MÉDIÉVALE LITTÉRATURE

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 837 mots
  •  • 3 médias

La formation de la prose littéraire constitue un processus fondamental dans l’histoire des civilisations anciennes et modernes. Ce processus s’inscrit sans aucun doute dans un plus vaste réseau : les emplois multiples du discours en prose, des épigraphes aux journaux intimes, se développent dans des rapports étroits, tant pour la forme que pour le contenu, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-en-prose/#i_181

ADAM DE LA HALLE (1235 env.-env. 1285)

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 1 080 mots

Fils de Henri le Bossu, bourgeois aisé d'Arras, nommé parfois lui-même Adam le Bossu (en picard, Bochu ), né vers 1235, Adam de la Halle entreprit des études (peut-être à l'abbaye de Vausselles) mais revint à Arras où il épousa une certaine Maroie, que l'on considère, à tort ou à raison, comme l'inspiratrice de la plupart de ses poésies d'amour ; il quitta quelque temps la ville (en 1262, ou vers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-de-la-halle/#i_181

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 638 mots
  •  • 3 médias

On définit généralement l'allégorie en la comparant au symbole , dont elle est le développement logique, systématique et détaillé. Ainsi, dans la poésie lyrique, l'image de la rose apparaît souvent comme le symbole de la beauté, de la pureté ou de l'amour ; Guillaume de Lorris en a fait une allégorie en racontant les aventures d'un jeune homme épris d'un bouton de rose. Il est évident qu'entre le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie/#i_181

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 18 médias

En 1795 – au milieu même de ce que la postérité devait dénommer le classicisme allemand –, Goethe fait paraître un bref article intitulé « Sans-culottisme littéraire ». C'était une réponse à un médiocre libelle qui venait de déplorer qu'il y eût en Allemagne si peu d'œuvres classiques. Depuis un demi-siècle, répond Goethe, on s'est précisément efforcé de former en Allemagne le goût du public et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_181

ALPHONSE X LE SAGE (1221-1284) roi de Castille et de León (1252-1284)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 639 mots

Roi de Castille, Alphonse X, dit le Sage ou le Savant, a laissé de lui l'image d'un souverain trop affairé à contempler les étoiles pour prêter attention aux choses de ce bas monde ; on l'a ainsi comparé à cet astrologue qui figure dans un exemplum médiéval et qui, trop occupé à tirer les horoscopes des autres, ne voit guère le puits où sa distraction le fera tomber. Victime pourtant plus de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphonse-x-le-sage/#i_181

ANDRÉ LE CHAPELAIN (XIIe-? XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 055 mots

Condamné, en 1277, par l'évêque de Paris, Étienne Tempier, le De amore d'André le Chapelain n'a pas fini d'alimenter les controverses sur le sens de l'ouvrage et l'identité de l'auteur. Le livre présente une facture antithétique, la première partie célébrant la femme, la courtoisie et la prééminence de l'amour, la seconde développant l'antiféminisme le plus extrême et vitupérant l'amour, qui n'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-le-chapelain/#i_181

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre «  Chaucer et le Moyen Âge »  : […] Si Geoffrey Chaucer (1340 env.-1400 env.) n'avait pas secoué la tradition allégorique du Roman de la Rose et de ses faibles imitateurs, grâce à l'influence des fabliaux et surtout des trois grands italiens du xiv e  siècle, Dante, Pétrarque et Boccace, aurait-il un nom plus retentissant que William Langland, dont La Vision de Pierre le laboureur (Piers Plowman , 1362-1387) ne conserve aujourd'hui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_181

ANGLO-NORMANDE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • André CRÉPIN
  •  • 1 046 mots

L'anglo-normand est la variété de français parlée et écrite en Angleterre du xii e au xiv e  siècle inclus. Après la conquête de l'Angleterre par Guillaume de Normandie (1066) et l'avènement des Plantagenêts (1154), le français vint s'ajouter au latin et à l'anglais. Le latin de l'Église et de ses clercs était la langue internationale, importante ; le français venait en second : les moines au xi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-anglo-normande/#i_181

ANTHOLOGIE GRECQUE ou ANTHOLOGIE PALATINE

  • Écrit par 
  • Pascal CULERRIER
  •  • 652 mots

Le genre de l'épigramme connut une grande faveur dans la Grèce antique. Le terme fut d'abord réservé aux inscriptions gravées sur un monument (épitaphe, dédicace d'un ex-voto, légende explicative d'une œuvre d'art), puis il désigna les pièces de vers assez courtes pour pouvoir être gravées, ainsi que de brefs poèmes satiriques. Les Anciens s'attachèrent très tôt à réunir ces textes. La première an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthologie-grecque-anthologie-palatine/#i_181

ARTHURIEN CYCLE

  • Écrit par 
  • Cedric E. PICKFORD
  •  • 5 710 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Wace »  : […] Le Roman de Brut sert de pont entre la matière historique et la littérature médiévale. Wace, dont la source est l' Historia , écrivit un « roman ». C'est à la psychologie de ses personnages qu'il s'intéresse d'abord. Ainsi, l'histoire de la conception du roi Arthur devient ici un roman d'amour. C'est parce qu'il est épris d'Iguerne qu'Uther demande conseil à Merlin qui l'aidera à accomplir ses dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycle-arthurien/#i_181

AUBE CHANSON D'

  • Écrit par 
  • Jean FRAPPIER
  •  • 1 153 mots

Deux amants, dont la nuit a favorisé la rencontre, déplorent l'approche du jour, venu trop tôt à leur gré : tel est le thème de la « chanson d'aube », genre lyrique des xii e et xiii e  siècles, ou simplement « aube », d'après la transposition française du mot alba qui désigne le genre dans la poésie provençale, où il est plus richement représenté que dans celle du Nord. S'il est un thème répand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-d-aube/#i_181

AUCASSIN & NICOLETTE (1200 env.)

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 894 mots

Des raisons philologiques et littéraires incitent à dater des environs de 1200 et à localiser dans le nord de la région picarde la composition de cette œuvre anonyme, charmante, tendre et ironique, colorée, l'une des plus parfaites de ce temps. Par sa forme, elle est unique : l'auteur, dans sa conclusion, la qualifie de « chantefable », mot très probablement forgé par lui et qui ne désigne aucun g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aucassin-et-nicolette/#i_181

AUTEUR

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN, 
  • François-René MARTIN
  • , Universalis
  •  • 3 112 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Une parole anonyme »  : […] La pratique de la signature des œuvres, développée dès le vi e  siècle avant J.-C., indique le détachement progressif du nom d'auteur par rapport à une collectivité, et le laisse assumer un texte qui n'est plus imputable à une transcendance. Mais cette pratique n'est pas là pour perpétuer l'auteur. C'est ailleurs que le nom d'auteur est établi et conservé. D'abord dans des pratiques du texte, que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auteur/#i_181

BALLADE

  • Écrit par 
  • Claude THIRY
  •  • 562 mots

Par son étymologie (ancien provençal ballada ), la ballade est, comme le rondeau, une des formes lyriques associées à la danse. La structure la plus typique, qui l'a fait ranger parmi les formes fixes, comporte trois strophes sur les mêmes rimes terminées par un refrain, et un envoi comptant la moitié des vers de la strophe et reprenant les rimes finales et le refrain. L'idéal recherché est la str […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballade/#i_181

BENOÎT DE SAINTE-MAURE (fin XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 178 mots

Auteur du Roman de Troie , poème de 30 000 octosyllabes, où se mêlent la légende et l'histoire des Grecs. Il ignorait le grec et utilisa deux narrations latines du siège de Troie, tenues pour véridiques ; l'une, composée au vi e siècle, était attribuée à un Phrygien, Darès, l'autre, datant du iv e siècle, était attribuée au Crétois Dictis. Tous deux étaient censés avoir été les témoins oculaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benoit-de-sainte-maure/#i_181

BEOWULF (VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Paul BACQUET
  •  • 839 mots
  •  • 1 média

Ce long poème héroïque de plus de trois mille vers repose sur une légende scandinave du haut Moyen Âge et représente l'un des sommets de la poésie vieil- anglaise. Cependant, la geste tragique de Beowulf est célébrée par un poète chrétien s'adressant à un auditoire cultivé et attentif aux leçons convergentes du christianisme et de la tradition germanique. Mythologie et folklore, recherche du merv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beowulf/#i_181

BEOWULF (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 748 mots
  •  • 1 média

Rédigé par un auteur inconnu, cette épopée anglo-saxonne du viii e   siècle relate la plus ancienne légende des peuples germaniques. Ce poème majeur de la littérature vieil-anglaise exalte les exploits de Beowulf, prince scandinave, qui aurait vécu au vi e   siècle. Rédigé en 3 182 vers assonancés, le texte nous est parvenu grâce à un manuscrit en langue saxonne du x e   siècle . Deux parties le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beowulf-anonyme/#i_181

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 708 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La symbolique traditionnelle du « Physiologus » »  : […] Pendant des siècles, les écrivains d'Europe occidentale ont cru devoir soumettre, dans leurs œuvres encyclopédiques, la description des animaux à une tradition fantastique dérivant d'une vieille compilation alexandrine. Au milieu du xiii e  siècle, Barthélemy l'Anglais, Vincent de Beauvais et Brunetto Latini répètent encore les fables recueillies par le Physiologus (Φυσιολ́ογος), anonyme naturali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bestiaires/#i_181

BRANDAN ou BRENDAN VOYAGE DE SAINT

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 313 mots

La navigation prend une place privilégiée parmi les voyages spirituels : la mer, c'est l'aventure pleine de dangers mystérieux aux confins du réel et de l'imaginaire. Dès la fin de l'Antiquité, les philosophes stoïciens qui commentent allégoriquement Homère font de l' Odyssée une ascèse, une purification progressive de l'âme vers sa patrie. En chrétienté, la faveur vient au genre sous l'effet de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brandan-brendan/#i_181

CANZONIERE, Pétrarque - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 900 mots
  •  • 1 média

