LITTÉRATURE NUMÉRIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une littérature générée

Les premiers essais de littérature numérique sont aussi anciens que l’informatique elle-même. Dès les années 1940, Alan Turing, logicien et pionnier de l’informatique, découvre les potentialités de l’ordinateur dans le domaine de la combinatoire en programmant des Lettres damour sous forme de « cadavres exquis », ce montage ludique de phrases ou de dessins inventé par les surréalistes. Mais c’est seulement à partir de la fin des années 1950 que sont publiés les textes de Theo Lutz dans la revue Augenblick, puis ceux de Jean Baudot (La Machine à écrire) et de Nani Ballestrini. Ces premières productions utilisent l’ordinateur comme une machine à combiner des éléments infratextuels (parfois appelés « textons ») à l’aide d’une fonction aléatoire. Les œuvres ainsi engendrées appartiennent à ce que l’on pourrait appeler une littérature de l’illisibilité revendiquée. Elles s’inscrivent dans la lignée contestataire des poèmes dadaïstes de Tristan Tzara et des cut-up pratiqués par Brion Gysin et Williams Burroughs. En se structurant, la combinatoire peut aussi produire des œuvres plus lisibles, sur le modèle des Cent Mille Milliards de poèmes (1961), de Raymond Queneau. Ce livre, dont les pages sont découpées en languettes combinables, a inspiré de nombreux programmes informatiques qui n’ont pas pour finalité de produire de l’illisible, mais de susciter le vertige du lecteur devant la réapparition du même et du différent.

Les progrès de l’informatique et la prise en compte des avancées de la linguistique ont permis à cette littérature purement combinatoire et aléatoire de se donner des objectifs plus ambitieux. S’inspirant de la grammaire générative de Chomsky ou des travaux des chercheurs comme Propp, Greimas ou Brémond sur l’analyse structurale des textes, la génération automatique a cherché à modéliser la production des énoncés pour la traduire en algorithmes exécutables par un ordinateur. Cette ambition a été portée en Fra [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Écrit par :

  • : professeur des Universités en sciences de l'information et de la communication, université de Paris-VIII
  • : professeur agrégé de lettres modernes, détaché à l'université de Paris-VIII

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Alexandra SAEMMER, Jean CLÉMENT, « LITTÉRATURE NUMÉRIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-numerique/