LOUIS XIV (1638-1715) roi de France (1643-1715)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Louis XIV, roi de France, H. Rigaud

Louis XIV, roi de France, H. Rigaud
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Anne d'Autriche (1601-1666)

Anne d'Autriche (1601-1666)
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Le cardinal Mazarin

Le cardinal Mazarin
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


La période de jeunesse et de succès en Europe (1661-1684)

La réforme du Conseil et les essais de Colbert

La mort de Mazarin (mars 1661) permit au jeune souverain d'entrer en scène, car il se résolut aussitôt à exercer ce métier de roi que, dans les éclairants Mémoires pour l'instruction du dauphin, il a déclaré lui-même « noble, grand et délicieux ». Des historiens d'à présent appliquent l'épithète « révolutionnaire » à ce qu'entreprit alors Louis XIV. Cela doit être entendu des incontestables changements que, pourtant traditionaliste (piété filiale envers son père, volonté de poursuivre l'œuvre des ancêtres pour l'élargir et l'améliorer), il apporta tout de suite au gouvernement effectif du royaume. Sa conviction est que le roi doit agir lui-même et que rien ne peut être décidé qu'en son nom. D'où la ferme décision d'écarter ceux à qui la naissance ou de hautes charges pouvaient prêter une autorité préjudiciable à la sienne. Délibérément, il ne souffrit plus jamais de Premier ministre, ni de prince du sang, ni de cardinal dans le Conseil du roi. Il ne rétablit jamais, à la tête de l'armée, la fonction de connétable (il la refusa encore à Villars en 1714). Après la chute de Fouquet, dont la richesse mal acquise (mais il y en avait d'autres) et l'influence sur trop de milieux éveillaient sa jalousie, il n'y eut plus de surintendant des Finances. Reste le chancelier qu'il n'a jamais supprimé ; mais il en a diminué singulièrement l'autorité, en le confinant dans la présidence du Conseil des parties, qui devint de plus en plus un tribunal administratif. Dans les différents conseils, qui étaient de véritables conseils de gouvernement (Conseil d'en haut, Conseil des dépêches, Conseil des finances), il n'admit que des commis d'origine bourgeoise. Il les comblait d'honneurs, de titres de noblesse et de richesses, mais sans que jamais on pût les confondre avec les membres de la noblesse du sang, ni oublier qu'ils étaient les « domestiques » du roi. Il fut simplement assisté dans cette entrepr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  LOUIS XIV (1638-1715) roi de France (1643-1715)  » est également traité dans :

FRANCE : LA POLITIQUE D'EXPANSION SOUS LOUIS XIV - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 274 mots

1643 Louis XIV, âgé de quatre ans, succède à son père, Louis XIII1648 Traités de Westphalie. La France, garante de la paix, obtient la Haute-Alsace et les Trois-Évêchés (Toul, Metz et Verdun).1659 Paix des Pyrénées avec l'Espagne, qui cède l'Artois et le Roussillon. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-la-politique-d-expansion-sous-louis-xiv-reperes-chronologiques/#i_1226

ABSOLUTISME

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 4 285 mots

Dans le chapitre « L'absolutisme pragmatique : raison d'État de Richelieu, « mystère divin » de Louis XIV »  : […] La pensée de Richelieu est fondée tout entière sur l'idée que la puissance est la seule chose nécessaire à l'État. Le roi doit ne supporter aucune opposition, et réunit entre ses mains les instruments de la puissance (armée, finances, réputation). Le pouvoir du roi n'est pas pour autant un pouvoir personnel : la personne du roi se confond avec l'État. Celui-ci ne pouvant être partagé, le roi ne do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/absolutisme/#i_1226

ACADÉMIES

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 5 955 mots

Dans le chapitre « L'expansion européenne de la Renaissance »  : […] Avant de se trouver officialisées par une protection princière ou royale, les académies de la Renaissance ne furent à l'origine que des cercles privés ou, selon l'expression de N. Pevsner, des « regroupements informels d'humanistes ». La première à avoir été ainsi recensée fut l'Accademia platonica de Marsile Ficin et Pic de la Mirandole, fondée à Florence en 1462 sous le règne de Laurent le Magn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/academies/#i_1226

ARTILLERIE (HISTOIRE DE L')

  • Écrit par 
  • M. SCHMAUTZ
  •  • 6 767 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'organisation de l'artillerie ; les premiers systèmes (1730-1850) »  : […] Jusqu'au début du xviii e siècle, les responsables de l'artillerie, en France le « grand maître », devaient pour les transports et charrois s'adresser à des auxiliaires ou à des civils qui louaient leurs services. Seules quelques charges de commandement ou d'administration étaient attribuées par le roi, en général à des roturiers vite anoblis, ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/artillerie-histoire-de-l/#i_1226

ANNEXION DE STRASBOURG PAR LOUIS XIV

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 214 mots
  •  • 1 média

L'annexion de Strasbourg, le 30 septembre 1681, suivie de l'entrée solennelle de Louis XIV et de Marie-Thérèse dans la ville soumise, le 23 octobre, marque l'apogée de la puissance du Roi-Soleil en Europe. Elle s'inscrit dans la politique des réunions (1679-1684), inaugurée à la suite de ses succès lors de la guerre de Hollande. Louis XIV, décidé à consolider sa frontière de l'Est, s'autorise des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/annexion-de-strasbourg-par-louis-xiv/#i_1226

ATHALIE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 174 mots

À Versailles, devant Louis XIV et le dauphin, le 5 janvier 1691, on vit pour la première fois Athalie , tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine (1639-1699). Sans costumes ni décor, cette tragédie biblique inspirée du Livre des Rois et du Livre des Chroniques fut représentée par les demoiselles de Saint-Cyr, chères à madame de Maintenon, l'épous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/athalie-jean-racine/#i_1226

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le roi danseur »  : […] La venue au pouvoir de Mazarin marquera momentanément un recul du ballet. Amateur d'opéras, le ministre croit en l'influence magique de la musique. Il favorise les Italiens, et s'il appelle le chorégraphe Gianbattista Balbi dit Tasquin et le décorateur Giacomo Torrelli, c'est pour assurer la mise en scène de la Finta Pazza en 1645. On admire à Paris les décors de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_1226

BART JEAN (1650-1702)

  • Écrit par 
  • Jean-Marcel CHAMPION
  •  • 380 mots

Corsaire et chef d'escadre dunkerquois. Issu d'une famille de marins, Jean Bart sert d'abord dans la flotte des Provinces-Unies sous les ordres de l'amiral De Ruyter (1666). Quand éclate la guerre franco-hollandaise (1672), il rentre à Dunkerque, s'embarque sur un navire corsaire et est rapidement promu au commandement d'un bâtiment (1674). À la fin de la guerre en 1678, il est un des plus célèbre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bart/#i_1226

BASSE POLITIQUE, HAUTE POLICE (H. L'Heuillet) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 966 mots

Si la police, à la fois honnie et désirée, omniprésente dans le quotidien des cités modernes, a si peu été interrogée quant à son statut historique et philosophique, cela tient aux difficultés d'en dégager l'essence. Identifiée aux formes de l'État, son essence se dissout dans les questions liées aux institutions du politique ; vouée à la défense de l'ordre public, elle intéresse plus souvent les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/basse-politique-haute-police/#i_1226

BENTINCK WILLIAM, 1er comte de Portland (1649-1709)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 495 mots

