ALTHUSSER LOUIS (1918-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Je ne suis pas marxiste »

Cette phrase de Marx, Althusser l'applique tout d'abord à son auteur : ce n'est pas parce qu'une œuvre est signée de Karl Marx qu'elle relève nécessairement du marxisme. Pour en décider, un travail d'analyse et d'argumentation se révèle indispensable, afin d'identifier le dispositif théorique et les visées politiques qu'on nomme le marxisme. Les écrits de Marx étant écrits, ils constituent justement une réalité matérielle-discursive à analyser en tant que telle : leur signature subjective ne garantit pas les problématiques objectives qui y sont à l'œuvre. Althusser reprend ainsi la thèse centrale du matérialisme : l'être social détermine la conscience, et non l'inverse ; le réel est irréductible, dans sa structure et dans son fonctionnement, aux représentations intuitives ou rationnelles que les sujets humains s'en font. L'œuvre de Marx ne s'explique pas par le seul fait que Marx s'y est mis à l'œuvre. Ni non plus par les travaux qui s'en réclament ou par les régimes politiques qui affirment pratiquer cette œuvre.

Karl Marx n'est pas né marxiste. Il l'est devenu dans un processus complexe balisé par des ruptures laborieuses, des découvertes révolutionnaires, des points aveugles. Chez Marx, déjà, le marxisme n'est pas une nature, et moins encore un état définitivement acquis, il constitue une position contradictoire à étayer et à défendre sans fin. Pas de ligne « par définition juste », mais l'ajustement ininterrompu d'une ligne qui doit être raffermie chaque fois : tel est le premier leitmotiv de Louis Althusser, celui de Pour Marx et de Lire « Le Capital ».

De là le découpage des œuvres de Marx proposé par Althusser. Découpage par identification de différentes problématiques (de 1841 à 1843, problématique idéaliste et feuerbachienne ; en 1844, problématique communiste utopique ; dès 1847, problématique marxiste effective). Découpage tendanciel, surtout : il ne sépare pas des blocs étanches, mais des problématiques dominantes, articulées chaque fois à d'autres p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences en sociologie, U.F.R. de sciences sociales à l'université de Paris-V, président de l'association Pratiques sociales
  • : professeur de philosophie

Classification


Autres références

«  ALTHUSSER LOUIS (1918-1990)  » est également traité dans :

BALIBAR ÉTIENNE (1942- )

  • Écrit par 
  • Patrice MANIGLIER
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Étienne Balibar est une des plus grandes figures internationales de ce qu'on a parfois appelé « post-marxisme ». Après avoir connu très tôt la notoriété par sa contribution à l'ouvrage dirigé par Louis Althusser Lire le Capital (1965), qui permit à toute une génération d'apprendre à concilier la référence politique au marxisme avec la modernité intellectuelle alors incarnée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-balibar/#i_1847

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sociologie et psychanalyse de la littérature »  : […] Taine rapportait l'individu à ses conditions sociales. Ce sera le principe du tout-venant de la critique marxiste, faisant de la littérature et de l'art un reflet de la situation économique, de la superstructure un décalque de l'infrastructure. De György Lukács à Lucien Goldmann, cette doctrine est devenue plus complexe, dès lors qu'elle a vu les sujets de la création dans les groupes et non plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_1847

DIALECTIQUE

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 039 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Marx et le renversement »  : […] « Dans son principe, ma méthode dialectique est non seulement distincte de la méthode hégélienne, mais bien son contraire direct. Pour Hegel, le processus de la pensée, qu'il va, sous le nom d'Idée, jusqu'à transformer en sujet autonome, est le démiurge du réel qui n'en représente que le phénomène extérieur. Chez moi, au contraire, l'idéal n'est rien d'autre que le matériel transposé et traduit da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialectique/#i_1847

IDÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Joseph GABEL
  •  • 6 770 mots

Dans le chapitre « Quelques textes »  : […] « L'idéologie est un processus que le soi-disant penseur accomplit sans doute consciemment, mais avec une conscience fausse . Les forces motrices véritables qui le mettent en mouvement lui restent inconnues, sinon ce ne serait point un processus idéologique. Aussi s'imagine-t-il des forces motrices fausses ou apparentes. Du fait que c'est un processus intellectuel, il en dédu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ideologie/#i_1847

IMMÉDIAT

  • Écrit par 
  • Dominique LECOURT
  •  • 3 909 mots

Dans le chapitre « Le sensualisme »  : […] L'exemple cartésien est donc très instructif : l'immédiat joue dans cette théorie de la connaissance le rôle de modèle , de point ultime et de condition de possibilité  ; mais, en même temps qu'elle en reconnaît le privilège, elle avoue les limites de l'immédiat par le recours constant qu'elle suppose à un médiateur transcendant, g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immediat/#i_1847

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le modèle du système sans sujet »  : […] Si la langue est un système sans « sujet », il faut remettre en question le primat du sujet que la philosophie occidentale affirme depuis Descartes, Kant et Fichte et que la phénoménologie husserlienne a réactivé sous le signe de la conscience intentionnelle, de la réduction et de la constitution. Loin de constituer le sens, le sujet est lui-même institué par le langage. Comme la société, l'homme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_1847

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 471 mots

Dans le chapitre « L'identification »  : […] C'est en étudiant l' hystérie, on le sait, que Freud a pu discerner les pouvoirs de l'inconscient, en particulier sur le corps. Or l'un des mécanismes les plus marquants de l'hystérie, l'identification, est propre à faire apparaître le lien spécifique entre le moi et le réel extérieur, et à révéler en quoi ce lien est différent de celui que pose la philosophie classique. Une femme hystérique s'id […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moi/#i_1847

SOCIABILITÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 3 847 mots

Dans le chapitre « Le Nous »  : […] Dans ce jeu où le sociologue voit s'opposer individu et société, réel et irréel, infrastructure et superstructure, la nature du Nous semble indiscernable. La distinction de l'infrastructure et de la superstructure notamment ne tient pas compte du fait qu'il n'y a de réel social que par l'inscription dans le champ des significations. Or, l'on sait que, d'une certaine façon, le social renvoie à un N […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociabilite/#i_1847

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le sujet en question »  : […] Ce privilège accordé au symbolique conduit à la reprise critique du thème du transcendantal issu de Kant et de Husserl, à travers la mise en cause du sujet. Ce que les philosophes croient pouvoir reconnaître à travers la mutation des sciences humaines depuis le début du siècle, c'est la possibilité – apparue indépendamment du pouvoir d'auto-imposition traditionnel de la philosophie – de poser à no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_1847

Voir aussi

Pour citer l’article

Saül KARSZ, François MATHERON, « ALTHUSSER LOUIS - (1918-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-althusser/