MONTAGNIER LUC (1932- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un médecin passionné de virologie

Luc Montagnier est né à Chabris (Indre) dans un milieu relativement modeste, le 18 août 1932, d'un père comptable d'origine auvergnate et d'une mère originaire du Berry. Avant même d'effectuer ses études secondaires au lycée René-Descartes de Châtellerault (Vienne), il envisage d'embrasser une carrière scientifique après avoir vu son père se passionner, en amateur, pour le bricolage et les moteurs électriques. Le lancement de la bombe nucléaire américaine sur Hiroshima et Nagasaki, en 1945, le détournera bientôt de la physique atomique et le conduira, à partir de 1950, à mener de front des études de médecine et de sciences, d'abord à Poitiers puis à Paris.

En 1955, il est nommé assistant à la faculté des sciences de Paris. Cinq ans plus tard, il entre au C.N.R.S. puis commence à effectuer des stages en Grande-Bretagne dans des laboratoires de virologie réputés. À Carshalton, dans le laboratoire de F. Kingsley Sanders, il découvre, en 1963, le mécanisme de réplication des virus à ARN. Huit mois plus tard, à l'Institut de virologie de Glasgow, dirigé alors par Michael Stocker, il met en évidence, avec Ian McPherson, une nouvelle propriété spécifique des cellules cancéreuses : leur capacité de croître en suspension dans un milieu gélifié. Cette méthode est toujours largement utilisée aujourd'hui, y compris pour la croissance clonale des cellules de tumeurs humaines.

Puis c'est le retour en France, à l'Institut Curie de Paris où, en collaboration avec Philippe Vigier, Luc Montagnier étudie la réplication et la structure de l'ARN du virus du sarcome de Rous, un rétrovirus. C'est en 1972, à l'invitation de Jacques Monod, qu'il crée une unité d'oncologie virale dans le nouveau département de virologie de l'Institut Pasteur de Paris. Ses recherches vont alors porter en partie sur les interférons, molécules sécrétées notamment par les cellules du système immunitaire [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : docteur en médecine, journaliste, chroniqueur médical sur le site d'information Slate.fr

Classification


Autres références

«  MONTAGNIER LUC (1932- )  » est également traité dans :

HOMÉOPATHIE

  • Écrit par 
  • Olivier FAURE
  •  • 7 626 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L’impossible légitimation scientifique »  : […] Une étude précise récente de Michael Emmans Dean (2004) a recensé pas moins de trente-cinq expérimentations de l’homéopathie menées en Europe et aux États-Unis entre 1821 et 1953. La question homéopathique eut un rôle majeur dans la naissance de l’évaluation médicale même si les résultats en furent décevants pour l’homéopathie. Entre 1821 et 1834, pas moins de douze essais eurent lieu dans les hôp […] Lire la suite

IDENTIFICATION DU VIRUS DU SIDA VIH-1

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 239 mots

En juin 1981, on observe aux États-Unis une augmentation brusque de l'usage d'un médicament servant à lutter contre les pneumonies à Pneumocystis carinii , une maladie normalement très rare. Rapidement, les cas se multiplient, au moins au début de l'épidémie, parmi la population homosexuelle ou toxicomane. La maladie est associée à une déficience immunitaire profonde qui rend le sujet sensible à d […] Lire la suite

SIDA - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 415 mots

1961 Indices sérologiques d’une exposition au virus du sida dans des échantillons de sang conservés au Zaïre (auj. Rép. dém. du Congo). 1981 Aux États-Unis, des patients homosexuels atteints de pneumocystose pulmonaire manifestent un état d'immunodéficience acquise. Des cas analogues seront ensuite observés en France. 1983 Une équipe de l'Institut Pasteur (Paris) dirigée par le Pr Luc Montagnier i […] Lire la suite

Les derniers événements

6-9 octobre 2008 • France • La France à l'honneur pour les prix Nobel.

Le 6, le jury de Stockholm décerne le prix Nobel de physiologie ou médecine aux virologues français Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier, pour la découverte du virus du sida en 1983, et à l'Allemand Harald zur Hausen pour ses travaux sur le rôle des papillomavirus dans le cancer du col [...] Lire la suite

11 juillet 1994 • France - États-Unis • Fin de la polémique sur la découverte du virus du sida.

Le conseil d'administration de la Fondation franco-américaine sur le sida installé à Bethesda (Maryland) reconnaît officiellement que le virus du sida utilisé pour la mise au point des tests de dépistage de la maladie a été découvert par l'équipe du professeur Luc Montagnier, de l'Institut Pasteur [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Yves NAU, « MONTAGNIER LUC (1932- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luc-montagnier/