D'origine hollandaise, William Bentinck doit toute sa carrière à l'amitié et à la confiance de Guillaume d'Orange qui sut reconnaître ses exceptionnelles qualités militaires et diplomatiques et sa fidélité. Très tôt attaché à la maison du prince, il participe activement aux campagnes et aux négociations de la guerre de Hollande de 1672-1678, puis remplit diverses missions, en particulier auprès de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-bentinck/#i_1226

BERNARD SAMUEL (1651-1739)

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 240 mots

Appartenant à une famille protestante d'artistes parisiens, Samuel Bernard se convertit au catholicisme après la révocation de l'édit de Nantes. Son père était un peintre en vue qui travaillait pour l'aristocratie française et étrangère. D'abord marchand de draps puis « marchand banquier » (grossiste en marchandises diverses), Bernard trafique sur les prises des corsaires royaux, est importateur d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-bernard/#i_1226

BERWICK JAMES STUART FITZJAMES duc de (1670-1734)

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 426 mots

Fils naturel de Jacques II et d'Arabella Churchill, sœur de Marlborough, James Stuart, duc de Berwick, se consacre au service de la France après avoir tenté d'aider son père à reconquérir la couronne anglaise passée sur la tête de Guillaume de Nassau en 1688. Avec Villars et Vendôme, il est l'un des trois généraux qui préservent la France de l'invasion pendant la guerre de la Succession d'Espagne. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-stuart-berwick/#i_1226

BOURGEOISIE FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Régine PERNOUD
  • , Universalis
  •  • 7 675 mots

Dans le chapitre « Le règne de Louis XIV, règne de la bourgeoisie »  : […] Saint-Simon définissait l'époque du roi Louis XIV comme « un long règne de vile bourgeoisie ». À cet observateur sagace n'échappait pas cette vérité que par la suite nombre d'historiens devaient perdre de vue : le xvii e  siècle représente une période d'apogée pour la bourgeoisie française. Le bouleversement révolutionnaire, avec les changements r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourgeoisie-francaise/#i_1226

CAMISARDS

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 683 mots

Nom donné aux calvinistes cévenols révoltés à la fin du règne de Louis XIV et qui vient du patois languedocien camiso , chemise, parce qu'ils portaient, dans leurs opérations nocturnes, une chemise blanche sur leurs vêtements pour se reconnaître entre eux. Alors qu'ils paraissaient résignés à abjurer, l'édit de révocation de Fontainebleau (1685) attise leur résistance. Le con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camisards/#i_1226

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 332 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Au siècle de Louis XIV »  : […] La politique du Roi-Soleil ne pouvait pas ne pas avoir des répercussions en Nouvelle-France. Répondant aux vœux du vicaire apostolique, M gr de Laval, du gouverneur d'Avaugour et de Pierre Boucher, gouverneur des Trois-Rivières, le roi prit des mesures énergiques pour assurer le progrès de la colonie. Celle-ci fut dotée d'un nouveau mode de gouvernement et le régime seig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-histoire-et-politique/#i_1226

CELLAMARE ANTONIO DEL GIUDICE prince de (1657-1733)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 462 mots

La « conspiration de Cellamare » est un épisode de la crise ouverte à l'intérieur et à l'extérieur par la mort de Louis XIV (1715). Le roi laisse comme héritier son arrière-petit-fils, âgé de cinq ans, et il a organisé, avant sa mort, la régence. Elle est confiée en titre à son neveu Philippe, duc d'Orléans, dont les pouvoirs sont strictement limités au profit du duc du Maine, fils légitimé de Lou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-del-cellamare/#i_1226

CHARLES II (1630-1685) roi d'Angleterre (1660-1685)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 584 mots

Fils aîné du roi décapité, privé du trône d'Angleterre en 1649, chassé en 1651 de l'Écosse qui l'avait reconnu roi en janvier de la même année, Charles doit mener une longue vie d'exilé, plus ou moins bienvenu dans les pays de l'Europe occidentale, en particulier en Hollande ; il doit au choix de Monk, en 1660, de retrouver ses droits légitimes, au prix de la déclaration de Breda qui garantit la l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-ii-1630-1685-roi-d-angleterre-1660-1685/#i_1226

CHARLES V DE LORRAINE (1643-1690)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 374 mots

Second fils de François Nicolas de Lorraine, neveu de Charles IV, Léopold Nicolas Sixte, duc de Lorraine, ne put jamais prendre possession de son duché. Le traité de Montmartre qui, en 1662, avait ratifié la vente du duché de Lorraine à Louis XIV lui fit rompre son mariage avec la duchesse de Nemours. Il conserva de toute cette affaire une haine implacable à l'égard du roi de France. L'empereur Lé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-v-de-lorraine/#i_1226

CHARLOTTE-ÉLISABETH DE BAVIÈRE, princesse palatine (1652-1722)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 283 mots

Fille de Charles-Louis, Électeur palatin du Rhin, la princesse palatine Charlotte-Élisabeth de Bavière vint en France en 1672 pour épouser Philippe d'Orléans, frère de Louis XIV et veuf d'Henriette d'Angleterre. Petite, mais grosse et même difforme à la suite d'une petite vérole mal soignée, elle était gaie, pétillante d'esprit et indépendante ; elle racontait volontiers des histoires de corps de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlotte-elisabeth-de-baviere/#i_1226

CHORÉGRAPHIE - L'art de créer les gestes

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 693 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les origines de la chorégraphie »  : […] L'idée même de chorégraphie naît avec la danse savante, c'est-à-dire celle dont on doit connaître les pas pour la pratiquer, qui est apparue à la fin du xv e  siècle dans les cours italiennes, puis importée en France par Catherine de Médicis, où elle prend le nom de danse de cour ou « belle dance française ». Cette ancêtre de la danse classique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/choregraphie-l-art-de-creer-les-gestes/#i_1226

CODE NOIR (1685)

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 1 582 mots

Louis XIV signe à Versailles en mars 1685 un édit qui, en un préambule et soixante articles, règle dans les possessions françaises d'outre-Atlantique « l'état et la qualité des esclaves » en les qualifiant de bêtes de somme ou de purs objets. C'est le Code noir, préparé par Colbert, qui sera définitivement abrogé lors de l'abolition de l'esclavage par la France, à la traîne d'autres nations, en 18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/code-noir/#i_1226

COLBERT JEAN-BAPTISTE (1619-1683)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 943 mots

Une légende tenace faisait de Colbert le fils d'un marchand drapier de Reims. Les historiens ont eu raison de ce mythe en montrant que le grand ministre était issu d'une dynastie de grands marchands internationaux, banquiers et financiers. Laboureurs à la fin de la guerre de Cent Ans, entre Reims et les Ardennes, ils firent du transport de pierres pour reconstruire les villes détruites et devinren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-colbert/#i_1226

COMÉDIE-FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 1 408 mots

Dans le chapitre « « La Maison Molière » »  : […] Si l'acte de fondation de la Comédie-Française date de mars 1804, et fut officialisé par Napoléon depuis Moscou par le décret du 15 octobre 1812, sa création se situe sous le règne du Roi-Soleil. En 1680, Louis XIV, épris de spectacles mais aussi désireux de renforcer les liens entre la culture et l'État, enjoint aux deux dernières troupes parisiennes de comédiens français – celle de l'hôtel de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-francaise/#i_1226

