VISCONTI LUCHINO (1906-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Apories critiques

Né en 1906, dans une grande famille de la noblesse milanaise, Luchino Visconti rencontre Jean Renoir en France au moment du Front populaire et devient son assistant pour Les Bas-Fonds (1937), après avoir créé les costumes d'Une partie de campagne (1936). Au même moment, Coco Chanel le présente à Jean Cocteau. En Italie, il se lie avec le groupe d'intellectuels communistes animant la revue Cinema et, à partir de 1943, soutient des actions de résistance. Il réalise Ossessione, son premier long métrage, en 1942, après avoir été tenté par la littérature. Ce tard venu à la réalisation de films est aussi, dès 1945, un grand metteur en scène de théâtre puis d'opéra, notamment à partir de 1954 avec La Vestale de Spontini, début d'une étroite collaboration avec Maria Callas. Visconti est auréolé de l'histoire de sa famille qui croise celle de son pays comme celle de la culture italienne et européenne.

Luchino Visconti et Romy Schneider

Photographie : Luchino Visconti et Romy Schneider

Photographie

Dès l'après-guerre, Luchino Visconti mène de front théâtre et cinéma. C'est ainsi qu'en 1961 il met en scène à Paris la pièce du dramaturge élisabéthain John Ford, Dommage qu'elle soit une putain, où Romy Schneider donne la réplique à Alain Delon. Ici, Luchino Visconti et Romy... 

Crédits : Farabola/ Leemage/ Bridgeman Images

Afficher

Au fil des décennies, la réception critique des films de Visconti s'est polarisée en Europe sur une série de termes « opposés ». Au couple de mots (communiste et aristocratique) qui désignent l'homme, furent associés ceux qui concernent un style (néo-réaliste et décadent) ou des sujets (actualités sociales et fresques historiques), la thématique renvoyant à des positions du cinéaste : par exemple, dans Le Guépard (1963), l'attitude politique du prince Salina illustrerait une conception personnelle de Visconti. Cette manière réductrice d'analyser les films a trouvé récemment un succédané aux États-Unis à travers des considérations sur l'homosexualité.

Le Guépard, L. Visconti

Photographie : Le Guépard, L. Visconti

Photographie

Savoir changer pour que tout reste pareil. Dans Le Guépard (1963) de Luchino Visconti, adaptation du roman de Tomasi di Lampedusa, la petite et la grande histoire semblent s'achever avec les noces fastueuses qui unissent l'aristocrate (Alain Delon) et la plébéienne (Claudia Cardinale), sous... 

Crédits : Titanus/ Pathé Cinéma/ SGC/ Screen Prod/ Photononstop

Afficher

À ce schématisme critique a correspondu une périodisation succincte opposant un « premier » Visconti à un « second ». Ainsi fut-il admis qu'après l'époque néo-réaliste, Le Guépard marquait une rupture et instaurait une esthétique décadente dans l'œuvre de Visconti. C'était oublier qu'après Senso (1954), film coûteux et en couleurs sur le Risorgimento, le cinéaste avait réalisé Les Nuits blanches (1957), en noir et blanc, avec u [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Luchino Visconti et Romy Schneider

Luchino Visconti et Romy Schneider
Crédits : Farabola/ Leemage/ Bridgeman Images

photographie

Le Guépard, L. Visconti

Le Guépard, L. Visconti
Crédits : Titanus/ Pathé Cinéma/ SGC/ Screen Prod/ Photononstop

photographie

Burt Lancaster dans Le Guépard, de L. Visconti, 1963

Burt Lancaster dans Le Guépard, de L. Visconti, 1963
Crédits : Keystone/ Moviepix/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  VISCONTI LUCHINO (1906-1976)  » est également traité dans :

LE GUÉPARD, film de Luchino Visconti

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 191 mots
  •  • 2 médias

Après le superbe mélodrame social Rocco et ses frères (Rocco i sui fratelli, 1960), et presque dix ans après Senso (1954), qui se déroule dans la Venise de 1866 en guerre avec l'Autriche, Luchino Visconti (1906-1976) renoue avec l'histoire en adaptant l'unique roman, publié en 1958, de l'ar […] Lire la suite

CALLAS MARIA (1923-1977)

  • Écrit par 
  • Alain DUAULT
  •  • 1 373 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Vissi d'arte, vissi d'amore » »  : […] Maria Callas est née à New York le 2 décembre 1923, sous le nom de Cecilia Sophia Anna Maria Kalogeropoulos, un nom imprononçable qu'elle changera pour en faire un véritable mythe, se forgeant une voix, une image et un destin. On connaît bien aujourd'hui l'histoire de la grosse fille mal aimée par sa mère, qui grandit dans un foyer désuni d'immigrés grecs venus en vain chercher fortune en Amérique […] Lire la suite

