OCCITANES LITTÉRATURES

COURTOISIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  • , Universalis
  •  • 5 087 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des troubadours aux trouvères »  : […] Telle fut la situation initiale. Mais, dès avant la fin du xii e  siècle, échanges et interférences se produisirent entre le Nord et le Midi. L'influence du premier sur le second resta, il est vrai, limitée : nous ne possédons qu'un très petit nombre de « romans » occitans (l'un d'eux est du reste un chef-d'œuvre du genre : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/courtoisie/#i_15996

FLAMENCA

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 315 mots

Roman anonyme occitan de 8 085 vers octosyllabes, incomplet en son début et en sa fin. Le roman de Flamenca fut composé probablement entre 1250 et 1270, dans l'entourage d'un grand seigneur occitan, le baron de Roquefeuil, dont le domaine était aux confins des actuels départements de l'Aveyron, de la Lozère, du Gard et de l'Hérault. Cette œuvre est le joyau de la littérature […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flamenca/#i_15996

GARROS PEY DE (1520?-1590)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 349 mots

D'une famille de la noblesse de robe qui, à la suite de près de deux siècles de charges municipales, accède, par certains de ses membres, à la noblesse d'épée, Pey de Garros, après des études au collège de Lectoure (Gers actuel), obtient un doctorat en droit à l'université de Toulouse. Vers 1560, considérant l'autonomie religieuse et « hérétique » de sa province comme une garantie d'indépendance p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pey-de-garros/#i_15996

GELU VICTOR (1806-1885)

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 156 mots

Boulanger marseillais, qui a connu, grâce à ses chansons écrites en provençal, une très grande célébrité dans sa ville natale. Poète véritablement populaire, au parler dru et aux images colorées, Gelu sait évoquer avec plus que du réalisme le Vieux-Port, ses truands et ses portefaix, ses travailleurs et ses gueux bavards et soliloqueurs. Ses chansons restent attachées aux traditions et aux mœurs d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-gelu/#i_15996

GUIRAUT DE BORNELH (1140 env.-1199)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 574 mots

Poète de langue d'oc dont l'activité littéraire s'étend de 1165 à 1199, Guiraut de Bornelh est salué par ses contemporains comme le « maître des troubadours ». « Il fut meilleur trouveur qu'aucun de ceux qui ont été avant lui et qui furent après lui », dit la Vida (œuvre célèbre concernant l'aventure des troubadours). Dante s'enthousiasme pour son œuvre et le qualifie de « p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guiraut-de-bornelh/#i_15996

GUIRAUT RIQUIER (1254-1292)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 539 mots

D'origine populaire, Guiraut Riquier gagne d'abord sa vie de poète de métier auprès du vicomte de Narbonne Amalric IV et des bourgeois de sa ville. Il passe ensuite en Catalogne, puis à la cour d'Alphonse X de Castille. Vers 1279, il est à la cour du comte Henri de Rodez, un des derniers centres occitans (avec les cours gasconnes d'Astarac et de Comminges également fréquentées par Guiraut) à pouvo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guiraut-riquier/#i_15996

JASMIN JACQUES BOÉ dit (1798-1864)

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 153 mots

Avant la venue de Mistral, Jasmin fut le plus célèbre des poètes occitans. Ce coiffeur agenais, d'origine modeste, sut, dans ses poèmes écrits en dialecte gascon, rencontrer la sensibilité populaire du Sud-Ouest français. Il y exalte la bonté et les qualités de cœur des humbles, d'où les surnoms de « Perruquier d'Agen », de « saint Vincent de Paul de la lyre » ou d'« Homère sensible des prolétaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-boe-dit-jasmin/#i_15996

LAFONT ROBERT (1923-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 242 mots

Écrivain et linguiste occitan. Robert Lafont est né à Nîmes en 1923. En 1945, il participe à la fondation de l'Institut d'études occitanes, qui vient remplacer la Société d'études occitanes qui s'était discréditée durant l'Occupation. En 1950, il en devient le président, un poste qu'il occupera jusqu'en 1981. Professeur à l'université de Montpellier, écrivant aussi bien en occitan qu'en français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-lafont/#i_15996

LAMENTATION, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 877 mots

Composition par laquelle le poète met en forme le topos du regret et du deuil à l'occasion d'un départ, d'une mort ou d'une calamité publique. Qu'il parle en son nom ou au nom de la communauté entière, il doit convertir l'émotion en mots, sans cesse renouvelés et cependant conformes à la tradition, car la douleur, elle, est toujours identique à elle-même. Cette « habitude po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lamentation-genre-litteraire/#i_15996

MANCIET BERNARD (1923-2005)

  • Écrit par 
  • Philippe GARDY
  •  • 824 mots

On pourrait croire que l'écriture de Bernard Manciet est essentiellement centrée autour du bourg de la Grande Lande où il est né, Sabres, et au voisinage duquel il a fini ses jours, après y avoir passé la plus grande partie de son existence. Son œuvre la plus connue n'est-elle pas un immense poème en seize chants, L'Enterrement à Sabres (1989) ? L'omniprésence du paysage la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-manciet/#i_15996

MISTRAL FRÉDÉRIC (1830-1914)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 1 101 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le poète et l'action »  : […] L'œuvre poétique de Mistral ne se sépare pas de l'action : lui-même a voulu que ses poèmes soient des actes pour la défense de la Provence. Avant même la parution de Mirèio , il avait participé aux congrès d'Arles et d'Aix pour la rénovation de la langue et des lettres d'oc. En 1854, il fonda, à Font-Ségugne, le félibrige avec six autres jeunes poètes (Roumanille, Aubanel, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-mistral/#i_15996