CONTI LES

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 1 008 mots

Branche cadette de la maison de Bourbon. Conti est un village de Picardie entre Amiens et Montdidier. La maison fut formée en 1551 en faveur de Louis I er de Bourbon et s'éteignit en 1614 avec la mort de François son troisième fils. Elle fut relevée vers 1630 en faveur d'Armand de Bourbon, frère du Grand Condé, et dura jusqu'en 1814. Armand sembla d'abord se destiner à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-conti/#i_1226

CROISSY CHARLES COLBERT marquis de (1625 env.-1696)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 629 mots

Frère du « grand Colbert », Charles Colbert fit ses études au collège de Clermont et à la faculté de droit d'Orléans. Après avoir exercé les charges d'intendant des armées de Catalogne, Provence et Naples, il achète une charge de conseiller au parlement de Metz. Cela lui donnera une compétence particulière pour les affaires d'Allemagne, d'autant plus qu'en 1656, il est nommé intendant d'Alsace, pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-croissy/#i_1226

CROZAT ANTOINE, marquis du Châtel (1655-1738)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 693 mots

L'un des plus grands financiers de son temps et l'homme le plus riche de Paris si l'on en croit Saint-Simon, qui ne l'aimait pas. Le père d'Antoine Crozat, marchand-banquier, seigneur de deux terres et d'un château, vit ses affaires prospérer à Toulouse, puisqu'il fut appelé deux fois au capitoulat, en 1674 et en 1684. Ses deux fils, Antoine et Pierre, devinrent à leur tour financiers. Antoine est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-crozat/#i_1226

DESMARETS NICOLAS, seigneur de Maillebois (1648-1721)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 742 mots

Neveu et disciple de Colbert, Nicolas Desmarets eut à soutenir l'énorme effort de guerre de Louis XIV contre l'Europe coalisée, dans une période de marasme économique. Saint-Simon le juge « ingrat », « bourru », le traite de « vizir rogue », puis, admirant son attitude face aux difficultés, lui concède une « tête de fer ». Son père était trésorier de France, lui-même devient successivement conseil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desmarets-nicolas-seigneur-de-maillebois/#i_1226

DESPOTISME ÉCLAIRÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques CHEVALLIER
  •  • 4 472 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théorie et pratique des despotes éclairés : Frédéric II »  : […] Éclairés, ces despotes le sont dans la mesure où ils insistent sur l'idée du service de l'État – qui, certes, n'avait pas fait défaut à Louis XIV, ce modèle de l'absolutisme classique – sans revendiquer ouvertement l'identification qu'avait traduite le mot pseudo-historique : « L'État, c'est moi. » Ils sont éclairés, également, dans la mesure où ils fondent leur pouvoir non sur le droit divin mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/despotisme-eclaire/#i_1226

DUQUESNE ABRAHAM (1610-1688)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 296 mots

Fils d'un capitaine marchand très représentatif du protestantisme dieppois, Duquesne se distingue dès dix-sept ans par la prise d'un navire hollandais, puis passe à la « Royale » où il devient capitaine de vaisseau pendant la guerre de Trente Ans. En 1644, il prend du service dans la marine suédoise et contribue, en 1644, à la victoire de Femern sur la flotte danoise en qualité d'amiral-major. Rev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-duquesne/#i_1226

L'ÉCOLE DES FEMMES, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 274 mots

Dans le chapitre « Une subversion religieuse, morale et littéraire »  : […] Le décor et le contexte de L'École des femmes sont à la fois parfaitement conventionnels et radicalement contemporains : « la scène est dans une place de ville », autrement dit dans le lieu carrefour de la comédie, et dans la ville des années 1660, Paris, capitale de la galanterie et dans le même temps dominée par la puissance patrimoniale. C'est ainsi que l'opposition topiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ecole-des-femmes-moliere/#i_1226

ÉCOLE FRANÇAISE DE DANSE

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 374 mots

Dans le chapitre « Quelques jalons historiques »  : […] La conception d’une danse savante, c’est-à-dire fondée sur une technique et un « vocabulaire » si précis que tous les pas sont nommés, est née sous le règne de Louis XIV, au moment où, grâce à lui, le ballet de cour est à son apogée. Ce « roi danseur » crée l’Académie royale de danse en 1661, au même titre que les Académies de sculpture et de peinture, élevant ainsi la danse au rang d’art majeur. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-francaise-de-danse/#i_1226

ENTRETIENS SUR LES VIES ET SUR LES OUVRAGES DES PLUS EXCELLENTS PEINTRES ANCIENS ET MODERNES, André Félibien - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC
  •  • 876 mots

Dans le chapitre « Une carrière officielle sous Colbert »  : […] Au moment où commence la publication des Entretiens , la carrière de théoricien et d'écrivain d'art de Félibien, la première d'une telle nature en France, était déjà bien avancée : après des écrits publiés sous les auspices du mécénat de Nicolas Fouquet, Félibien, appelé par Colbert après la chute du Surintendant, entre au service de Louis XIV, jusqu'à devenir un personnage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entretiens-sur-les-vies-et-sur-les-ouvrages-des-plus-excellents-peintres-anciens-et-modernes/#i_1226

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 270 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Échec de la politique espagnole »  : […] L'histoire politique de cette période est surtout celle d'une série de revers. Néanmoins, l'Espagne resta une très grande puissance jusqu'en 1659. Philippe II avait réussi à faire l'unité de la péninsule en ceignant la couronne de Portugal (1580). Les possessions européennes comprenaient la Sardaigne, la Sicile, Naples, le Milanais, la Franche-Comté. La Belgique actuelle, confiée à l'archiduc Alb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-de-l-unite-politique-a-la-guerre-civile/#i_1226

FLEURY CLAUDE (1640-1723)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 282 mots

Fils d'un avocat au Conseil du roi, Claude Fleury commence une carrière au Parlement et entre dans les ordres en 1667, à l'instigation de Bossuet. Précepteur des fils du prince de Conti, puis du fils légitimé de Louis XIV et de Mlle de la Vallière, le comte de Vermandois, il fut adjoint à Fénelon comme précepteur du duc de Bourgogne, et devint en 1716 confesseur du jeune roi Louis XV. Il fréquenta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-fleury/#i_1226

FONDATION DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Simone MAZAURIC
  •  • 1 560 mots

L’Académie des sciences a été fondée en 1666, pour des raisons à la fois scientifiques et politiques. Son existence est officialisée en 1699, lorsque Louis XIV lui accorde un règlement détaillé. Elle prend alors le nom d’Académie royale des sciences. Plusieurs fois réorganisée depuis, cette institution, dont les fonctions n’ont cessé d’évoluer, continue cependant d’incarner la science française d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondation-de-l-academie-des-sciences/#i_1226

FONDATION DE LA LOUISIANE

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 231 mots
  •  • 1 média

Le 9 avril 1682, Robert Cavelier de La Salle (1643-1687) arrive en vue du golfe du Mexique et prend possession, au nom de Louis XIV, du territoire situé entre le Mississippi et les montagnes Rocheuses, baptisé Louisiane en l'honneur du roi de France. Cette fondation est l'aboutissement d'un processus qui a vu les Français chercher, depuis le milieu du siècle précédent, un passage vers l'ouest : ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondation-de-la-louisiane/#i_1226

FOUQUET NICOLAS (1615-1680)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 1 037 mots

Marquis de Belle-Isle, vicomte de Melun, vice-roi d'Amérique, procureur du roi au parlement de Paris et surintendant des Finances, Nicolas Fouquet, mécène fastueux qui a construit Vaux-le-Vicomte, le premier Versailles du Grand Siècle, pensionné La Fontaine, découvert et fait travailler Molière, Lebrun, Le Nôtre, est le type accompli du grand seigneur en ce premier xvii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-fouquet/#i_1226

