LUXE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'original et la copie

Si le luxe renvoie à un état d'exception, comment entraver la banalisation du luxe dont la diffusion – ou la démocratisation – est assurée techniquement par l'industrie et socialement par la mode ? D'abord, la diffusion sociale du luxe est liée au fait que le capitalisme – en témoigne au xxie siècle l'expansion économique de la Chine – modifie les positions sociales dont témoignent la consommation du luxe et l'accroissement des disparités économiques. A contrario, dans des sociétés aristocratiques stables ou traditionnelles, comme le montre Gabriel Tarde, le luxe est paradoxalement peu répandu. La stabilité des distinctions entre les classes sociales interdit de répandre les désirs du luxe au-delà des groupes restreints qui y ont traditionnellement accès. Son apparition ira de pair avec des sociétés où les distinctions sont encore tranchées mais de moins en moins stables. L'essor du luxe est donc à la fois l'outil et le symptôme de la mobilité sociale induite par le développement du capitalisme.

Par ailleurs, l'adoption du produit de luxe s'accomplit grâce au rayonnement des biens de luxe auprès d'un large public et indépendamment de son acquisition matérielle.

Ensuite, toujours selon Gabriel Tarde, l'industrie opère la transformation du bien unique, exceptionnel, en un bien de consommation courante, par le truchement de la mode qui touche par imitation des masses importantes. La destinée sociale des inventions est d'être au départ luxueuse – à l'instar de la découverte du cacao qui a servi à satisfaire le désir qu'elle a fait naître –, puis d'être diffusée, sous formes d'habitudes et finalement de nécessités, dans des groupes de plus en plus larges, voire à toute la société. L'industrialisation met en circulation des produits à grande échelle et à moindre coût en même temps qu'elle suscite une exigence nouvelle de les posséder. En témoigne la diatribe de Flaubert : « Dussions-nous y périr (et nous y périrons, n'importe), il faut par tous les moyens possibles faire barre au flot de merde qui nous envahit. Élançons-nous dans l'idéal, puisque nous n'avons pas le moyen de loger dans le marbre et dans la pourpre, d'avoir des divans en plumes de colibris, des tapis en peau de cygne, des fauteuils d'ébène, des parquets d'écaille, des candélabres d'or massif, ou bien des lampes creusées dans l'émeraude. Gueulons donc contre les gants de bourre de soie, contre les fauteuils de bureau, contre les mackintosh, contre les caléfacteurs économiques, contre les fausses étoffes, contre le faux luxe, contre le faux orgueil ! L'industrialisme a développé le laid dans des proportions gigantesques ! Combien de braves gens qui, il y un siècle, eussent parfaitement vécu sans Beaux-Arts, et à qui il faut maintenant de petites statuettes, de petite musique et de petite littérature » (Flaubert, Lettre à Louise Colet du 29 janvier 1854). L'aboutissement du luxe est alors la mode qui démultiplie le caractère arbitraire et contingent des désirs, tout en augmentant leur nombre, ainsi que celui des séries d'objets appelés à les satisfaire. Aucune forme de luxe ne saurait se constituer en figure sociale stable. Parce que la différence constitutive du luxe par rapport à son origine se défait en se domestiquant, tout luxe est transitoire.

Enfin, le mode de production des objets de luxe, plus ou moins artisanal, ne saurait être apprécié sans une prise en compte des moyens de communication et de distribution, qui s'avère comparable à celui qui caractérise les secteurs d'activités plus ordinaires. C'est la raison pour laquelle les producteurs ont besoin de régénérer le désir des consommateurs et de donner un caractère unique à leurs objets.

