre de nombreux poèmes dont il présente pour ainsi dire le thème, surtout lorsqu'il s'agit d'une sorte de parabole ou d'allégorie : Dit de la lampe , Dit de l'unicorne et du serpent , Dit de la panthère d'amour , Dit du vergier , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dit-genre-litteraire/#i_2804

DOLCE STIL NOVO

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 1 432 mots

Formule devenue traditionnelle en histoire littéraire, l'appellation dolce stil novo, qui recouvre la plus riche et la plus subtile production lyrique amoureuse du Moyen Âge européen, ne désigne à proprement parler ni une école ni un courant entièrement homogène. Elle s'applique à un certain nombre de poètes toscans de la fin du xiii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dolce-stil-novo/#i_2804

FOLKLORE

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 12 223 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire du folklore comme discipline »  : […] Il est important de tenter de retracer la préhistoire de l'étude du folklore pour en saisir la spécificité. Lorsque cette discipline est née, au début du xix e siècle, l' ethnologie, en effet, existait déjà, même si elle n'en portait pas encore le nom. Elle s'était constituée à partir de la découverte au xvi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folklore/#i_2804

FRANCO-FLAMANDS MUSICIENS

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 855 mots

Expression controversée désignant un groupe de musiciens du xv e et du xvi e siècle. On rencontre aussi les dénominations de musique ou d'« école » néerlandaise, flamande, wallonne, bourguignonne, italo-bourguignonne, franco-bourguignonne, néerlando-bourguignonne. Les dénominations s'enchevêtren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musiciens-franco-flamands/#i_2804

GUIRAUT RIQUIER (1254-1292)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 539 mots

D'origine populaire, Guiraut Riquier gagne d'abord sa vie de poète de métier auprès du vicomte de Narbonne Amalric IV et des bourgeois de sa ville. Il passe ensuite en Catalogne, puis à la cour d'Alphonse X de Castille. Vers 1279, il est à la cour du comte Henri de Rodez, un des derniers centres occitans (avec les cours gasconnes d'Astarac et de Comminges également fréquentées par Guiraut) à pouvo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guiraut-riquier/#i_2804

HEINRICH VON MORUNGEN (mort en 1222)

  • Écrit par 
  • Claude LECOUTEUX
  •  • 595 mots

Originaire du château de Morungen, près de Sangerhausen, en Thuringe, le ministérial Henrich von Morungen, un des grands représentants de l'été du Minnesang , fait ses débuts poétiques vers 1190. Des documents attestent son existence en 1217-1218. Ce sont là les seuls éléments sûrs dont nous disposons. À la charnière du xv e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-von-morungen/#i_2804

KONRAD VON WÜRZBURG (1230 env.-1287)

  • Écrit par 
  • Claude LECOUTEUX
  •  • 589 mots

Écrivain le plus marquant de la seconde moitié du xiii e siècle, Konrad von Würzburg a laissé une œuvre considérable. Nous sommes peu renseignés sur sa vie, que seuls les noms de ses mécènes permettent de retracer à peu près. Konrad vit le jour à Wurzbourg vers 1230 ; ce n'est pas un aristocrate et il est appelé Meister ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/konrad-von-wurzburg/#i_2804

LAI

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 469 mots

Il s'agit originellement d'un genre poétique et musical, dérivant de chansons en latin vulgaire, mais surtout exploité par les harpeurs bretons, le texte étant alors soutenu par une mélodie syllabique. Dès le xii e  siècle, le genre se dédouble. D'un côté il connaît une évolution narrative à partir de Marie de France, qui assemble et rime les chan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lai/#i_2804

LAISSE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 271 mots

La cellule de base, le couplet de la chanson de geste, unité de contenu et versification. De dimension variable, la laisse se caractérise par une même assonance ou rime. Elle est très souvent encadrée par un vers d'intonation et un vers de conclusion, le développement intérieur étant plus libre, mais structuré par le vers, généralement décasyllabe de coupe 4/6. Certains remanieurs terminent la lai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laisse-litterature/#i_2804

LAMENTATION, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 877 mots

Composition par laquelle le poète met en forme le topos du regret et du deuil à l'occasion d'un départ, d'une mort ou d'une calamité publique. Qu'il parle en son nom ou au nom de la communauté entière, il doit convertir l'émotion en mots, sans cesse renouvelés et cependant conformes à la tradition, car la douleur, elle, est toujours identique à elle-même. Cette « habitude po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lamentation-genre-litteraire/#i_2804

LANDINO ou LANDINI FRANCESCO (1330 env.-1397)