FOYERS DE CULTURE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 9 694 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Versailles, théâtre de l'autorité royale »  : […] L'organisation de Versailles en foyer de civilisation et de culture en même temps que de gouvernement et d'administration a fait de cette ville artificielle un exemple de centralisation absolue unique au monde. Mais ses activités étaient si nombreuses qu'on peut se demander à quel niveau se plaçaient les fonctions culturelles dans cet ensemble polymorphe, à la fois logis du roi, hôtel de cour, ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foyers-de-culture/#i_1226

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 872 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Richelieu et Louis XIV »  : […] La thèse d'une action délibérée des souverains et des hommes d'État d'Ancien Régime pour donner à la France des frontières naturelles a été accréditée par nombre d'historiens : Augustin Thierry, Henry Martin, Victor Duruy, Albert Sorel. Il apparaît bien aujourd'hui qu'on a voulu indûment marquer une continuité entre la politique extérieure de l'Ancien Régime et celle de la Révolution. Danton, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-formation-territoriale/#i_1226

GOBELINS MANUFACTURE DES

  • Écrit par 
  • Michèle HENG
  •  • 1 177 mots
  •  • 2 médias

La manufacture nationale des Gobelins est née de la fusion des ateliers parisiens de lisse et de leur réorganisation voulue par Louis XIV et Colbert. Henri IV avait créé en 1597, pour concurrencer les ateliers flamands, une manufacture transférée au Louvre en 1606 ; en outre, en 1601, deux entrepreneurs flamands, François de La Planche et Marc de Comans, obtinrent d'installer leur fabrique au faub […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manufacture-des-gobelins/#i_1226

GUITARE

  • Écrit par 
  • Robert Jean VIDAL
  •  • 4 011 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « D'une littérature aux méthodes »  : […] Un siècle après l'apparition de l'imprimerie en Europe, don Luys Milán, gentilhomme attaché à la cour du roi du Portugal et des Îles, publie sous le titre d' El Maestro un recueil de musique qui renferme exclusivement des pièces instrumentales conçues pour la vihuela, ainsi que des chansons avec accompagnement de vihuela. Il parut en 1535 à Valence, et on le considère à just […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guitare/#i_1226

HARDOUIN-MANSART JULES (1646-1708)

  • Écrit par 
  • Jörg GARMS
  •  • 2 159 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Un architecte courtisan »  : […] Né à Paris dans une famille de constructeurs, Jules Hardouin est le petit-neveu de François Mansart dont il unit le nom au sien en 1668. Entrepreneur en bâtiments (associé en particulier à son frère Michel), il se consacre définitivement à l'architecture vers 1672 et reçoit alors ses premières commandes d'État. Deux ans plus tard, il entre dans l'orbite de la cour ; en 1677, il est à Versailles, b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-hardouin-mansart/#i_1226

HISTOIRE AMOUREUSE DES GAULES, Roger de Bussy-Rabutin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 098 mots

Militaire, gentilhomme bourguignon, grand officier du royaume, ex-frondeur rallié à la cause du roi, Roger de Bussy-Rabutin (1618-1693) aime écrire à temps perdu. Sa Carte du pays de Braquerie (1654), où il faisait la satire de la Carte de Tendre en comparant les femmes à des forteresses aisées à investir, l'a fait connaître, ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-amoureuse-des-gaules/#i_1226

HÖCHSTÄDT-BLENHEIM BATAILLE D' (13 août 1704)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 524 mots

La plus célèbre des batailles de la guerre de la Succession d'Espagne est remportée sur les Français et leurs alliés bavarois par John Churchill, premier duc de Marlborough, et le prince Eugène de Savoie. La bataille se déroule aux abords de la petite ville de Höchstädt et du village de Blindheim (déformé en Blenheim par les Français et les Anglais) sur le Danube, en Bavière. Environ 52 000 soldat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-d-hochstadt-blenheim/#i_1226

INNOCENT XI, BENEDETTO ODESCALCHI (1611-1689) pape (1676-1689)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 538 mots

Benedetto Odescalchi naît le 19 mai 1611 à Côme, dans le duché de Milan. Il étudie le droit à l'université de Naples et intègre la curie sous le pontificat d'Urbain VIII. Le pape Innocent X le nomme cardinal en 1645, puis légat à Ferrare (Italie) et évêque de Novare (Italie) en 1650. Odescalchi est élu pape le 21 septembre 1676 sous le nom d'Innocent XI, contre la volonté de Louis XIV, qui s'oppo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benedetto-innocent-xi/#i_1226

JOURNAL DE VOYAGE DU CAVALIER BERNIN EN FRANCE, Paul Fréart de Chantelou - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 950 mots

L'histoire d'une occasion manquée : si le voyage en France de Bernin (1598-1680), l'artiste le plus célèbre de l'Europe de son temps, répondant à l'invitation du jeune Louis XIV, comme Léonard de Vinci avait répondu à celle de François I er , s'était soldé par des commandes à profusion, un nouveau plan pour le Louvre mis à exécution, la formation d'une école artistique fra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-de-voyage-du-cavalier-bernin-en-france/#i_1226

LA REYNIE GABRIEL NICOLAS DE (1625-1709)

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 550 mots

Le premier lieutenant de police de Paris. Né à Limoges d'une famille de robe pauvre et mal pourvue, Gabriel Nicolas fait un riche mariage en 1645 et prend alors le nom de La Reynie, médiocre fief de 200 livres de revenu annuel. Magistrat au présidial d'Angoulême puis président à celui de Bordeaux, il résiste à la Fronde, sert d'intendant au gouverneur de Guyenne, le duc d'Épernon, qui le fait conn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-nicolas-de-la-reynie/#i_1226

LAUZUN ANTONIN NOMPAR DE CAUMONT comte puis duc de (1633-1723)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 669 mots

La Bruyère, qui fit le portrait du duc de Lauzun sous le nom de Staton, écrivait : « Sa vie est un roman. » De Louis XIII à Louis XV, selon le duc de La Force qui lui consacra un livre paru en 1914, il fut « le témoin du Grand Siècle [...] dans l'entourage intime du roi ». Lauzun reçut une éducation militaire de gentilhomme et, capitaine au régiment de Grammont, colonel des dragons, il se fit rema […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lauzun-antonin-nompar-de-caumont-comte-puis-duc-de/#i_1226

LE NÔTRE ANDRÉ (1613-1700)

  • Écrit par 
  • Thierry MARIAGE
  •  • 2 090 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le projet de Versailles »  : […] Ce retour en force de l'État, perceptible dans bien d'autres domaines, va appuyer sur de nouvelles institutions. Au cénacle d'artistes et d'écrivains (dont les Scudéry), que Fouquet avait constitué pour élaborer son projet, Louis XIV va substituer l'Académie d'architecture, et surtout celle des sciences. Il faut en effet concevoir le projet versaillais comme un travail collégial, orchestré par Co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-le-notre/#i_1226

LES AVENTURES DE TÉLÉMAQUE, F. de Fénelon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 079 mots

Dans le chapitre « Apprendre à gouverner »  : […] La narration fabuleuse de Télémaque se veut d'abord un ouvrage didactique, destiné à un futur souverain, afin qu'il s'intéresse à la politique, à la religion, à la vertu, et qu'il pratique, plus tard, un « bon » gouvernement. Mais très vite, et avant même sa publication, ce texte devient à la fois un traité de politique contestant le pouvoir de Louis XIV, et un ouvrage pédag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-aventures-de-telemaque/#i_1226

