SOVIÉTIQUE LITTÉRATURE

ABRAMOV FEDOR ALEKSANDROVITCH (1920-1983)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 730 mots

Dernier enfant d'une grande famille de paysans privée de père, Abramov a dû gagner son pain dès l'âge de sept ans. Il est parti à la guerre comme volontaire ; il y fut gravement blessé et termina ses études supérieures à l'université de Leningrad où il fut tour à tour enseignant puis responsable de la chaire de littérature soviétique (1956-1960). Il a servi avec zèle le pouvoir qui a fait de lui u […] Lire la suite

AÏGUI GUENNADI (1934-2006)

  • Écrit par 
  • Hélène MÉLAT
  •  • 815 mots

Un homme à la croisée des langues : tel se présente le poète Guennadi Aïgui, de son vrai nom Hunnadi (fils de Huns) Lissine, né en 1934 dans un village de Tchouvachie. De langue maternelle tchouvache, il se met à écrire exclusivement en russe dès 1963, suivant les conseils de Boris Pasternak et de Nazim Hikmet, et apprend le français en autodidacte pour découvrir la poésie française dans le texte […] Lire la suite

AÏTMATOV TCHINGUIZ (1928-2008)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 589 mots

De nationalité kirghize, petit-fils de berger nomade, Aïtmatov s'est fait le chantre de son pays avec ses montagnes, ses steppes et le lac Issyk-Koul. Ses œuvres sont imprégnées de folklore, de légendes kirghizes. Après une enfance difficile (son père est victime de la répression stalinienne, puis vient la guerre), il exerce la profession d'agronome, puis de journaliste, et ce n'est qu'en 1958 qu' […] Lire la suite

AKHMADOULINA BELLA AKHATOVNA (1937-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 420 mots

Représentante de la poésie du dégel, avec Voznessenski et Evtouchenko, Bella Akhmadoulina fut l'une des grandes voix de la littérature soviétique de la quatrième génération qui s'épanouit pleinement après la mort de Staline. Son œuvre résolument individualiste, lui valut les critiques du pouvoir et elle peina parfois à se faire publier. Bella Akhmadoulina (de son nom complet Izabella Akhatovna Akh […] Lire la suite

AKHMATOVA ANNA (1889-1966)

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 2 549 mots

Dans le chapitre « De la Révolution à la Seconde Guerre mondiale »  : […] L'œuvre et la personne d'Akhmatova apparaissent en 1917 comme la quintessence de la culture aristocratique que symbolise Saint-Pétersbourg et dont la Révolution va sonner le glas. Son lyrisme personnel ne paraît guère à la mesure du cataclysme qui sera désormais au centre de la conscience russe. Pourtant, après octobre 1917, elle refusera de quitter son pays et se fera un devoir de partager le sor […] Lire la suite

AXIONOV ou AXENOV VASSILI PAVLOVITCH (1932-2009)

  • Écrit par 
  • Hélène MÉLAT
  •  • 857 mots
  •  • 1 média

Chantre des espoirs puis des déceptions de la « génération des années soixante », devenue adulte pendant la période du « dégel » qui suit la mort de Staline, le prosateur et dramaturge Vassili Axionov est né en 1932 à Kazan, dans une famille de fidèles communistes victime de la répression stalinienne : son père et sa mère, Evguenia Guinsbourg, dont les Mémoires sont célèbres, sont arrêtés en 1937 […] Lire la suite

BABEL ISAAC (1894-1940)

  • Écrit par 
  • Zsuzsa HETÉNYI, 
  • Shimon MARKISH
  •  • 1 935 mots

Né le 13 juillet 1894 à Odessa dans une famille juive aisée, Isaac Babel étudie à l'École de commerce d'Odessa, tout en recevant parallèlement une éducation religieuse juive ; il lit le yiddish et acquiert en outre une bonne maîtrise du français. Pendant la Première Guerre mondiale, il se trouve à Petrograd où il fait la connaissance de Maxime Gorki. « En sept ans – de 1917 à 1924 –, il a fallu ap […] Lire la suite

BAGRITSKI EDOUARD GUEORGUIEVITCH DZIOUBINE dit (1895-1934)

  • Écrit par 
  • Claude KASTLER
  •  • 223 mots

Fils de petits employés de commerce israélites d'Odessa, Edouard Bagritski publie depuis 1915, dans les revues de sa ville, des poésies fortement marquées par l'influence de Goumilev. Il se rallie à la révolution, sert dans la police rouge, combat avec les partisans, compose tracts, affiches, proclamations. La paix venue, il enseigne la poésie dans les cercles ouvriers. En 1925, il s'installe à Mo […] Lire la suite

BOULGAKOV MIKHAÏL AFANASSIÉVITCH (1891-1940)

  • Écrit par 
  • Françoise FLAMANT
  •  • 2 770 mots

Boulgakov, représentant majeur de la prose et de la dramaturgie russe du xx e  siècle, y fait aussi figure d'outsider. Contemporain par l'âge d'un Pasternak, d'un Maïakovski, d'un Mandelstam ou d'une Akhmatova, il ne prend conscience de sa vocation d'écrivain qu'en 1920, après avoir été « délogé » de sa première profession de médecin par la guerre civile. Quand il arrive à Moscou en 1921, il est […] Lire la suite

BRODSKY JOSEPH (1940-1996)

  • Écrit par 
  • Hélène HENRY
  •  • 1 825 mots

L'œuvre de Iossif Brodski a désormais pris sa dimension définitive. Le poète russe exilé aux États-Unis, qui fut en 1987 couronné par le prix Nobel de littérature, apparaît comme un des plus grands poètes de la seconde moitié du xx e  siècle. À son œuvre poétique en russe est venu s'ajouter un important travail d'essayiste en anglais. […] Lire la suite

CHALAMOV VARLAM (1907-1982)

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 1 631 mots

Mort le 17 janvier 1982 dans un hospice pour vieillards, Varlam Chalamov (Šalamov) restera un des témoins essentiels de l'enfer concentrationnaire au xx e  siècle. Pour témoigner d'une expérience indicible par définition, la destruction de l'humain, Chalamov a su trouver la forme littéraire adéquate. Sans elle, l'indicible serait resté non-dit. Il faut se rappeler qu'au moment d'aborder la troisiè […] Lire la suite

CHKLOVSKI VIKTOR BORISSOVITCH (1893-1984)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 470 mots