CECCHI D'AMICO SUSO (1914-2010)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 926 mots

Née à Rome, fille de l'écrivain et producteur Emilio Cecchi, belle-fille du critique littéraire Silvio D'Amico, Suso Cecchi D'Amico grandit dans un climat intellectuel stimulant, loin de l'endoctrinement fasciste. À la fin des années 1930, elle se lance dans le journalisme et commence à traduire des pièces de théâtre au côté de son père. Dans l'immédiat après-guerre, elle traduit pour Luchino Visc […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Un essor considérable »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, c'est en Italie que le cinéma prit un essor considérable. Le renouveau du cinéma italien peut s'expliquer par des raisons politiques, historiques, artistiques, et aussi de générations. Politiquement, les cinéastes, comme les écrivains et tous les artistes italiens, sont sévèrement surveillés par le pouvoir fasciste. Les hommes de talent, condamnés au sil […] Lire la suite

CINÉMA ET OPÉRA

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe FERRARI
  •  • 3 255 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des cinéastes à l'opéra »  : […] Nombreux, on l'a dit, sont les cinéastes qui sont aussi metteurs en scène d'opéra. Visconti est un des premiers, avec La Traviata de Giuseppe Verdi, à importer sur une scène d'opéra, à la Scala en 1955, certains codes et certaines règles de l'expression cinématographique. Il renouvelle ainsi l'art lyrique avec cet opéra ainsi que La Vestale de Gaspare Spontini, La Sonnambula de Vincenzo Bellini […] Lire la suite

DELON ALAIN (1935- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 621 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Jouer d'instinct »  : […] Né à Sceaux le 8 novembre 1935, Alain Delon connaît une jeunesse tumultueuse : des parents séparés, une scolarité chaotique. Il s'engage à dix-sept ans dans l'armée et combat en Indochine. Il doit à l'amitié de Jean-Claude Brialy et Brigitte Auber, ainsi qu’à un physique avantageux, de fréquenter les milieux du cinéma. Avant même l'explosion de la nouvelle vague, de jeunes acteurs et actrices se f […] Lire la suite

GASSMAN VITTORIO (1922-2000)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 958 mots

Né à Gênes le 1 er  septembre1922 de père allemand et de mère toscane, Vittorio Gassman passe son adolescence à Rome. Là, outre sa passion pour le sport, il révèle des dons précoces pour l'écriture. En sortant du lycée, en 1941, il s'inscrit en droit à l'université de Rome, mais sa mère le pousse à suivre également les cours de l'Académie d'art dramatique que dirige Silvio D'Amico. Repéré pour se […] Lire la suite

GIULINI CARLO MARIA (1914-2005)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 365 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Il gentilissimo »  : […] Carlo Maria Giulini, né à Barletta, dans le sud de l'Italie, le 9 mai 1914, passe une partie de son enfance à Bolzano, dans le Trentin-Haut-Adige, région d'où sa famille est originaire. Il étudie tôt le violon, et entre à seize ans à l'Académie de Sainte-Cécile de Rome, où il travaille le violon et l'alto avec Remy Principe, la composition avec Alessandro Bustini – un des maîtres de Goffredo Petra […] Lire la suite

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « « Teatri stabili » et compagnies privées »  : […] La crise des stabili est due au fait qu'ils sont devenus de plus en plus des noyaux de pouvoir théâtral où l'on n'a accès que par un système classique de clientélisme et d'influences. Ils ont aussi manqué leur premier objectif, celui d'être une école pour les nouveaux acteurs. En fait, le tort majeur des stabili , et nous pensons surtout au Piccolo Teatro de Milan, a été de regrouper toutes leur […] Lire la suite

ITALIE - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 7 718 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du cinéma italien (1960-1980) »  : […] Au début des années 1960, le cinéma italien affiche une éclatante santé. On peut en voir une preuve dans les films envoyés au festival de Cannes : La dolce vita (Fellini) et L'avventura (Antonioni) en 1960, La Fille à la valise (Zurlini), La ciociara (V. De Sica), La viaccia (Bolognini) en 1961, Divorce à l'italienne (Germi) et L'Éclipse (Antonioni) en 1962, Huit et demi (Fellini), Le G […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Suzanne LIANDRAT-GUIGUES, « VISCONTI LUCHINO - (1906-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/luchino-visconti/