LOISIRS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La marche incertaine vers la société des loisirs

La progression du temps libre procède de la combinaison de trois processus historiques qui ont contribué à imposer l'idée d'une marche inéluctable vers la société des loisirs. L'industrialisation, tout d'abord, qui favorise une rationalisation des usages du temps, fondée sur une plus grande séparation des temps sociaux, là où les formes proto-industrielles d'organisation de la production reposaient sur une certaine confusion de l'espace domestique et de l'espace du travail ; l'urbanisation, qui favorise le développement de l'industrie de la culture de masse et du divertissement ; la démocratisation de l'accès aux loisirs, qui voit les classes populaires urbaines (ouvriers et employés) accéder à des distractions d'abord réservées aux élites, dans les domaines du sport, de la culture ou des vacances, notamment.

La montée du temps libre

Un certain nombre d'idées reçues entourent l'approche historique du temps libre. L'idée, tout d'abord, que la libération du temps serait une conquête intrinsèque des temps industriels. Pourtant, l'étude des sociétés archaïques nous enseigne que le temps libre y régnait en maître et que la contrainte du travail procède du raffinement des besoins de l'homme dans les sociétés modernes. Plus près de nous, l'histoire de la France rurale nous enseigne que les campagnes ont toujours été le théâtre de fêtes et de divertissements nombreux.

Le temps des loisirs traditionnels demeure toutefois étroitement imbriqué dans les autres temps sociaux (calendrier des activités agricoles et des événements religieux). Il est aussi presque exclusivement dédié à des activités de nature collectives, dans lesquelles la solidarité du groupe trouve à s'éprouver et à se renforcer. Ce qui est contemporain de la révolution industrielle, c'est ainsi l'individualisation du temps libre, la sophistication et la diversification de ses usages.

À un siècle d'intervalle, l'histoire du temps libre a connu deux grandes ruptures, selon Alain Corbin. Dans les années 1850, tout d'abord, à la faveur de la révolution industrielle et notamment de la révolution des transports, qui associe durablement loisir et voyage, temps libre et tourisme. C'est aussi la période qui voit naître l'industrie du divertissement citadin, du music-hall, des grands parcs et jardins. La seconde rupture intervient à la Libération, avec, en France, la naissance et la généralisation des congés payés et le développement d'un marché des loisirs et de la culture de masse.

Une seconde idée reçue accompagne l'histoire du temps libre, qui associe prioritairement la montée du temps libre à une conquête du mouvement ouvrier. Celle-ci procède cependant avant tout des gains de productivité associés à la modernisation de l'économie. Et, si la réglementation et la réduction du temps de travail figurent parmi les revendications ouvrières depuis les années 1830 dans la plupart des nations industrielles, elle n'y ont pas toujours occupé une place prépondérante, comme le rappelle Michelle Perrot dans Les Ouvriers en grève (1974). Accueillie favorablement du point de vue de l'amélioration des conditions de vie du travailleur et de sa famille, la diminution du temps de travail peut entrer en contradiction avec la priorité donnée aux revendications salariales. Cette controverse réapparaît à l'époque contemporaine au sujet des politiques de réduction du temps de travail, en France notamment, à la fin des années 1990, à l'occasion du passage aux 35 heures. Ainsi, la conquête du temps libre ne constitue qu'une des modalités possibles du partage des fruits de la croissance, objet de luttes et de compromis, et qui ne s'impose pas spontanément comme une conséquence mécanique du progrès technique.

Deux conceptions opposées

Au fil de l'histoire, la progression du temps libre et le développement des loisirs ont été portées par des motivations de nature différente. La naissance des loisirs modernes est sans doute indissociable de ce point de vue de l'affaiblissement des motifs d'ordre religieux ou communautaires et de la montée concomitante de justifications fondées sur le bien-être et l'épanouissement personnel. Au xviiie siècle, les motivations sanitaires et thérapeutiques deviennent peu à peu dominantes dans l'organisation des loisirs de l'aristocratie britannique, phénomène souligné par Roy Porter. Cette individualisation du temps libre affecte aussi les catégories populaires. Dans les campagnes, au cours du xixe siècle, la fréquentation solitaire des débits de boisson ou des bals supplante les veillées et les foires. Le loisir devient consommation.

Danse à la campagne, A. Renoir

Photographie : Danse à la campagne, A. Renoir

Auguste Renoir, «Danse à la campagne», 1883. Huile sur toile, 180 cm × 90 cm. Musée d'Orsay, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Le temps du loisir est aussi celui de la satisfaction des curiosités, de l'abandon aux plaisirs intellectuels, ou bien encore le culte du corps qui se réalise dans la performance sportive. Mais il est aussi, beaucoup plus banalement, celui de la récupération, de la reconstitution de la force de travail. D'où l'idée que le repos accordé aux travailleurs puisse être gage d'une meilleure efficacité du temps de travail.

