BROOKS LOUISE (1906-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les « Roaring Twenties »

Née en 1906 à Wichita, dans le Kansas, Louise Brooks s'est consacrée très jeune à la danse, et a pu intégrer dès l'âge de quinze ans la Denishawn School, pionnière de la danse moderne américaine. Renvoyée pour indiscipline deux ans plus tard, elle se produit dans les revues déshabillées de Broadway, puis est engagée par le célèbre meneur de revues Florenz Ziegfeld. Cette expérience des diverses chorégraphies lui sera précieuse et contribuera à la fascination qu'elle exerce, jusqu'à nos jours, sur les écrans.

Louise Brooks vit avec intensité les années folles, les Roaring Twenties. Elle bénéficie de riches protecteurs, et compte des amis, des amants, dans l'industrie du spectacle. L'un d'eux, Walter Wanger, futur grand indépendant à Hollywood, alors producteur au studio Paramount de New York, l'introduit dans le monde du cinéma, où elle se fait remarquer dès 1926 dans un film de Franck Tuttle, The American Venus. Sous contrat avec la Paramount, elle tourne sur la côte est six films durant la seule année 1926. On la voit avec W. C. Fields, son vieil ami des Ziegfeld Follies, dans le burlesque Un conte d'apothicaire (It' the Old Army Game) réalisé en Floride par Edward Sutherland, et elle tire son épingle du jeu au côté de la grande vedette Adolphe Menjou dans la comédie Au suivant de ces messieurs (A Social Celebrity, de Malcolm St. Clair). La Paramount l'envoie à Hollywood, où on l'emploie dans des films sans relief – elle dira plus tard que les rôles qu'on lui avait confiés à New York étaient plus intelligents. Hollywood en fait toutefois une habituée des magazines populaires. Elle fait partie, comme Clara Bow, Gloria Swanson, Constance Talmadge, Norma Shearer, des flappers (jeunes filles dans le vent revendiquant leur liberté). Sa fameuse coiffure (dite « hollandaise » aux États-Unis, « Jeanne d'Arc » ou « garçonne » en France, « Bubikopf » en Allemagne ) est la même que celle de Colleen Moore, la reine du box-office des années 1926-1927. Mais cette coiffure a toujours été la sienne depuis l'enfance – et elle la conservera dans les films européens qui immortaliseront son image.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BROOKS LOUISE (1906-1985)  » est également traité dans :

LOULOU, film de Georg Wilhelm Pabst

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 884 mots

Dans le chapitre « L'amour et la mort »  : […] De nos jours, Loulou est devenu une icône. Certes, Louise Brooks y est pour beaucoup, le type de beauté de l'actrice américaine ayant résisté, plus encore peut-être que celui de Greta Garbo, au cycle des modes – son jeu même est éloigné des mines appuyées de ses collègues d'alors. Mais ne négligeons pas le film. Bien sûr, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loulou/#i_91089

PABST GEORG WILHELM (1885-1967)

  • Écrit par 
  • Victor BACHY
  •  • 2 039 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Contestation »  : […] Les contraintes d'une société hyprocrite, l'asservissement des classes, les exigences refoulées du sexe : les deux tendances sociale et freudienne de Pabst se rejoignent, se compénètrent pour éclater dans un chef-d'œuvre, Loulou (Die Büchse der Pandora, 1928), indissolublement lié au nom de son interprète […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-wilhelm-pabst/#i_91089

Pour citer l’article

Daniel SAUVAGET, « BROOKS LOUISE - (1906-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louise-brooks/