Une extrême diversité dans l'œuvre (romans, essais, mémoires, scénarios, études littéraires et historiques), le non-conformisme de la pensée, une production abondante — plus de soixante œuvres, des centaines d'articles écrits de 1908 à nos jours —, rendent Chklovski difficile à classer et déroutant. Théoricien de la littérature, il est un des pétersbourgeois fondateurs de l' Opoïaz , mouvement d'o […] Lire la suite

CHOLOKHOV MIKHAIL (1905-1984)

  • Écrit par 
  • Jean PERROT
  •  • 2 414 mots

Dans le chapitre « L'écrivain et le peuple »  : […] À propos des affaires Pasternak, Daniel-Siniavski, Cholokhov s'est fait remarquer par son rigorisme, et il est l'un des rares intellectuels à approuver, en termes modérés il est vrai, l'intervention en Tchécoslovaquie. Homme public et politique, Cholokhov l'est aussi par son appartenance au Soviet suprême depuis l'année critique de 1937 et par son activité de communiste dans la région du Don. Son […] Lire la suite

DÉGEL POÉSIE DU, U.R.S.S.

  • Écrit par 
  • Claude KASTLER
  •  • 764 mots
  •  • 1 média

1953 : les poètes Zabolotski, Smeliakov, Martynov sont en déportation ; Boris Sloutski et Naoum Korjavine ne sont pas publiés ; Akhmatova et Pasternak vivent de traductions. La poésie officielle, que ce soit celle du vétéran S. Kirsanov ou du jeune Evtouchenko, s'étale dans les journaux et couvre les pages de livres qui ne se vendent pas, traite de thèmes politiques, de la lutte des classes à l'éc […] Lire la suite

LE DOCTEUR JIVAGO, Boris Pasternak - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 1 226 mots
  •  • 1 média

Unique roman du grand poète russe Boris Pasternak (1890-1960), Le Docteur Jivago , commencé en 1945, est le bilan romanesque d'une vie de poète. Ayant débuté dès 1913 au sein du mouvement futuriste, révélé en 1922 par le recueil lyrique Ma Sœur la vie , écrit en 1917, et marqué par l'euphorie de l'été historique de la révolution, Pasternak est célébré en 1934, malgré les réserves de la critique c […] Lire la suite

DOMBROVSKI IOURI OSSIPOVITCH (1909-1978)

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 316 mots

Arrêté et déporté à cinq reprises à partir de 1932, Iouri Dombrovski totalise, à sa libération définitive en 1957, presque un quart de siècle de bagne ou de relégation. Réhabilité, il vient s'installer à Moscou, où il publie, en 1959, son premier roman, Le Singe à la recherche de son crâne , puis, en 1964, Le Conservateur des antiquités . Livre d'apparence insolite, parce que chiffré comme un mess […] Lire la suite

EFREMOV IVAN ANTONOVITCH (1907-1972)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 488 mots

Paléontologiste et écrivain soviétique. Efremov commença ses études à Leningrad après la Première Guerre mondiale sous la direction de l'académicien P. Souchkine (1922). À partir de 1929, il fut collaborateur technique au Musée de géologie de Leningrad et y termina ses études à l'Institut des mines (1935). Il obtint son doctorat ès sciences en 1940. Il succéda à son maître comme directeur des labo […] Lire la suite

EHRENBOURG ILIA GRIGORIEVITCH (1891-1967)

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 323 mots

Né à Kiev, mais Moscovite dès son plus jeune âge. Arrêté en 1907 pour activités subversives, Ehrenbourg va, après sa libération, s'établir à Paris, fréquente les révolutionnaires russes émigrés et les milieux littéraires parisiens ; il publie ses premiers vers, écrit ses premiers articles et rentre en Russie après la révolution de février 1917. De retour à Paris en 1921 comme correspondant de la p […] Lire la suite

ESSENINE SERGE ALEXANDROVITCH (1895-1925)

  • Écrit par 
  • Pierre PASCAL
  •  • 1 271 mots

Dans le chapitre « Une enfance pastorale »  : […] Essenine est né dans un gros bourg de la province de Riazan ; il s'est pendu à Leningrad dans la nuit du 27 au 28 décembre 1925. Il a produit pendant une dizaine d'années. Le petit Serge, blond comme les blés, eut une belle enfance chez son grand-père. Celui-ci, meunier, était aisé ; vieux-croyant, il aimait lire à haute voix la Bible et les vies des saints. La grand-mère recevait moines quêteurs, […] Lire la suite

FADEÏEV ALEXANDRE ALEXANDROVITCH (1901-1956)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 643 mots

Secrétaire de l'Union des écrivains de 1939 à 1954, membre du comité central du Parti communiste de l'Union soviétique de 1939 à 1956 (XX e congrès) : la carrière politique et littéraire de Fadeïev se confond avec la période stalinienne. Son engagement politique est précoce : dès 1918, il entre au Parti bolchevik, puis prend part à la guerre civile jusqu'en 1921 ; il milite dans le Parti communi […] Lire la suite

FÉDINE KONSTANTIN ALEXANDROVITCH (1892-1977)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 478 mots

Né dans une famille de petits-bourgeois de Saratov, Fédine se retrouve, après des études commerciales, en Allemagne pendant la Première Guerre mondiale. C'est son premier séjour en Occident. Un Occident qu'il connaît bien et qu'il a souvent représenté dans ses œuvres. Pendant la guerre civile, il est journaliste et prend parti pour le pouvoir soviétique. À Petrograd, il devient, à partir de 1921, […] Lire la suite

FORMALISME RUSSE

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 3 392 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Le formalisme russe est né de deux cénacles littéraires : l'un, le Cercle moscovite de linguistique, qui se forma en 1915 à Moscou, à l'initiative de quelques étudiants, l'autre constitué à Saint-Pétersbourg et baptisé Société pour l'étude de la langue poétique, en abréviation Opoïaz. À Moscou le président du cercle était Roman Jakobson, un étudiant qui s'intéressait à l'éthnographie slave et à […] Lire la suite

GORKI MAXIME (1868-1936)

  • Écrit par 
  • Michel NIQUEUX
  •  • 2 715 mots
  •  • 1 média

Gorki est un phénomène littéraire, politique et philosophique complexe : autodidacte sacré père des lettres soviétiques, militant bolchevique émigré après la révolution, vagabond anarchisant devenu porte-parole de Staline... « Canonisé » de son vivant, accusé après la fin de l'U.R.S.S. d'avoir été le chantre du goulag, l'homme intéresse plus que l'œuvre, qui fournit pourtant, dès les premiers réc […] Lire la suite