Dans cette optique, la contrefaçon traduit le succès et le degré de convoitise que suscitent les marques du luxe. Dans la mesure où les contrefaçons reproduisent des motifs et des logos dont usent les marques originales, elles renvoient la totalité des consommateurs, tant pour les copies que pour les originaux, à un type ostentatoire et planétaire de consommation. Plus il s'agit d'apparaître de la sorte, plus le signe de distinction de la marque a besoin d'être visible et l'objet de se rendre imitable et reproductible. En outre, la contrefaçon recrée une ligne de partage, dont pâtissent et profitent les marques de luxe, entre le vrai et le faux, l'authentique et l'inauthentique, l'original et la copie. Pourtant, moins le destinataire s'attache aux jeux d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur de philosophie, auteur et responsable du département de recherche de l'Institut français de la mode

Classification

Autres références

«  LUXE  » est également traité dans :

CAPITALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick VERLEY
  •  • 6 276 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La construction d'un marché des produits, une construction sociale »  : […] Au xvii e   siècle encore les marchés de produits présentaient un caractère dualiste, reflet d'une structure sociale très discontinue. À la base, les marchés de céréales et de quelques produits industriels, achetés dans le cadre local, ne concernaient qu'une marge d'une production pour l'essentiel autoconsommée. Les variations d'offre en étaient amplifiées, les courbes de demande souvent affectée […] Lire la suite

DESIGN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Stéphane LAURENT
  •  • 647 mots

Avril 1751 Parution du premier volume de l' Encyclopédie de Diderot et d'Alembert. L'ouvrage défend entre autres les vertus d'une beauté obtenue par une production rationnelle à haut degré de savoir-faire, parfois réalisée en série et existant depuis l'Antiquité (amphores grecques, lampes à huile romaines, châsses limousines, etc.). 1829 Les frères George et Robert Stephenson lancent la locomotiv […] Lire la suite

GANT, histoire du costume

  • Écrit par 
  • Annie SAGALOW
  •  • 1 031 mots
  •  • 1 média

Utilisé depuis toujours comme protection contre le froid, le gant est porteur de symboles. Symbole de déférence, de soumission, de loyauté en particulier. Dès les premiers temps du christianisme, il est d'usage de se déganter devant un supérieur. Exigence que l'on retrouve tout au long des siècles : les juges royaux demeurent mains nues dans l'exercice de leurs fonctions, et on ôte ses gants pour […] Lire la suite

INSTITUTIONNALISME, économie

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques GISLAIN
  •  • 1 683 mots

Dans le chapitre « L'approche évolutionnaire de l'institution »  : […] En rupture avec la vision orthodoxe de l'économie, la notion d'institution est comprise comme une construction sociale des actions économiques individuelles. Dans cette optique, Thorstein B. Veblen (1857-1929) appelle institution une habitude mentale spécifique, une façon particulière de penser et d'agir dans le domaine économique, tandis que John R. Commons (1862-1945) la définit comme l'action […] Lire la suite

MARQUE, droit

  • Écrit par 
  • Francine WAGNER
  •  • 11 824 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Limites de la règle d'épuisement du droit de marque »  : […] Le second alinéa de l'article L.713-4 ajoute : « toutefois, faculté reste alors ouverte au propriétaire de s'opposer à tout nouvel acte de commercialisation s'il justifie des motifs légitimes tenant notamment à la modification ou l'altération ultérieurement intervenue de l'état des produits ». Ainsi, le titulaire d'une marque peut s'opposer au délavage de blue-jeans à l'initiative de l'importateur […] Lire la suite

MODE - Histoire et composantes

  • Écrit par 
  • Catherine ORMEN
  • , Universalis
  •  • 12 469 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Jeunesse et beauté mondialisée »  : […] Notre civilisation est marquée par le refus du vieillissement. La poussée démographique qui, dans les années 1960, a propulsé les 15-25 ans sur le devant de la scène, est en partie responsable de cet état de fait : les baby-boomers qui ont accompagné le prodigieux développement des systèmes de communication ont imposé partout leur image, rendant celle de la vieillesse repoussante et celle de la m […] Lire la suite

PASSAGES, architecture

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 7 079 mots

Dans le chapitre « Le développement de l'industrie de luxe et les nouvelles techniques commerciales »  : […] À Paris, le commerce de luxe est en plein essor depuis la fin du xviii e  siècle. Louis Sébastien Mercier, dans son Tableau de Paris paru à Amsterdam en 1783, évoque sans complaisance la frénésie de luxe qui s'est emparée des riches Parisiens. La nécessité d'attirer une clientèle nombreuse et d'attiser le désir de luxe entraînent une modification des pratiques commerciales. Auparavant, la marchan […] Lire la suite

LA SOCIÉTÉ DE COUR, Norbert Elias - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Antonin COHEN
  •  • 1 066 mots

