LOGIQUE INDIENNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le syllogisme en cinq parties

Mais, dans un cas comme dans l'autre, il est essentiel qu'on puisse par inférence passer de ce qui est perçu à ce qui n'est ou ne peut pas être perçu. Ce passage est assuré par une théorie de l'inférence qui a reçu dans le Nyāya sa forme classique, celle d'un syllogisme en cinq parties (pañcāvayava vākya, littéralement : phrase à cinq parties), qui sert aussi de point de référence aux autres darśana lorsqu'ils pratiquent le raisonnement logique ou l'étudient. À la suite des critiques formulées par les logiciens bouddhistes Dignāga et Dharmakīrti, la forme en cinq parties a vu son application réduite aux cas appelés >inférences faites pour autrui< (parārthānumāna) ; dans le cas des >inférences pour soi-même< (svārthānumāna), seuls les trois premiers ou les trois derniers membres sont nécessaires et, en outre, doivent être traités seulement comme des complexes pensés composés de termes et qui n'ont pas besoin d'être articulés en énoncés comme c'était le cas de la forme en cinq parties. Le paradigme est le suivant :

La montagne est l'objet de connaissance perçue (pakṣa, littéralement « aile » ; à l'origine, lieu où une thèse est avancée au cours d'une controverse ; puis pakṣa et pratipakṣa ont pris le sens de « thèse et antithèse » ; ici il s'agit simplement de l'endroit où se produit l'inférence) ; la fumée est le signe perçu (liṅga) utilisé comme raison (c'est pourquoi le mot est à l'ablatif), et le feu est la conséquence non perçue (sādhya : à l'origine l'ensemble de la proposition à prouver ; s'était employé comme pakṣa à désigner la thèse). Bien entendu, la validité du raisonnement dépend de la relation d'implication qui unit raison et conséquence, relation qui à l'origine n'avait été perçue que sur le mode paradigmatique, à travers exemple et contre-exemple. Après que les œuvres critiques de Dignāga et de Dharmakīrti eurent rendu plus clair le caractère général de l'implication, qui dans l'exemple « partout où [il y a] fumée, là [il y a] du feu » a été tr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : docteur en philosophie, professeur de philosophie

Classification


Autres références

«  LOGIQUE INDIENNE  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Dans le chapitre « Les traités du Mahāyāna »  : […] L'ouvrage fondamental de Nāgārjuna est le Madhyamaka - śāstra , « Traité du Madhyamaka », exposé en vers, bref mais complet, de la doctrine du grand penseur. Il nous est parvenu en sanskrit et en traduction chinoise et tibétaine, alors que le court commentaire qu'en avait rédigé Nāgārjuna lui-même, intitulé Akutobhayā , n'existe plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-litteratures-et-ecoles-bouddhiques/#i_94364

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « École de logique bouddhique »  : […] À la dialectique élaborée chez les Mādhyamika s'est adjointe une active spéculation de logique positive, parallèle à celle des milieux brahmaniques. Avec Dignāga, cette logique bouddhique s'est constituée en science autonome. Dignāga étudie spécialement la connaissance et discute ses modes. Vijñānavādin, il soutient que l'objet de la connaissance est intérieur, aucun objet extérieur n'existant. I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_94364

CANDRAKĪRTI (fin VIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 562 mots

Un des plus grands maîtres de l'école mādhyamaka. Candrakīrti serait né au Samanta, dans le sud de l'Inde. Élève de Kamalabuddhi, il découvre par lui les œuvres de Nāgārjuna, de Buddhapālita et de Bhāvaviveka. Établi à Nālandā, il se trouva en concurrence avec Candragomin, de l'école yogācāra. Celui-ci devait l'emporter et devenir le chef de la grande université bouddhique. L'œuvre de Candrakīrti, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/candrakirti/#i_94364

DINNĀGA ou DIGNĀGA (VIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 153 mots

L'un des maîtres les plus importants de la logique bouddhique vivant au vi e  siècle. Dinnāga (on écrit aussi Dignāga) appartenait à l'école illustrée par Vasubhandu (de peu son aîné), qui tenait que les prétendues réalités du monde phénoménal ne sont, en fait, que des représentations ( vijñāna ) vides de substance (doctrine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dinnaga-dignaga/#i_94364