GRIN ALEXANDRE STEPANOVITCH GRINEVSKI dit (1880-1932)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 264 mots

Personnage extraordinaire des lettres russes, Alexandre Grin se forge une destinée personnelle aux antipodes de la biographie traditionnelle des écrivains issus de l'intelligentsia. Échappé au milieu familial à l'âge de seize ans, il obéit à l'appel de l'aventure, et tout particulièrement de la mer. Tour à tour matelot, pêcheur, chercheur d'or, soldat et déserteur, agitateur révolutionnaire, empri […] Lire la suite

GROSSMAN VASSILI SEMNOVITCH (1905-1964)

  • Écrit par 
  • Hélène MÉLAT
  •  • 1 633 mots

Tragique destin que celui de Vassili Grossman. Son itinéraire spirituel est typique de beaucoup d'intellectuels de sa génération, mais sous une forme bien plus radicale. Né en 1905 à Berditchev, la « Jérusalem de Volhynie », il est l'enfant unique d'un couple de classe moyenne juif assimilé. Ses parents se séparent très tôt après sa naissance, et Grossman passe son enfance avec sa mère en parent p […] Lire la suite

GUINZBOURG EVGUENIA (1916-1977)

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 486 mots

L'écrivain soviétique Eugénie (Evguenia) Guinzbourg est née dans une famille paysanne de Riazan. Professeur d'histoire à l'institut pédagogique de Kazan, elle devint l'épouse du premier secrétaire du Parti communiste de la ville. Arrêtée en 1937, elle fut libérée en 1956 puis réhabilitée. Elle est l'auteur d'un des premiers et des plus émouvants témoignages sur les camps de concentration soviétiqu […] Lire la suite

FUTURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI, 
  • Claude FRONTISI, 
  • Claude KASTLER
  •  • 5 047 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le futurisme russe »  : […] Le futurisme russe va connaître son apogée dans les années 1912-1914. À l'origine, on trouve la personnalité de David Bourliouk qui, à partir de 1907, reçoit peintres et poètes dans une propriété du nord de la Crimée (antique Hylée). Une amitié se noue entre Bourliouk et Mikhaïl Larionov, rapprochés par des convictions communes : « À bas le grand art » ; « À bas l'imitation de la nature, l'art e […] Lire la suite

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 489 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « « Des poèmes - documents » (W. Szlengel) »  : […] Mystère de la parole poétique : c'est elle qui fait entendre la voix des victimes. Dans les ghettos et les camps, les autres types de discours se trouvent éclipsés par la prolifération d'écrits et de cris poétiques, venus de poètes ou de personnes que rien ne prédestinait à cette parole. Wladyslaw Szlengel, poète de langue polonaise, pousse son « cri dans la nuit » du ghetto de Varsovie, en 1942, […] Lire la suite

ILF ILIA ARNOLDOVITCH FAINZILBERG dit (1897-1937) & PETROV EVGUENI PETROVITCH KATAÏEV dit (1903-1942)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 302 mots

Humoristes soviétiques qui ont écrit en commun romans et récits. Tous deux sont originaires d'Odessa, comme Babel et Olecha. Ils se rencontrent en 1925 à Moscou, à la rédaction du célèbre Goudok , où travaillent aussi Boulgakov, Olecha, Valentin Kataïev, le frère aîné de Petrov. Sur ses conseils, ils écrivent ensemble un roman satirique de type picaresque Les Douze Chaises ( Dvenadcat' stul'ev , […] Lire la suite

ISKANDER FAZIL (1929-2016)

  • Écrit par 
  • Hélène MÉLAT
  •  • 864 mots

Fazil Iskander occupe une position originale dans la littérature soviétique : d’une part, bien qu’étant abkhaze (il est né à Soukhoumi le 6 mars 1929), il écrit en russe, d’autre part, il a choisi le genre de la satire, ce qui constitue un défi et un exploit dans un pays totalitaire qui, de par sa nature, tolère mal les textes subversifs. Iskander, à l’instar du Kirghize Tchinguiz Aïtmatov, du Tc […] Lire la suite

IVANOV VSEVOLOD VIATCHESLAVOVITCH (1892 env.-1963)

  • Écrit par 
  • Charles BOURG
  •  • 528 mots

Le nom de Vselovod Ivanov est resté attaché à ses récits héroïques de 1921, les Histoires de partisans , tableaux de la guerre civile en Sibérie. Pour avoir été typographe, vagabond et ... fakir, Ivanov s'est pénétré d'une culture populaire hétéroclite (mythes kirghizes, littérature romanesque et répertoire du cirque) complétée par la révélation poétique du futurisme et, ultérieurement, par l'expé […] Lire la suite

JDANOVISME

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 608 mots

Jdanov, secrétaire du comité central et membre du bureau politique du Parti communiste d'Union soviétique, plus spécialement chargé du domaine culturel, avait fixé, sous leur forme la plus extrême, un certain nombre de principes de la politique culturelle du Parti communiste pendant la période stalinienne. C'est l'ensemble de cette doctrine, dans l'après-guerre, qui a reçu le nom de jdanovisme. L […] Lire la suite

KATAÏEV IVAN IVANOVITCH (1902-1939)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 252 mots

Issu d'une famille intellectuelle, Kataïev vit la Révolution et entre en littérature comme communiste : membre du Parti communiste dès 1919, il s'engage dans l'Armée rouge à dix-sept ans, fait des études d'économie et devient, en 1925, journaliste à la revue La Ville et la Campagne ( Gorod i derevnja ). Il se range d'abord dans le groupe des « écrivains prolétariens », puis devient membre du group […] Lire la suite

KAVERINE VENIAMIN ALEXANDROVITCH ZILBER dit (1902-1989)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 546 mots

Veniamin Alexandrovitch Zilber, dit Kaverine, fait ses débuts en littérature dans le groupe des Frères Sérapion à Petrograd en 1921, tout en étant très lié à Tynianov, dont il épouse la sœur. Comme Lunz, il pense que la littérature russe doit emprunter à l'Occident le sens de l'intrigue et de l'aventure ; ses premiers récits mettent en œuvre cette conception. C'est Hoffmann qui l'inspire dans son […] Lire la suite

KIRSANOV SEMEN ISAAKOVITCH (1906-1972)