Diverses conceptions du loisir s'affrontent dans ces orientations concurrentes. Classiquement, celle du loisir comme otium – héritée des Romains, qui l'opposaient à negotium –, d'une part, associe loisir et disponibilité, et n'est donc pas nécessairement synonyme de non-travail, comme le souligne Adeline Daumard, dans l'analyse qu'elle livre de l'ambiguïté du rapport au temps libre dans les classes supérieures au xixe siècle ; celle du loisir comme recreatio, d'autre part, synonyme de repos et de divertissement. Mais ces deux conceptions du loisir ne sont pas socialement neutres. Dans la société du xixe siècle, la première, qui se définit par la disponibilité des usages du temps au profit d'activités volontaires, honorifiques et désintéressées, est fondamentalement le privilège des élites (commerçants, médecins, avocats, professeurs, etc.). Il n'est pas certain toutefois que ce clivage demeure pertinent dans la société contemporaine, où s'opère insensiblement un glissement du loisir-disponibilités aux loisirs-distractions, et où des activités jadis exercées sur le mode de l'otium sont progressivement assimilées au travail (on pense notamment au travail intellectuel). De sorte que l'on peut se demander, avec Adeline Daumard, si l'opposition n'est pas « moins entre travail et loisir, activité et oisiveté, qu'entre stérilité et création, satisfaction de la tâche accomplie et amertume quand l'effort paraît vain ».

L'opposition otium/recreatio est aussi au principe de toutes les entreprises d'encadrement des loisirs populaires, « poisons pires que l'alcool » s'ils étaient laissés au libre- [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Danse à la campagne, A. Renoir

Danse à la campagne, A. Renoir
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Michael Jordan

Michael Jordan
Crédits : Dimitri Iundt/ Corbis/ VCG/ Getty Images

photographie

Jardinage

Jardinage
Crédits : Ljubaphoto/ E+/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., Observatoire sociologie du changement, Fondation nationale des sciences politiques

Classification

Autres références

«  LOISIRS  » est également traité dans :

CONSOMMATION - Dépenses de consommation

  • Écrit par 
  • Nicolas HERPIN, 
  • Daniel VERGER
  •  • 5 716 mots

Dans le chapitre « Le contexte culturel du pays »  : […] L'examen de la structure budgétaire moyenne fait apparaître des différences entre pays dont le niveau de vie est identique. Au Royaume-Uni, par exemple, les dépenses de loisir occupent une part budgétaire plus élevée qu'en France. Corrélativement, les dépenses de santé sont relativement plus faibles dans le premier pays que dans le second. Le revenu seul ne suffit donc pas pour comprendre les spéc […] Lire la suite

CORBIN ALAIN (1936- )

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 131 mots

Dans le chapitre « L’imaginaire social »  : […] L'étude des Limousins le conduit à celle de la prostitution ( Les Filles de noces , Aubier, 1978). Il ne se contente pas de fournir des chiffres, il esquisse une histoire de l'imaginaire. Si le paysan, l'étranger, la prostituée sont pour le Parisien ceux qui sentent fort et mauvais, on comprend la transition des Limousins et des filles de noces aux odeurs. Le Miasme et la Jon quille (Aubier, 1982 […] Lire la suite

CRIMINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques LÉAUTÉ
  •  • 8 832 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Extension des loisirs non organisés »  : […] L'extension des loisirs, caractéristique de la société moderne, a conféré au problème de l'emploi du temps des périodes non productives de la vie humaine une importance criminologique nouvelle, sensible pour les adultes, et, plus encore, pour les jeunes délinquants. Dès les années cinquante, les criminologues américains S. et E.  Glueck, dans leur comparaison de 500 jeunes délinquants et de 500 j […] Lire la suite

FOURIÉRISME

  • Écrit par 
  • Simone DEBOUT-OLESZKIEWICZ
  •  • 4 168 mots

Dans le chapitre « Les voies du bonheur »  : […] Le rêveur naïf crée un monde de fantaisie, dit-on, et les joyeux parcours des « cerisistes » ou des « dames fleuristes, cultivant les mauves et les dahlias » auprès des « jouvencelles fraisistes » dans les clairières ou les champs d'Harmonie, peuvent tout juste inspirer une théorie des loisirs. Or, pour Fourier, il s'agissait d'unir activités utiles et plaisirs, de telle sorte que la distinction […] Lire la suite

HANDISPORT

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 7 668 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La pratique de loisir et la santé »  : […] La haute compétition est l'aspect le plus spectaculaire et le mieux connu du handisport. Pourtant, comme pour le sport chez les valides, il ne s'agit que de la partie émergée de l'iceberg : la pratique handisport de loisir concerne en effet des millions d'anonymes pour qui faire du sport procède d'une démarche individuelle destinée à améliorer la forme physique, à prendre tout simplement du plais […] Lire la suite

INSTITUTIONNALISME, économie

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques GISLAIN
  •  • 1 683 mots