LE TELLIER MICHEL (1603-1685)

  • Écrit par 
  • André CORVISIER
  •  • 296 mots

Fils d'un conseiller à la Cour des aides, Michel Le Tellier fait de solides études juridiques et embrasse la carrière administrative. Il est successivement conseiller au Grand Conseil (1624), procureur du roi au Châtelet (1631), maître des requêtes (1639), intendant à l'armée du Piémont (1640). Apprécié dans cette fonction par Mazarin, il devient secrétaire d'État à la Guerre en avril 1643. Il don […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-le-tellier/#i_1226

LIONNE HUGUES DE (1611-1671)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 373 mots

En son temps, Hugues de Lionne fut considéré comme un grand ministre des Affaires étrangères. Voltaire en fit l'éloge et Saint-Simon écrit à son sujet : « Lionne était très instruit des intérêts des princes, adroit négociateur mais trop connu pour tel par les ministres étrangers qui se défiaient de lui et le craignaient. » Ce diplomate était issu d'une famille de robe du parlement de Grenoble ; sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugues-de-lionne/#i_1226

LOUVOIS FRANÇOIS MICHEL LE TELLIER marquis de (1641-1691)

  • Écrit par 
  • André CORVISIER
  •  • 382 mots

Fils du chancelier Michel Le Tellier, Louvois est associé par son père, dès 1662, à la charge de secrétaire d'État à la Guerre dont il a reçu la survivance, charge qu'il exerce pleinement à partir de 1677. Louis XIV l'appelle à son Conseil en 1672. Homme dur, exigeant et d'un abord difficile, Louvois est un travailleur ordonné et méthodique, capable de passer des détails de l'administration aux pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-michel-louvois/#i_1226

LULLY JEAN-BAPTISTE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 431 mots

29 novembre 1632 Giovanni Battista Lulli naît à Florence. 16 mai 1661 Louis XIV nomme Jean-Baptiste Lully surintendant et compositeur de la musique de la Chambre du roi ; Lully est naturalisé français en décembre 1661. 14 octobre 1670 La comédie-ballet Le Bourgeois gentilhomme est créée au ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lully-reperes-chronologiques/#i_1226

MAINE LOUIS AUGUSTE DE BOURBON duc du (1670-1736)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 320 mots

Prince français, né le 31 mars 1670, probablement à Saint-Germain-en-Laye, mort le 14 mai 1736 à Sceaux. Fils aîné de Louis XIV et de la marquise de Montespan, Louis Auguste est légitimé en 1673 et reçoit le titre de duc du Maine. Il combat dans la guerre de la Ligue d'Augsbourg (1689-1697) et, en 1714, Louis XIV le désigne apte à succéder au trône à défaut des princes du sang. Le roi renforce s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-auguste-de-maine/#i_1226

MAINTENON FRANÇOISE D'AUBIGNÉ marquise de (1635-1719)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 546 mots

Petite-fille du grand poète protestant dont elle porte le nom, Françoise d'Aubigné naquit à la prison de Niort où son père, un débauché, purgeait une peine pour faux monnayage. Baptisée selon le culte catholique, elle reçoit l'éducation huguenote de sa tante madame de Villette qu'elle retrouve en 1647, après un séjour de six ans à la Martinique où son infortuné père avait entraîné toute la famille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francoise-d-maintenon/#i_1226

MAISON DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 2 500 mots

La famille des rois de France est composée des descendants d'Hugues Capet par filiation mâle et mariages catholiques. Cet ensemble de dynastes, dont les titulatures ont considérablement varié à travers les siècles, s'est nommé « famille » ou « lignage du roi », puis « maison de France ». Ce terme de maison pour désigner une famille apparaît au xii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maison-de-france/#i_1226

MARTIGNARGUES BATAILLE DE (1704)

  • Écrit par 
  • Pierre ROLLAND
  •  • 247 mots

De 1702 à 1704, les protestants cévenols vont tenir en échec les armées de Louis XIV, inventant les tactiques de la guérilla moderne. Une bataille marque l'apogée de cette révolte. Le 14 mars 1704, six cents fantassins et cinquante cavaliers des régiments de la marine, les meilleurs du Languedoc, traquent dans les collines bordant le Gardon, à une dizaine de kilomètres au sud d'Alès, quatre cents […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-martignargues/#i_1226

MÉDAILLE

  • Écrit par 
  • Josèphe JACQUIOT
  •  • 3 628 mots

Dans le chapitre « La médaille aux XVIIe et XVIIIe siècles en France ; son influence à l'étranger »  : […] On distingue quatre périodes : de 1590 à 1663, sous le règne de Henri IV, de Louis XIII, et le commencement du règne de Louis XIV, apparaissent de très grands médailleurs. Le premier, Guillaume Dupré (1574-1649), qui était sculpteur et fondeur, reprenait la tradition des médaillons coulés de l'Italie ; ses portraits sont caractérisés par l'accent vivant et vrai des physionomies. Outre les célèbre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medaille/#i_1226

MÉDITERRANÉE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • André BOURDE, 
  • Georges DUBY, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 18 410 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La politique française : de Sully à Colbert »  : […] Dans cette Méditerranée espagnole, la puissance navale turque reste cependant redoutable. Contre ses ennemis et leurs vassaux, la Porte organise la piraterie comme un commerce fructueux. À Alger, à Tripoli, à Constantinople s'entassent les prisonniers chrétiens. Razzias identiques de la part des Européens et de l'ordre de Malte qui alimentent leurs chiourmes de galériens turcs ou maghrébins. Dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-mediterranee/#i_1226

MÉMOIRES, Saint-Simon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 045 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une histoire de l'Histoire »  : […] Il s'agit donc d'écrire, à travers le regard d'un aristocrate, l'histoire du royaume, rien de moins. Saint-Simon se donne comme le rédacteur distant d'une histoire subjective de l'Histoire, préalablement « vécue », et même déjà écrite par Dangeau : « Pour être utile, il faut que le récit des faits découvre leurs origines, leurs causes, leurs suites et leurs liaisons des uns aux autres, ce qui ne p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoires-saint-simon/#i_1226

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 499 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La carrière d'un comédien »  : […] Molière, de son vrai nom Jean-Baptiste Poquelin, naquit à Paris. Fils d'un tapissier ordinaire du roi, il fit ses études au collège de Clermont où les jésuites assuraient l'instruction des fils de la noblesse et de la riche bourgeoisie. Son père le destinait à lui succéder dans sa charge, mais le jeune homme se détourna de la carrière qui lui était préparée et forma avec quelques amis une troupe d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere/#i_1226

MONTESPAN FRANÇOISE ATHÉNAÏS DE ROCHECHOUART DE MORTEMART marquise de (1641-1707)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 345 mots

D'une famille saintongeaise très ancienne et illustre dans tous les domaines, Françoise Athénaïs de Rochechouart vint à la cour en 1660 pour devenir fille d'honneur de la nouvelle reine. En 1663, elle épousa Louis Henri de Pardaillan, marquis de Montespan, dont elle eut un fils, le duc d'Antin. Brillant à la cour par sa beauté et son esprit, elle devint la favorite de Louis XIV en 1667. Deux ans p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montespan-francoise-athenais-de-rochechouart-de-mortemart-marquise-de/#i_1226

NOAILLES ADRIEN MAURICE 3e duc de (1678-1766)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 392 mots