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « La grammaire »  : […] C'est dans la grammaire que l'on voit se manifester l'esprit scientifique de la façon la plus remarquable. Pāṇini n'est pas le premier grammairien indien. Il cite lui-même quelques prédécesseurs. Mais les ouvrages de ces derniers n'ont pas survécu. Il semble que, par ses qualités propres, celui de Pāṇini ait éclipsé tout ce qui l'a précédé. Il constitue le premier grand monument de l'histoire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-grammaire-et-langage-dans-l-inde-ancienne/#i_94364

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Nyāya »  : […] La logique est représentée en philosophie indienne par le Nyāya , nom du raisonnement type. Elle est la théorie de l'argumentation ( tarka ), des moyens valides de jugement et des erreurs. Elle est utilisée explicitement par tous les philosophes, savants et théoriciens des religions, mais elle a dans les darśana la forme d'un enseignement classique qui r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-doctrines-philosophiques-et-religieuses/#i_94364

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 263 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Logique et physique »  : […] La physique dans l'Inde classique se réduisait aux théories philosophiques de l'école du Vaiśeṣika sur la structure atomique des cinq éléments : terre-eau-feu-vent-éther, les atomes et la causalité. La littérature musicale contient une étude des harmoniques. Mais la physique ne semble pas s'être constituée comme science. Formulé au départ dans des textes distincts, le Vaiśeṣika […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-sciences/#i_94364

JINISME ou JAÏNISME

  • Écrit par 
  • Colette CAILLAT, 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 5 722 mots

Dans le chapitre « Logique, physique et cosmologie »  : […] Le chemin de la Délivrance est constitué par trois joyaux : la droite « connaissance » ( jñāna ), la droite « vue » ou « foi » ( darśana ) et la droite « conduite » ( cāritra ). C'est dans le canon, divisé en quatre grandes sections constituées chacune par un certain nombre de traités, et dans les commentaires de ce canon que se tro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jinisme-jainisme/#i_94364

NĀGĀRJUNA (150?-? 250)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 512 mots

Du plus célèbre philosophe bouddhiste, de Nāgārjuna , on ne sait rien de certain, pas même l'époque exacte où il vécut, et l'on est obligé de s'en tenir à ce que dit de lui la tradition. Celle-ci assure qu'il naquit dans le sud-est de l'Inde (Andhra Pradesh), donc en pays dravidien. Brahmane de naissance, il dut recevoir l'éducation traditionnelle d'un hindou de haute caste, ce dont témoigne sa pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nagarjuna/#i_94364

NYĀYA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 721 mots

L'un des darshanas de la tradition brahmanique, celui qui correspond à la logique. Cette tradition, en effet, répartit la matière des spéculations philosophiques visant à l'interpréter en six approches possibles, qu'elle nomme darshanas ( darśana ), c'est-à-dire « points de vue », « façons de voir les problèmes ». Il ne s'agit pas, par là, de mettre en doute les fondements de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nyaya/#i_94364

VAIŚEṢIKA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 691 mots

L'ensemble de la tradition hindoue est divisée en « systèmes » ( darśana ) qui sont, en fait, des « points de vue », des « façons de considérer le réel », et dont chacun tend à se spécialiser dans un certain domaine : le Védânta ( vedānta ), par exemple, se voue à l'exposé de la métaphysique ; le Yoga enseigne les moyens concrets d'atteindre au salut (la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaisesika/#i_94364

ZEN

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 18 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le pointillé épistémologique »  : […] La projection objectivante du moi inlassablement opérée par dévolution aux skandha d'une unité substantielle qui en serait le ciment, et dont la réflexion spéculaire représente un cas flagrant, est considérée par le Mahāyāna dans toutes les activités de la personne. La voie d'élection de cette projection est la perception, dont fait aussi partie intégrante la perception indi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zen/#i_94364

Voir aussi

Pour citer l’article

Kuno LORENZ, « LOGIQUE INDIENNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique-indienne/