  • Écrit par 
  • Claude KASTLER
  •  • 197 mots

Poète russe. En 1920, Semen Kirsanov s'inscrit comme étudiant à la faculté des lettres d'Odessa. Dans ses premières poésies, il subit l'influence de Khlebnikov et de Maïakovski. Ses œuvres sont publiées dans la revue LEF ( Levyj Front Iskusstva , « Front gauche dans l'art »). En 1925, il se rend à Moscou, où il se montre partisan de l'art le plus utilitaire (slogans, tracts, chansons) mais il exp […] Lire la suite

KLIOUÏEV NIKOLAÏ ALEXEÏEVITCH (1887-1937)

  • Écrit par 
  • Claude KASTLER
  •  • 342 mots

Poète russe, né dans un village de la rive est du lac Onega. Son père était un paysan aisé et lettré, sa mère une pleureuse de profession. Pour le compte d'une secte des flagellants, Nikolaï Kliouïev effectue de nombreux voyages à travers la Russie. Il dirige leur assemblée à Bakou, compose des hymnes religieux et des chants spirituels. En 1907, il entretient une correspondance avec Alexandre Blok […] Lire la suite

KOUPRINE ALEXANDRE IVANOVITCH (1870-1938)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 621 mots

Né dans un bourg de la province de Penza en 1870. Le père d'Alexandre, petit fonctionnaire, meurt un an plus tard, laissant sa famille dans la misère. Descendante d'une famille princière tartare, sa femme est hébergée à Moscou avec ses trois enfants dans une institution pour les veuves indigentes. Son fils est placé à six ans dans un orphelinat et connaîtra ensuite les internats du lycée militaire […] Lire la suite

KOZOVOÏ VADIM (1937-1999)

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 604 mots

Né en 1937, le poète russe Vadim Kozovoï fut un prisonnier politique dans le goulag de 1957 à 1963, suite de sa participation à un groupe hétérodoxe d'étudiants de la faculté d'Histoire de Moscou. Il garda de cette expérience amère un goût fort pour l'histoire comme matière même de la poésie, et pour la catastrophe comprise comme nourrice des grands textes. Juif par le sang, Kozovoï avait dû se dé […] Lire la suite

KROUTCHENYKH ALEXEÏ ELISSEÏEVITCH (1886-1968)

  • Écrit par 
  • Claude KASTLER
  •  • 143 mots

Écrivain russe. Élève à l'École des beaux-arts d'Odessa, Kroutchenykh devient l'idéologue du groupe cubo-futuriste. En 1912, il publie un recueil de poésies, Le Jeu en enfer (en collaboration avec Khlebnikov) ; l'année suivante, un recueil de poésies et de dessins, Vzorval (avec Malevitch). En 1913, il fait représenter Victoire sur le soleil , le premier spectacle futuriste. Kroutchenykh se fait […] Lire la suite

LEONOV LEONID MAXIMOVITCH (1899-1994)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 573 mots

Fils d'un poète paysan révolutionnaire, élevé dans le milieu des marchands à Moscou, Leonov y termine ses études secondaires, combat pendant la guerre civile et, en 1922, devient écrivain de métier. Célèbre dès 1924, il est un « compagnon de route » très critiqué par l'Association révolutionnaire des écrivains prolétariens ; dans les années trente, Leonov adhère aux idées du régime et se trouve dè […] Lire la suite

MAÏAKOVSKI VLADIMIR VLADIMIROVITCH (1893-1930)

  • Écrit par 
  • Claude FRIOUX
  •  • 3 046 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Front gauche de l'art »  : […] Vladimir Vladimirovitch Maïakovski naît à Bagdadi, dans le Caucase, où il passe son enfance jusqu'à la mort accidentelle de son père, fonctionnaire des Eaux et Forêts. La famille Maïakovski se fixe alors à Moscou où elle vit pauvrement. Maïakovski interrompt ses études secondaires pour militer au Parti bolchevik. À dix-sept ans, il est arrêté et emprisonné. À l'Institut de peinture, de sculpture […] Lire la suite

LE MAÎTRE ET MARGUERITE, Mikhaïl Boulgakov - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Laure TROUBETZKOY
  •  • 1 414 mots

Le Maître et Marguerite est le dernier roman de Boulgakov (1891-1940), et son chef-d'œuvre. Écrit de 1928 à 1940, il ne vit le jour que plus d'un quart de siècle après la mort de son auteur. Sa parution en 1966-1967 dans la revue Moskva , à une époque où se trouvaient déçus les espoirs suscités par le dégel, constitua un événement. Ce roman fantastique tour à tour grave et cocasse, qui affirme le […] Lire la suite

MAKANINE VLADIMIR (1937-2017)

  • Écrit par 
  • Hélène MÉLAT
  •  • 1 112 mots

Le décalage est ce qui caractérise le mieux Vladimir Makanine. Né le 13 mars 1937 à Orsk, il appartient à la « génération des années soixante », qui a eu vingt ans lors des années pleines d’espoir du « dégel » qui suivirent la mort de Staline. Mais il possède un destin à part et n’entre dans aucune catégorie : pendant la période soviétique, il n’a été ni un dissident ni un thuriféraire du régime. […] Lire la suite

MANDELSTAM NADEJDA (1899-1980)

  • Écrit par 
  • Hélène CARRERE D'ENCAUSSE
  •  • 766 mots

Nadejda Iakovlevna Khazina est née à Saratov le 31 octobre 1899 , dans une famille juive infiniment cultivée. À ce milieu, elle doit une éducation très poussée et ouverte sur le monde extérieur. Elle étudie la peinture à Kiev avec une artiste d'avant-garde, Alexandra Exter. Elle voyage longuement en Europe occidentale où elle développe sa connaissance des langues et des littératures. Sa pratique […] Lire la suite

MANDELSTAM OSSIP EMILIEVITCH (1891-1938)

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 1 355 mots

Dans le chapitre « Après la révolution »  : […] D'abord hostile au coup d'État d'octobre 1917, Mandelstam est cependant sensible à la dimension historique de la révolution et se résigne à « l'immense, maladroit et grinçant coup de barre ». Chassé de Moscou par la guerre civile, il passe les années 1919 et 1920 à Kiev, en Crimée et en Géorgie. Cet exil lui inspire le titre, les thèmes et la tonalité générale du recueil Tristia (1922), qui illu […] Lire la suite

NEKRASSOV VIKTOR PLATONOVITCH (1911-1987)