Un des manuscrits qui contient le Canzoniere de Pétrarque (1304-1374) porte le titre en latin de Rerum vulgarium fragmenta (« fragments en langue vulgaire »). Non que ces 366 sonnets, chansons, sextines et ballades présentent le moindre signe d'inachèvement : Pétrarque désignait par là une œuvre faite de pièces diverses, à la différence de formes longues comme le poème épique. Il s'agit d'un li […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canzoniere/#i_181

CELTES

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H, 
  • Pierre-Yves LAMBERT, 
  • Stéphane VERGER
  •  • 15 892 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Littératures celtiques »  : […] Tous les pays celtiques ont connu, dans la première période attestée, de petits royaumes indépendants, où des princes entretenaient chacun un poète professionnel. Ce type de société aristocratique demandait au lettré des poèmes héroïques, ou des sagas mettant en valeur la gloire de la famille princière. Ce matériau littéraire devait se transmettre oralement : c'est par contact ou échange avec la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celtes/#i_181

CHANSON

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET, 
  • Guy ERISMANN, 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 7 139 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Un exemple : la chanson en France »  : […] On se plaît à rappeler que le premier texte connu de la langue française fut une séquence chantée, dont le manuscrit se trouve à la bibliothèque de Valenciennes : la Cantilène de sainte Eulalie , probablement composée au début du ix e  siècle. Chez tous les peuples, semble-t-il, des paroles cadencées par un rythme très simple constituent une des premières manifestations musicales, tout comme le be […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson/#i_181

LA CHANSON DE ROLAND

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 960 mots

Composée vers 1100 et conservée sous sa forme la plus ancienne dans un manuscrit copié entre 1140 et 1170 (manuscrit dit d'Oxford), La Chanson de Roland pose une série d'énigmes qui ont longuement nourri les débats critiques. Par quelles voies un événement historique, le désastre subi par l'arrière-garde de l'armée de Charlemagne à Roncevaux, le 15 août 778, s'est-il transmis jusqu'à la fin du x […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-chanson-de-roland/#i_181

LA CHANSON DES NIBELUNGEN (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 768 mots
  •  • 1 média

La Chanson des Nibelungen est sans doute la version la plus achevée de la légende homonyme : c'est un vaste poème de 3 379 strophes (de quatre vers chacune) qui s'est formé autour du personnage central de Siegfried et qui a été composé par un poète autrichien inconnu entre 1200 et 1210. Chef-d'œuvre de la littérature allemande du Moyen Âge, La Chanson des Nibelungen constitue un diptyque. La pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-chanson-des-nibelungen/#i_181

CHANSON DE GESTE

  • Écrit par 
  • Italo SICILIANO
  •  • 5 068 mots
  •  • 1 média

Les chansons de geste, chansons d'histoire romancée, sont des poèmes qui narrent les hauts faits, les guerres, les drames imaginaires et les légendes pieuses d'illustres personnages historiques ou inventés. Composées par des trouvères, dont on vante parfois le savoir et la noble naissance, colportées par des jongleurs qui hantent les palais et battent l'estrade, les quelque quatre-vingts chansons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-de-geste/#i_181

CHANSONS, Arnaut Daniel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 1 000 mots

Du troubadour Arnaut Daniel, « gentilhomme de Ribérac » (comme le dit Aragon dans La Leçon de Ribérac ou l'Europe française) et né vers 1150-1160, ont été conservées peu de choses : un sirventès (poème satirique) obscène, seize cansos (chansons d'amour) et une « sextine », forme très complexe dont il est l'inventeur. Un ensemble d'une extrême exigence poétique qui lui a valu d'être salué par Da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chansons/#i_181

CHANTEFABLE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 56 mots

Jeu dramatique médiéval, où les parties narratives en prose alternent avec des passages versifiés chantés. La composition la plus connue de ce type est Aucassin et Nicolette . Le genre littéraire de la chantefable survécut jusqu'à la fin du xiv e siècle sans toutefois continuer à en porter le nom. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chantefable-genre-litteraire/#i_181

CHARLES D'ORLÉANS (1394-1465)

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 550 mots

Le rapport entre la vie et les poèmes de Charles, duc d'Orléans (fils de Louis d'Orléans, qui fut tué par Jean sans Peur en 1407, et père de Louis XII), est plus compliqué que ne le ferait croire, par exemple, un rapprochement entre les ballades où il nous parle de son exil et l'histoire qui nous apprend ses vingt-cinq ans de captivité en Angleterre, après Azincourt (1415). L'espace, de mer et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-d-orleans/#i_181

CHARTIER ALAIN (1385-? 1429)

  • Écrit par 
  • Joël SHAPIRO
  •  • 618 mots

L'œuvre de ce grand poète de la fin du Moyen Âge reste injustement négligée : il a pourtant laissé une marque profonde et subtile dans la littérature française. Clément Marot dit de ses vers qu'ils étaient un honneur pour toute la Normandie, sa province natale, et fit ainsi son éloge : Le bien disant en rithme / Alain... dont la muse est fine . Le grand humaniste Étienne Pasquier (1529-1615) prolo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-chartier/#i_181

CHASSE

  • Écrit par 
  • Xavier PATIER
  •  • 7 042 mots

Dans le chapitre « L'art affirme la place sociale de la chasse »  : […] On prétend que la chasse est, avec la religion et la guerre, le thème le plus représenté dans l'art depuis les origines. Quoi qu'il en soit, il est sûr qu'elle est le premier sujet à apparaître dans l'histoire de la peinture. Les grottes de Lascaux, vieilles d'environ dix-huit mille ans, représentent explicitement des gibiers chassés, ainsi que des armes de jet, et même, tout au fond de la galeri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chasse/#i_181

CHAUCER GEOFFREY (1340 env.-env. 1400)

  • Écrit par 
  • Paul BACQUET
  •  • 1 298 mots
  •  • 1 média

Chaucer eut la chance de naître londonien à une époque où l'anglais de la capitale (Midlands – Sud-Est) allait devenir la langue littéraire commune. Son œuvre composite, où se mêlent les traditions médiévales du Continent et les courants autochtones, connaît un succès durable, même si, de nos jours, le poète est surtout considéré comme l'auteur « moderne » des Contes de Cantorbéry . La satire et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geoffrey-chaucer/#i_181

CHEVALERIE EN ESPAGNE ROMANS DE

  • Écrit par 
  • Madeleine PARDO
  •  • 3 959 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le chevalier Cifar »  : […] Les héros du cycle carolingien, Mainet, Berthe, la reine Séville, Fierabras, Renaud de Montauban, furent connus dans la Péninsule, dès avant le xiii e  siècle. Après les héros du cycle carolingien, la Péninsule accueillit ceux du cycle breton. Mais il est certain que toute cette littérature romanesque garde, pour reprendre les termes de Menéndez Pelayo, un caractère légèrement exotique. Aucun de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romans-de-chevalerie-en-espagne/#i_181

CHRÉTIEN DE TROYES (1135 env.-env. 1183)

  • Écrit par 
  • Yasmina FOEHR-JANSSENS
  •  • 1 248 mots
  •  • 1 média

Figure centrale de la littérature française médiévale, Chrétien de Troyes se signale par l'importance de sa production romanesque. On lui doit cinq récits, en octosyllabes à rimes plates, composés entre 1170 et 1185 ( ?) : Érec et Énide , Cligès , Lancelot, ou le Chevalier à la charrette , Yvain, ou le Chevalier au lion , et Perceval, ou le Conte du Graal , qui forment un ensemble homogène. Ce cor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chretien-de-troyes/#i_181

CHRISTINE DE PIZAN (1365-1431)

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 336 mots

Fille d'un astrologue italien venu se mettre au service de Charles V, mariée à un secrétaire du roi, veuve dix années plus tard (à vingt-cinq ans), Christine doit lutter pour vivre et faire vivre sa famille. Elle est heureusement protégée par quelques grands princes comme Jean de Berry, le duc de Bourgogne et Louis d'Orléans. Elle compose des poèmes de cour dans tous les genres à la mode, mais ent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christine-de-pizan/#i_181

CID LE

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 814 mots

Dans le chapitre « « El Cantar de mío Cid », chanson de geste »  : […] Vers 1142, un jongleur de Medinaceli compose à la gloire du Cid une chanson épique, en vers non isosyllabiques, selon une technique qui rappelle les plus vieilles chansons françaises. C'est un chef-d'œuvre. Son originalité ne réside pas seulement dans les qualités littéraires de l'aède, sa ferveur et la netteté de son expression ; l'ouvrage est aussi remarquablement adapté aux circonstances histo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cid-le/#i_181

LA COMÉDIE, Dante Alighieri - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Charles VEGLIANTE
  •  • 1 709 mots
  •  • 1 média

La Comédie , ainsi nommée pour la distinguer des grands poèmes tragiques de l'Antiquité, dont le modèle était alors l' Énéide , est bien le chef-d'œuvre que Dante Alighieri (1265-1321) annonçait dans la dernière phrase de son œuvre de jeunesse, la Vita nova  : une « admirable vision ». Cette vision, il allait falloir la mettre en mots plus tard, lorsque le poète en serait capable et digne, afin d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-comedie/#i_181

COMMYNES, COMMINES ou COMINES PHILIPPE DE (1447-1511)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 315 mots

Noble flamand ; filleul de Philippe le Bon, chambellan de Charles le Téméraire, Philippe de Commynes fut à ses côtés pendant la Ligue du bien public et lors de l'entrevue du Téméraire et de Louis XI à Péronne (1468). C'est là qu'il connut le roi, au service duquel il passa en 1472, non sans lui avoir donné, dès le temps de Péronne, d'habiles conseils. Louis XI le fit sénéchal de Poitou (1476). Apr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commynes-commines-comines/#i_181

CONTES DE CANTERBURY, Geoffrey Chaucer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • André CRÉPIN
  •  • 1 076 mots
  •  • 1 média

Geoffrey Chaucer (1340-1400) est surtout connu par ses Contes , dont la rédaction commence vers 1387. Il a pourtant écrit de nombreuses autres œuvres. Mais la diversité, de fond et de forme, des Contes de Canterbury reflète bien la curiosité alerte de son génie. À sa mort, Chaucer, âgé d'une soixantaine d'années, laisse les Contes inachevés. On les classe en dix liasses ou « fragments ». Certain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-de-canterbury/#i_181

COURTOISIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  • , Universalis
  •  • 5 087 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un fait collectif d'expression »  : […] La courtoisie, et spécialement la fin'amor , ne nous sont guère connues que par leurs reflets dans la poésie du xii e  siècle, de sorte que la question de leurs origines peut difficilement être dissociée des nombreux problèmes techniques relatifs à la constitution des formes poétiques correspondantes. La courtoisie revêt ainsi, aux yeux de l'observateur moderne, un caractère spécifiquement « litté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/courtoisie/#i_181

CYCLE ARTHURIEN DANS LA FANTASY

  • Écrit par 
  • Anne BESSON
  •  • 2 481 mots

Les aventures du roi Arthur et de ses chevaliers constituent un important champ d'expression du merveilleux littéraire et iconographique. Elles forment, à côté des mythes et des contes, une des sources principales de la fantasy, ce genre né à la fin du xix e  siècle d'un besoin de réenchantement du monde. La « matière de Bretagne » a d'abord nourri un ensemble de romans français et européens, à p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycle-arthurien-dans-la-fantasy/#i_181

DANTE ALIGHIERI (1265-1321)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 5 460 mots
  •  • 2 médias

Le septième centenaire de la naissance de Dante a donné en 1965 la mesure de la diffusion de son œuvre dans le monde. En France seulement, trente-sept traductions totales ou partielles de La Divine Comédie ont été éditées ou rééditées depuis 1921. La question s'est une fois de plus posée de l'actualité véritable de Dante, de ce que son œuvre signifie pour les lecteurs de notre temps, de ce qu'ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dante-alighieri/#i_181

LE DÉCAMÉRON, Boccace - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 905 mots
  •  • 1 média

Lorsque Boccace (1313-1375) écrit le Décaméron (1349-1351), il a derrière lui quelques œuvres latines, mais aussi toute une production lyrique et narrative : romans en vers (comme le Teseida , le Filostrato , le Ninfale fiesolano ), en prose (le Filocolo , l' Elegia di Madonna Fiammetta ) ou en vers et prose (le Ninfale d'Ameto ). Le Décaméron marque l'entrée d'un genre nouveau, la nouvelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-decameron/#i_181

DE TRIBUS IMPOSTORIBUS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 868 mots

Livre mythique s'il en fut, le De tribus impostoribus ( Livre des trois imposteurs ) a hanté la conscience du Moyen Âge. L'ombre suscitée par son incertaine réalité n'a pas cessé, pendant des siècles, de nourrir l'idée que l'humanité a pu s'engager dans la voie des religions comme en un chemin d'une absurdité et d'une aberration fondamentales. On prête au karmate Abū Tāhin le propos d'où va découl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-tribus-impostoribus/#i_181

DICTIONNAIRE

  • Écrit par 
  • Bernard QUEMADA
  •  • 7 981 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] En France, les débuts de la lexicographie ont devancé de plusieurs siècles les premiers dictionnaires monolingues français. En Europe occidentale, ce long parcours est jalonné d'échanges entre les premiers répertoires de langues anciennes, du latin en particulier. Ainsi s'est constitué un important patrimoine de savoirs communs qui a permis aux dictionnaires de devenir, avant le xvii e  siècle, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dictionnaire/#i_181

DIT, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 351 mots

Le dit est-il un genre littéraire au Moyen Âge ? Le mot intervient dans le titre de nombreux poèmes dont il présente pour ainsi dire le thème, surtout lorsqu'il s'agit d'une sorte de parabole ou d'allégorie : Dit de la lampe , Dit de l'unicorne et du serpent , Dit de la panthère d'amour , Dit du vergier , Dit du lion , Dit de la fontaine amoureuse . Les textes ainsi intitulés sont très divers ; en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dit-genre-litteraire/#i_181

DOLCE STIL NOVO

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 1 432 mots

Formule devenue traditionnelle en histoire littéraire, l'appellation dolce stil novo, qui recouvre la plus riche et la plus subtile production lyrique amoureuse du Moyen Âge européen, ne désigne à proprement parler ni une école ni un courant entièrement homogène. Elle s'applique à un certain nombre de poètes toscans de la fin du xiii e et du début du xiv e  siècle qui, par leur adhésion à une con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dolce-stil-novo/#i_181

EDDAS

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 951 mots

Lorsque, en 1643, l'évêque Brynjólfur Sveinsson de Skálholt découvrit en Islande le manuscrit, connu sous le nom de Codex Regius , qui contient les poèmes de l'ancienne Edda , il ne se doutait peut-être pas qu'il venait de mettre la main sur un des textes les plus précieux, non seulement pour les nations germaniques dans leur ensemble, mais aussi pour la connaissance de la civilisation de l'Europe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eddas/#i_181

EDDAS (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 855 mots

Ces deux recueils islandais du xiii e  siècle, l'un poétique, l'autre dit « en prose », nous donnent, dans une forme hautement élaborée, la majorité des textes sur lesquels nous nous fondons pour connaître la mythologie des anciens Scandinaves. Ils comptent parmi les fleurons de nos lettres médiévales occidentales. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eddas-anonyme/#i_181

ENCYCLOPÉDIE

  • Écrit par 
  • Alain REY
  •  • 5 699 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le christianisme »  : […] Un profond changement intellectuel s'exprime de manière synthétique avec Augustin (354-430), qui explicite dans le De doctrina christiana un programme d'esprit encyclopédique, Boèce (480-524) et Cassiodore (env. 485-env. 580), ministre du roi goth Théodoric, mort vers 584, et auteur d'un vaste recueil historique et anthologique. Au siècle suivant, le projet encyclopédique majeur, influent pendan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclopedie/#i_181

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'érotisme des troubadours »  : […] On connaît bien désormais le phénomène social et littéraire européen communément appelé « courtoisie », ou « fine amor ». Les troubadours exploraient dans leurs poèmes (ou plutôt leurs chansons) tous les registres du sentiment amoureux. Le premier d'entre eux (chronologiquement comme par la profondeur de son inspiration), Guillaume IX d'Aquitaine (l071-1127), en parcourt, dans les onze textes qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_181

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Premiers monuments »  : […] On laissera de côté les diverses manifestations culturelles qui marquent l'avance des royaumes chrétiens à partir des Pyrénées cantabriques ainsi que celles des Arabes et des Juifs pour saluer les premiers monuments de la langue castillane et d'abord, parmi les œuvres épiques, le Poème du Cid (milieu du xii e  siècle), contant les pérégrinations de ce chef de bande, tout à tour allié d'autorités c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_181

EXEMPLUM

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 818 mots

Outre le sens habituel d'« exemple », le mot latin exemplum désigne une ressource de la rhétorique utile à qui veut susciter la persuasion. Aristote rapproche l'exemple, qui repose sur une inférence implicite, (raisonnement inductif) du syllogisme incomplet (déductif) ; après lui, la rhétorique latine (Cicéron, Quintilien, Valère Maxime) distingue le signe (preuve matérielle), l'argument (raisonn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exemplum/#i_181

FABLIAU

  • Écrit par 
  • Dominique BOUTET
  •  • 1 302 mots

Les fabliaux, « contes à rire en vers » selon la définition de J.  Bédier, apparaissent vers la fin du xii e siècle et disparaissent au début du xiv e siècle. Ils constituent un genre aux contours parfois imprécis, dont les quelque cent cinquante vestiges qui nous sont parvenus ne représentent qu'un échantillon. Ce genre a cependant survécu à travers les « schwankmären » allemands, pour inspirer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fabliau/#i_181

FATRASIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 775 mots

Apparemment dérivé de fatras , le mot fatrasie est pourtant attesté dans l'usage vers 1250, soit plusieurs décennies avant lui. D'étymologie obscure (on a voulu les faire remonter au latin farsura , « remplissage »), l'un et l'autre appartiennent en ancien français au vocabulaire littéraire (peut-être humoristique) et désignent deux variétés formelles d'un même type de poésie. À première vue, cel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fatrasie/#i_181

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 473 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La nuit épique »  : […] Le Moyen Âge finlandais a prodigieusement chanté. En octosyllabes formés de quatre trochées obligatoirement liés par le jeu des allitérations et la loi du binaire (toutes les idées sont répétées de deux façons différentes), ce qui ne va pas sans obscurités, artifices ni lourdeurs, les runo , c'est-à-dire les chanteurs (le mot ne signifiera chant que beaucoup plus tard), accompagnés de cette sorte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finlande/#i_181

GEOFFROY DE MONMOUTH (1100 env.-1154)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 640 mots

Chroniqueur anglais de l'époque médiévale et évêque de Saint-Asaph (1152), né vers 1100, mort en 1155, Geoffroy de Monmouth donne dans son œuvre principale, Historia regum Britanniae , une place prépondérante au roi Arthur, qui lancera la vogue de ce personnage dans la littérature européenne. Dans trois passages de son Historia , Geoffroy se désigne lui-même sous le nom de « Galfridus Monemuten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geoffroy-de-monmouth/#i_181

GOLIARDS

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 386 mots

Mot d'étymologie incertaine (Goliath, l'adversaire de David ?) désignant un prétendu groupe social qui, issu des milieux cléricaux, se serait signalé, au Moyen Âge, et plus particulièrement au xiii e siècle, par son attitude subversive. Et il est exact qu'à plusieurs reprises, notamment au concile de Trèves (1227) et au concile de Rouen (1241), l'Église fulmine contre l'inconduite de « clercs rib […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/goliards/#i_181

GRAAL

  • Écrit par 
  • Cedric E. PICKFORD
  •  • 1 069 mots
  •  • 1 média

Les textes littéraires du Moyen Âge offrent des définitions différentes du Graal, ou Saint-Graal. C'est évidemment une sorte de talisman, un objet merveilleux : parfois c'est un graal , un plat creux, que porte une pucelle ; parfois c'est le Saint-Graal, la coupe de la Cène, ou la coupe dans laquelle Joseph d'Arimathie recueillit le sang du Seigneur crucifié et que symbolise toujours le calice de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/graal/#i_181