Après avoir exercé ses premiers talents militaires en Catalogne aux côtés de son père, puis sous Vendôme duc de Penthièvre (1693-1696), Adrien Maurice de Noailles est choisi en raison de sa valeur et de sa prudence pour accompagner le nouveau souverain Philippe V en Espagne. Il épouse Françoise d'Aubigné, nièce de M me de Maintenon en 1698. Général des armées du roi, il f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrien-maurice-noailles/#i_1226

ORLÉANISME

  • Écrit par 
  • José MURACCIOLE
  •  • 925 mots

Traditionnellement, le duché d'Orléans donnait son nom au deuxième fils du roi de France. À sa naissance, il était fait duc d'Orléans de même que son frère aîné le futur roi était dénommé Dauphin. Par la suite, et surtout à partir de 1610, les ducs d'Orléans prirent l'habitude de grouper autour d'eux la faction des mécontents et le nom d'orléanisme devint, en quelque sorte, le mot de ralliement d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orleanisme/#i_1226

ORLÉANS PHILIPPE duc d' (1674-1723) régent de France (1715-1723)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 538 mots

Fils de Monsieur, frère de Louis XIV, et de la princesse Palatine, duc de Chartres, Philippe d'Orléans commence sa carrière des armes aux Pays-Bas, aux côtés de Louis XIV et se distingue par une brillante conduite à Mons, à Steinkerque et à Neerwinden en 1693. C'est un grand et bel homme : « De port aisé et fort noble [...] il avait dans le visage, dans toutes ses manières, une grâce infinie et si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-orleans/#i_1226

PAPIER TIMBRÉ RÉVOLTE DU (1675)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 430 mots

Révolte survenue en Basse-Bretagne, d'autant plus grave qu'elle se produit pendant une émeute bordelaise au cours de la guerre de Hollande (1675). En Bretagne, les officiers seigneuriaux (sénéchal, notaire, sergent, procureur fiscal) jouaient le rôle d'hommes d'affaires du seigneur ; rémunérés par vacations, ils se montraient tracassiers. Les seigneurs eux-mêmes résidaient sur leurs terres dont la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolte-du-papier-timbre/#i_1226

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 092 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Paris sous Louis XIV »  : […] La Fronde aura deux conséquences importantes : d'une part une terrible crise économique aggrave la misère qui persistera durant tout le règne (les décès l'emportent sur les naissances, l'immigration provinciale et rurale assurant seule l'augmentation de la population) et gonflera encore l'énorme masse des indigents (création de l'Hôpital général en 1656) ; d'autre part la monarchie, qui garde ranc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paris/#i_1226

PÂRIS LES

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 588 mots

Ils sont quatre frères : Antoine Pâris (1668-1733), Claude Pâris de La Montagne (1670-1745), Joseph Pâris Duverney (1684-1770) et Jean Pâris de Montmartel (1690-1766). Leur père tenait à Moirans, près de Grenoble, une auberge à l'enseigne de La Montagne ; les enfants servaient les clients de l'hôtellerie et pansaient leurs chevaux. Or, Moirans était sur la route des convois de vivres destinés aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-paris/#i_1226

CLASSICISME

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER, 
  • Henri PEYRE
  •  • 13 796 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Versailles »  : […] Le second classicisme pourrait, en quelque sorte, se symboliser par deux entreprises : la colonnade du Louvre et Versailles . La première, dont la portée a été infiniment moindre, a paru, peut-être à tort, essentielle pour une définition du classicisme français. Colbert, devenu en 1664 surintendant des Bâtiments, y a attaché son nom, non sans dessein de favoriser le Louvre aux dépens de Versailles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classicisme/#i_1226

PAYS-BAS

  • Écrit par 
  • Christophe DE VOOGD, 
  • Frédéric MAURO, 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN
  • , Universalis
  •  • 35 581 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « La politique extérieure de la République »  : […] Aussi la province de Hollande était-elle l'adversaire le plus farouche des ambitions du stathouder. La lutte permanente entre ces deux instances avait des répercussions sur la politique extérieure de la République. On peut dire d'une manière générale que les régents hollandais étaient partisans d'une politique de paix sans expansion, alors que les stathouders poursuivaient une politique dynastique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-bas/#i_1226

PELLISSON PAUL (1624-1693)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 512 mots

L'un des poètes les plus représentatifs du mouvement précieux. Paul Pellisson n'a pourtant consacré à la littérature qu'une part restreinte de sa vie. Ce protestant originaire de Béziers, homme d'esprit et de talent, se fixe à Paris en 1650 et achète une charge de secrétaire du roi. Il publie une Relation contenant l'histoire de l'Académie française (1652) — il s'agit plutôt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-pellisson/#i_1226

PHILIPPE V (1683-1746) roi d'Espagne (1700-1746)

  • Écrit par 
  • Marie-France SCHMIDT
  •  • 1 031 mots

Duc d'Anjou, second fils du Grand Dauphin Louis et de Marie-Christine de Bavière, petit-fils de Louis XIV, le futur Philippe V d'Espagne naît à Versailles. Le roi de France brigue une couronne pour ce prince d'un naturel effacé ; l'occasion lui en est fournie par la mort sans héritier du dernier Habsbourg d'Espagne, Charles II. Le testament du souverain défunt désigne comme son successeur le duc d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-v-1683-1746-roi-d-espagne-1700-1746/#i_1226

POISONS AFFAIRE DES

  • Écrit par 
  • Pierre-Robert LECLERCQ
  •  • 568 mots

Le 25 mars 1675, dans un couvent de Liège occupé par les troupes françaises, la marquise de Brinvilliers est arrêtée ; elle était recherchée, avec plus ou moins de zèle, depuis 1672. Cette année-là mourait à Paris un jeune officier, Godin de Sainte-Croix ; comme il était poursuivi pour dettes, la police inventorie ses affaires et découvre une cassette pleine de documents. Ceux-ci révèlent la liais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-des-poisons/#i_1226

POLICE SOUS L'ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Vincent MILLIOT
  •  • 4 124 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La longévité du pluralisme provincial »  : […] Le préambule de l'édit d'octobre 1699, qui institue des offices de lieutenants-généraux de police pour toutes les villes de juridiction royale, évoque l'institution parisienne et les bienfaits que les habitants de la capitale en ont retirés. Officiellement, Louis XIV veut faire bénéficier les villes principales du royaume de cette disposition censée mettre fin au maquis des juridictions concurren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-sous-l-ancien-regime/#i_1226

POLICE FRANÇAISE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BERLIÈRE
  •  • 3 668 mots

Dans le chapitre « La police sous l'Ancien Régime »  : […] Profusion et confusion ont longtemps caractérisé la police. À partir du Moyen Âge, souverains, seigneurs laïcs et ecclésiastiques, mais aussi communes, paroisses, prévôtés, quartiers, métiers, corporations, Châtelet, universités exercent concurremment des prérogatives de police inextricablement mêlées à des pouvoirs que nous appellerions de justice. Ils le font à l'aide de tout un personnel admin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-police-francaise/#i_1226

POMPONNE SIMON ARNAULD marquis de (1618-1699)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 368 mots

Neveu du grand Arnauld, Simon Arnauld, marquis de Pomponne, entre au Conseil du roi en 1644, puis devient intendant des armées de Naples et de Catalogne. Les opinions jansénistes de sa famille nuisent à sa carrière, mais, bel esprit, il est reçu à l'hôtel de Rambouillet où règne Voiture, à l'hôtel de Nevers, chez la princesse Palatine, à Vaux chez Fouquet dont il partage la disgrâce en 1662. Le ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simon-pomponne/#i_1226