  • Écrit par 
  • Efim ETKIND
  •  • 1 182 mots

Le futur auteur du roman Dans les tranchées de Stalingrad , alors jeune officier de l'Armée rouge, a été blessé en juillet 1944 ; il s'est mis à écrire ses souvenirs militaires pour exercer sa main droite paralysée. C'est dans la grande revue moscovite Znamia ( Le Drapeau ) que le roman sera publié sous le titre de Stalingrad . Il jouira immédiatement d'une énorme popularité. Mais la critique off […] Lire la suite

ŒUVRES COMPLÈTES (O. Mandelstam) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 002 mots

Mort le 27 décembre 1938 dans un camp de transit près de Vladivostok, le poète et prosateur russe Ossip Mandelstam, né le 15 janvier 1891 à Varsovie, d’une famille juive, fut un écrivain martyr du totalitarisme au xx e  siècle. La précocité de sa vocation littéraire, sa vie de pauvreté et d’exode, sa mort aux abords du goulag et la gloire posthume de son œuvre ont fait de celui qui fut condamné à […] Lire la suite

OKOUDJAVA BOULAT CHALVOVITCH (1924-1997)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 322 mots

Écrivain et chanteur-compositeur russe, Okoudjava est l'auteur de plusieurs recueils de poèmes et de deux romans. La Cuiller ( Bud' Zdorov školjar , 1961), roman autobiographique, est le journal d'un adolescent, soldat pendant la Seconde Guerre mondiale ; son antihéroïsme a soulevé des discussions animées. Pauvre Avrossimov ( Glotok svobody , 1971) est consacré au décembriste Pestel ; Le Voyage […] Lire la suite

OLECHA IOURI KARLOVITCH (1899-1960)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 626 mots

Né en Ukraine dans une famille noble ruinée, Olecha passe ses années d'enfance et de jeunesse à Odessa. Il appartient donc à la branche méridionale de la littérature russe, et c'est dans le groupe des poètes d'Odessa qu'il fait ses débuts avec V. Kataïev, E. Bagritsky, E. Ilf. Après la révolution, il travaille comme journaliste d'abord à Odessa, puis, à partir de 1922, à Moscou, où il s'établit dé […] Lire la suite

OSTROVSKI NIKOLAÏ ALEXEÏEVITCH (1904-1936)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 333 mots

« Si nous n'étions en U.R.S.S., je dirais que c'est un saint », écrit Gide au retour de ce pays, « un saint communiste... ». Et en effet : né dans une famille pauvre, plongé très tôt dans le monde du travail, membre du Komsomol à quinze ans, Nikolaï Ostrovski prend part à la guerre civile dans les rangs de la I re  armée de cavalerie de Boudienny, celle que décrit Babel dans Cavalerie rouge . Grav […] Lire la suite

PAOUSTOVSKI KONSTANTIN GUEORGUIEVITCH (1892-1968)

  • Écrit par 
  • Nina GOURFINKEL
  •  • 954 mots

Paoustovski (Paustovskij) appartient aux écrivains soviétiques qui bénéficièrent encore d'une solide formation classique et d'une vaste connaissance de la littérature occidentale, surtout française. Il ne découvrit que plus tard « la littérature russe, la plus grande du monde peut-être, qui s'emparait de nos cœurs [...]. Mais Mérimée, transparent et froid, nous était plus accessible que le tortur […] Lire la suite

PASTERNAK BORIS LEONIDOVITCH (1890-1960)

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 2 568 mots
  •  • 1 média

Poète russe, Pasternak subit l'influence du symbolisme avant de faire ses débuts sous la bannière du futurisme. Son lyrisme, fondé sur un sentiment de participation à l'élan créateur de la vie, le conduit, malgré une adhésion spontanée à la révolution, à résister à la domination de l'idéologie marxiste, puis à la contester dans un roman d'inspiration autobiographique, Le Docteur Jivago , dont la […] Lire la suite

PILNIAK BORIS (1894-1937)

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 1 887 mots

Pilniak a fait dans la littérature soviétique une entrée fulgurante en 1922 avec son fameux livre L'Année nue . Sa gloire était plus grande alors que celle de Babel. Il a été adulé, imité puis, à partir de 1929, vilipendé, contraint, après le scandale de la parution à l'étranger d' Acajou , à une des premières autocritiques dégradantes. On peut dire de lui qu'il a vraiment créé un genre nouveau : […] Lire la suite

PLATONOV ANDREÏ PLATONOVITCH KLIMENTOV dit (1899-1951)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 517 mots

Platonov est un des écrivains soviétiques les plus originaux. Fils d'ouvrier, ouvrier lui-même dès l'âge de treize ans, il est peut-être le meilleur exemple d'écrivain autodidacte parvenu au plus haut degré de la maîtrise littéraire. Rallié d'emblée à la révolution, il sert dans l'Armée rouge pendant la guerre civile ; il termine seulement en 1924 les études techniques qui font de lui un ingénieur […] Lire la suite

POÈME SANS HÉROS, Anna Akhmatova - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hélène HENRY
  •  • 1 100 mots

Les dix dernières années du xix e  siècle ont vu naître en Russie quelques très grands poètes, parmi lesquels seuls Boris Pasternak et Anna Akhmatova (1889-1966) auront survécu à l'époque stalinienne. Anna Akhmatova, d'emblée, a défini par la réflexivité l'acte de poésie ; elle élabore son écriture de la maturité dans une identification à une génération dont « la cruelle époque a détourné le cours […] Lire la suite

PRIGOV DMITRI ALEXANDROVITCH (1940-2007)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 348 mots

Poète et artiste russe. Né le 5 novembre 1940 à Moscou, Dmitri Alexandrovitch Prigov est, avec Lev Rubinstein, Vsevolod Nekrassov et Ilya Kabakov, l'un des principaux membres de l'avant-garde artistique russe et du mouvement conceptualiste de Moscou dans les années 1970-1980. Parallèlement à ses études de sculpture à l'Institut d'art Stroganov à Moscou, il commence à écrire des textes qui se mo […] Lire la suite

PROPP VLADIMIR IAKOVLEVITCH (1895-1970)

  • Écrit par 
  • André BÉRÉLOWITCH
  •  • 832 mots

Folkloriste soviétique, Vladimir Propp appartient à ce groupe de formalistes russes dans lequel figurent Jakobson, Tomachevski, Chklovski, Bakhtine et qu'unit une réflexion commune sur les rapports du langage et de l'œuvre littéraire. Moins éclectique que beaucoup de ses compagnons, il s'est consacré exclusivement à l'étude du folklore, sans se livrer à des généralisations théoriques. De l'analyse […] Lire la suite