HADEWIJCH (mil. XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 773 mots

Poétesse et mystique flamande de la première moitié du xiii e  siècle, Hadewijch est l'auteur de poèmes d'inspiration courtoise, de lettres et de visions où l'amour, traité en thème privilégié, tend à se substituer à Dieu, au terme d'une expérience extatique dont l'expression passionnelle est rendue avec une particulière sensualité. Les lacunes de sa biographie ont souvent permis de ranger Hadewij […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hadewijch/#i_181

HARTMANN VON AUE (1160 env.-entre 1205 et 1215)

  • Écrit par 
  • Pierre SERVANT
  •  • 1 393 mots

Le premier en date des grands classiques du roman courtois en Allemagne (G. Zink). D'après les quelques témoignages littéraires qui nous sont parvenus (Wolfram d'Eschenbach, Gottfried de Strasbourg) et les renseignements qu'il nous a fournis lui-même dans ses œuvres, nous savons que Hartmann von Aue était d'origine souabe, chevalier de naissance non libre ( dienstmann ), ministérial au service d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hartmann-von-aue/#i_181

HEINRICH VON MORUNGEN (mort en 1222)

  • Écrit par 
  • Claude LECOUTEUX
  •  • 595 mots

Originaire du château de Morungen, près de Sangerhausen, en Thuringe, le ministérial Henrich von Morungen, un des grands représentants de l'été du Minnesang , fait ses débuts poétiques vers 1190. Des documents attestent son existence en 1217-1218. Ce sont là les seuls éléments sûrs dont nous disposons. À la charnière du xv e et du xvi e siècle, une tradition prétend que Heinrich von Morungen ser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-von-morungen/#i_181

HEINRICH VON VELDEKE (1140-1190)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 169 mots

Le principal ouvrage de Heinrich von Veldeke, originaire du Limbourg (sud des Pays-Bas et nord-est de la Belgique), est l' Énéide ( Eneit ) considéré par Wolfram d'Eschenbach et Gottfried de Strasbourg comme un modèle sur le plan formel (la rime s'y affirmait et remplaçait l'assonance utilisée jusqu'alors). Inspirée directement du Roman d'Énéas , elle atteste l'influence française prépondérante c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-von-veldeke/#i_181

HÉLOÏSE (1101-1164)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 767 mots

Née au début du xii e  siècle, Héloïse passe son enfance et son adolescence au couvent d'Argenteuil puis à Paris, chez le chanoine Fulbert, son oncle ; elle est l'élève, puis devient la maîtresse d'Abélard (dont elle a un fils, nommé Astrolabe), et enfin sa femme, bien qu'elle ait d'abord refusé d'imposer ce lien à Abélard et qu'elle en nie ensuite l'existence : situation fausse qu'un nouveau séjo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heloise/#i_181

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La tradition européenne »  : […] Chanter de geste , chanson de geste , ces deux expressions, bien attestées au Moyen Âge, désignent au plus juste la forme qu'a prise l'épopée dans la France médiévale, à partir de La Chanson de Roland (vers 1090)  : la célébration des exploits ( res gestae ) des héros nationaux, au long d'un récit, psalmodié plutôt que chanté, par un récitant qui s'accompagnait à la vielle. Nous n'atteignons plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epopee/#i_181

MOYEN ÂGE - L'affirmation des langues vulgaires

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 2 558 mots

Dans le chapitre « L'avènement des langues vernaculaires »  : […] Un fragment de manuscrit du x e  siècle donne, à la suite d'une pièce latine également en l'honneur de sainte Eulalie, une séquence de 29 vers qui célèbre, mais en langue vulgaire, en « roman », les mérites et le martyre de la sainte. Ce texte en vers assonancés n'est pas l'acte de naissance de la langue française : les Serments de Strasbourg, qui voient Charles le Chauve et Louis le Germanique s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-l-affirmation-des-langues-vulgaires/#i_181

HROSWITHA VON GANDERSHEIM (935 env.-env. 1000)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 228 mots

Hroswitha von Gandersheim est considérée comme la première poétesse allemande. Née vers 935 dans une famille noble, Hroswitha (ou Hrotswitha, Hrotsvit, Roswitha) entre vers l'âge de vingt-trois ans au couvent des bénédictines de Gandersheim, où elle passera le reste de sa vie. Afin de neutraliser la moralité païenne qui règne dans les œuvres classiques, elle écrit vers 960 six drames en latin in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hroswitha-von-gandersheim/#i_181

IGOR

  • Écrit par 
  • René L'HERMITTE
  •  • 1 895 mots

C'est à la fin du xviii e siècle que fut connu Slovo o polku Igoreve (le Dit de la troupe d'Igor' ) qui relate l'expédition du prince Igor' Svjatoslavič contre les Polovtses, en 1185. Ce récit poétique fit bientôt partie du fonds de la culture littéraire russe et inspira notamment Aleksandr Borodin pour son Prince Igor . Au cours des dernières décennies, le problème de l'authenticité de ce récit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/igor/#i_181

ISLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Édouard KAMINSKI, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 16 474 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre «  La littérature »  : […] Même s'il est encore trop mal connu en France, le phénomène islandais – littéraire, notamment – est tellement extraordinaire que les spécialistes parlent volontiers de « miracle ». Ce pays à la population minuscule a su donner aux lettres européennes, dès le xii e  siècle et presque sans discontinuer, l'une des plus remarquables littératures de l'Occident. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islande/#i_181

JUAN MANUEL DON (1282-? 1349)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 638 mots

Neveu d'Alphonse X le Sage, petit-fils de saint Ferdinand, don Juan Manuel, l'un des grands seigneurs les plus influents de son temps, né au château d'Escalona, près de Tolède, occupa de très hautes charges dès sa jeunesse. Il participa à de nombreuses guerres nobiliaires pendant les règnes de Ferdinand IV et l'Alphonse XI. Il est considéré comme le plus grand prosateur castillan du xiv e siècle. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don-juan-manuel/#i_181

KONRAD VON WÜRZBURG (1230 env.-1287)

  • Écrit par 
  • Claude LECOUTEUX
  •  • 589 mots

Écrivain le plus marquant de la seconde moitié du xiii e siècle, Konrad von Würzburg a laissé une œuvre considérable. Nous sommes peu renseignés sur sa vie, que seuls les noms de ses mécènes permettent de retracer à peu près. Konrad vit le jour à Wurzbourg vers 1230 ; ce n'est pas un aristocrate et il est appelé Meister ( magister ), ce qui prouve qu'il a fait de bonnes études. Il connaît le lat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/konrad-von-wurzburg/#i_181

LAI

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 469 mots

Il s'agit originellement d'un genre poétique et musical, dérivant de chansons en latin vulgaire, mais surtout exploité par les harpeurs bretons, le texte étant alors soutenu par une mélodie syllabique. Dès le xii e  siècle, le genre se dédouble. D'un côté il connaît une évolution narrative à partir de Marie de France, qui assemble et rime les chants bretons pour en faire de brefs récits romanesque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lai/#i_181

LANCELOT-GRAAL

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 1 076 mots
  •  • 1 média

Le titre moderne de Lancelot-Graal désigne un cycle de cinq romans arthuriens en prose : L'Histoire du Saint-Graal , L'Histoire de Merlin , Le Lancelot en prose , La Quête du Saint-Graal , La Mort du roi Arthur . Le noyau le plus ancien est la trilogie formée par Lancelot , la Quête , et la Mort du roi Arthur , composée vers 1225-1230. Les deux autres textes ont été écrits ultérieurement pour d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lancelot-graal/#i_181

LANCELOT, OU LE CHEVALIER DE LA CHARETTE, Chrétien de Troyes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 900 mots

Dans Yvain, ou le Chevalier au lion , écrit entre 1177 et 1181, Chrétien de Troyes (1135 env.-env. 1183) explore sans vraiment les résoudre les tensions entre l'amour conjugal et l'aventure héroïque . Composé parallèlement, Lancelot ou le Chevalier de la charrette transpose en récit l'éthique amoureuse récemment inventée par la lyrique occitane : la nécessité pour l'amant – le troubadour se métam […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lancelot-ou-le-chevalier-de-la-charette/#i_181

LANDINO ou LANDINI FRANCESCO (1330 env.-1397)

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 506 mots

Célèbre musicien et poète de l'ars nova florentine (Trecento), Francesco Landino, surnommé Magister Franciscus Caecus, Francesco Cieco ou Cecco (l'« Aveugle »), ou encore il Cieco degli organi, est né à Fiesole. Sa date de naissance se situerait entre 1325 et 1335 environ. Son père, Jacopo del Casentino, était peintre, et le jeune Francesco, avant d'être atteint de cécité à la suite de la variole, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/landino-landini/#i_181

LECTURE

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Martine POULAIN
  •  • 10 498 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le haut Moyen Âge »  : […] Cette situation se trouve rapidement bouleversée au haut Moyen Âge. L'écriture et la lecture devinrent alors l'apanage de plus en plus exclusif des clercs regroupés autour des bibliothèques des grandes églises et des couvents. Souvent peu lettrés, ces hommes lisaient alors plus que jamais à haute voix comme le père Leclercq l'a montré dans une étude classique, L'Amour des lettres et le désir de D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lecture/#i_181

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'héritage de l'Antiquité »  : […] La complexité de la production épistolaire se trouve encore accrue par la double généalogie qui est la sienne : elle repose sur une tradition savante – les lettrés ayant longtemps été les seuls détenteurs des compétences culturelles nécessaires à la pratique de la correspondance –, mais sa plus grande extension est liée au phénomène social que fut l'« explosion » des usages épistolaires dans les m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_181

LIVRE DE BON AMOUR, Juan Ruiz - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 780 mots

Le Livre de bon amour ( Libro de buen amor ), poème où se conjugue l'influence du mester de clerecía (poésie savante, poésie des clercs) et celle, plus populaire, du mester de juglaría (poésie populaire, poésie des troubadours), propose, dans des tonalités diverses, qui vont du cynisme à l'élan spirituel, une sorte d'art d'aimer à la fois réaliste, moralisateur, burlesque ou idéalisé. Le livre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-de-bon-amour/#i_181