Dans le chapitre « L'approche évolutionnaire de l'institution »  : […] En rupture avec la vision orthodoxe de l'économie, la notion d'institution est comprise comme une construction sociale des actions économiques individuelles. Dans cette optique, Thorstein B. Veblen (1857-1929) appelle institution une habitude mentale spécifique, une façon particulière de penser et d'agir dans le domaine économique, tandis que John R. Commons (1862-1945) la définit comme l'action […] Lire la suite

JEU - Ethnologie du jeu

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 9 576 mots

Dans le chapitre « Les loisirs des adultes »  : […] Le deuxième aspect du jeu qui attire l'attention du sociologue est relatif au loisir. Le groupe de loisir diffère du groupe de jeu en ceci qu'il est centré non sur les enfants mais sur les classes d'âge adultes. Les deux ont en commun, d'une part, d'intéresser le sociologue, sous un jour pragmatique, et, de l'autre, d'être liés aux sociétés industrielles. En effet, plus qu'aucun autre aspect du j […] Lire la suite

LAGRANGE LÉO (1900-1940)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 363 mots

La semaine de quarante heures est votée en juin 1936, et l'éducation populaire sous toutes ses formes de loisirs et de culture va connaître un nouvel essor : le 4 juin 1936, Léon Blum appelle Léo Lagrange au sous-secrétariat des Loisirs et des Sports ; il conservera ce poste jusqu'à la chute du cabinet, puis dans le ministère Chautemps avec celui de l'Éducation physique et encore dans le deuxième […] Lire la suite

LECTURE

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Martine POULAIN
  •  • 10 498 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les premiers sondages »  : […] Ce type d'enquête , se répand dans les années 1930 aux États-Unis. La crise a, selon plusieurs analyses, dirigé des millions d'Américains vers leurs bibliothèques et, par là même, mis l'accent sur nombre d'inégalités dans l'offre de lecture. Inégalités qui sont alors moins souvent pensées en termes sociaux qu'en termes géographiques. On met en avant les disparités qui existent entre États, entre […] Lire la suite

MOTO

  • Écrit par 
  • Simon PALATCHI
  •  • 3 577 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le motard »  : […] Initialement, le terme « motard » fait référence aux motocyclistes de la police, de la gendarmerie et des douanes. Le terme exact est motocycliste, bien que motard recouvre désormais, par extension, tous les conducteurs de moto. Chevalier des temps modernes (Pierre-William Glenn a intitulé en 1974 son film sur le monde de la moto Le Cheval de fer ), le motard est un passionné. Bien plus que l'auto […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-23 décembre 2020 Suisse. Imposition de mesures fédérales contre la Covid-19.

loisirs à partir du 22. Les cantons romands, moins touchés, peuvent toutefois décider d’assouplir ces mesures. Le 19, l’autorité indépendante de régulation sanitaire Swissmedic autorise la mise sur le marché du vaccin de Pfizer et BioNTech contre la Covid-19. Le 23, la campagne de vaccination débute dans le pays. […] Lire la suite

7-21 novembre 2019 France. Abandon du projet EuropaCity à Gonesse.

loisirs et de commerces qui devait être bâti à Gonesse (Val-d’Oise) sur quatre-vingts hectares de terres céréalières. Le projet, qui s’inscrit dans le cadre de l’aménagement du Triangle de Gonesse, était activement contesté depuis des années. L’Élysée confie à Francis Rol-Tanguy, ancien directeur de l’Atelier parisien d’urbanisme, la mission de travailler […] Lire la suite

7 septembre 1999 États-Unis. Fusion de Viacom et de C.B.S.

loisirs audiovisuels. L'opération doit permettre à C.B.S. de contrôler 55 p. 100 de la nouvelle entité. Le nouveau groupe doit constituer le numéro deux mondial du secteur, derrière Walt Disney. Il représente une capitalisation boursière de 80 milliards de dollars et un chiffre d'affaires cumulé de 18,9 milliards de dollars. Cette fusion illustre la […] Lire la suite

9-29 juillet 1998 France. Adoption du projet de loi sur les exclusions

loisirs. Il réforme également la loi de décembre 1989 sur le surendettement. Ces différentes mesures doivent faire l'objet de textes de loi particuliers. Le 29, le Conseil constitutionnel censure deux dispositions de la loi d'orientation relatives à l'accès au logement qu'il estime contraires au droit de propriété. Il annule l'obligation, pour un créancier […] Lire la suite

24 mars 1987 France – États-Unis. Signature du contrat Eurodisneyland

loisirs, Eurodisneyland, à Marne-la-Vallée. Intervenant après de longues et difficiles négociations, cette signature est qualifiée par le Premier ministre d'« importance européenne ». Le parc prévu – le premier d'Europe – devrait, selon ses promoteurs, recevoir dix millions de visiteurs par an, rapporter six milliards de devises et créer 30 000 emplois […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe COULANGEON, « LOISIRS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/loisirs/