GHIBERTI LORENZO (1378 ou 1381-1455)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le concours de 1401

Le baptistère San Giovanni de la cathédrale Santa Maria del Fiore, construit au début du xiie siècle selon un plan octogonal évoquant celui du Latran à Rome dans lequel l'empereur Constantin avait été baptisé, était considéré par les Florentins comme le seul bâtiment de la ville inspiré des modèles de la Rome antique. Depuis la fin du Moyen Âge, l'Arte di Calimala, une corporation de riches marchands, en assumait les travaux d'entretien et de décoration. En 1329, elle avait commandé à Andrea Pisano une série de panneaux de bronze pour décorer l'une des portes du monument. En 1401, elle décide de faire décorer une deuxième porte, mais à l'issue d'un concours, selon une procédure courante à l'époque. Plusieurs artistes y participèrent, qui devinrent célèbres comme Filippo Brunelleschi ou Jacopo della Quercia. On leur demanda de réaliser un essai sur le thème du sacrifice d'Isaac en suivant un schéma iconographique prédéterminé (un paysage minéral avec un jeune garçon nu à l'Antique avec Abraham sur sa droite, un ange placé dans un des lobes supérieurs, deux domestiques et un âne) et une forme qui suivait exactement celle des panneaux polylobés réalisés soixante-dix ans plus tôt par Andrea Pisano. Le jury préféra la proposition de Ghiberti, car elle associait le nouvel intérêt pour une iconographie à l'Antique à un schéma narratif traditionnel propre à séduire un public plus conservateur. Cet ensemble illustrant les histoires du Nouveau Testament, et dont la réalisation s'acheva en 1424, est actuellement placé à la porte nord du baptistère.

Le Sacrifice d'Isaac, L. Ghiberti

Le Sacrifice d'Isaac, L. Ghiberti

Photographie

Lorenzo Ghiberti, Le Sacrifice d'Isaac, 1401. Bronze partiellement doré, 45 cm × 38 cm. Musée du Bargello, Florence, Italie. Ce panneau fut présenté au concours pour la seconde porte du baptistère de Florence, en 1401. 

Crédits : L. Mennonna, courtesy of Italian Ministry for Cultural Heritage and Activities

Afficher

L'Histoire de Noé, L. Ghiberti

L'Histoire de Noé, L. Ghiberti

Photographie

Lorenzo Ghiberti (1378 ou 1381-1455), L'Histoire de Noé, panneau de bronze. Baptistère de Florence, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Le Sacrifice d'Isaac, L. Ghiberti

Le Sacrifice d'Isaac, L. Ghiberti
Crédits : L. Mennonna, courtesy of Italian Ministry for Cultural Heritage and Activities

photographie

L'Histoire de Noé, L. Ghiberti

L'Histoire de Noé, L. Ghiberti
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Saint Jean-Baptiste de Lorenzo Ghiberti

Saint Jean-Baptiste de Lorenzo Ghiberti
Crédits : Bridgeman Images

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  GHIBERTI LORENZO (1378 ou 1381-1455)  » est également traité dans :

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Dans le chapitre « Faux antiques »  : […] Dans l'Antiquité, le faux est apparu tout d'abord, sans intention dolosive, sous la forme de copies des originaux célèbres de la sculpture grecque classique que les princes hellénistiques, puis les patriciens romains, recherchaient pour orner leurs palais. Mais nous savons par Pline l'Ancien et Vitruve que, rapidement, des répliques revêtues de fausses signatures, de Phidias, Praxitèle, Polyclète, […] Lire la suite

BRUNELLESCHI FILIPPO (1377-1446)

  • Écrit par 
  • Gian-Carlo ARGAN
  •  • 2 145 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Sculpteur puis architecte »  : […] Élève de l'orfèvre Lunardo, à Florence, Brunelleschi débuta comme sculpteur. En 1401, il participa au concours pour la seconde porte du baptistère de Florence, en réalisant un relief représentant le sacrifice d'Isaac ; jugé ex aequo avec Lorenzo Ghiberti, il renonça à la sculpture. Un voyage à Rome, probablement entre 1404 et 1409, et l'étude des monuments antiques l'orientèrent vers l'architectu […] Lire la suite

KRAUTHEIMER RICHARD (1897-1994)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT, 
  • Catherine METZGER
  •  • 1 152 mots

De son propre aveu, Richard Krautheimer ne manifesta pas pour l'histoire de l'art un intérêt précoce : lorsque, à la fin de la Première Guerre mondiale, il reprit, âgé de vingt et un ans, ses études supérieures, il s'orienta vers le droit. Mais, à l'université de Munich, l'enseignement de Heinrich Wölfflin (1864-1945), exerça sur lui une influence décisive, et, à Berlin, enfin, il apprit de Paul […] Lire la suite

LE PRINTEMPS DE LA RENAISSANCE. LA SCULPTURE ET LES ARTS À FLORENCE 1400-1460 (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 033 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un nouvel espace mental »  : […] S’il est évident que, au Quattrocento (le xv e  siècle italien), les peintres occupent une place centrale dans la création artistique, la sculpture non seulement n’est pas en reste pour le génie et l’invention, mais s’est même située souvent en avant-garde. Pour donner une date au début de la Renaissance, on pense généralement à la fresque de L a Trinité (vers 1427), de Masaccio, à Santa Maria No […] Lire la suite

LE STYLE RUSTIQUE (E. Kris)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 016 mots

Ernst Kris (1900-1957) est un des historiens les plus fascinants de l'« école viennoise » en histoire de l'art. Élève de Julius von Schlosser, Kris est nommé, à vingt ans, conservateur du département de sculptures et d'arts appliqués du musée de Vienne. Historien de l'art profondément original, dont les intuitions furent toujours servies par une parfaite érudition autant que par une connaissance a […] Lire la suite

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 553 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Artistes voyageurs »  : […] Les grands chantiers dont se couvre la Toscane, en même temps qu'ils visent à créer des œuvres glorifiant la forte personnalité des centres municipaux – à Sienne, la cathédrale ne fut jamais achevée –, ont pour conséquence première les voyages constants des artistes attirés par les commandes : le dialogue, ainsi, dépasse souvent les collines toscanes. Giotto avait séjourné à Rome, à Assise, à Pado […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pascal DUBOURG-GLATIGNY, « GHIBERTI LORENZO (1378 ou 1381-1455) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lorenzo-ghiberti/