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 506 mots

Célèbre musicien et poète de l'ars nova florentine (Trecento), Francesco Landino, surnommé Magister Franciscus Caecus, Francesco Cieco ou Cecco (l'« Aveugle »), ou encore il Cieco degli organi, est né à Fiesole. Sa date de naissance se situerait entre 1325 et 1335 environ. Son père, Jacopo del Casentino, était peintre, et le jeune Francesco, avant d'être atteint de cécité à la suite de la variole, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/landino-landini/#i_2804

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux sources du lyrisme »  : […] L'histoire du lyrisme apparaît liée à celle de la subjectivité. Dès la Grèce antique, l'épanouissement du lyrisme a accompagné la prise de conscience de la valeur de la vie individuelle. Les fragments d'Archiloque (env. vii e  s. av. J.-C.) ne chantent encore que des désirs furtifs et des fortunes de guerre, tandis que la poésie de Saphô (qui pass […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_2804

MACHAUT GUILLAUME DE

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 2 609 mots

Guillaume de Machaut, musicien-poète, chanoine de Reims, mêlé intimement à la vie des plus grands personnages de son temps, fut à la fois le dernier des trouvères et l'un des principaux promoteurs de l'art nouveau, l'« Ars nova », codifié par Philippe de Vitry, où il se révéla plus souple et plus varié. La messe de Machaut n'est point seulement un des sommets de la musique médiévale, c'est un che […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-machaut/#i_2804

MAÎTRES CHANTEURS ou MEISTERSINGER

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 346 mots

Confréries citadines de poètes compositeurs (en allemand Meistersinger ) en général artisans de profession, les maîtres chanteurs appartiennent à la bourgeoisie et cultivent encore, au xv e et au xvi e siècle, la tradition de chant monodique des Minnesänger du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maitres-chanteurs-meistersinger/#i_2804

MARCH AUSÍA (1397?-1459)

  • Écrit par 
  • Marie-Claire ZIMMERMANN
  •  • 988 mots

Poète valencien, digne de figurer parmi les plus grands écrivains du xv e siècle européen, Ausía March rompt avec une tradition vieille de trois siècles qui voulait qu'au royaume d'Aragon la seule langue admise en poésie fût le provençal, et rédige son œuvre exclusivement en catalan. Véritable créateur de la poésie catalane, traduit en espagnol d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ausia-march/#i_2804

MÉNESTREL

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 319 mots

Si l'âge romantique s'est fait une idée flatteuse de ce musicien errant, l'opinion des contemporains était plus réservée. Le ménestrel ou « ménestrier » était parfois un vaurien, comme tous ces amuseurs venus d'on ne sait où. Mais le statut des ménestrels s'est peu à peu précisé, les distinguant à la fois des simples jongleurs, plutôt mimes ou acteurs, et des trouvères, qui sont en propre des aute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menestrel/#i_2804

MESSE NOTRE-DAME (G. de Machaut)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 253 mots
  •  • 1 média

Musicien et poète, Guillaume de Machaut forge de nouvelles règles pour le lai, le virelai, la ballade et le rondeau. Il renouvelle l'expression musicale en retrouvant une spontanéité qu'un xiv e  siècle sclérosé par l'importance de la technique avait oubliée. On a longtemps pensé que sa Messe Notre-Dame ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/messe-notre-dame/#i_2804

MESTER DE CLERECÍA, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 357 mots

L'expression « métier de clergie ou de clers » apparaît pour la première fois dans le Libro de Alexandre ( xiii e s.) qui l'oppose au mester de juglaría . Elle désigne d'abord les poèmes écrits par les clercs des monastères de Castille, au xiii e sièc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mester-de-clerecia-litterature/#i_2804

MESTER DE JUGLARÍA, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 288 mots

Antérieur au mester de clerecía , avec lequel il coïncide en partie, le « métier de jonglerie » s'applique aux poèmes épiques récités par les jongleurs, ou aux poèmes narratifs, lyriques ou dramatiques des xii e , xiii e et xiv e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mester-de-juglaria-litterature/#i_2804

MÉTRIQUE

  • Écrit par 
  • Benoît de CORNULIER
  •  • 6 941 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Métrique syllabique simple : le vers français classique »  : […] L'expression Léandre le sot , qui peut, isolée ou placée dans un roman, être de la prose non rimée, est un vers, et rime, dans le sizain cité ci-dessus. Ce vers n'est donc pas plus vers en soi, que sa rime en -ot n'est rime en soi. De même que la qualité de rime de sot n'existe, ici, que par l'équivalence contextuelle des fins de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metrique/#i_2804

