MASSIGNON LOUIS (1883-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « cheikh admirable »

Louis Massignon avait une prédilection pour les méditations sur les courbes de vie. Vincent Monteil s'est essayé à le faire pour lui, et Massignon a retouché sa longue introduction à Parole donnée. C'est un témoignage inégalable, quasi autobiographique. À défaut de le parodier, on y renverra le lecteur en se bornant à mentionner ici les événements et dates biographiques les plus marquants. Né à Nogent-sur-Marne, Louis Massignon entre au lycée Louis-le-Grand, à Paris, où il rencontre en 1896 Henri Maspero. Entre des études de philosophie et de mathématiques, il s'entretient, en 1900, à l'abbaye bénédictine de Ligugé, avec J.-K. Huysmans et part, l'année suivante, pour l'Algérie. Il participe, en 1905, au Congrès des orientalistes à Alger. Après avoir présenté (1904) son diplôme d'études supérieures sur le Maroc d'après Léon l'Africain, il fait, en 1906, un voyage dans ce pays et est nommé membre de l'Institut français d'archéologie orientale du Caire. Au cours d'une mission en Mésopotamie, il vit, sur le Tigre, le 3 mai 1908, une expérience à laquelle il référera toujours son évolution spirituelle, sans qu'elle ait été véritablement explicitée jusqu'ici. Il poursuit des recherches sur le mystique musulman al-Ḥallādj à Constantinople, puis au Caire, où il étudie à l'Azhar et devient professeur à la nouvelle Université (1912-1913). Après son mariage, en 1914, il est mobilisé dans l'armée d'Orient où il occupe, de 1917 à 1919, le poste d'officier adjoint auprès du haut commissaire de France en Palestine et en Syrie.

Directeur, à la fin de la guerre, de la Revue du monde musulman et professeur suppléant au Collège de France, Massignon y est nommé titulaire en 1926 et fonde la Revue des études islamiques ; devenu directeur à l'École pratique des hautes études en 1933, il est reçu membre de l'Académie arabe au Caire dont il suit annuellement les sessions jusqu'en 1960. Il fonde en 1934 la Badaliya à Damiette. En 1947, président de l'Institut d'études iraniennes et f [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  MASSIGNON LOUIS (1883-1962)  » est également traité dans :

ÉCRITS MÉMORABLES (L. Massignon)

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 978 mots

Louis Massignon (1883-1962), savant et écrivain, chrétien et islamologue, enseignant et homme politique, est une figure célèbre et atypique de l'orientalisme français du xxe siècle.Son œuvre abondante, trop souvent réduite à sa thèse magistrale consacrée à […] Lire la suite

ḤALLĀDJ AL (858 env.-922)

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI
  •  • 1 983 mots

Attachante figure, à la vérité, que celle d'al-Ḥallādj, mystique musulman mort sur un gibet, à Bagdad, pour avoir chanté l'amour de Dieu en des termes que l'islam officiel jugea blasphématoires. Depuis que Massignon lui consacra, en 1922, son livre monumental, sa personne se profile, à la fois sublime et pathétique, derrière toutes les grandes études sur la mystique comparée. L'expérience fulgura […] Lire la suite

HERMÉTISME

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 4 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'hermétisme en Islam »  : […] L'Islam fit passer Hermès du rang de dieu à celui de prophète. Selon le Kitāb al-Ulūf d'Abū Ma‘shar, il y eut, en fait, trois Hermès : le premier, assimilé à Idris et Enoch, vivait en Égypte avant le déluge, édifia les pyramides et consigna par écrit ses enseignements afin de les préserver du déluge ; le deuxième, surnommé al-Bābilī, vécut à Babylone après le déluge, ainsi que le troisième, qui, […] Lire la suite

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le lyrisme persan »  : […] On a donné bien des définitions pour le lyrisme, depuis le recours à l'étymologie (« toute poésie accompagnée par la lyre ») jusqu'à la platitude de Paul Valéry (« le développement d'une exclamation »). Au vrai, c'est, avant tout, un cri ; les Iraniens disent : « un chant » ( ghenâ ). C'est l'expression intime, condensée, cadencée, d'une « strophe » dont le lien avec la musique est évident. La for […] Lire la suite

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 010 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du fantasme à la quête »  : […] Les grands noms offrent moins de surprises. Dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811), Chateaubriand avoue qu'il est parti « chercher des images. Voilà tout ». Mais il rêve aussi d'une nouvelle croisade et se souvient du Tasse. Lamartine va vers l'Orient comme vers la « patrie de [son] imagination », mais tout en donnant des conseils pour une politique de protectorat, « tutelle armée et ci […] Lire la suite

SUNNISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Conformité à l'islam primitif »  : […] Louis Massignon, voulant caractériser le sunnisme, écrit : « Les sunnites [...] affirment la légitimité et l'orthodoxie des quatre premiers califes de l'Islam, Abou Bakr, Omar, Othman et Ali ; ils font coïncider leur ordre de succession avec leur rang de précellence morale : c'est le mythe de « l'âge d'or » du Califat des quatre « Rachidoun » (ou « bien dirigés »). » On voit que Massignon ne donn […] Lire la suite

Pour citer l’article

Youakim MOUBARAC, « MASSIGNON LOUIS - (1883-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-massignon/