QUATRIÈME GÉNÉRATION, littérature soviétique

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 482 mots
  •  • 1 média

L'expression de Quatrième Génération, due au critique soviétique Alexandre Makarov, désigne les écrivains qui font leur entrée dans la littérature à la fin des années cinquante. Presque tous étaient à peine adolescents à la fin de la guerre. Élevés dans le culte de Staline, ils commencent à écrire quand le XX e  Congrès vient de révéler qu'on les a trompés. Certains ont eu une enfance traumatisée […] Lire la suite

RASPOUTINE VALENTIN GRIGORIEVITCH (1937-2015)

  • Écrit par 
  • Michel NIQUEUX
  •  • 612 mots

Après un passage par le reportage journalistique, Valentin Grigorievitch Raspoutine, né le 15 mars 1937 à Atalanka, dans la région d’Irkoutsk, apparaît dans les années 1970 comme l'un des écrivains soviétiques les plus préoccupés par la ruine de l'âme et de la nature, et l'une des figures de proue de la « littérature paysanne ». Mais son réalisme éthique atteint à l'universel. Ses héros sont toujo […] Lire la suite

RÉALISME SOCIALISTE

  • Écrit par 
  • John BERGER, 
  • Howard DANIEL, 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 3 530 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Applications et conséquences »  : […] L'application de la doctrine aux différents arts produisit des effets variés et inégaux, et ne fut jamais quelque chose de parfaitement cohérent. Dans la mesure où ses significations échappaient à toute prise légale ou verbale, la musique se trouva moins atteinte que les autres arts. On trouve ainsi, parmi les œuvres de valeur qui affichaient leur accord avec le réalisme socialiste, la Symphonie […] Lire la suite

RÉCITS DE LA KOLYMA, Varlam Chalamov - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 911 mots

L'édition nouvelle en français des Récits de la Kolyma de Varlam Chalamov (trad. du russe par C. Fournier, S. Benech, L. Jurgenson, Verdier, 2003) est un événement dans la mesure où le texte complet de ce chef-d'œuvre de la littérature de l'inhumain est enfin disponible, et présenté avec rigueur. Les deux périodes de camp de ce fils de pope, arrêté en 1929 une première fois pour diffusion du « t […] Lire la suite

RUSSES REVUES LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 988 mots

En Russie, la revue littéraire est une vieille tradition. De nombreux grands écrivains furent rédacteurs de revues ; Pouchkine et Dostoïevski, par exemple, fondèrent les leurs. Ces revues ont joué un rôle très important dans la vie littéraire : presque toutes les grandes œuvres du xix e  siècle y furent publiées avant de l'être en livres. Les revues représentent comme partout des écoles littéraire […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 101 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature soviétique (depuis 1917) »  : […] En octobre 1917, la révolution bolchevique qui fait de la doctrine marxiste le fondement du pouvoir annonce un statut nouveau de la littérature. Réputée « superstructure idéologique » reflétant des rapports de classes, elle se trouve placée sous la juridiction du Parti, qui se définit lui-même comme l'expression du prolétariat et exerce en son nom une dictature préparant l'avènement d'une « sociét […] Lire la suite

RYBAKOV ANATOLI (1911-1998)

  • Écrit par 
  • Hélène MÉLAT
  •  • 824 mots

L'une des grandes voix de la perestroïka est incontestablement Anatoli Rybakov. Né en 1911 dans une bourgade d'Ukraine, que sa famille quitte en 1919 pour s'installer à Moscou dans le quartier privilégié de l'Arbat, il connaît une destinée typique de la première génération soviétique : étudiant à l'Institut des transports, il est condamné à trois ans de relégation pendant sa dernière année d'étude […] Lire la suite

SCHWARTZ EVGUENI LVOVITCH (1896-1958)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 156 mots

Écrivain russe, Evgueni Lvovitch Schwartz est l'auteur de nombreuses pièces de théâtre. Les unes, écrites spécialement pour les enfants, reprennent des contes de Perrault ( Le Petit Chaperon rouge , Krasnaja Šapočka , 1937 ; Cendrillon , Zoluška , 1947) ou d'Andersen ( La Reine des neiges , Snežnaja Koroleva , 1938) ; d'autres, tout en s'adressant au public adulte, gardent des sujets et une colora […] Lire la suite

SÉRAPION LES FRÈRES DE (1921-1925)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 773 mots

Le groupe littéraire des Frères de Sérapion s'est formé dans le Petrograd de 1920-1921, au lendemain de la révolution, à un moment où la ruine économique et les bouleversements sociaux menaçaient en Russie l'existence même de la littérature. Il s'inscrit dans le processus de renaissance de la prose, après les années de prépondérance de la poésie, et de recherche de voies nouvelles pour la littérat […] Lire la suite

SIMONOV CONSTANTIN MIKHAÏLOVITCH (1915-1979)

  • Écrit par 
  • Nicole ZAND
  •  • 754 mots

Né à Petrograd, fils d'un officier tsariste, Constantin Milhaïlovitch Simonov est l'un des plus importants écrivains soviétiques. Au sortir de l'école secondaire, il entre dans une école technique et devient, jusqu'en 1935, tourneur sur métaux. En même temps, pourtant, il publie ses premiers poèmes et, en 1938, termine ses études à l'Institut de littérature Gorki de Moscou, tandis que paraît son p […] Lire la suite

SINIAVSKI ANDREÏ (1925-1997)

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 894 mots

Andreï Siniavski est né à Moscou en 1925. Chercheur à l'Institut de littérature mondiale de Moscou de 1951 à 1965, il aurait pu être un brillant critique littéraire soviétique, mais il préféra narguer le pouvoir, et ses Récits fantastiques , écrits à partir de 1955 et parus dès 1958 en France sous le pseudonyme d'Abram Tertz, ainsi que son article ironique sur « Le Réalisme socialiste », défièren […] Lire la suite

SOCIALISTES ART DANS LES PAYS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Louis MARCORELLES, 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 12 580 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Problèmes du répertoire »  : […] « Pour le pouvoir soviétique, écrivait Lounatcharski, il a été établi définitivement que le théâtre doit servir les masses populaires, et non pas simplement comme une distraction coûteuse et agréable, mais comme une grande école de la vie. » Cependant, pour fournir au théâtre les moyens d'une telle ambition et pour subvenir aux immenses besoins en textes qu'il éprouvait au fur et à mesure de son […] Lire la suite

SOLJÉNITSYNE ALEXANDRE ISSAÏEVITCH (1918-2008)