MACHAUT GUILLAUME DE

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 2 609 mots

Dans le chapitre « Un poète allégorique »  : […] L'œuvre de Machaut est intégralement restituée grâce à cinq manuscrits des xiv e et xv e  siècles, conservés à la Bibliothèque nationale. D'autres manuscrits de la même époque comportent des pièces de Machaut, dispersées au milieu de compositions diverses, et permettent aux musicologues un travail critique rigoureux. Il est difficile de séparer l'œuvre poétique de l'œuvre musical. Les grands dits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-machaut/#i_181

MANUSCRITS - Histoire

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Geneviève HASENOHR, 
  • Jean VEZIN
  •  • 7 355 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Le manuscrit médiéval »  : […] Jusqu'aux années 1470, au moment où l'imprimerie répandit les premières éditions des textes classiques et médiévaux, latins puis vernaculaires, le livre manuscrit assura seul la pérennité de la littérature occidentale. Définitivement devenu codex , le manuscrit médiéval ne diffère guère dans sa facture du livre moderne. En permettant les retours en arrière et les anticipations, en favorisant la le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuscrits-histoire/#i_181

MANUSCRITS - La critique génétique

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 13 193 mots

Dans le chapitre « Le manuscrit moderne »  : […] Les « manuscrits de travail » qui intéressent la critique génétique peuvent être pensés comme documents de genèse dans la mesure où coexiste une autre forme de réalisation de l'œuvre : celle du livre imprimé qui, en aval de l'écriture, fixe un texte définitif authentifié par l'auteur. Jusqu'à l'invention de l'imprimerie qui, au xv e  siècle, fait passer la culture occidentale dans les Temps modern […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuscrits-la-critique-genetique/#i_181

MARIALES LÉGENDES, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 396 mots

Le récit des « miracles » de la Vierge Marie constitue l'un des genres les plus répandus de la littérature médiévale de toute l'Europe. Dès le début du xi e siècle des écrits en latin rapportaient ces légendes. Le genre se développe surtout au xiii e siècle : Miracles de Notre-Dame (1218) de Gautier de Coincy, Speculum historiale (vers 1244) de Vincent de Beauvais, le Miracle de Théophile (ve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legendes-mariales-litterature/#i_181

MARIE DE FRANCE (1154-1189)

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 1 120 mots

Trois œuvres littéraires en français de la seconde moitié du xii e  siècle, un recueil de lais narratifs, un recueil de fables et une traduction du Purgatoire de saint Patrice sont signés du nom de Marie. S'agit-il dans les trois cas de la même poétesse ? C'est à peu près certain pour les Fables et les Lais , un peu plus douteux dans le cas de l' Espurgatoire saint Patrice . Dès le xvi e  siècle, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-de-france/#i_181

MÉMOIRES, Philippe de Commynes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 747 mots

Dans le prologue des Mémoires, Philippe de Commynes (1447-1511) déclare qu'il s'est donné pour tâche de « mettre par mémoire » ce qu'il a connu des « faits » du roi Louis XI. Ce projet ne concerne en fait que les livres I à VI, composés entre 1489 et 1493, les livres VII et VIII (entre 1495 et 1498) relatant l'expédition de Charles VIII en Italie et s'achevant avec le couronnement de Louis XII. C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoires-philippe-de-commynes/#i_181

MENÉNDEZ PIDAL RAMÓN (1869-1968)

  • Écrit par 
  • Georges MARTIN
  •  • 839 mots

L'importance de Menéndez Pidal dans la culture espagnole tient à sa longévité et au lieu de son intervention, puisque son travail — près d'un siècle d'autorité, âprement défendue — repose sur le trépied où s'établit l'imaginaire des nations : l'histoire ancienne, la langue et l'épopée ( Castilla, la tradición, el idioma , 1945). Le retentissement en fut considérable dans le champ de l'idéologie na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramon-menendez-pidal/#i_181

MIMÉSIS, Erich Auerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 793 mots

Dans le chapitre « La cicatrice d'Ulysse »  : […] Le « réalisme » est spontanément associé à un courant littéraire, apparu en France autour de 1850, et qui correspond à une sorte d'âge d'or du roman. Or Auerbach montre qu'un tel souci est présent dès l'origine de la littérature occidentale, et même dans sa double origine : Homère et la Bible – selon deux « types fondamentaux », deux approches stylistiques très différentes, qu'il détaille à parti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mimesis-erich-auerbach/#i_181

MINNESANG

  • Écrit par 
  • Georges ZINK
  •  • 2 970 mots

Le terme allemand, que l'on trouve dans une poésie de Walther von der Vogelweide, a été conservé en français. Il est d'usage commode pour distinguer la poésie courtoise allemande de celle des troubadours et des trouvères ; il a, en outre, l'avantage de mettre en relief deux traits essentiels de cette poésie : Minnesang veut dire, en effet, « chant d'amour ». Or, la poésie des Minnesänger était de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/minnesang/#i_181

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Le latin médiéval a été, en son temps, l'instrument de culture qui fondait toute compréhension internationale. Dans un temps où les langues vernaculaires étaient encore grossières, il a été le conservatoire des techniques et des figures (rhétorique et poésie) ainsi que la langue sacrée du christianisme, pour lequel il constitua un trésor de textes théologiques, mystiques et liturgiques. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-latine-savante/#i_181

MOYEN ÂGE - La poésie lyrique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 5 698 mots

À la fois parole, musique et jeu, le lyrisme médiéval, tel que le transmettent les manuscrits, reste difficile à lire et à interpréter. Vestiges pour ainsi dire archéologiques, les écrits, même lorsqu'ils comportent une notation musicale, ne livrent plus le secret de leur vie poétique. Le lecteur moderne peut néanmoins s'affranchir de quelques idées fausses, et d'abord des illusions romantiques s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-poesie-lyrique/#i_181

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Paul GELLINGS
  •  • 6 851 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Moyen Âge et rhétorique (1150-1560) »  : […] La littérature néerlandaise commence ainsi : hebban olla vogala nestas hagunnan hinase hic enda thu wat unbidan we nu (« Tous les oiseaux ont commencé leurs nids – sauf toi et moi – alors, qu'attendons-nous ? »). Outre ces deux vers anonymes, les textes les plus anciens sont de la main du poète limbourgeois Henric Van Veldeke (1128 ?-1190 ?), qui composa de nombreuses romances courtoises et des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-neerlandaise-et-flamande/#i_181

NIBELUNGEN

  • Écrit par 
  • Pierre SERVANT, 
  • Georges ZINK
  •  • 4 132 mots
  •  • 2 médias

L'origine du terme « Nibelungen » est loin d'être claire. Dans la première partie de la Chanson des Nibelungen , il désigne les rois Schilbung et Nibelung, dont les sujets sont des nains et des géants appelés eux aussi Nibelungen. Après avoir défait et tué les deux rois, Siegfried s'empare de leur trésor qui, après sa mort, passe aux mains des rois burgondes, et ceux-ci, dans la deuxième partie d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nibelungen/#i_181

NOTKER BALBULUS ou LE BÈGUE (840 env.-912)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 260 mots

Moine bénédictin de Saint-Gall en Suisse, poète, historien, épistolier et musicologue, surtout célèbre en raison de la paternité d'une quarantaine de séquences qu'on lui attribue habituellement. À l'abbaye de Saint-Gall, de grande renommée à cette époque, il fut l'élève d'Ison, commentateur de Prudence et de Moengal, moine irlandais ancien abbé de Bangor. Comme les lettrés contemporains, Notker ab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notker-balbulus-le-begue/#i_181

NOUVELLE MÉDIÉVALE

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 314 mots

Type de récit bref qui remplace, à la fin du Moyen Âge, le fabliau et le dit en vers. Le nom et le genre viennent d'Italie ; le Décaméron de Boccace et les Facéties du Pogge, alors traduites en français, fournissent les modèles aux Cent Nouvelles nouvelles , recueil composé pour le duc de Bourgogne Philippe le Bon au milieu du xv e siècle et qui sera imité un peu plus tard par Philippe de Vigne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-medievale/#i_181

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre BEC, 
  • Charles CAMPROUX, 
  • Philippe GARDY
  •  • 7 509 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La « scripta » occitane »  : […] Les plus anciens documents dans lesquels on trouve des traces de langue vulgaire remontent à 985 et 989 : il s'agit de serments de fidélité écrits en latin et relatifs au château de Lautrec (Tarn). Mais le premier texte juridique connu entièrement écrit en occitan leur est postérieur de plus d'un siècle : il appartient à la région de Rodez et date de 1102. Pour ce qui est des documents littéraire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-occitanes/#i_181

ŒUVRES POÉTIQUES, Christine de Pizan - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 815 mots

Très appréciée en son temps, la poésie de Christine de Pizan (1365-1431) est à l'heure actuelle moins lue que ses œuvres historiques, morales et didactiques. Ne survit guère que la ballade 11 des Cent Ballades, « Seulete suy et seulete veuil estre » . Christine a pourtant laissé une œuvre poétique abondante et variée, accessible d'ensemble dans l'édition de Maurice Roy (en 3 volumes) qui reprodu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-poetiques-christine-de-pizan/#i_181

ORAISON FUNÈBRE

  • Écrit par 
  • Claude THIRY
  •  • 1 297 mots

La coutume de louer et donc de pleurer un mort remonte à l'Antiquité : Grecs et Latins possédaient déjà la double tradition lyrique (thrènes ; nénies, élégies) et oratoire (panégyrique collectif ; laudatio funebris individuelle, méprisée par Cicéron pour ses excès). Le christianisme oriente le genre vers le sermon (les grands modèles en seront saint Ambroise et saint Grégoire de Nazianze) : l'élo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oraison-funebre/#i_181

PARIS MATTHEW (mort en 1259)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 362 mots

Bénédictin et chroniqueur anglais, Matthew Paris entre comme moine à l'abbaye de Saint-Albans (Angleterre) en 1217. En 1248, le Saint-Siège le charge de réformer le monastère bénédictin d'Holm, situé sur l'île de Nidarholm en Norvège. Excepté cette mission et des déplacements occasionnels – à la cour royale de Westminster et à Winchester, entre autres –, Matthew Paris réside à Saint-Albans, où il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matthew-paris/#i_181