MINNESANG

  • Écrit par 
  • Georges ZINK
  •  • 2 970 mots

Le terme allemand, que l'on trouve dans une poésie de Walther von der Vogelweide, a été conservé en français. Il est d'usage commode pour distinguer la poésie courtoise allemande de celle des troubadours et des trouvères ; il a, en outre, l'avantage de mettre en relief deux traits essentiels de cette poésie : Minnesang veut dire, en effet, « chant d'amour ». Or, la poésie des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/minnesang/#i_2804

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Dans le chapitre « La tradition antique détruite et sauvée (VIe-Xe s.) »  : […] Il fallait d'abord survivre à la barbarie. Dès le vii e siècle, la plupart des écoles latines allaient être fermées. Mais on disposait de plusieurs messages, qui venaient d'Augustin, Martianus Capella, Boèce et Cassiodore. Ils disaient que la culture antique, représentée surtout par Virgile, Cicéron, Platon et Aristote, pouvait s'accorder à la tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-latine-savante/#i_2804

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 837 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fabrique du texte »  : […] Dans la culture textuelle du Moyen Âge latin, l’opposition entre poésie métrique et poésie rythmique va souvent de pair avec l’alternative entre écriture ou copie des vers verticalement et horizontalement, comme dans le manuscrit unique des Carmina Burana . L’écart entre poésie rythmique et prose apparaît moins net sur le plan visuel surtout en raison de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-en-prose/#i_2804

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Paul GELLINGS
  •  • 6 852 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Chevaliers et amoureux »  : […] Tout comme en France, la littérature épique des Pays-Bas connaîtra, au xiii e  siècle, deux stades. D'abord, la chanson de geste reflète un monde où Dieu et le souverain occupent une place centrale. Le chevalier se bat pour l'honneur de son seigneur terrestre et aussi afin de propager la foi. Tel est le cas du Roelantslied ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-neerlandaise-et-flamande/#i_2804

ŒUVRES POÉTIQUES, Christine de Pizan - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 815 mots

Dans le chapitre « Défense de l'amour »  : […] Les pièces retenues dans le tome 2 sont d'inspiration et de formes très diverses. L' Epistre au Dieu d'amours (1399), en vers octosyllabiques, est consacrée comme Le Dit de la Rose (1401) à la défense des femmes, défense que poursuivra Christine lors du débat sur le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris et Jean de Meun. D'autr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-poetiques-christine-de-pizan/#i_2804

ORAISON FUNÈBRE

  • Écrit par 
  • Claude THIRY
  •  • 1 297 mots

La coutume de louer et donc de pleurer un mort remonte à l'Antiquité : Grecs et Latins possédaient déjà la double tradition lyrique (thrènes ; nénies, élégies) et oratoire (panégyrique collectif ; laudatio funebris individuelle, méprisée par Cicéron pour ses excès). Le christianisme oriente le genre vers le sermon (les grands modèles en seront saint Ambroise et saint Grégoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oraison-funebre/#i_2804

MOYEN ÂGE - L'affirmation des langues vulgaires

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 2 558 mots

Dans le chapitre « L'avènement des langues vernaculaires »  : […] Un fragment de manuscrit du x e  siècle donne, à la suite d'une pièce latine également en l'honneur de sainte Eulalie, une séquence de 29 vers qui célèbre, mais en langue vulgaire, en « roman », les mérites et le martyre de la sainte. Ce texte en vers assonancés n'est pas l'acte de naissance de la langue française : les Serments […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-l-affirmation-des-langues-vulgaires/#i_2804

PERCY THOMAS (1729-1811)

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 158 mots

Fin lettré, Thomas Percy a recueilli et édité d'anciennes ballades sous le titre de Reliques de l'ancienne poésie anglaise ( Reliques of Ancient English Poetry , 1765). Cette publication suscita un vaste mouvement d'intérêt pour la poésie traditionnelle anglaise et écossaise, jusque-là presque totalement ignorée des cercles littéraires. Le texte de base […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-percy/#i_2804

POÉSIES, Charles d'Orléans - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 815 mots

L'assassinat de son père, Louis de France, duc d'Orléans, en 1407, le désastre d'Azincourt en 1415, et vingt-cinq ans de captivité en Angleterre : autant de malheurs qui, écartant Charles d'Orléans (1394-1465) des affaires du royaume, ont orienté vers la création poétique la vie du prince, retiré en sa cour de Blois à partir de 1440. Des événements vécus ne subsistent dans l'œuvre que des traces d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesies-charles-d-orleans/#i_2804

REINMAR DE HAGUENAU (1170 env.-env. 1208/1209)

  • Écrit par 
  • Claude LECOUTEUX
  •  • 549 mots

Nous ignorons pratiquement tout de la vie de Reinmar l'Ancien, que Gottfried de Strasbourg surnomme « le rossignol de Haguenau ». On pense qu'il est né vers 1170, et on a de bonnes raisons de situer sa mort vers 1208-1209. Si Reinmar a passé la plus grande partie de sa vie à Vienne, à la cour des ducs d'Autriche, les Babenberg, on doute aujourd'hui qu'il en fut le poète officiel ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reinmar-de-haguenau/#i_2804

