GÓNGORA Y ARGOTE LUIS DE (1561-1627)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vocation poétique

Né à Cordoue, Luis de Argote y Góngora (pour des raisons d'harmonie, il choisira le patronyme de sa mère) appartient à une famille établie dans la ville depuis plusieurs générations et honorablement connue par son lignage et sa fortune. Son père, ordonnateur des biens confisqués par l'Inquisition, semble avoir été un homme cultivé, amateur de livres, autour duquel se réunissaient les lettrés de la ville. Mais la figure la plus représentative de la famille est l'oncle maternel de l'enfant, Francisco de Góngora, prébendier du chapitre de la cathédrale de Cordoue, riche propriétaire terrien qui léguera au poète sa charge et ses bénéfices.

Après des études poursuivies sans doute chez les jésuites, à Cordoue, le jeune Góngora, qui a reçu les ordres mineurs, est envoyé à Salamanque en 1576 pour y suivre les cours de la faculté de droit. Il y reste quatre années, consacrant la meilleure partie de son temps, si l'on en croit ses premiers biographes, aux joutes poétiques et aux jeux de cartes dont il sera, sa vie durant, grand amateur. Son premier poème imprimé, en 1580, une préface à la traduction des Lusiades de Luis de Camões, manifeste déjà, encore que maladroitement, son goût pour le style recherché, les références à la mythologie, les constructions empruntées à la langue latine. Sacrifiant à la mode pétrarquisante, il écrit, au cours de ces mêmes années d'université, des sonnets amoureux où la maîtrise l'emporte sur la flamme, et surtout de charmants Romances et Letrillas, bien plus savoureux par leurs accents populaires ; l'œuvre est déjà remarquée par ses contemporains puisqu'elle lui vaut l'honneur d'être cité par Cervantès dans Galatée (1585) comme « un rare et vif esprit sans pareil dans le monde ».

Ses études achevées, ou interrompues, en 1581, Góngora avait dû regagner Cordoue et s'initier aux fonctions ecclésiastiques qui allaient lui permettre de prendre la suite de son oncle parmi les chanoines de la cathédrale. C'est chose faite en 1585, date à laquelle on retrouve son nom parmi les prébendiers du chapitre. Dès lors et jusqu'en 1617, la vie de Góngora se partage entre les obligations de sa charge et la composition d'une œuvre poétique dont la majeure partie voit le jour durant ces années itinérantes. Patronné par son oncle, estimé de ses pairs à la cathédrale, Góngora se voit en effet confier d'importantes missions administratives qui l'éloignent souvent de Cordoue et le mènent à Grenade, Madrid, Salamanque, Valladolid. Ce genre d'existence semble ne pas avoir déplu au poète, du moins durant les premières années de son ministère ; elles le déchargeaient d'ordinaire de l'assistance régulière aux offices auxquels – on le sait par une réprimande à lui adressée par l'évêque de Cordoue – Góngora n'était guère assidu. Ces missions à travers l'Andalousie et la Castille donnèrent lieu à de nombreux poèmes, satiriques ou sérieux, liés aux paysages, aux villes, aux sociétés que Góngora eut le loisir d'observer. Sa renommée ne fait que grandir à la cour après 1605, ce qui, très vite, lui vaut l'inimitié puis la haine farouche de Francisco de Quevedo, brillant écrivain et redoutable polémiste, avec qui don Luis croisa le fer, en prose et en vers, jusqu'à sa mort.

Cependant, piqué peut-être par les succès de poètes locaux, tels Juan de Jáuregui et Luis Carillo y Sotomayor (Fable d'Acis et Galatée), dont les œuvres paraissent en 1611, Góngora décide de s'attaquer à de plus ambitieux desseins. Durant l'année 1612 et les premiers mois de 1613, il travaille à deux grandes compositions : la Fable de Polyphème et Galatée (Fábula de Polifemo y Galatea) et les Solitudes (Las Soledades). Sitôt connu à Madrid, le Polyphème provoque des controverses passionnées. À l'enthousiasme de ceux qui célèbrent la naissance d'un nouvel Ovide des lettres espagnoles répondent les attaques des puristes, des « conceptistes » ; la cabale est menée par Quevedo qui pastiche sans merci ce qu'il nomme la poésie en « jargóngora ». Malgré les encouragements et l'insistance de ses amis, Góngora, qui avait, semble-t-il, songé à une suite de quatre solitudes, ne poursuivit pas son projet, laissant même inachevée la seconde Solitude.

D'autres soucis l'occupaient alors, qui ne lui permirent d'écrire que des compositions de moindre importance et des poèmes de circonstance. Fort des appuis qu'il pense avoir auprès des grands, Góng [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, maître assistant à l'université de Paris-IV, écrivain

Classification

Autres références

«  GÓNGORA Y ARGOTE LUIS DE (1561-1627)  » est également traité dans :

ALONSO DÁMASO (1898-1990)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 056 mots

Poète espagnol, Alonso appartient à la fameuse « génération de 1927 » qui, autour de Federico García Lorca, Jorge Guillén, Vicente Aleixandre, regroupe notamment Pedro Salinas, Rafael Alberti, Emilio Prados, Luis Cernuda, Manuel Altolaguirre, Gerardo Diego. Alonso est aussi l'un des critiques littéraires les plus renommés de l'Espagne actuelle et le fondateur d'une nouvelle école d'analyse stylist […] Lire la suite

CULTISME ou CULTÉRANISME, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 389 mots

Le mot espagnol correspondant est culteranismo , créé au début du xvii e siècle, sur le modèle de luteranismo (de Luther). Il vaudrait mieux dire en français cultéranisme que cultisme qui renvoie à cultismo et désigne un mot savant, échappant aux lois phonétiques ordinaires. Le terme cultéranisme, d'abord péjoratif, semble avoir été employé pour la première fois par l'humaniste Bartolomé Jimén […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 806 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La poésie et le conceptisme »  : […] L'italianisme a introduit en Espagne – malgré la résistance de la vieille muse rustique – des mètres nouveaux, des genres nouveaux, et particulièrement le sonnet. Il s'est formé en Europe toute une esthétique du sonnet, provenant de la tradition pétrarquisante et s'inspirant d'un merveilleux spiritualisme érotique. Cette sorte de composition, aussi parfaite dans son architecture typographique que […] Lire la suite

ROMANCERO

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 2 892 mots

Dans le chapitre « Romancero nuevo »  : […] Face aux romances viejos , composés d'éléments surtout traditionnels, chaque pièce du romancero nuevo est avant tout, même si elle est restée anonyme, l'expression directe d'un créateur individuel, et soumise à l'influence du mouvement littéraire, chose inconcevable pour un romance viejo. Ses premières manifestations sont plutôt l'œuvre de rimailleurs que de vrais poètes : en partant des romances […] Lire la suite

LES SOLITUDES, Luis de Góngora - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 776 mots

Des quatre poèmes qui devaient constituer l'ensemble des Solitudes, Góngora (1561-1627) ne composa que le premier, en 1612 (1 091 vers), évoquant la campagne, et, en 1617, une grande partie du second (979 vers), célébrant les rivages. Les poèmes suivants devaient faire apparaître les forêts et le désert. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude ESTEBAN, « GÓNGORA Y ARGOTE LUIS DE - (1561-1627) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/luis-de-gongora-y-argote/