PARODIE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel SANGSUE
  •  • 5 268 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La parodie comme réflexion en acte »  : […] Les formalistes russes, dans les années 1920, jugeront à l'inverse que la parodie, comme toutes les pratiques qui mettent un texte en relation avec un autre texte (relation à laquelle Julia Kristeva donna par la suite le nom d' intertextualité ), témoigne de la vitalité d'une littérature et constitue un facteur de « l'évolution littéraire ». Pour Iouri Tynianov, en « détruisant » l'ensemble ancien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-litterature/#i_181

PERCEVAL OU LE CONTE DU GRAAL, Chrétien de Troyes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 946 mots
  •  • 1 média

Dans Perceval, ou le Conte du Graal , roman en vers octosyllabes, composé à la demande du comte de Flandre Philippe d'Alsace, Chrétien de Troyes (1135 env.-1183 env.) renouvelle sa technique narrative, tout en lançant dans le champ littéraire un motif appelé à un succès aussi large que durable : le motif du Graal et de sa quête. Commencé en 1181 et laissé inachevé à sa mort, il s'agit là de son d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perceval-ou-le-conte-du-graal/#i_181

PÉTRARQUE

  • Écrit par 
  • Vittore BRANCA, 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 5 489 mots
  •  • 1 média

Père de la poésie moderne et de la culture humaniste, auteur en langue vulgaire de cet immortel Canzoniere ( Rerum vulgarium fragmenta ), qui a suscité des foules d'imitateurs en Italie et dans toute l'Europe et qui a marqué la poésie amoureuse en Occident jusqu'au romantisme et au-delà, et d'une œuvre en latin, impressionnante par sa masse et qui, de son temps, lui valut la couronne de laurier e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrarque/#i_181

PÉTRARQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 184 mots

Fin du xiii e  s.-début du xiv e  s. Dolce Stil Novo, poésie amoureuse savante. 20 juillet 1304 Naissance de Pétrarque à Arezzo, en Toscane. 1311 Son père se rend à Avignon, près de la cour pontificale. Pétrarque étudiera le droit à Montpellier, puis à Bologne. 1326 À la mort de son père, il revient à Avignon et reçoit les ordres mineurs. 6 avril 1327 Pétrarque rencontre Laure de Noves, en l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrarque-reperes-chronologiques/#i_181

POÈME DU CID (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 013 mots

Unique chanson de geste espagnole, le Poème du Cid ( Cantar de mio Cid ) , est resté inédit jusqu'au xviii e  siècle. La date de la composition originale proposée par Ramón Menéndez Pidal serait 1140 ; les recherches récentes la fixent aux environs de 1200. Per Abbat, dont la signature apparaît sur le manuscrit daté de 1207, est-il l'auteur du Poème , ou seulement le copiste ? La question reste o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poeme-du-cid/#i_181

POÉSIES, Charles d'Orléans - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 815 mots

L'assassinat de son père, Louis de France, duc d'Orléans, en 1407, le désastre d'Azincourt en 1415, et vingt-cinq ans de captivité en Angleterre : autant de malheurs qui, écartant Charles d'Orléans (1394-1465) des affaires du royaume, ont orienté vers la création poétique la vie du prince, retiré en sa cour de Blois à partir de 1440. Des événements vécus ne subsistent dans l'œuvre que des traces d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesies-charles-d-orleans/#i_181

POÉSIES, Heinrich von Morungen - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Patrick DEL DUCA
  •  • 1 030 mots

Heinrich von Morungen (mort en 1222) est sans nul doute, avec Walther von der Vogelweide, l'un des plus brillants représentants du Minnesang (littéralement chant d'amour dans la poésie courtoise médiévale allemande) même si ses contemporains lui préféraient le poète attitré de la cour de Vienne, Reinmar l'Ancien. Heinrich est originaire de Thuringe – le château de famille se situe près de Sangerh […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesies-heinrich-von-morungen/#i_181

POÉSIES, Walther von der Vogelweide - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Patrick DEL DUCA
  •  • 997 mots

Walther von der Vogelweide (né vers 1170-mort vers 1228) est sans doute le plus complet des poètes allemands du Moyen Âge. Dans ses poèmes lyriques, il chante aussi bien l'amour pour une dame noble que pour une femme du peuple. Ses poèmes politiques et gnomiques (réflexions morales sous forme de sentences) sont marqués par l'attachement à un pouvoir impérial souvent chancelant et par une grande dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesies-walther-von-der-vogelweide/#i_181

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Littérature »  : […] Jusqu'au xii e  siècle, les œuvres se transmettent oralement. Par la suite, des copistes les recueillent sur manuscrits. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_181

PROVERBES

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 3 126 mots

Dans le chapitre « Quelques repères historiques. De la Bible à Érasme »  : […] Les civilisations archaïques et préchrétiennes, aussi bien au Moyen-Orient qu'en Asie et en Europe, véhiculent toutes des proverbes dont la vétusté est encore soulignée par une référence explicite aux aïeux (« les Anciens disaient ») et par des archaïsmes dans l'expression. Il est tentant de les rapprocher des lois ou des textes religieux, d'autant qu'un des livres de la Bible est justement intitu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proverbes/#i_181

REINMAR DE HAGUENAU (1170 env.-env. 1208/1209)

  • Écrit par 
  • Claude LECOUTEUX
  •  • 549 mots

Nous ignorons pratiquement tout de la vie de Reinmar l'Ancien, que Gottfried de Strasbourg surnomme « le rossignol de Haguenau ». On pense qu'il est né vers 1170, et on a de bonnes raisons de situer sa mort vers 1208-1209. Si Reinmar a passé la plus grande partie de sa vie à Vienne, à la cour des ducs d'Autriche, les Babenberg, on doute aujourd'hui qu'il en fut le poète officiel ( Hofdichter ). En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reinmar-de-haguenau/#i_181

RHÉTORIQUEURS GRANDS

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 1 154 mots

Le nom de grands rhétoriqueurs a été donné, au xix e siècle, par les historiens de la littérature, à un groupe de poètes qui firent carrière auprès des ducs de Bourgogne, de Bretagne, de Bourbon et auprès des rois de France entre 1450-1460 et 1520-1530 environ. Pourtant cette désignation reste imprécise : les dix ou douze personnages auxquels on l'applique ordinairement ne formèrent jamais une éc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grands-rhetoriqueurs/#i_181

ROBERT LE DIABLE

  • Écrit par 
  • Edina BOZOKY
  •  • 250 mots
  •  • 1 média

Héros d'un roman médiéval français (fin du xii e  s.). Sa légende est composée de plusieurs lieux communs de la littérature médiévale : naissance extraordinaire (grâce à l'intervention du diable) ; actes de cruauté qui rappellent les atrocités commises par certains personnages de chansons de geste ; repentir, pénitence et sainteté enfin. Sa mère, Berthe, femme du duc de Normandie, désespérée de ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-le-diable/#i_181

ROBIN DES BOIS ou ROBIN HOOD

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 323 mots
  •  • 1 média

Héros légendaire connu des Anglais grâce à la tradition orale, puis à des allusions figurant dans des œuvres du xiv e siècle comme Pierre le Laboureur ( The Vision of Piers the Plowman , 1378), enfin grâce à diverses gestes dont la plus connue semble avoir été publiée par Wynkin de Worde en 1495 sous le titre de The Lytel Geste of Robin Hood . Hors-la-loi, défenseur des pauvres, de la veuve, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robin-des-bois-robin-hood/#i_181

ROMAN - Genèse du roman

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 5 840 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évêque d'Avranches, premier généticien du roman »  : […] Et si nous relisions la première théorie comparatiste du genre ? Des romans en vers, et des « poèmes épiques qui, outre qu'ils sont en vers, ont encore des différences essentielles qui les distinguent des romans, quoiqu'ils aient d'ailleurs un très grand rapport », Mgr Huet, l'évêque d'Avranches, distingue au xvii e  siècle les « histoire feintes d'aventures amoureuses [le fiction de l'anglais], […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-genese-du-roman/#i_181

ROMAN - Roman et société

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 700 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du mythe au roman »  : […] La dualité complémentaire du social et de l'individuel ne caractérise pas seulement les contenus, les thèmes, la substance du roman : elle appartient consubstantiellement au romanesque en tant qu'ouvrage, en tant que fait de culture et de civilisation. À moins de jouer sur les mots, et de ranger dans le romanesque les aventures d'Ulysse, les exploits de Gilgamesh ou encore les innombrables légende […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-roman-et-societe/#i_181

ROMANCERO

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 2 892 mots

En dehors de quelques acceptions plus délimitées, telles que « chanteur de romances » ou « recueil de romances », le mot romancero désigne tant l'ensemble que les différents groupes des romances espagnols. On a adopté, en français, la forme masculine afin de distinguer un romance d' une romance. Dérivé de l'adverbe bas-latin romanice (appliqué à la langue de Rome et puis à celle des peuples roman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romancero/#i_181

ROMAN DE FAUVEL

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 333 mots

Le Roman de Fauvel est un long poème satirique constitué par deux livres écrits entre 1310 et 1314. Gervais du Bus (Gervés du Bus, Gervès du Bus) est le seul auteur avéré de ce poème, qui constitue un violent réquisitoire contre la corruption et les abus des pouvoirs laïque et religieux dans la France de Philippe le Bel. Fauvel est un âne roux chargé de tous les défauts ; son nom est un acrostich […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-fauvel/#i_181

ROMAN DE LA ROSE

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 1 559 mots
  •  • 1 média

Plus de deux cent cinquante manuscrits ont conservé le Roman de la Rose , poème de 21 750 octosyllabes, chef-d'œuvre du xiii e siècle et monument de la littérature française qu'on peut comparer sans ridicule à l'œuvre de Dante ou à celle de Cervantès. La critique moderne montre toutefois quelque réticence à lui accorder cette valeur exceptionnelle. En raison de sa dualité d'abord : aux 4 028 vers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-la-rose/#i_181

ROMAN DE LA ROSE (G. de Lorris et J. de Meun) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 1 009 mots

Composé vers 1230 par Guillaume de Lorris, dont nous ne savons rien, le Roman de la Rose a été continué quarante ans plus tard environ par Jean de Meun. Ce clerc très savant, lié au milieu universitaire parisien, fut aussi l'un des premiers traducteurs en français : on a notamment conservé ses traductions de la Consolation de Philosophie de Boèce et des Lettres d'Héloïse et d'Abélard . La continu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-la-rose-g-de-lorris-et-j-de-meun/#i_181