MOYEN ÂGE - La poésie lyrique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 5 698 mots

Dans le chapitre « Poètes-musiciens des pays d'oc »  : […] Derrière les grands thèmes de cette doctrine, on apprend à mieux connaître la pensée et le talent de chaque poète. Le premier des troubadours de langue d'oc fut un très grand seigneur, Guillaume IX, duc d'Aquitaine et comte de Poitiers (1071-1127). Héros d'épopée, mais qui profite d'une croisade pour envahir les terres du comte de Toulouse. Sa vie privée a fait scandale : amateur de femmes, il es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-poesie-lyrique/#i_15996

NELLI RENÉ (1906-1982)

  • Écrit par 
  • René LAFON
  •  • 742 mots

C'est entre 1941 et 1943 que René Nelli se révèle tout à la fois comme un poète en langue d'oc ( Entre l'esper e l'abséncia , 1941) et un double érudit : en érotologie médiévale et en métaphysique manichéenne. Les deux grands articles du numéro spécial des Cahiers du Sud sur le Génie d'oc et l'homme méditerranéen (1943), « De l'am […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-nelli/#i_15996

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre BEC, 
  • Charles CAMPROUX, 
  • Philippe GARDY
  •  • 7 509 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littérature d'une langue »  : […] L'idée que, pour l'essentiel, une littérature s'identifie à la langue dont elle procède est commune au Moyen Âge : c'est par exemple la conception de Dante. La langue d'oc fut une des premières langues modernes, sinon la première, à se dégager du latin dans la Romania. Ses plus anciens textes littéraires, dont le plus important est le poème de Boèci , datent du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-occitanes/#i_15996

PEIRE CARDENAL (1180-1278)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 639 mots

Né de parents nobles au Puy-en-Velay, une des capitales intellectuelles et religieuses du temps, Peire Cardenal appartient au siècle d'or occitan et compte parmi les plus intransigeants adversaires de la domination française et de la domination cléricale. Jusqu'à vingt ans, il étudie à l'université de Saint-Maiol, au moment où le fameux troubadour auvergnat Peire de Vic, dit le Moine de Montaudon, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peire-cardenal/#i_15996

PEIRE VIDAL (1150?-env. 1210)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 287 mots

Fils d'un peaussier de Toulouse, Peire Vidal ne peut rester en place. Plus que tout autre troubadour, il parcourt le monde ouvert à la civilisation occitane du temps, célébrant dans ses chansons les grandes dames qui peuvent le protéger et mettant sa plume au service des grands dans ses sirventès (poèmes à sujets autres que l'amour). De Toulouse, où il sert Raimond V, il part pour l'Aragon et la P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peire-vidal/#i_15996

RAIMBAUT D'AURENJA ou D'ORANGE (1146 env.-1173)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 448 mots

Raimbaut d'Orange ( aurenja en langue d'oc) appartient à la catégorie des troubadours grands seigneurs comme le duc d'Aquitaine, Guillaume de Poitiers. Son activité littéraire se situe entre 1150 et 1173. C'est le premier troubadour né en Provence proprement dite. Par son père, Guillaume d'Aumelas (canton de Gignac, Hérault), il est suzerain d'importants domaines dans la rég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raimbaut-d-aurenja-d-orange/#i_15996

RIGAUT DE BARBEZIEUX (1150 env.-env. 1215)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 276 mots

Parce qu'il a eu son temps de gloire au xiii e siècle, non seulement en pays occitan, mais aussi en Italie, en Catalogne et dans le nord de la France, Rigaut de Barbezieux a longtemps passé pour un épigone des troubadours de la fin du xii e siècle. En réalité, Rigaut de Barbezilh est un cadet de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rigaut-de-barbezieux/#i_15996

ROUQUETTE MAX (1908-2005)

  • Écrit par 
  • Philippe GARDY
  •  • 769 mots

À l'origine de la vocation d'écrivain de Max Rouquette se trouve probablement l'expérience jamais oubliée d'un contact charnel avec la nature dans le petit village des garrigues montpelliéraines d'Argelliers (Hérault), où il est né et a passé son enfance. Ses premiers poèmes, rassemblés en 1937 et 1942 dans Les Songes du matin , puis Songes de la nuit , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-rouquette/#i_15996

SICILIENNE ÉCOLE, littérature

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 947 mots

On regroupe sous le nom de Siciliens les poètes de la première « école » poétique italienne, dont la naissance et la floraison coïncident avec le règne de Frédéric II Hohenstaufen (1194-1250) et le rayonnement de la cour de Palerme sur le reste de la péninsule. La politique culturelle du monarque embrassait tous les secteurs du savoir : droit, sciences naturelles, philosophie, études latines et gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-sicilienne-litterature/#i_15996

TROUBADOURS ET TROUVÈRES

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 3 403 mots

La forme poétique que Roger Dragonetti appela le « grand chant courtois » se constitua dans la France occitane durant la première moitié du xii e  siècle. À partir de 1150-1180, elle fut progressivement adoptée dans la plupart des nations occidentales. Son dynamisme initial et ses tendances originales se maintinrent avec une remarquable cohérence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troubadours-et-trouveres/#i_15996