Dans le chapitre « La structure de l'habitat et le système des dépenses »  : […] C'est en étudiant l'habitat de la noblesse d'Ancien Régime que Norbert Elias entend retrouver la structure des « relations sociales caractéristiques de la société de cour » (chapitre 1). Toute la « maison » est en effet organisée autour d'une « grande cour carrée » suivant une séparation stricte entre les « locaux destinés aux activités de service », d'une part, et les « appartements privés » et […] Lire la suite

SUISSE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Frédéric ESPOSITO, 
  • Bertil GALLAND, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Adrien PASQUALI, 
  • Dusan SIDJANSKI
  • , Universalis
  •  • 24 365 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Des montagnes très présentes, notamment en images »  : […] La Suisse est bel et bien un pays de montagnes. Le Jura couvre 10 p. 100 de la superficie du pays et les Alpes près de 60 p. 100. Toutefois, avec moins d’un tiers de la population suisse, ces deux régions naturelles sont beaucoup moins densément peuplées que le Plateau. Ce couloir long de 250 kilomètres, qui va du défilé du Rhône en aval de Genève aux frontières allemande et autrichienne, regroup […] Lire la suite

TAPIS MODERNES ET CONTEMPORAINS

  • Écrit par 
  • Valérie GLOMET, 
  • Michèle HENG
  •  • 4 844 mots

Dans le chapitre « La crise de 1929 et les années 1930 »  : […] La crise financière de 1929 eut des conséquences dramatiques sur les industries de luxe. L'État maintint les commandes aux Manufactures nationales, mais la situation des ateliers de la Marche devint critique : Lauer et Leleu firent réaliser leurs tapis à Cogolin, où le tissage par des artisans arméniens venus de Turquie revenait moins cher. On ne compte plus dans la presse des années 1930 les pro […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

L’exportation des produits de luxe vers la Russie est interdite, quinze nouveaux oligarques sont visés par le gel de leurs avoirs et l’interdiction d’entrée dans l’UE, et neuf sociétés supplémentaires sont sanctionnées. Le 16, Volodymyr Zelenski s’adresse au Congrès des États-Unis en visioconférence. Il affirme, à l’attention du président Joe Biden, qu’« être le leader du monde, c’est être le leader de la paix ». […] Lire la suite

9 septembre - 29 octobre 2020 France – États-Unis. Report du rachat de Tiffany par LVMH.

Le 9, alors que le secteur traverse une grave crise liée à la pandémie de Covid-19, le groupe de luxe LVMH déclare renoncer au rachat du joaillier américain Tiffany & Co. En novembre 2019, les deux sociétés avaient convenu d’un prix d’achat de 16,2 milliards de dollars (14,7 milliards d’euros) – ce qui aurait représenté la plus grosse acquisition du groupe français –, mais les résultats de Tiffany ont significativement chuté depuis le printemps. […] Lire la suite

25 novembre 2019 France – États-Unis. Rachat de Tiffany par LVMH.

Le groupe de luxe français LVMH et le joaillier américain Tiffany & Co annoncent le rachat du second par le premier au prix de 14,7 milliards d’euros. Il s’agit de la plus grosse opération jamais réalisée dans ce secteur.  […] Lire la suite

21 novembre 2019 Israël. Inculpation de Benyamin Nétanyahou.

Celles-ci concernent l’échange d’avantages contre une meilleure couverture médiatique de la part de groupes de presse pour les deux premières et contre l’approvisionnement en produits de luxe dans la troisième. Benyamin Nétanyahou, qui n’entend pas démissionner, dénonce un « coup d’État » et exige la création d’une commission d’enquête indépendante sur ses accusateurs. […] Lire la suite

3 juin 2019 Sri Lanka. Démission des ministres musulmans.

Cette décision fait suite à la grève de la faim observée par un moine bouddhiste, également député d’un parti ultranationaliste, Rathana Thero, pour obtenir la démission d’un ministre et des deux gouverneurs qu’il accuse de liens avec les auteurs des attentats islamistes perpétrés en avril contre des églises et des hôtels de luxe. Les démissionnaires dénoncent l’atmosphère de « terreur » dans laquelle vivent leurs coreligionnaires. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier ASSOULY, « LUXE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/luxe/