LE ROMAN DE RENART (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 1 051 mots

Le Roman de Renart rassemble vingt-six récits brefs, parfois désignés au Moyen Âge comme « branches ». Composés entre 1175 et 1250 par des auteurs différents et présentant une très grande diversité de ton, ces récits ont pu être disposés dans les manuscrits de manière à former une sorte de « biographie » du héros. Cet ensemble disparate est néanmoins fondé avec constance sur le principe de la sé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-roman-de-renart/#i_181

ROMAN DE RENART

  • Écrit par 
  • Jean DUFOURNET
  •  • 2 082 mots

Œuvre ambiguë, écrite de 1175 à 1250 par plus de vingt auteurs le plus souvent anonymes, de personnalité, de formation, de goûts, de préoccupations et de talent fort différents, le Roman de Renart est un ouvrage en perpétuel devenir, dissocié en de multiples récits (ou branches ), que l'on a retouché, remanié, complété de siècle en siècle, non seulement au Moyen Âge – dans la seconde moitié du x […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-renart/#i_181

ROMAN DE TROIE, Benoît de Sainte-Maure - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 928 mots

Composé à la suite du Roman de Thèbes (vers 1150) et en même temps ou peu s'en faut que le Roman d'Énéas (vers 1160) , le Roman de Troie (vers 1165 au plus tard) de Benoît de Sainte-Maure (seconde moitié du xii e  siècle) s'inscrit dans le mouvement de retour vers les sources classiques qui s'est alors affirmé dans la France de l'Ouest, sous l'impulsion plus ou moins directe d'Henri II Plantag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-troie/#i_181

ROMANS ANTIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles HUCHET
  •  • 1 081 mots

Au milieu du xii e siècle, l'avènement du genre romanesque est scellé par les romans antiques (qu'il vaudrait mieux appeler « romans d'Antiquité »). Ils constituent une trilogie : le Roman de Thèbes (1152-1154), le Roman d'Énéas (1156) et le Roman de Troie (1160-1165) de Benoît de Sainte-Maure ; ils tirent leur nom du fait qu'ils conquièrent à la langue romane — la langue de « cil qui n'entend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romans-antiques/#i_181

RONDEAU

  • Écrit par 
  • Jacqueline CERQUIGLINI-TOULET
  •  • 560 mots

Le rondeau qui naît de la danse, de la ronde , ancre ce qui deviendra une forme lyrique dans le corps, le rythme et la musique. Le Moyen Âge toutefois met plutôt le rondeau en rapport avec sa forme, à l'enseigne du rond . Pensée homologique qui au-delà de la stricte étymologie dit une essence formelle : le retour du refrain. Le rondeau comme texte poétique apparaît pour la première fois inséré dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rondeau/#i_181

ROSENPLÜT HANS (1400/1405 env.-env. 1470)

  • Écrit par 
  • Claude LECOUTEUX
  •  • 486 mots

Grâce aux archives, la vie de Hans Rosenplüt, surnommé « Le Bavard » ( Schnepperer ), se laisse à peu près reconstituer. Il naît entre 1400 et 1405, sans doute à Nuremberg ; en 1426, il devient citoyen régulier de cette ville libre où il exerce, dès 1427, le métier de maître sellier. En 1431 il participe à la guerre contre les Hussites et, vers 1440, il reçoit une charge d'inspecteur de l'artiller […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-rosenplut/#i_181

RUDOLF VON EMS (mort en 1254 env.)

  • Écrit par 
  • Claude LECOUTEUX
  •  • 487 mots

On ignore les dates de naissance et de décès de Rudolf von Ems, et la vie de ce grand écrivain reste dans l'ombre. Il est issu d'une famille de ministériaux au service de la famille de Montfort, et originaire d'Ems (Domat, au-dessus de Chur, dans la région du lac de Constance) avant de s'installer en Autriche, dans le Vorarlberg. Poète à la cour des Hohenstaufen, Rudolf a été en contact étroit ave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-von-ems/#i_181

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature médiévale (XIe-XVIIe siècle) »  : […] L'écriture et le livre sont apparus en Russie à la fin du x e  siècle, avec l'évangélisation. La littérature russe médiévale continue donc directement la littérature byzantine, c'est-à-dire la tradition gréco-latine filtrée par le christianisme. Elle est à cet égard comparable aux littératures latines de l'Occident chrétien. Elle est rédigée dans une langue d'église, le slavon, issu des dialectes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_181

RUTEBEUF (1230?-? 1280)

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 2 025 mots

Sous le nom de Rutebeuf, c'est un chapitre décisif de la littérature poétique du xiii e  siècle qui nous a été conservé. Déchirure dans l'ordonnance rigoureuse de la poésie courtoise des trouvères : le modèle de la fin' amor , la patiente élaboration du personnage selon un rituel poétique minutieux font place à la rupture avec l'ordre, esthétique et social, au cri de colère ou de détresse, à l'épa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rutebeuf/#i_181

SAGAS

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 700 mots

Il entre dans le « miracle islandais » d'avoir su créer, à partir du xii e  siècle, une littérature originale et inimitable encore trop mal connue, en France notamment. Au premier rang de cette production se placent les sagas, chefs-d'œuvre narratifs en avance de plus d'un demi-millénaire sur leur temps et qui continuent de passionner la critique par les problèmes que posent leur genèse, leur cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sagas/#i_181

SAGAS (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 950 mots

L'Islande médiévale a conçu, autour du xiii e  siècle, un type de récit en prose, les sagas, qui n'a aucun équivalent en Occident et que l'on peut, à bien des égards, tenir pour l'ancêtre de notre roman moderne. Tout y est original, le style d'abord, le genre de personnages et les péripéties ensuite, sans parler d'une vision du monde et de l'homme qui demeure exemplaire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sagas-anonyme/#i_181

SAXO GRAMMATICUS (1140?-1206)

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 940 mots

Ce moine danois, originaire de Sjaelland, vécut à l'articulation des xii e et xiii e siècles, et servit l'archevêque Absalon dont il fut sans doute secrétaire ( clericus ). Il est passé à la postérité pour ses Gesta Danorum ( Les Hauts Faits des Danois ), histoire de son pays écrite en latin, des origines mythiques à 1220 environ, ce qui nous fournit la date probable de la rédaction définitive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saxo-grammaticus/#i_181

SCALDIQUE POÉSIE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 2 058 mots

La poésie scaldique, qui s'est développée en Scandinavie et en Islande, est d'accès si difficile qu'elle décourage la traduction en français ; elle mérite toutefois la plus grande attention, tant pour sa beauté formelle que pour son originalité extrême, sans parler des problèmes passionnants qu'elle pose à la critique. Choix subtil des termes, richesse et élaboration des images, science suprême du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie-scaldique/#i_181

SÉQUENCE DE SAINTE EULALIE

  • Écrit par 
  • Bernard CERQUIGLINI
  •  • 336 mots

La bibliothèque de Valenciennes conserve un manuscrit latin où l'on copia, sans doute à l'abbaye de Saint-Amand-les-Eaux dans la première moitié du ix e siècle, une traduction latine des œuvres de saint Grégoire de Nazianze. Ce manuscrit fut ensuite l'objet d'une double intervention qui lui donne une place éminente dans l'histoire de la littérature française. Vers la fin du siècle, on inséra, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sequence-de-sainte-eulalie/#i_181

SICILIENNE ÉCOLE, littérature

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 947 mots

On regroupe sous le nom de Siciliens les poètes de la première « école » poétique italienne, dont la naissance et la floraison coïncident avec le règne de Frédéric II Hohenstaufen (1194-1250) et le rayonnement de la cour de Palerme sur le reste de la péninsule. La politique culturelle du monarque embrassait tous les secteurs du savoir : droit, sciences naturelles, philosophie, études latines et gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-sicilienne-litterature/#i_181

SNORRI STURLUSON (1179-1241)

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 1 376 mots

Depuis huit siècles qu'elle existe, la littérature islandaise n'a jamais compté d'écrivain comparable à Snorri, fils de Sturla de Hvammr. Mythologue, sagnamadr (compositeur de sagas), poète, pédagogue, historien hors pair, il domine de sa puissante stature non seulement ses compatriotes, mais, on peut oser le dire malgré l'ignorance où l'on reste de son œuvre en France, le xiii e  siècle européen. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/snorri-sturluson/#i_181

SORDEL ou SORDELLO (1200 env.-? 1269)

  • Écrit par 
  • Joël SHAPIRO
  •  • 545 mots

Le plus grand troubadour italien en langue provençale, Sordel mena une vie qui reste sur bien des points un mystère. Sa « vida » officielle raconte qu'il était originaire de Mantoue, fils d'un chevalier pauvre nommé El Corte, et qu'il vivait à la cour du comte San Bonifaci : il tomba éperdument amoureux de la femme de ce dernier, Cunizza, et prit la fuite avec elle. Autour de Sordel naquit un myth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sordel-sordello/#i_181

SPECULUM, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 613 mots

Mot latin signifiant « miroir », fréquemment employé dans le titre d'ouvrages d'édification sur des sujets théologiques ou moraux, et genre littéraire didactique. Les plus anciens textes de ce genre en Occident sont les Miroirs des princes par lesquels l'Église carolingienne essaie de faire l'éducation des empereurs et des grands : citons la Via Regia de Smaragde de Saint-Mihiel ( viii e  siècle) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/speculum-genre-litteraire/#i_181

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 244 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Débuts en vieux-slave »  : […] Le christianisme, introduit chez les Slaves de la Moravie et de la Slovaquie avant 800 et un peu plus tard en Bohême, n'a apparemment pas laissé trace d'activité littéraire en latin. C'est donc le « vieux-slave » qui devient la première langue littéraire avec l'écriture «  glagolitique » élaborée (à la demande de Rastislav à Byzance) par Constantin-Cyrille, Grec de Salonique. En 863, avec son frèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/#i_181

LE TESTAMENT, François Villon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 940 mots