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 3 365 mots
  •  • 2 médias

Proscrit d'U.R.S.S. en février 1974, Alexandre Soljénitsyne est rentré en Russie en juillet 1994. Vingt ans d'exil, vingt ans d'écriture forcenée en sa retraite américaine du Vermont n'avaient pas entamé l'énergie du dissident, ni la force du prophète. Il choisit de rentrer lentement, étape par étape, d'est en ouest. Son avion fit escale à Magadan, cette porte de l'enfer concentrationnaire de la […] Lire la suite

SOVIÉTIQUE LITTÉRATURE DE GUERRE

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 861 mots
  •  • 1 média

Dans l'histoire des lettres soviétiques, la littérature de guerre proprement dite succède à la littérature de la guerre civile presque sans solution de continuité : Cholokhov publie le dernier livre du Don paisible en 1940 et La Science de la haine en 1942. Le foisonnement de la littérature de guerre entre 1941 et 1945 relève du sentiment patriotique plus que de la création littéraire : il y a v […] Lire la suite

SOVIÉTIQUE LITTÉRATURE PAYSANNE

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 825 mots

En remettant la terre au paysan, la révolution d'Octobre avait enlevé sa raison d'être à une tradition plus que séculaire des lettres russes : la défense du moujik. La collectivisation aggrave la rupture : à peu d'exceptions près (la première partie de Terres défrichées de Cholokhov, la poésie de Tvardovski), la littérature « kolkhozienne » est de grossière propagande. Mais la révélation officiel […] Lire la suite

SOVIÉTIQUE SCIENCE-FICTION

  • Écrit par 
  • Leonid HELLER
  •  • 835 mots
  •  • 1 média

Le folklore slave, qui fait volontiers siennes les mythologies orientales, et l'héritage byzantin, soumis à l'influence intermittente de l'Occident, telles sont les sources où puisent les courants séculaires de la littérature russe — le merveilleux et l'utopie. Souvent séparés, ils se fondent dans la légende de Kitèj, la ville des justes cachée au fond des eaux. Le fantastique rationalisé, lui, s' […] Lire la suite

SOVIÉTIQUES LITTÉRATURES DES NATIONALITÉS

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 872 mots

On appelait littératures « nationales » ou littératures « républicaines » — formules également impropres bien qu'elles aient été consacrées —, les littératures soviétiques de langue non russe. La préservation, l'encouragement, parfois l'« invention » (au sens étymologique) de ces littératures ont joué un rôle capital dans la politique de rassemblement des nationalités. Sauf les littératures baltiq […] Lire la suite

SOVIÉTIQUES UNION DES ÉCRIVAINS

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 659 mots
  •  • 1 média

Le Parti communiste d'U.R.S.S. a toujours accordé une extrême importance à la littérature, secteur essentiel de la lutte idéologique. Ce n'est toutefois qu'en 1925 que le comité central estima que le parti devait soutenir les écrivains prolétariens communistes, tout en refusant l'hégémonie d'un groupement d'écrivains quel qu'il fût. Un changement qualitatif s'opère en 1932 avec la décision de diss […] Lire la suite

TCHOUKOVSKI KORNEÏ IVANOVITCH (1882-1969)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 180 mots

Après des études secondaires difficiles (il est d'origine pauvre), Korneï Tchoukovski débute comme journaliste à Odessa et, en 1903, part pour Londres comme correspondant de presse. Grâce à sa connaissance parfaite de l'anglais, il deviendra spécialiste et traducteur de la littérature anglaise et surtout américaine. Dès avant 1914, il est un critique littéraire écouté, ami de Blok. Aussi n'est-il […] Lire la suite

TOLSTOÏ ALEXEÏ NIKOLAÏEVITCH (1883-1945)

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 299 mots

De famille noble, lointainement apparenté aux deux autres Tolstoï des lettres russes (Alexeï Konstantinovitch et Lev Nikolaïevitch, le « grand » Tolstoï), Alexis Nikolaïevitch Tolstoï est déjà un nouvelliste connu au moment de la Première Guerre mondiale. Émigré à Paris, puis à Berlin (1918), il écrit alors L'Enfance de Nikita (1920-1922), nouvelles autobiographiques, et Les Sœurs (1922), qui de […] Lire la suite

TRIFONOV IOURI VALENTINOVITCH (1925-1981)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 1 215 mots

Dans des notes de voyage, Trifonov évoque un restaurant de chasse en Italie où il avait mangé, croyait-il, du lièvre et bu du chianti dans une atmosphère fraternelle ; dix-huit ans après, de retour dans le même village, il apprit que le propriétaire avait été jugé parce qu'il servait des civets de chat à ses clients. Le récit se termine sur cette réflexion de l'auteur : « Je n'avais pas senti (à l […] Lire la suite

TRISTIA, Ossip Mandelstam - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hélène HENRY
  •  • 1 005 mots

Quand paraît à Berlin, en 1922, le recueil Tristia , Ossip Mandelstam (1891-1938) a trente ans. Né à Saint-Pétersbourg, il est le contemporain d'Anna Akhmatova. C'est-à-dire qu'il appartient à la brillante génération des poètes qui, en 1910, ont mis en question le dualisme symboliste et sa conception « magique » de l'art. Membre de l'Atelier des poètes, Mandelstam voit ses premiers poèmes publiés […] Lire la suite

TSVETAÏEVA ou TSVETAEVA MARINA IVANOVNA (1892-1941)

  • Écrit par 
  • Ève MALLERET
  •  • 2 761 mots

Marina Tsvetaïeva est une des voix les plus fortes de la poésie russe du xx e  siècle. On ne le sait pas encore ; ce n'est que dans les années 1980 que sa notoriété s'affirme en France et que Tsvetaïeva prend place aux côtés de Pasternak, Maïakovski, Mandelstam, Akhmatova, ses contemporains. Cette longue méconnaissance (son premier recueil important ne paraît à Moscou qu'en 1965) est un des signes […] Lire la suite

TVARDOVSKI ALEXANDRE TRIFONOVITCH (1910-1971)

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 268 mots

Poète soviétique dont l'action personnelle a été déterminante dans l'évolution de la littérature, après le « dégel ». Fils d'un forgeron de village déporté comme koulak pendant la collectivisation, Tvardovski, dès son premier recueil de vers (1935) et avec son grand poème Le Pays de Mouravia , se classe parmi les rares écrivains de l'époque qui ont le sens de la réalité paysanne. À la tête d'un jo […] Lire la suite

