LUXUN [LOU-SIUN] (1881-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la politique par la littérature

Luxun, de son vrai nom Zhou Shuren, est né à Shaoxing dans la province du Zhejiang, au sud-est de la Chine. Son père est un lettré pauvre, qui meurt prématurément en laissant ses fils dans la gêne. Le jeune homme parvient à mener jusqu'au bout des études secondaires en suivant les cours – gratuits – d'écoles occidentales non traditionnelles, et obtient en 1901 une bourse pour le Japon, où il décide d'entrer au collège médical de Sendai. Il pense, en effet, que seule la science moderne peut sauver la Chine et la tirer de son état de pays semi-colonisé et semi-féodal. Mais en 1906 un film, dont il raconte dans la préface de Nahan (Cris d'appel) le bouleversement qu'il lui causa, lui fait prendre conscience que « la médecine n'est pas essentielle. Un peuple ignorant et stupide, malgré une constitution physique saine et robuste, ne peut fournir que du matériel et des spectateurs pour pilori [...]. Il est bien plus urgent de changer l'esprit de ce peuple. » Et pour cela, dit-il, « les moyens les plus efficaces me semblent être les lettres ». Il décide donc de se consacrer « à l'essor du mouvement artistique et littéraire ». De ce jour, et jusqu'à la fin de sa vie, il ne cessera de servir cet idéal, sans jamais perdre conscience, ni laisser autour de lui perdre conscience, que ce but est le moyen d'un autre but, politique celui-là et donc essentiel, de faire rattraper à la Chine ses siècles de retard sur les nations modernes et « sauver » ainsi le peuple chinois.

Autour de 1907, avec plusieurs autres essais présentant Darwin et la science occidentale moderne, Luxun publie La Force des poètes de Mara (Moluoshi lishuo), où il propose en modèles à la jeunesse chinoise les grands « rebelles » occidentaux tels Nietzsche, Byron, Shelley, Pouchkine, Lermontov, Petöfi et Mickiewicz. C'est l'entrée en Chine du romantisme révolutionnaire et de l'individualisme qui exerceront leur influence quelque dix ans plus tard sur la société littéraire Création (Chuangzao) lancée par Guo Moruo.

En 1911, la bourgeoisie chinoise, dirigée par [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de jeunes filles, agrégée de l'Université (lettres), docteur d'État, professeur honoraire à l'université de Paris-VIII, département de littérature générale, domaine chinois

Classification


Autres références

«  LUXUN [ LOU-SIUN ] (1881-1936)  » est également traité dans :

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 466 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Confucius et Mao »  : […] Une fois supprimés les examens après la révolution de 1911, Kang Youwei, soucieux de revenir à Confucius et Mencius, voulut en vain faire adopter leur pensée, constitutionnellement, comme religion d'État ; c'est en vain également que Zhen Huanzhang prétendit déduire du confucianisme des principes économiques capables de « moderniser l'Empire du Milieu ». Le confucianisme se releva d'autant plus di […] Lire la suite

DING LING (1904-1986)

  • Écrit par 
  • Michelle LOI
  •  • 1 276 mots

Jiang Bingzi (ou Bingzhi) est née en 1904 dans un village de la province du Hunan, d'une famille de noblesse terrienne illustre par ses lettrés et ses hauts fonctionnaires. Ding Ling a quatre ans lorsque son père meurt. Sa mère va lui donner les moyens d'assurer son indépendance ; elle l'emmène à la ville voisine, où la petite fille peut aller à l'école, puis l'envoie à Changsha, capitale du Hunan […] Lire la suite

MAO DUN [MAO-TOUEN] (1896-1981)

  • Écrit par 
  • Michelle LOI
  •  • 2 001 mots

Dans le chapitre « La longue route d'un fidèle compagnon »  : […] Shen Yanbing – dont Mao Dun est le premier et le plus connu des noms de plume – est né en juillet 1896 dans le nord du Zhejiang (Sud-Est de la Chine) au sein d'une famille de nobles lettrés peu fortunés. Son père, qu'il perdit à l'âge de dix ans, était un ancien membre du Parti des réformistes, féru de sciences et de culture moderne. Après des études secondaires à Hangzhou, Mao Dun part pour Beiji […] Lire la suite

TIAN HAN [T'IEN HAN] (1898-1968)

  • Écrit par 
  • Michelle LOI
  •  • 341 mots

Tian Shouchang (qui adopta le nom de plume de Tian Han) naquit à Changsha, province de Hunan, dans une riche famille paysanne. À l'école normale supérieure de Tōkyō (1914), il prend connaissance des œuvres dramatiques occidentales modernes. De retour en Chine en 1921, son activité à Shanghai d'auteur dramatique, de traducteur (Shakespeare, Wilde, Mérimée, Tolstoï, Gorki) et d'adaptateur lie son no […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michelle LOI, « LUXUN [LOU-SIUN] (1881-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luxun-lou-siun/