FREUD LUCIAN (1922-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'« Ingres de l'existentialisme »

Petit-fils de l'inventeur de la psychanalyse, Lucian Freud naît à Berlin dans une famille juive aisée, qui émigre en Grande-Bretagne en 1933 après l'arrivée au pouvoir de Hitler. Naturalisé britannique en 1939, il se forme à la Central School of Arts and Crafts de Londres, puis à l'East Anglian School of Painting and Drawing de Dedham. Ses premières peintures (Les Réfugiés, 1941) révèlent une parenté avec la Nouvelle Objectivité qui domine la peinture allemande des années 1930, et attestent d'une densité plastique et d'une acuité de regard qui lui valent sa première exposition personnelle dès 1944, à la galerie Alex Reid et Lefevre de Londres. Le jeune peintre s'affirme surtout comme un maître du contour linéaire et géométrique (Jeune Homme au pigeon, 1944) au service d'une visée réaliste, dont témoigne l'extraordinaire Portrait de Christian Bérard (1948). Loin des courants en vogue tels que le surréalisme auquel renvoient cependant certaines de ses compositions – Le Salon du peintre, 1943, où apparaît une tête de zèbre saugrenue –, Lucian Freud cherche surtout à éviter le « mensonge gratuit et le pur artifice » de la peinture pour se concentrer sur l'observation du réel, dans toute sa précision. Ingres devient à ses yeux le peintre modèle. Il lui inspire notamment La Jeune Femme aux roses (1947-1948, British Council) ou La Jeune Femme aux feuilles (1948, Museum of Modern Art, New York), au point que le critique Herbert Read le baptise « l'Ingres de l'existentialisme ». Une inquiétude philosophique marque son travail, qui révèle avec violence l'étrangeté du réel, autant dans le regard et l'expression des modèles représentés que dans la figuration sans concession de la nudité des corps.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire et de théorie de l'art contemporain à l'université de Paris-VIII

Classification


Autres références

«  FREUD LUCIAN (1922-2011)  » est également traité dans :

LUCIAN FREUD. L'ATELIER (exposition)

  • Écrit par 
  • Cécile GODEFROY
  •  • 1 046 mots

Le Musée national d'art moderne-Centre Georges-Pompidou à Paris avait accueilli en 1987 une exposition consacrée à Lucian Freud, artiste né en 1922 à Berlin et installé à Londres depuis 1933. L'étape parisienne de cette rétrospective avait reçu un accueil mitigé. C'est pour favoriser la rencontre du public français avec cet artiste, alors âgé de quatre- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucian-freud-l-atelier-exposition/#i_95077

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le XXe siècle : tradition et innovation »  : […] L'éclatement du milieu artistique, amorcé dès la fin du xix e siècle, se poursuit et s'amplifie à partir de 1914. Le nombre de peintres vivant loin de Londres augmente, et le « génie du lieu » semble les inspirer plus que jamais ; le Pembrokeshire est pour Graham Sutherland ce qu'était le Suffolk pour Constable. L. S. Lowry (1887-1975), lui, pein […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-peinture/#i_95077

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul-Louis RINUY, « FREUD LUCIAN - (1922-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucian-freud/