BOLTANSKI LUC (1940- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un engagement sociologique

Né d’un père juif d’origine russe et d’une mère corse et chrétienne, Luc Boltanski est le frère du linguiste Jean-Élie Boltanski, duquel il a repris des éléments de la grammaire générative de Noam Chomsky, et du plasticien Christian Boltanski, connu pour ses sculptures, ses photographies et ses œuvres cinématographiques.

Passionné de littérature, Boltanski voulait, à ses débuts, entreprendre des études littéraires. D’ailleurs, il n’a pas failli à cette vocation et, parallèlement à son travail de sociologue, il a publié des ouvrages de poésie (Poème, 1993 ; À l’instant, 2003 ; 61 adresses, 9 destinataires, 2012) et des pièces de théâtre (Nuits : théâtre, 2008 ; Déluge, 2009). Mais attiré par les sciences sociales, en vogue au début des années 1960, il opta finalement pour la sociologie. Il entreprit alors des études à la Sorbonne, où il acheva une thèse de troisième cycle, sous la direction de Raymond Aron, qui fut publiée en 1968 sous le titre Prime éducation et morale de classe. De fait, c’est Pierre Bourdieu qui supervisa son travail et l’accueillit en tant qu’assistant dans son équipe au Centre de sociologie européenne. Une amitié se noua entre les deux hommes, favorisant une longue et fructueuse collaboration scientifique. Il participa à la création de la revue Actes de la recherche en sciences sociales et signa avec Bourdieu l’un des premiers articles de cette revue. Ce fut incontestablement une expérience riche et fructueuse qui permit à Boltanski de déployer son talent de sociologue inventif, créatif, mais aussi rebelle – « anarcho-gauchiste », dira-t-il plus tard. En effet, cherchant souvent à prendre pour objet des sujets insolites (puériculture, bande dessinée, photographie, vulgarisation scientifique, pratiques corporelles, taxinomies populaires, etc.), ses investigations s’inscrivaient à contre-courant des préoccupations sociologiques dominantes. Jusqu’au milieu des années 1970, les présupposés théoriques de ses travaux s’inscrivaient dans le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur de sociologie à l'université de Liège (Belgique)

Classification


Autres références

«  BOLTANSKI LUC (1940- )  » est également traité dans :

LA CONDITION FŒTALE (L. Boltanski) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sandrine GARCIA
  •  • 1 016 mots

Pour le trentième anniversaire de la loi Veil (21 décembre 1974), Luc Boltanski comble un vide en abordant une question curieusement peu travaillée en sociologie : l'avortement. Dans La Condition fœtale. Une sociologie de l'engendrement et de l'avortement (Gallimard, 2004), son ambition est de traiter celui-ci co […] Lire la suite

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 508 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Visages du capitalisme contemporain »  : […] Le capitalisme d'aujourd'hui n'a plus guère à voir avec celui des années 1970. À nouveau, le temps a fait son œuvre. Au cours de ces toutes dernières décennies, le fait le plus marquant est la montée en puissance des marchés financiers. Les actionnaires retrouvent un pouvoir longtemps délaissé et, au nom de la gouvernance de l'entreprise, ils savent faire pression pour rentabiliser au mieux et […] Lire la suite

MORALE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Gérôme TRUC
  •  • 1 343 mots

Dans le chapitre « Portée et universalité du sens moral  »  : […] En réaction à ces approches parfois taxées de relativisme, des travaux s’attachant à prendre au sérieux le sens moral des acteurs sociaux se sont fait jour. Inspirés par Max Weber plus que par Durkheim, leurs auteurs adoptent une démarche compréhensive et prennent acte du pluralisme des valeurs dans les sociétés modernes. Certains explorent l’expérience morale de conditions sociales particulière […] Lire la suite

PARTIS POLITIQUES - Théorie

  • Écrit par 
  • Michel OFFERLÉ
  •  • 7 098 mots

Dans le chapitre « Une sociologie constructiviste et relationnelle »  : […] La sociologie constructiviste prend au sérieux une chose simple et pourtant controversée : dans les partis comme dans tous les autres espaces sociaux à étudier, on ne peut concevoir, selon les termes de Pierre Bourdieu, l'agent social sans son champ ou, selon ceux de Michel Crozier, l'acteur sans son système. Pour répondre à la question « pourquoi et comment les agents font ce qu'ils font », il f […] Lire la suite

PROFESSIONS SOCIOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel EYMERI-DOUZANS
  •  • 3 415 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La sociologie française et les professions »  : […] En dépit des raisonnements précurseurs de Durkheim, la notion de profession a ensuite été délaissée par notre tradition sociologique, tandis que l'I.N.S.E.E. organisait cette singularité française d'une mise en cases, en ordre et en sens de notre population dans et par une nomenclature des « catégories socioprofessionnelles » (C.S.P.) , devenues « professions et catégories sociales » (P.C.S.). I […] Lire la suite

SOCIOLOGIE PRAGMATIQUE

  • Écrit par 
  • Joan STAVO-DEBAUGE, 
  • Laurent THÉVENOT
  •  • 2 523 mots

Dans le chapitre « Fondation »  : […] Le geste fondateur tient dans la publication, en deux versions successives, de l'ouvrage Les É conomies de la grandeur , rédigé par Luc Boltanski et Laurent Thévenot en 1987, puis De la justification . Les économies de la grandeur , rédigé par les mêmes auteurs en 1991. La création du laboratoire de recherche Groupe de sociologie politique et morale (G.S.P.M.) en 1984 a facilité le développement d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Mohamed NACHI, « BOLTANSKI LUC (1940- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luc-boltanski/