LOI, physique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les limites de la loi

Aussi ne faut-il pas s'étonner que la formulation de lois ait constitué, du xviie au xixe siècle, la forme canonique d'énonciation des découvertes scientifiques, en tout cas en physique. Longtemps, les lois porteront le nom de leur premier énonciateur – lois de Kepler, de Snell-Descartes, de Newton, de Boyle-Mariotte, de Lambert, de Coulomb, etc. Par-delà la personnalisation du travail scientifique, on peut voir dans cette individualisation une conception démiurgique de la science, où le découvreur s'identifie au créateur, ou tout au moins se révèle son intercesseur : si la loi de Dieu s'appelle aussi loi de Moïse, la loi de la Nature peut bien s'appeler loi de Newton. La laïcisation de l'idéologie dominante comme la démocratisation du pouvoir politique affaibliront l'importance de la notion de loi dans la pratique scientifique. La dénomination des lois, au cours du xixe siècle, se fera d'abord plus abstraite : on parlera de la loi des grands nombres, des lois de la thermodynamique, de l'électromagnétisme, de l'évolution même. Par ailleurs, certaines lois conçues initialement comme fondamentales se révéleront approximatives et de validité limitée. C'est le cas de la loi d'Ohm qui affirme la proportionnalité entre la tension électrique aux bornes d'une résistance et le courant qui la traverse, mais qui ne vaut que pour des conducteurs particuliers ; de même, la loi des gaz parfaits ne vaut qu'approximativement pour des gaz réels et doit être remplacée par des expressions plus compliquées. Le caractère finalement phénoménologique de ces lois infirme leur appellation même.

Mais la critique essentielle que l'on peut adresser à la notion de loi est qu'elle ne donne qu'une idée trop limitée de la structure théorique de la physique. Dans la mesure où une loi énonce une relation particulière entre certaines grandeurs physiques, l'insistance mise sur cet énoncé tend à masquer l'existence d'aut [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LOI, physique  » est également traité dans :

CONSTANTE, physique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 541 mots

La physique est riche d'un certain nombre de « constantes fondamentales » dont la valeur numérique est essentielle à ses calculs : accélération de la pesanteur, vitesse de la lumière, charge de l'électron, etc. L'existence même de telles constantes exprime la spécificité de la physique, science mathématisée qui fait un usage constitutif du nombre pour caractériser ses objets, mais aussi pour expr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constante-physique/#i_41511

MULTIVERS

  • Écrit par 
  • Aurélien BARRAU
  •  • 2 095 mots

Dans le chapitre « Manières de faire des mondes : un multivers gigogne »  : […] Curieusement, la plupart des théories aujourd'hui utilisées en cosmologie conduisent, d'une manière ou d'une autre, à l'existence de mondes multiples. La relativité générale, description relativiste de la gravitation, joue un rôle central dans la compréhension globale de l'Univers. Elle conduit à penser une géométrie dynamique dont l'évolution est dictée par les corps qui s'y meuvent. Plus profon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/multivers/#i_41511

PHYSIQUE - Les fondements et les méthodes

  • Écrit par 
  • Roland OMNÈS
  •  • 10 729 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une science exacte »  : […] La physique est l'archétype de la science exacte. Il faut voir là une hypothèse fondamentale, qui peut être énoncée de la manière suivante : les phénomènes naturels obéissent à des lois fixes. Plus précisément, il apparaît que la réalité peut être décrite, et ses processus prédits à l'aide de représentations mathématiques . De telles représentations sont constituées par un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-les-fondements-et-les-methodes/#i_41511

SYMÉTRIES, physique

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 5 990 mots

Dans le chapitre «  Les symétries de jauge »  : […] On a vu que la conservation de l'énergie s'exprime comme la conséquence de l'invariance des lois physiques dans le temps ; autrement dit, puisque le fait de changer la définition du calendrier ne modifie en rien les forces subies et les trajectoires suivies par des objets, il existe une quantité conservée qu'on appelle énergie du système. Si les professeurs de physique insistent sur cette loi de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symetries-physique/#i_41511

Pour citer l’article

Jean-Marc LÉVY-LEBLOND, « LOI, physique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-physique/