Composé selon François Villon (1431-apr. 1463) dans la nuit de Noël 1456, le Lais avait utilisé en le parodiant le motif courtois de la « départie » d'amour de « l'amant martyr », afin de distribuer sur le mode burlesque des legs inexistants, sans valeur, franchement orduriers ou obscènes à des destinataires bien réels appartenant au milieu parisien du droit, de la justice, des affaires qu'a pu f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-testament/#i_181

TRISTAN ET ISEULT (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 1 101 mots

Une des particularités de Tristan et Iseult , œuvre fondatrice de la littérature occidentale, est qu'il n'en existe pas un seul texte, mais plusieurs, tous composés au xii e  siècle : les versions principales, dont certaines sont très fragmentaires, sont celles de Béroul et Thomas pour la France, celles d'Eilhart von Oberg et Gottfried von Strassburg pour l'Allemagne. En 1900, le médiéviste Josep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristan-et-iseult/#i_181

TRISTAN ET YSEUT

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 2 011 mots
  •  • 1 média

On réunit sous les noms de Tristan et Yseut des récits qui s'échelonnent de la seconde moitié du xii e  siècle au milieu du xvi e  siècle (vers 1525, Pierre Sala offre un Tristan à François I er ) et qui furent composés en français, mais aussi dans la plupart des langues de l'Europe médiévale. La diffusion de la légende a été précoce : vers 1150, des troubadours comme Bernard de Ventadour ou Ra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristan-et-yseut/#i_181

TROUBADOURS ET TROUVÈRES

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 3 403 mots

La forme poétique que Roger Dragonetti appela le « grand chant courtois » se constitua dans la France occitane durant la première moitié du xii e  siècle. À partir de 1150-1180, elle fut progressivement adoptée dans la plupart des nations occidentales. Son dynamisme initial et ses tendances originales se maintinrent avec une remarquable cohérence jusque vers 1300 ; par la suite, diverses transform […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troubadours-et-trouveres/#i_181

VIEIL-ANGLAISE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • André CRÉPIN
  •  • 1 428 mots
  •  • 3 médias

Les migrants angles, saxons et jutes ont lutté pour s'assurer le pouvoir en Grande-Bretagne dès le v e  siècle, mais les textes vieil-anglais ne datent que du vii e  siècle : ce sont d'abord des chartes puis le premier poème chrétien en anglais, de Caedmon (vers 660). La période vieil-anglaise se termine à la suite de la conquête de l'Angleterre par Guillaume de Normandie (1066) et de l'avènement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-vieil-anglaise/#i_181

VILLON FRANÇOIS (1431-apr. 1463)

  • Écrit par 
  • Jacqueline CERQUIGLINI-TOULET
  •  • 3 062 mots

Celui qui, du Lais au Testament , a tout dispersé, ses biens fictifs et sa personne, celui qui n'avait rien d'un père mais se voulait un fils, un enfant, « un pauvre petit écolier » ( Le Testament , « Épitaphe et rondeau »), est érigé depuis Boileau en père de la poésie française : « Villon sut le premier, dans ces siècles grossiers / Débrouiller l'art confus de nos vieux romanciers » ( Art poéti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-villon/#i_181

VITA NOVA, Dante Alighieri - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claudette PERRUS
  •  • 984 mots
  •  • 1 média

Les datations proposées par la critique situent la rédaction de la Vita nova , premier récit autobiographique en langue vulgaire de la littérature occidentale, entre 1290 (mort de Béatrice Portinari) et 1295. Le livre se présente comme une anthologie de trente et une poésies reliées et motivées par un récit en prose, et assorties de brèves « divisions » résumant le plan et les motifs de chaque tex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vita-nova/#i_181

WALAFRID STRABON ou WALAFRID LE LOUCHE (808 env.-849)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 405 mots

Moine à Reichenau, élève de Raban Maur à Fulda (826-829), Walafrid est appelé par Hilduin en 829 pour être le précepteur du fils de Louis le Pieux, qui le nomme abbé de Reichenau en 838 ; expulsé de son abbaye pour sa fidélité à Lothaire dans la lutte des trois fils de Louis, il se réconcilie avec Louis le Germanique au moment du traité de Verdun (843), revient à Reichenau et meurt au bord de la L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walafrid-strabon-walafrid-le-louche/#i_181

WALTHER VON DER VOGELWEIDE (1170 env.-env. 1230)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 623 mots

Considéré comme le plus grand poète allemand du Moyen Âge, Walther von der Vogelweide défendait les vertus d'une vie équilibrée, en société comme dans la sphère privée, dans une œuvre qui reflète sa désapprobation à l'égard des individus, des actions et des croyances qui viennent troubler cette harmonie. Walther von der Vogelweide naît vers 1170. Son lieu de naissance n'a jamais pu être identifié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walther-von-der-vogelweide/#i_181

WOLFRAM D'ESCHENBACH (1170 env.-env. 1220)

  • Écrit par 
  • Danielle BUSCHINGER
  •  • 1 156 mots

Wolfram, chevalier bavarois, est un des grands poètes qui ont présenté aux milieux courtois allemands la matière d'œuvres françaises, selon une technique (l'« adaptation courtoise ») qui respecte les structures narratives mais joue sur l'originalité de la mise en œuvre. Son Parzival est une adaptation du Perceval de Chrétien de Troyes, son Willehalm , une adaptation de La Bataille d'Aliscans , par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolfram-d-eschenbach/#i_181

ZUMTHOR PAUL (1912-1995)

  • Écrit par 
  • Bernard CERQUIGLINI
  •  • 688 mots

Que l'œuvre de Paul Zumthor représente une des plus importantes contributions du xx e siècle à l'étude de la société médiévale, dans ses représentations et ses formes symboliques, dans sa littérature, on n'en saurait douter. Mais ce qui rend cette œuvre tout particulièrement attachante est le fait que, écrite dans la langue admirable d'un romancier et d'un poète, elle tient singulièrement à la pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-zumthor/#i_181


Affichage 

Beowulf

photographie

Épopée anonyme en langue saxonne, Beowulf (VIII e siècle), qui relate les exploits d'un prince scandinave, fonde une tradition germanique exaltant le surnaturel et la puissance guerrière, et des valeurs chrétiennes incarnées dans la figure du bon souverain Première page du manuscrit de... 

Crédits : British Library/ AKG

Afficher

Chaucer à cheval

photographie

L'Anglais Geoffrey Chaucer (1340 env-env 1400), auteur des Contes de Cantorbéry 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Dante Alighieri et les mondes de la Comédie, D. di Michelino

photographie

Domenico di Michelino, Dante Alighieri et les mondes de la Comédie Fresque, 1465 Cathédrale de Santa Maria del Fiore, Florence 

Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini

Afficher

Dante Alighieri, Juste de Gand

photographie

JUSTE DE GAND, Dante Alighieri, huile sur bois Musée du Louvre, Paris 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Guillaume de Machaut

photographie

Enluminure extraite d'un recueil d'œuvres de Guillaume de Machaut : le poète et musicien (à droite) reçoit la Nature, qui lui présente le Sentiment, la Rhétorique et la Musique 

Crédits : AKG

Afficher

Le Roman de la Rose

photographie

L'un des nombreux manuscrits du Roman de la Rose Ce chef-d'œuvre français du XIIIe siècle a été commencé par Guillaume de Lorris et continué, quarante ans plus tard, par Jean de Meung 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Perceval, Chrétien de Troyes

photographie

Au cœur des aventures de Perceval que narre Chrétien de Troyes intervient le motif du Graal, qui sera appelé à connaître un durable succès Ici, l'arrivée du Graal à la cour du Roi Pêcheur Enluminure française, XIVe siècle 

Crédits : AKG

Afficher

Pétrarque

photographie

Le Canzoniere (1374) du poète italien Pétrarque (1304-1374), ici vêtu de noir, a influencé durablement le lyrisme amoureux des siècles suivants Détail de l'Enterrement de sainte Lucie (1379-1381) d'Altichiero da Zevio Oratoire de San Giorgio, Padoue 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Robin des Bois

photographie

Le héros légendaire anglais Robin des Bois, ou Robin Hood, et le "méchant" Guy de Gisborne 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Tristan et Iseult

photographie

Le moment crucial: Tristan boit le «vin herbé» Enluminure tirée du «Livre de Messire Lancelot du lac», de Gautier Map, 1470 

Crédits : AKG

Afficher

Chroniques, J. Froissart

photographie

Dans les chroniques historiques, le français se substitue peu à peu au latin et s'écarte des grands récits à caractère mythologique L'utilisation de la prose correspond à un souci de vérité et va de pair avec un travail d'enquête et de recherche des sources Appartenant à un milieu... 

Crédits : British Library/ AKG-images

Afficher

Lancelot-Graal

photographie

Le XIIIe siècle est par excellence celui de la prose En témoignent avec éclat les cinq romans qui composent le Lancelot-Graal Succédant aux versions en vers, notamment celle de Chrétien de Troyes, ce nouveau cycle se caractérise par l'étroite imbrication de ses thèmes, qui donne une grande... 

Crédits : BnF, cote cliché RC-B-09666

Afficher

Livre des merveilles du monde, M. Polo

photographie

Niccolò et Matteo Polo quittent Venise pour leur second voyage en Chine en compagnie du jeune Marco Polo Celui-ci relatera par la suite son équipée dans un français mâtiné d'italianismes Également intitulé Le Devisement du monde, le Livre des merveilles marque une date capitale dans... 

Crédits : AKG-images

Afficher

Beowulf
Crédits : British Library/ AKG

photographie

Chaucer à cheval
Crédits : Hulton Getty

photographie

Dante Alighieri et les mondes de la Comédie, D. di Michelino
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini

photographie

Dante Alighieri, Juste de Gand
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Guillaume de Machaut
Crédits : AKG

photographie

Le Roman de la Rose
Crédits : Hulton Getty

photographie

Perceval, Chrétien de Troyes
Crédits : AKG

photographie

Pétrarque
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Robin des Bois
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tristan et Iseult
Crédits : AKG

photographie

Chroniques, J. Froissart
Crédits : British Library/ AKG-images

photographie

Lancelot-Graal
Crédits : BnF, cote cliché RC-B-09666

photographie

Livre des merveilles du monde, M. Polo
Crédits : AKG-images

photographie