FEININGER LYONEL (1871-1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lumières et transparences : les traces du réel

L'année 1911 marque une étape fondamentale dans la carrière de Feininger. Pendant un séjour parisien, de 1906 à 1908, il avait déjà pris connaissance des recherches cubistes. Après 1911, il oriente définitivement sa démarche en devenant l'ami de Robert Delaunay, et certaines de ses peintures de l'époque montrent clairement la dette contractée avec lui et avec Jacques Villon. Dans Le Pont (1913, Washington University, Saint Louis, Missouri), le peintre manifeste une tendance picturale voisine de la « déformation constructive » des peintres adeptes du nombre d'or. Les couleurs sont vives et saturées, proches de celles des expressionnistes allemands, mais les éléments naturels et architecturaux sont traités en guise de structures se démultipliant en rythmes clairs et transparents. L'interpénétration – d'origine cézanienne – qu'il établit entre l'atmosphère et les éléments figuratifs qu'elle contient ne se manifeste pas au détriment de la forme.

Cette dernière demeure stable et douée d'une remarquable transparence, ce qui permet à la lumière de traverser toutes les facettes géométrisantes de la composition. En 1913, Franz Marc invite l'artiste à exposer au Salon d'automne du Blaue Reiter. Mais l'approche de Feininger diffère de celle des expressionnistes allemands par l'utilisation spécifique qu'il fait de la couleur et des transparences, et par sa volonté de dématérialiser les formes. Il pensait que « ... la différence entre le matériel et le spirituel n'a plus aucun sens... ». Si les formes qui apparaissent dans les peintures de cette époque gardent certaines traces du réel, elles semblent surgir subitement dans l'espace, car il n'y a plus ici ni premier plan, ni plans intermédiaires, la ligne d'horizon s'effaçant elle aussi. Les pleins et les vides acquièrent le même statut, la lumière seule semble gérer et structurer l'image. Les formes et les architectures, qui apparaissent souvent d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Classification


Autres références

«  FEININGER LYONEL (1871-1956)  » est également traité dans :

BAUHAUS

  • Écrit par 
  • Serge LEMOINE
  •  • 4 454 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une esthétique nouvelle »  : […] Gropius déclarait qu'il aurait échoué dans son entreprise si, un jour, l'on pouvait parler d'un «  Bauhausstil  ». L'optique du Bauhaus étant de n'imposer aucun cadre théorique rigide et d'accueillir des artistes venus de tous les horizons esthétiques, de l'abstraction géométrique au surréalisme, on conçoit mal qu'un style qui lui eût été propre ait pu se dégager. Le Bauhaus a duré quatorze ans ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bauhaus/#i_4123

LITTLE NEMO (W. McCay)

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 189 mots
  •  • 1 média

Il ne fallut pas dix ans à la bande dessinée américaine « à bulles » – née en 1896 avec The Yellow Kid de Richard Outcault – pour produire ses premiers chefs-d'œuvre, malheureusement aujourd'hui oubliés, comme The Kin-der-Kids (1906) du peintre Lyonel Feininger (1871-1956). L'œuvre la plus étonnante des années 1905-1910 est sans doute Little Nemo , que l'Américain Winsor McCay (1867-1934) dessina […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/little-nemo/#i_4123

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Unité des arts visuels »  : […] Le deuxième sens concerne le seul domaine des arts visuels. Dans Notre-Dame de Paris (1831), Victor Hugo (1802-1885) avait reproché à l'architecture de n'avoir « plus la force de retenir les autres arts. Ils s'émancipent donc... et s'en vont chacun de leur côté. Chacun gagne à ce divorce. L'isolement grandit tout. La sculpture devient statuaire, l'imagerie devient peinture ». La réaction ne se fe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvre-d-art-totale/#i_4123

Pour citer l’article

Charles SALA, « FEININGER LYONEL - (1871-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyonel-feininger/