RONDEAU

  • Écrit par 
  • Jacqueline CERQUIGLINI-TOULET
  •  • 560 mots

Le rondeau qui naît de la danse, de la ronde , ancre ce qui deviendra une forme lyrique dans le corps, le rythme et la musique. Le Moyen Âge toutefois met plutôt le rondeau en rapport avec sa forme, à l'enseigne du rond . Pensée homologique qui au-delà de la stricte étymologie dit une essence formelle : le retour du refrain. Le rondeau comme texte poétiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rondeau/#i_2804

RUTEBEUF (1230?-? 1280)

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 2 025 mots

Dans le chapitre « Système de la satire »  : […] Le genre de la complainte satirique met de toute façon en rapport la vie privée et la vie publique, faisant appel à l'opinion, et visant à l'action, morale, politique ou économique, les problèmes d'argent restant une préoccupation constante et réaliste de cette littérature. Cette participation à l'activité historique est évidente dans la querelle de l'université de Paris. Mais la qualité littérai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rutebeuf/#i_2804

SICILIENNE ÉCOLE, littérature

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 947 mots

On regroupe sous le nom de Siciliens les poètes de la première « école » poétique italienne, dont la naissance et la floraison coïncident avec le règne de Frédéric II Hohenstaufen (1194-1250) et le rayonnement de la cour de Palerme sur le reste de la péninsule. La politique culturelle du monarque embrassait tous les secteurs du savoir : droit, sciences naturelles, philosophie, études latines et gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-sicilienne-litterature/#i_2804

LE TESTAMENT, François Villon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 940 mots

Dans le chapitre « Une méditation sur la mort »  : […] Transposer sur le mode poétique une forme juridique n'est pas, dans la seconde moitié du xv e  siècle, une nouveauté. Mais Villon est le premier à parasiter et à détourner de manière aussi systématique le cadre, le vocabulaire et la structure d'un testament réel. L'acte testamentaire proprement dit est en effet précédé (vv. 1 à 728 ou 792) d'une p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-testament/#i_2804

TROUBADOURS ET TROUVÈRES

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 3 403 mots

La forme poétique que Roger Dragonetti appela le « grand chant courtois » se constitua dans la France occitane durant la première moitié du xii e  siècle. À partir de 1150-1180, elle fut progressivement adoptée dans la plupart des nations occidentales. Son dynamisme initial et ses tendances originales se maintinrent avec une remarquable cohérence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troubadours-et-trouveres/#i_2804

VERSIFICATION

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 1 216 mots

Dans les langues où la longueur de la syllabe est pertinente (soit par la nature de la voyelle, soit par sa position, c'est-à-dire son environnement consonantique de droite), les vers sont construits et identifiés d'après un nombre relativement fixe de pieds (séquence rythmée de syllabes longues, notées ▂, et de syllabes courtes, notées ⌣). Les vers de six pieds sont dits hexamètres, et sont surto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/versification/#i_2804

VILLON FRANÇOIS (1431-apr. 1463)

  • Écrit par 
  • Jacqueline CERQUIGLINI-TOULET
  •  • 3 062 mots

Dans le chapitre « Un lignage littéraire »  : […] Mais si la figure que le poète construit dans son œuvre s'ancre dans son expérience, elle jaillit aussi du nom dont il se re-nomme : Villon, celui de son « plus que père » ( Le Testament , huitain 87), Guillaume de Villon. Les termes Guillaume et Villon proviennent tous deux du même mot guille qui désigne la ruse, et la langue connaît des dérivés nombre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-villon/#i_2804

VIRELAI

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 138 mots

Du xiii e au xv e  siècle, forme la plus répandue de la chanson française. Le virelai classique débute, comme le rondeau, par une strophe-refrain reprise après chacune des trois strophes-couplets de huit vers. De plus, la dernière partie de la strophe reprend ordinairement la mélodie du refrain. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virelai/#i_2804

WALTHER VON DER VOGELWEIDE (1170 env.-env. 1230)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 623 mots

Considéré comme le plus grand poète allemand du Moyen Âge, Walther von der Vogelweide défendait les vertus d'une vie équilibrée, en société comme dans la sphère privée, dans une œuvre qui reflète sa désapprobation à l'égard des individus, des actions et des croyances qui viennent troubler cette harmonie. Walther von der Vogelweide naît vers 1170. Son lieu de naissance n'a jamais pu être identifié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walther-von-der-vogelweide/#i_2804