PORT-ROYAL

  • Écrit par 
  • Jean MESNARD
  •  • 2 624 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Louis XIV contre Port-Royal »  : […] Avec le début du règne personnel de Louis XIV (1661), l'attitude du pouvoir se durcit. Depuis plusieurs années, l'assemblée du clergé avait dressé un formulaire, imposé à la signature de tous les ecclésiastiques, portant condamnation des cinq propositions et les attribuant formellement à Jansénius. Le « bras séculier » était prêt à intervenir pour faire exécuter cette mesure. En 1661, le formulair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/port-royal/#i_1226

QUATRE ARTICLES DÉCLARATION DES (1682)

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 570 mots

« Déclaration du clergé de France sur la puissance ecclésiastique », texte latin en un préambule et quatre articles (d'où son nom) ; elle fut votée le 19 mars 1682 par une assemblée générale extraordinaire du clergé de France, convoquée par Louis XIV, alors en conflit avec la papauté sur l'étendue de l'autorité royale en matière ecclésiastique : le roi, déterminé par Colbert, voulait à cette occas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/declaration-des-quatre-articles/#i_1226

RAMILLIES BATAILLE DE (23 mai 1706)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 329 mots

Victoire sur les Français des Alliés anglo-hollandais placés sous le commandement du duc de Marlborough, lors de la guerre de Succession d'Espagne. La victoire entraîna l'annexion par les Alliés de tout le nord et de tout l'est des Pays-Bas espagnols. La bataille eut lieu sur le territoire du village de Ramillies , à 20 kilomètres au nord de Namur, dans l'actuelle Belgique ; elle opposa l'armée al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-ramillies/#i_1226

RÉACTION ARISTOCRATIQUE

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 856 mots

Nom qui désigne la réaction des privilégiés au cours du xviii e siècle contre l'ordre politique et social établi par Louis XIV. La réaction aristocratique comprend une réaction proprement nobiliaire, venue de ceux qu'on appelle des gentilshommes, une autre du clergé et, enfin, celle des parlementaires et de la noblesse de robe en général. Chacun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reaction-aristocratique/#i_1226

RÉVOCATION DE L'ÉDIT DE NANTES (1685)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 1 002 mots

L'édit de Nantes (1598) avait établi, pour la première fois dans un grand État européen, la tolérance religieuse. L'édit de grâce d'Alès (1629) retirait aux protestants leurs garanties politiques ; ils demeurèrent cependant loyaux durant la Fronde. Louis XIV considéra que cette présence de sujets étrangers à l'Église, assez nombreux dans le Midi et dans l'Ouest, nuisait à la grandeur du royaume ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revocation-de-l-edit-de-nantes/#i_1226

SAINT-GOBAIN MANUFACTURE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 916 mots

Manufacture royale (appartenant à des particuliers, mais recevant des subventions du roi). Colbert désirait ravir le monopole des glaces à la Sérénissime république de Venise. À prix d'or, il réussit à faire venir, malgré la surveillance dont ils étaient l'objet de la part des services d'espionnage fort bien organisés de la cité, quatre verriers de Murano, petite île de la lagune. Ils furent insta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manufacture-de-saint-gobain/#i_1226

SAINT-LOUIS ORDRE DE

  • Écrit par 
  • Claude DUCOURTIAL-REY
  •  • 403 mots

Ordre créé par Louis XIV en avril 1693. La France faisait alors front à la ligue d'Augsbourg et ses armées souffraient d'une pénurie de cadres subalternes, souvent d'origine roturière, sans fortune, et découragés par l'indifférence du pouvoir central. C'est pour leur témoigner son intérêt que le roi, sur l'incitation des maréchaux de Luxembourg et Vauban, institua le premier ordre de Mérite frança […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-de-saint-louis/#i_1226

SAINT-SACREMENT COMPAGNIE DU

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 998 mots

École de vie intérieure et office catholique d'action sociale, la Compagnie du Saint-Sacrement reste, dans l'histoire, comme une société secrète efficace, prompte à organiser les cabales. La première idée de compagnie revient à Henri de Lévis, duc de Ventadour, sous l'influence de sa femme, Marie-Liesse, fille de Henri de Luxembourg. Animés d'une foi brûlante, les deux époux se séparent en 1629, M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/compagnie-du-saint-sacrement/#i_1226

SAINT-SIMON LOUIS DE ROUVROY, duc de (1675-1755)

  • Écrit par 
  • Dirk VAN DER CRUYSSE
  •  • 3 260 mots

Dans le chapitre « À l'ombre de la royauté »  : […] Fils d'un favori de Louis XIII qui ne fut pas trop délicat dans le choix des moyens de parvenir, le duc de Saint-Simon hérite d'une admiration aveugle pour le roi qui fit Claude de Rouvroy premier duc de Saint-Simon et pair de France. L' Inventaire des titres et papiers du trésor de Claude, duc de Saint-Simon (1686), redécouvert, permet de mesurer l'ampleur des dignités et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-de-saint-simon/#i_1226

SCIENCES ET CURIOSITÉS À LA COUR DE VERSAILLES (exposition)

  • Écrit par 
  • Justine ANCELIN
  •  • 1 217 mots
  •  • 1 média

Les sciences ont bien été présentes à la cour de Versailles. Déterminer si les rois et leur entourage les considéraient comme de véritables disciplines intellectuelles, ou comme de simples raretés divertissantes et singulières, tel était l'objectif de l'exposition Sciences & curiosités à la cour de Versailles , accueillie au château de Versailles du 26 octobre 2010 au 3 avri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-et-curiosites-a-la-cour-de-versailles-exposition/#i_1226

SÉGUIER PIERRE (1588-1672) chancelier de France

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 394 mots

Type parfait de l'homme du pouvoir, Pierre Séguier est prêt à accepter n'importe quelle tâche délicate et impopulaire. Il y a là une part, réelle, d'esprit de fidélité à la monarchie (mais qui a ses limites) et du besoin d'être du côté du pouvoir, pour lui-même et pour sa famille. Il a su choisir son camp, et y rester même au moment des difficultés. Neveu d'Antoine Séguier, conseiller d'État et av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-seguier/#i_1226

SEIGNELAY JEAN-BAPTISTE COLBERT marquis de (1651-1690)

  • Écrit par 
  • André CORVISIER
  •  • 243 mots

Fils aîné et préféré de Jean-Baptiste Colbert qui avait obtenu pour lui la survivance de ses charges et le prépara avec soin à sa future mission. En 1670 et 1671, Seignelay visite les ports de France, l'Italie, les arsenaux et chantiers de constructions navales de Hollande et d'Angleterre. Il est admis auprès de Louis XIV, en 1672, pour aider son père dans les affaires de la marine et est nommé tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-seignelay/#i_1226

LA SOCIÉTÉ DE COUR, Norbert Elias - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Antonin COHEN
  •  • 1 066 mots

Dans le chapitre « La logique du prestige et l'équilibre des tensions »  : […] Au point culminant de ce processus, sous Louis XIV, une part essentielle de la vie sociale et politique se centralise à la cour du roi au château de Versailles (chapitre 3). C'est dans ce bâtiment, où la pièce centrale n'est autre que la « chambre du roi », que se déroule un rituel déterminant pour analyser le fonctionnement de la société de cour : le « lever du roi ». Suivant une « étiquette » s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-societe-de-cour/#i_1226

