ROUMAINE LITTÉRATURE

ARGHEZI TUDOR (1880-1967)

  • Écrit par 
  • Alain GUILLERMOU
  •  • 1 279 mots

Tudor Arghezi est avant tout un poète lyrique, hanté par les grands thèmes de la vie et de la mort, de la nature, de l'amour et du mystère de l'être. Toute sa poésie garde la trace de son passage dans les ordres religieux – on notera le grand nombre de ses poèmes intitulés « Psaume » ou « Spirituelle » – soit qu'une nostalgie de la foi perdue s'y exprime, soit que l'ancienne croyance se métamorpho […] Lire la suite

CARAGIALE ION LUCA (1852-1912)

  • Écrit par 
  • Alain GUILLERMOU
  •  • 1 126 mots

Caragiale est-il un ancêtre d' Eugène Ionesco ? L'auteur de La Cantatrice chauve, en le présentant, se présente lui-même : « Sa principale originalité est que tous ses personnages sont des imbéciles. L'écart qu'il y a entre un langage aussi obscur qu'élevé et la ruse mesquine des personnages, leur politesse cérémonieuse et leur malhonnêteté foncière fait que finalement ce théâtre, allant au-delà […] Lire la suite

EMINESCU MIHAIL (1850-1889)

  • Écrit par 
  • Alain GUILLERMOU
  •  • 1 549 mots

Né l'année où meurt Balzac, le Roumain Mihail Eminescu publie ses premiers poèmes, d'un romantisme tantôt languide, tantôt brutalement pessimiste, à une époque où le romantisme occidental est sur sa fin. Ce décalage est à noter d'une manière générale dans l'histoire de la littérature roumaine, mais pour Eminescu il ne s'agit pas vraiment d'influence à retardement. Aussi bien a-t-il subi, au dire d […] Lire la suite

FONDANE BENJAMIN FUNDOIANU dit BENJAMIN (1898-1944)

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 651 mots

Benjamin Fondane, de son vrai nom Benjamin Wechsler, est né en 1898 à Iasi, en Roumanie, dans une famille juive. De 1919 à 1923, à Bucarest, il travaille comme journaliste. Comme d'autres écrivains roumains (Cioran, Ionesco, Eliade), il se passionne pour la culture française et fait découvrir à ses compatriotes Baudelaire, Apollinaire et Gide. En 1922, s'inspirant de Jacques Copeau, il fonde à Buc […] Lire la suite

GHYKA MATILA C. (1881-1965)

  • Écrit par 
  • Virgil IERUNCA
  •  • 1 078 mots

Issu d'une famille d'aristocrates roumains, Matila Ghyka mena une vie cosmopolite, se laissant solliciter par l'aventure et dévorer par l'action, avant de se consacrer à son œuvre de philosophe touchant le pythagorisme, l'esthétique, la sémantique et la science sacrée des nombres. Ingénieur, après de brillantes études à Paris, docteur en droit à Bruxelles, officier de marine, diplomate, professeur […] Lire la suite

ISTRATI PANAÏT (1884-1935)

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 597 mots

« Un Gorki balkanique ». C'est ainsi que Romain Rolland définissait Panaït Istrati, vagabond héroïque, auteur d'une œuvre écrite essentiellement en français. Grec par son père, roumain par sa mère, celui-ci est né à Braïla, en Roumanie, ville cosmopolite du bas Danube. C'est un gamin du port. On peut voir là l'origine de ses rêves de voyages, ses envies d'horizons nouveaux, sa perpétuelle errance. […] Lire la suite

REBREANU LIVIU (1885-1944)

  • Écrit par 
  • Alain GUILLERMOU
  •  • 1 537 mots

En 1920 paraît Ion , roman de Rebreanu, en deux volumes massifs. La critique est enthousiaste. L'Académie roumaine décerne à l'auteur, jusque-là peu connu, son prix Nǎsturel. En vingt ans, il publie deux autres chefs-d'œuvre et beaucoup de récits mineurs. Avec Rebreanu, le roman roumain est né et une voie s'est ouverte dans laquelle s'engageront bon nombre d'écrivains de talent, dont aucun cepend […] Lire la suite

ROUMANIE

  • Écrit par 
  • Mihai BERZA, 
  • Catherine DURANDIN, 
  • Alain GUILLERMOU, 
  • Gustav INEICHEN, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Philippe LOUBIÈRE, 
  • Robert PHILIPPOT, 
  • Valentin VIVIER
  •  • 34 946 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « De Byzance à la latinité »  : […] Le texte qui, dans la littérature roumaine, correspond aux « serments de Strasbourg » est la lettre que le boyard Neacşu, de Cîmpulung, envoya en 1521 au maire de Braşov. Auparavant, c'est-à-dire du départ des Romains de la Dacie trajane en 271 en ce début du xvi e  siècle, aucune trace d'aucune sorte n'a été conservée de la langue, issue du latin, parlée dans les territoires (Transylvanie, Moldav […] Lire la suite

SADOVEANU MIHAIL (1880-1961)

  • Écrit par 
  • Alain GUILLERMOU
  •  • 1 971 mots

À soixante ans, Sadoveanu a été célébré pour avoir écrit soixante ouvrages. Son activité littéraire commence avec le siècle, se développe entre les deux guerres mondiales et se poursuit après l'instauration du nouveau régime en Roumanie. C'est au cours de cette dernière période que l'écrivain se fait l'écho des problèmes qui agitent son pays ; toute son œuvre antérieure est vouée à la recherche du […] Lire la suite