LOTTO LORENZO (1480 env.-env. 1556)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un indépendant

Né certainement à Venise, issu probablement d'une famille bergamasque, Lorenzo Lotto s'est formé on ne sait où ni comment. Dès sa jeunesse, il commença une existence gyrovague ; vers 1495 déjà, il avait dû aller dans les Marches, où plus tard il travailla beaucoup ; on a supposé que son père était un négociant qui l'aurait mis en relation avec sa clientèle dans ce territoire privilégié de son activité. En 1503 il est à Trévise et en 1506 à Recanati (dans les Marches). On le retrouve à Trévise en 1506. En 1509 se situe le début d'un séjour à Rome, où il travaille plusieurs années aux chambres vaticanes. Le voici de retour dans les Marches en 1512, à Jesi et à Recanati. De 1513 à 1526, il est établi à Bergame et c'est la plus longue période de stabilité de cet homme itinérant, bien que pendant ce séjour il ait fait encore plusieurs voyages dans les Marches. Berenson a remarqué qu'il paraît y avoir eu quelque accord intime entre l'artiste et ce peuple de Bergame qui, selon des relations contemporaines, aurait été disposé au caprice et à l'humour. Après 1526, on a peine à suivre Lotto dans ses déplacements. Cette année même, il est à Venise et à Bergame, en 1527 de retour à Venise, en 1530 ou 1531 à Jesi, en 1532 à Trévise, en 1535 à Jesi, en 1538 à Ancône. C'est cette année-là qu'il ouvre un livre de comptes qui donne de précieux renseignements sur la fin de sa vie. En 1540 il est à Venise, en 1542 à Trévise, en 1545 à nouveau à Venise, en 1549 à Ancône où il réside jusqu'à 1552. Son livre de comptes porte des réflexions morales et révèle un homme passionné d'introspection : il se plaint d'être mal payé et paraît avoir eu des rapports difficiles avec ses amis, ses clients, ses aides enfin, qui ne restaient pas longtemps dans son atelier et qui souvent le volaient : Lotto ne faisait jamais ses prix lui-même et s'en remettait au commanditaire. Cependant, il ne faudrait pas voir en lui un caractériel quelque peu atrabilaire comme Pontormo ; on sait par l'Arétin que sa nature était pleine de bonté. Solitaire (ses testaments révèlent qu'il resta célibataire), il vécut pauvre malgré son travail et ses talents, toujours endetté, payant sa subsistance avec des tableaux, parfois recueilli par des couvents ou des amis. À Ancône, il dut organiser avec ses œuvres une loterie qui eut peu de succès. Vieux et indigent, il obtint en 1554 d'être accueilli comme oblat à la Santa Casa de Lorete, où il mourut.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Vénus et Cupidon, L. Lotto

Vénus et Cupidon, L. Lotto
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

La Vierge à l'Enfant avec saint Jérôme, saint Pierre, sainte Claire (?) et saint François, L. Lotto

La Vierge à l'Enfant avec saint Jérôme, saint Pierre, sainte Claire (?) et saint François, L. Lotto
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Double Portrait d'un homme et de sa femme, L. Lotto

Double Portrait d'un homme et de sa femme, L. Lotto
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Portrait d'une dame avec une image de Lucrèce, L. Lotto

Portrait d'une dame avec une image de Lucrèce, L. Lotto
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservateur en chef au musée du Louvre, ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  LOTTO LORENZO (1480 env.-env. 1556)  » est également traité dans :

LORENZO LOTTO, 1480-1557 (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 485 mots

Après Georges de La Tour, c'est Lorenzo Lotto, autre « reconquête » de l'histoire de l'art, qui a été mis a l'honneur à Paris au Grand Palais, d'octobre 1998 à janvier 1999, dans une rétrospective qui fut d'abord présentée à la National Gallery of Art de Washington puis à l'Accademia Carrara de Bergame. Conçue par David Alan Brown, cette exposition iti […] Lire la suite

CARAVAGE (vers 1571-1610)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE, 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 801 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les œuvres de jeunesse »  : […] Michelangelo Merisi ou Merighi dit il Caravaggio est originaire de Caravaggio en Lombardie. On pense aujourd'hui que Caravage est né vers 1571. Les débuts du peintre sont mystérieux. Quelle a été sa formation entre 1584 environ et 1590-1591 ? Quelles œuvres d'art a-t-il vues ? Quelles villes a-t-il traversées avant d'arriver à Rome ? Bien que Caravage ait souvent déclaré qu'il ne devait rien à per […] Lire la suite

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 205 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Venise »  : […] On a longtemps exclu Venise de la « crise maniériste ». Les historiens (comme Nicco Fasola, Coletti, Palluchini) ont, à juste titre, protesté contre cette exclusion dans les années 1940. En fait les traces de maniérisme sont rares avant 1530 : toutefois Pordenone annonce ce courant, ainsi que l'étrange Lorenzo Lotto (env. 1480-1556), qui y fut peut-être amené autant par son tempérament, qui le po […] Lire la suite

PALMA LE VIEUX JACOPO NEGRETTI dit (1480 env.-1528)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 753 mots

Les documents sur Palma le Vieux sont rares : il est cité à Venise en 1510 seulement, la première commande dont on garde la trace est de 1520 et elle concerne une œuvre perdue, Le Mariage de la Vierge , peinte pour Sant'Antonio di Castello. Pourtant, malgré les divergences de la critique sur le nom de ses premiers maîtres ou sur la paternité de plusieurs œuvres importantes (attribuées, selon les c […] Lire la suite

Pour citer l’article

Germain BAZIN, « LOTTO LORENZO (1480 env.-env. 1556) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lorenzo-lotto/