SIGNORELLI LUCA (1450 env.-1523)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Cène, Luca Signorelli

La Cène, Luca Signorelli
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Vie de saint Benoît, Luca Signorelli

La Vie de saint Benoît, Luca Signorelli
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Scènes de la vie de saint Benoît, L. Signorelli

Scènes de la vie de saint Benoît, L. Signorelli
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini

photographie


Les dernières œuvres

Cependant, après Orvieto, la veine créatrice de Signorelli s'affaiblit sensiblement ; il a recours de façon croissante à des collaborateurs, qui contribuent à abaisser le niveau artistique des œuvres, comme cela se produit par exemple pour le polyptyque d'Arcevia et dans les fresques de Morra. Mais lorsque le maître travaille seul, la qualité des peintures, en dépit de quelques notations fâcheuses relevant d'un traditionalisme provincial, reste élevée ; en témoignent des œuvres comme la Communion des Apôtres du musée diocésain de Cortone (1512) et la Vierge à l'Enfant et aux saints (1515), de l'église Saint-Dominique dans la même ville. L'extrême originalité de son art se manifeste avec plus d'éclat encore dans les nombreux compartiments de prédelle qu'il peint au cours de ces dernières années. Signalons, pour leur grande beauté, les pièces conservées dans la collection Weitzner de New York, à l'Institut d'art de Detroit et au musée Horne de Florence, et rattachées peut-être, à l'origine, au retable de la Communion des Apôtres.

Signorelli passe les dernières années de sa vie à Cortone, sa patrie, où il assume diverses responsabilités administratives et sociales ; il reçoit un nombre croissant de commandes, pour l'exécution desquelles il fait intervenir toujours plus d'élèves.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : consultant auprès des Musées du Vatican pour la restauration des œuvres d'art

Classification


Autres références

«  SIGNORELLI LUCA (1450 env.-1523)  » est également traité dans :

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 530 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les fresques italiennes »  : […] Le souffle apocalyptique éclate de nouveau dans les fresques de la chapelle San Brizio dans le dôme d'Orvieto en Italie. Commencées en 1447 par Fra Angelico et Benozzo Gozzoli, elles furent confiées de 1499 à 1504 à Luca Signorelli, dont elles sont le chef-d'œuvre. Il a peint la prédication de l'Antéchrist, la fin du monde, la résurrection générale et un étonnant Jugement dernier, qui fait presse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apocalypse-de-jean/#i_24706

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 584 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le regard du peintre : l'autoportrait « situé » »  : […] Dans ses Vite ( Vies des peintres illustres ...), Vasari attire notre attention sur un autre procédé, inauguré par Giotto dans les fresques de l'Annunziata de Gaète (1333), où l'on pouvait voir « sa propre figure au pied d'un grand crucifix splendide ». Ce type d'autoportrait dit in assistenza ou situé, c'est-à-dire intégré à une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autoportrait-peinture/#i_24706

Pour citer l’article

Pasquale ROTONDI, « SIGNORELLI LUCA (1450 env.-1523) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luca-signorelli/