COMBES (L.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un maître menuisier de Bordeaux, Louis Combes travaille d'abord chez l'architecte voyer de cette ville R. F. Bonfin, avant de gagner Paris où R. Mique et Peyre le Jeune l'accueillent dans leur atelier. Premier prix d'architecture en 1781 avec un projet de cathédrale, Combes séjourne trois ans à Rome où il étudie les monuments antiques et ceux de la Renaissance. À son retour très attendu à Bordeaux, il est nommé contrôleur des travaux du Château-Trompette sous la direction de Victor Louis (1785). Dès lors, sa carrière bordelaise est assurée : travaux officiels et commandes privées vont se succéder sans discontinuité. De son œuvre construite, on citera les bains publics (1786), l'hôtel du jurat Acquart (1785), l'hôtel Saint-Marc (œuvre qu'on lui attribue), l'hôtel Meyer (1795-1796), une maison rue Sainte-Colombe, différents projets de châteaux et l'aménagement des dépendances et des parcs du château de La Roque et de Château-Raba. Entre 1805 et 1810, ce seront les communs et les chais de Château-Margaux dans le Médoc. Mais Combes est peut-être plus utopiste que constructeur ; ses théories, exprimées dans d'intéressantes conférences manuscrites qui ont été conservées, s'accompagnent de dessins de projets, tous plus mégalomanes et plus irréalisables les uns que les autres. Très attaché, non sans opportunisme, à l'idéal révolutionnaire, Combes propose à l'Assemblée nationale les projets d'un temple de la Liberté à l'emplacement de la Bastille (1790) et d'un cirque national. Pour Bordeaux, les projets sont aussi gigantesques : port monumental sur la Gironde, place à l'emplacement du Château-Trompette (concours de 1798-1800)... La démesure est à son comble lorsque, en 1813, il propose de tailler le sommet du mont Cenis en forme de pyramide pour y placer la statue de Napoléon. En 1796, Combes est nommé correspondant de l'Institut de France, en même temps que son homologue nantais M. Crucy (ils avaient tous deux été jugés comme les meilleurs architectes de province). Louis Combes est le digne émule d'un Ledoux ou d'un Boullée, et sa position marginale le rend encore plus attachant à l'apogée du néo-classicisme.

—  Daniel RABREAU

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Sorbonne, directeur du centre Ledoux

Classification


Autres références

«  COMBES ÉMILE (1835-1921)  » est également traité dans :

COMBES (É.)

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 821 mots

Le nom d’Émile Combes s’identifie avec les pratiques politiques qui, au début du xxe siècle, fondent la République laïque au moyen de l’anticléricalisme militant.Né le 6 septembre 1835 dans une famille pauvre du Tarn (son père est tailleur d’habits), sixième de dix enfants, Émile Combes, encouragé par un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/combes-e/

DREYFUS (AFFAIRE)

  • Écrit par 
  • Vincent DUCLERT
  •  • 4 877 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La troisième affaire Dreyfus (1900-1906) »  : […] Le premier personnage de l'Affaire, qu'avaient salué de nombreux dreyfusards à son arrivée à Rennes et à l'issue du procès, ne renonça pas à obtenir la pleine reconnaissance de son innocence. Dans le même temps, le gouvernement de « défense républicaine » ne souhaitait pas prolonger l'agitation autour de l'événement, quand bien même la cause de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dreyfus-affaire/#i_18614

GAUCHES BLOC DES (1899-1906)

  • Écrit par 
  • Henri LERNER
  •  • 697 mots

Le terme de Bloc des gauches désigne la coalition des modérés, des radicaux et des socialistes qui gouverne la France de juin 1899 à janvier 1906 sous le signe de l'anticléricalisme. L'arrivée au pouvoir de cette formation politique ne doit rien aux élections de 1898 favorables à la droite, mais est le contrecoup de l'affaire Dreyfus à la suite du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bloc-des-gauches/#i_18614

LAÏCITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Émile POULAT
  •  • 7 588 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La construction de la laïcité française »  : […] Le conflit prend une tournure dramatique avec la défaite de 1871. Les deux France paraissent irréconciliables, alors que le pays a un besoin urgent d'unité nationale. La République a été proclamée mais le camp clérical tente de restaurer la monarchie. Il échoue. C'est la « République des républicains ». Le catholicisme ne joue plus le rôle qui lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laicite/#i_18614

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La révolution dreyfusienne (1898-1905) »  : […] Une république conservatrice, s'appuyant sur les catholiques ralliés contre la gauche, aurait eu des chances de durer si les catholiques avaient fait preuve d'une prudence extrême. Sa faiblesse résidait dans l'inexistence de son programme social. Or les socialistes remportaient aux élections municipales de nouveaux succès ; après ceux-ci, à Saint- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_18614

Pour citer l’article

Daniel RABREAU, « COMBES (L.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-combes/