TYNIANOV IOURI NIKOLAÏEVITCH (1894-1943)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 542 mots

De formation universitaire, spécialiste de l'histoire de la littérature russe du début du xix e  siècle, Tynianov est d'abord un des principaux représentants de l'école formaliste, aux côtés de V. Chklovski et de B. Eichenbaum. Chercheur, enseignant, traducteur, correcteur, il donnera jusqu'en 1925 de nombreux articles consacrés à Pouchkine, à Griboïedov et à Küchelbecker, à la poésie russe du xi […] Lire la suite

UNE JOURNÉE D'IVAN DENISSOVITCH, Alexandre Soljénitsyne - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean yves GUÉRIN
  •  • 918 mots
  •  • 1 média

En 1962, un inconnu, Alexandre Soljénitsyne (1918-2008), envoie le manuscrit d'un récit écrit trois ans plus tôt à la revue soviétique réputée « libérale », Novy Mir (Monde nouveau). Son directeur, Alexandre Tvardovski, obtient l'imprimatur de Nikita Khrouchtchev lui-même, qui, s'il est loin d'être un libéral, entend utiliser le livre contre ses adversaires conservateurs. Les lecteurs russes s'a […] Lire la suite

VOZNESSENSKI ANDREÏ ANDREÏEVITCH (1933-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 748 mots

Le poète russe Andreï Andreïevitch Voznessenski fut l'un des plus grands écrivains de la Quatrième Génération, qui émergea en U.R.S.S. après l'ère stalinienne. Né le 12 mai 1933 à Moscou, Andreï Andreïevitch Voznessenski passe sa prime enfance dans la ville de Vladimir. En 1941, il part avec sa mère et sa sœur vivre à Kourgan, dans les montagnes de l'Oural, tandis que son père participe à l'évacua […] Lire la suite

ZABOLOTSKI NIKOLAÏ ALEXEÏEVITCH (1903-1958)

  • Écrit par 
  • Claude KASTLER
  •  • 264 mots

Fils d'un agronome de la région de la Volga, Nikolaï Zabolotski fait ses études aux facultés de médecine et des lettres de Moscou, puis, en 1921, à l'Institut pédagogique de Petrograd. Il fréquente le groupe des « obérioutes » qui pratique l'ironie et l'acrobatie poétique. En 1929, il publie le recueil Vers en colonnes  : il y décrit la veulerie de la vie quotidienne, le règne des trafiquants et d […] Lire la suite

ZAMIATINE EVGUENI (1887-1937)

  • Écrit par 
  • Claude KASTLER
  •  • 457 mots

Zamiatine naît dans la famille d'un professeur de lycée, à Lebedian. Élève de l'Institut polytechnique de Saint-Pétersbourg. Il est ensuite affecté à la section de construction navale, et enseigne cette matière. Il milite dans le parti bolchevique, et est arrêté en 1905. Son premier récit date de 1908 et se réfère directement à son expérience de la prison. En 1911, il écrit Province ( Uezdnoe ), […] Lire la suite

ZINOVIEV ALEXANDRE (1922-2006)

  • Écrit par 
  • Hélène MÉLAT
  •  • 867 mots

Peu d'œuvres sont aussi paradoxales et inclassables que celle d'Alexandre Zinoviev. Enfant de paysan devenu philosophe, faisant dissidence parmi les dissidents, rentrant après vingt et un ans d'émigration dans le pays qui l'avait expulsé et renié, ardent pourfendeur du communisme soviétique encourageant à voter pour le candidat communiste de la Russie postsoviétique : l'homme s'est montré pour le […] Lire la suite

ZOCHTCHENKO MIKHAÏL MIKHAÏLOVITCH (1895-1958)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 488 mots

Né dans une famille noble cultivée d'Ukraine, Zochtchenko, engagé volontaire de la Première Guerre mondiale, blessé et gazé, connut la guerre civile, qu'il fit dans l'Armée rouge, puis une période de multiples activités et professions. Il fit ses débuts littéraires à Pétrograd en 1921, dans le cadre du groupe des Frères Sérapion. Prosateur comme la plupart des autres Sérapion, il se singularise ta […] Lire la suite


Affichage 

Alexandre Soljénitsyne à Zurich

Alexandre Soljénitsyne à Zurich

photographie

Février 1974 : expulsé d'URSS pour son livre L'Archipel du Goulag, Alexandre Soljénitsyne arrive à Zurich Il retrouvera sa patrie russe après vingt ans d'exil, en un retour qui fait penser en France à celui de Victor Hugo 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Boris Pasternak, 1958

Boris Pasternak, 1958

photographie

Du futurisme au «Docteur Jivago», en passant pas les poèmes de «Ma Sœur la vie», l'œuvre de Boris Pasternak rend compte des ardeurs et des désenchantements du siècle 

Crédits : J. Cooke/ Getty

Afficher

Gorki

Gorki

photographie

Le Russe Maxime Gorki (1868-1936), dramaturge, romancier et, en 1932, premier président de l'Union des écrivains soviétiques Il prit part à la formation de la théorie du réalisme socialiste 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Heinrich Böll et Soljénitsyne

Heinrich Böll et Soljénitsyne

photographie

L'Allemand Heinrich Böll (à droite), Prix Nobel de littérature en 1972, accueille l'écrivain russe Alexandre Soljénitsyne, après son expulsion d'URSS, en février 1974 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Pasternak

Pasternak

photographie

Le poète russe Boris Leonidovitch Pasternak (1890-1960) Romancier et Prix Nobel en 1958, il fut également le traducteur de six grandes tragédies de Shakespeare 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Vladimir Maïakovski

Vladimir Maïakovski

photographie

Maïakovski, «révolutionnaire de profession», à l'époque où il étudie à l'Institut de peinture, de sculpture et d'architecture 

Crédits : Ullstein Bild/ AKG

Afficher

Alexandre Soljénitsyne à Zurich

Alexandre Soljénitsyne à Zurich
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Boris Pasternak, 1958

Boris Pasternak, 1958
Crédits : J. Cooke/ Getty

photographie

Gorki

Gorki
Crédits : Hulton Getty

photographie

Heinrich Böll et Soljénitsyne

Heinrich Böll et Soljénitsyne
Crédits : Hulton Getty

photographie

Pasternak

Pasternak
Crédits : Hulton Getty

photographie

Vladimir Maïakovski

Vladimir Maïakovski
Crédits : Ullstein Bild/ AKG

photographie