LOYAUTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Attachements, engagements et dévouements

La loyauté à l'égard de l'entreprise met en jeu des sentiments et des attitudes qui se manifestent au-delà de l'environnement immédiat et du réseau des solidarités primaires. De même qu'elle produit des conduites en dehors du milieu où elle est requise, la loyauté résulte aussi de conditions qui débordent la vie du salarié dans son entreprise. Un salarié « satisfait », content de son travail, a de bonnes chances d'être aussi un père de famille, un citoyen « bien dans sa peau ». De même, les phénomènes de désintégration morale sont en général des phénomènes cumulatifs et systématiques. Il en va ainsi pour les états de satisfaction et de « santé » morales. L'éducation antérieure, l'équilibre affectif du sujet ont beaucoup d'importance sur la manière dont il assume ses responsabilités professionnelles.

La loyauté s'adresse donc non pas seulement aux « petites sociétés » constituées par la famille ou le groupe de travail. Elle vise, au moins implicitement, l'ordre social tout entier, ce que Bergson appelait « le tout de l'obligation ». Il a été de mode d'imaginer un agencement des loyautés qui, de l'attachement à la famille, conduisait par étapes au dévouement à la nation et à l'humanité. Bon fils, puis bon époux et bon père, le citoyen de la IIIe République ne pouvait manquer d'être bon patriote, bon artisan, bon ouvrier, bon patron. On peut souhaiter l'existence d'une hiérarchie de ces obligations – bien qu'il ne soit pas toujours facile de décider laquelle a priorité. Mais la succession chronologique dans laquelle nous en faisons l'apprentissage est loin d'être claire. Surtout, la continuité dans le processus fait problème. On peut être loyal à sa femme et à ses enfants et n'éprouver qu'une loyauté très tiède à l'égard de son pays. Inversement, le civisme peut devenir une passion si absorbante que le patriote délaisse les intérêts du particulier et néglige les obligations du chef de famille.

La loyauté nous [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LOYAUTÉ  » est également traité dans :

ENTREPRISE - Théories et représentations

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 6 342 mots

Dans le chapitre « La théorie comportementale »  : […] La théorie comportementale fait de la firme une coalition politique et une institution cognitive adaptative. Ce courant trouve son origine principalement dans les travaux de Herbert Simon (1947), James March et Herbert Simon (1958) et Richard Cyert et James March (1963). La firme y est vue comme une coalition politique et une institution cognitive adaptative : elle oriente l'attention des acteurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprise-theories-et-representations/#i_94941

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « « Fides » et « foedus » dans l'Antiquité romaine »  : […] Quelles étaient les valeurs de la fides chez le peuple romain avant l'apparition du christianisme ? Nous adopterons comme fil directeur de notre analyse l'hypothèse formulée jadis par M. Voigt (« Die Begriffe von Fides », in Jus naturale , IV, Leipzig, 1875) et complétée depuis par G. Dumézil et G. Freyburger. L'idée essentielle, que nous avons déjà mentionnée, est la suivante : le terme fides e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foi/#i_94941

Voir aussi

Pour citer l’article

François BOURRICAUD, « LOYAUTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/