LE TARTUFFE, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 477 mots
  •  • 1 média

Le 12 mai 1664, au dernier jour des Plaisirs de l'Ile enchantée , cette grande fête donnée dans les jardins de Versailles, Molière joua Le Tartuffe , ou l'imposteur , devant le roi. Dans cette comédie initialement en trois actes et qu'il remaniera ensuite, Molière s'était trop découvert en visant de prétendus faux dévots. Les vrai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-tartuffe-moliere/#i_1226

TORCY JEAN-BAPTISTE COLBERT marquis de (1665-1746)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 951 mots

Fils aîné de Charles Colbert, marquis de Croissy, Jean-Baptiste Colbert, marquis de Torcy en Brie, fut, pendant les dix-neuf années où il exerça la charge de secrétaire d'État aux Affaires étrangères, l'un des hommes les plus importants de l'Europe. Il fit d'excellentes études au collège de la Marche à Paris, soutint une thèse de philosophie et commença son instruction diplomatique sous la directi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-torcy/#i_1226

TOULOUSE LOUIS ALEXANDRE DE BOURBON comte de (1678-1737)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 335 mots

Amiral de France, né le 6 juin 1678 à Versailles, mort le 1 er  décembre 1737 à Rambouillet. Fils de Louis XIV et de sa maîtresse la marquise de Montespan, Louis Alexandre de Bourbon est légitimé en 1681 et reçoit à l'occasion le titre de comte de Toulouse, puis celui de duc de Penthièvre en 1697 et duc de Rambouillet en 1711. Nommé amiral de France à cinq ans, il n'en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-alexandre-de-toulouse/#i_1226

TOURVILLE ANNE HILARION DE COTENTIN comte de (1642-1701)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 517 mots

Chevalier de Malte à quatorze ans, Tourville, jusqu'en 1667, guerroya en Méditerranée contre les Turcs et les Barbaresques, fut décoré et félicité par le doge de Venise et par Louis XIV qui le nomma capitaine de vaisseau. Envoyé à Candie en 1669, il devint en 1671 commandant d'un des vaisseaux de l'escadre du comte d'Estrées contre les Hollandais. Sous les ordres de Duquesne, il contribua à la vic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-hilarion-de-tourville/#i_1226

PYRÉNÉES TRAITÉ DES (1659)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 187 mots
  •  • 1 média

Signé par Mazarin et don Luis de Haro, respectivement Premiers ministres du roi de France Louis XIV et de Philippe IV d'Espagne, le traité des Pyrénées met fin au conflit opposant les deux puissances depuis 1635 et à l'intervention française dans la guerre de Trente Ans (1618-1648). Il met surtout fin à la prépondérance des Habsbourg d'Espagne en Europe au profit de la France, qui mène, sous Louis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-des-pyrenees/#i_1226

UTRECHT TRAITÉS D' (1713)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 210 mots

Les traités d'Utrecht, complétés le 6 mars 1714 par celui de Rastatt qui intègre l'empereur Habsbourg Charles VI, mettent fin à la guerre de Succession d'Espagne (1702-1714). L'Angleterre, principale bénéficiaire, obtient Gibraltar et Minorque et, surtout, des positions territoriales (Terre-Neuve, Acadie, territoires de la baie d'Hudson) et commerciales décisives dans l'Amérique colonisée, qui ass […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traites-d-utrecht/#i_1226

TURENNE HENRI DE LA TOUR D'AUVERGNE vicomte de (1611-1675)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 1 435 mots

Sans doute le plus grand homme de guerre qu'ait produit la France avant Napoléon. Taciturne et souvent bourru, Turenne cachait mal, sous une apparence de froideur une chaude humanité qui le faisait adorer de ses hommes. Stoïque dans les revers comme réservé dans les victoires, ambitieux uniquement de la gloire, généreux au point de payer ses soldats en puisant dans sa propre fortune, il était dési […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turenne-henri-de-la-tour-d-auvergne-vicomte-de/#i_1226

VAN DER MEULEN ADAM FRANS (1632-1690)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 244 mots

Peintre baroque flamand, Adam Frans van der Meulen se spécialisa dans les paysages et les scènes de bataille. Baptisé le 11 janvier 1632 à Bruxelles, dans les Pays-Bas espagnols, Adam Frans van der Meulen se forme dès 1648 auprès du peintre de batailles Pieter Snayers, issu de l'école flamande. Vers 1664, le ministre des Finances Colbert le fait venir à Paris, à la demande de Charles Le Brun, pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-frans-van-der-meulen/#i_1226

VAUBAN SÉBASTIEN LE PRESTRE DE (1633-1707)

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC
  •  • 2 142 mots

La carrière de Vauban correspond à l'apogée de la fortification bastionnée en France, dont les nombreuses guerres du règne de Louis XIV favorisent le développement. Vauban est né à Saint-Léger de Foucheret (actuellement Saint-Léger-Vauban, Yonne) dans une famille de petite noblesse nivernaise. Après des études chaotiques, il commence son apprentissage militaire en 1651 dans le régiment du prince […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vauban-sebastien-le-prestre-de/#i_1226

VENDÔME PLACE

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 785 mots
  •  • 1 média

L'une des cinq places royales de Paris. Réalisée sous le règne de Louis XIV à un moment où la formule se révèle parfaitement au point (place Dauphine, place Royale — l'actuelle place des Vosges —, place des Victoires), cette quatrième place est le résultat d'une opération spéculative et le fait d'un courtisan (la place Louis-XV, baptisée place de la Concorde en 1795, est la plus récente des places […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/place-vendome/#i_1226

VERSAILLES MÉNAGERIE ROYALE DE

  • Écrit par 
  • Hélène DELALEX
  •  • 577 mots

La Ménagerie royale fut, en 1662, la première grande commande architecturale de Louis XIV, alors même que Versailles n'était qu'un petit pavillon de chasse hérité de son père. Les travaux, confiés à Louis Le Vau, débutèrent en 1663 et s'achevèrent l'année suivante (le décor intérieur ne se sera terminé qu'en 1669). Implantée au sud-ouest du parc de Versailles, la Ménagerie fut progressivement dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menagerie-royale-de-versailles/#i_1226

VERSAILLES

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 3 534 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Versailles contre la nature et l'histoire »  : […] Versailles est un défi : à la nature, inhospitalière, à la Cour, attachée à Paris, à la tradition nomade de la monarchie française. Les projets de Bernin pour le Louvre, en 1665, n'ont pas convaincu le roi. Il lui faut un nouveau centre de pouvoir. Le triomphe sur la nature prend ainsi valeur de symbole. M me  de Sévigné, évoquant la « mortalité prodigieuse » de ces marais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/versailles/#i_1226

VILLARS CLAUDE LOUIS HECTOR duc de (1653-1734) maréchal de France

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 638 mots
  •  • 1 média

« À la guerre, tout dépend d'imposer à son ennemi et, dès qu'on a gagné ce point, de ne lui plus donner le temps de reprendre du cœur. » Cette maxime de Villars peint bien les qualités foncières de l'homme de guerre qu'il fut : esprit d'entreprise et ardeur, à quoi il faut ajouter la faculté de ne se point décourager et une jeunesse de caractère conservée intacte dans la plus extrême vieillesse. S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-louis-hector-villars/#i_1226

Voir aussi

Pour citer l’article

Victor-Lucien TAPIÉ, « LOUIS XIV (1638-1715) - roi de France (1643-1715) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xiv/