LYOPHILISATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Origine et développement

En 1906, A. d'Arsonval et C. Bordas décrivent un appareillage qui ne diffère absolument pas des appareils à lyophiliser modernes, au moins quant au principe. Leur dispositif contient en effet un récipient pour la sublimation, un condenseur pour recueillir la vapeur formée et enfin un appareil à vide. La même année, ils présentent un mémoire à l'Académie des sciences de Paris, dans lequel ils écrivent qu'en jouant sur la différence de température entre la substance congelée et le condenseur il est possible de dessécher des sérums et des vaccins.

Lyophilisateur

Dessin : Lyophilisateur

Dessin

Schéma d'un lyophilisateur. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

En 1909, L. F. Shackell préconise l'emploi du froid comme étape préliminaire à la dessication, en application du principe de Wollaston et Leslie qui avaient montré la possibilité de sublimer la glace à l'état de vapeur sous une pression très réduite. Cet auteur, ignorant certainement tout des travaux précédents, venait de réinventer le principe de la lyophilisation.

À partir de 1906 de nombreux travaux sont publiés sur ce sujet. Ils ont trait principalement à la production du froid et à la production du vide.

En 1911, B. W. Hammer lyophilise des bactéries sur bandes de papier et montre qu'elles survivent dans ces conditions jusqu'à cinquante-sept jours.

La lyophilisation entre dans la pratique courante en 1935. Citons les travaux de W. J. Elser, R. A. Thomas et G. I. Steffen, dont la conclusion est la possibilité de conserver dans de très bonnes conditions des sérums antitoxiques, des toxines, des espèces bactériennes réputées très fragiles (gonocoque, méningocoque). De 1935 au début de la Seconde Guerre mondiale, E. W. Flosdorf et S. Mudd développent la méthode de freeze-drying (congélation-dessication) jusqu'à la faire entrer dans le domaine industriel. L'année 1940 voit la première utilisation à grande échelle de ce procédé dans la préparation du plasma humain desséché, qui a sauvé un nombre considérable de vies humaines pendant la guerre. A. Fleming vient de découvrir la pénicilline ; on applique avec grand succès la lyophilisation à sa préparation. Le domain [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Agroalimentaire : lyophilisation

Agroalimentaire : lyophilisation
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Lyophilisateur

Lyophilisateur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tension de vapeur d'eau et température

Tension de vapeur d'eau et température
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de bactériologie à l'université du droit et de la santé de Lille-II

Classification

Autres références

«  LYOPHILISATION  » est également traité dans :

ALIMENTATION (Aliments) - Technologies de production et de conservation

  • Écrit par 
  • Paul COLONNA
  •  • 7 394 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Procédés résultant d'innovations »  : […] Les procédés modernes, dans leur principe, ne font que reproduire de manière ciblée des mécanismes présents dans les procédés traditionnels. La lyophilisation , procédé de séchage à froid (— 40 à — 50  0 C), préserve très bien les structures fortement hydratées qui supportent mal les séchages à l'air chaud. Elle utilise le principe physique de la sublimation, c'est-à-dire le passage d'un élément […] Lire la suite

FROID, physique

  • Écrit par 
  • Jean MATRICON, 
  • Georges WAYSAND
  •  • 4 032 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Quelques applications du froid »  : […] Le passage des performances de laboratoire à des dispositifs industriels fiables et d'emploi aisé a réclamé des efforts importants de développement. Peu spectaculaire, le froid est aujourd'hui omniprésent dans notre vie quotidienne, de la fabrication des poudres à laver à la production de plantes aromatiques broyées. L'utilisation la plus répandue de la production de froid est la conservation des […] Lire la suite

LÉGUMES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves PÉRON
  •  • 7 076 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Légumes transformés »  : […] Les légumes transformés, ou légumes d'industrie, sont des aliments de commodité pour l'aval de la filière, notamment les consommateurs. Nous les classerons selon leur importance économique : – les légumes appertisés (improprement appelés légumes de conserve), conditionnés en boîtes métalliques ou en bocaux. Tous les légumes peuvent être appertisés à l'exception des cucurbitacées telles que le con […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles ROMOND, « LYOPHILISATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lyophilisation/